• Loeouvrage de Donatella Caprioglio constitue un témoignage et une réflexion sur loeune des périodes les plus cruciales de la vie doeune femme. Refusant doeaborder la question sous loeangle médical, elle a préféré interroger ses émotions, ses sensations physiques, laisser remonter ses souvenirs. Loin doeêtre une fin ou une perte, la ménopause est donc pour elle loeoccasion doeune rencontre avec une féminité nouvelle. Elle nous invite à poursuivre avec elle ce voyage initiatique.
    Le récit avance en suivant les chemins de traverse qui soeoffrent à la narratrice, décidée à assumer jusquoeau bout tout ce qui émergera à sa conscience au cours de cette transformation.
    Ainsi, en guettant les modifications de son flux menstruel, loeauteur se souvient de ses premières règles, de la réaction de ses parents, des paroles et des regards qui accompagnèrent cette entrée dans la puberté, mais aussi des mots et des gestes quoeelle-même a adressés dans les mêmes circonstances à sa propre fille.
    Cet ouvrage constitue un modèle de réflexion sur la façon dont soeélabore le sens doeune vie, à travers le désir de soeapproprier de son histoire, de comprendre et doeassumer son destin. Coeest à ce prix que le passage vers une nouvelle phase de la vie peut apparaître comme annonciateur de nouvelles potentialités.
    Dans un langage sobre, pudique, parfois ironique, toujours porté par une extrême lucidité, loeauteur relate ce combat avec elle-même et avec les autres qui soeapparente à une quête.

    1 autre édition :

  • Entre 20 et 25 ans nos enfants sont encore des ados et déjà de jeunes adutes! Ils habitent souvent chez nous et rêvent de voler de leurs propres ailes. Ce livre met en scène la difficile séparation d'une mère et de sa fille. Que faire face à la violence de nos grands enfants, à leurs attaques si injustes qu'il nous arrive de les détester et de souhaiter plus que tout qu'ils s'en aillent. Pourquoi nous provoquent-ils, quelles limites cherchent-ils à forcer quand ils nous poussent à bout ? Présenté comme un journal intime, Va-t'en mais reste encore est avant tout la chronique d'une situation de crise entre une mère et sa fille, au moment crucial où se joue la double question de l'autonomie de l'une et de l'autre, provoquée par le départ de sa fille. Notes prises sur le vif, au jour le jour, dans l'urgence, avec l'intention d'être le plus proche possible du détail de la vie quotidienne. Dans une langue sobre et pudique, l'auteur révèle au lecteur, et c'est peut-être le grand apport de ce livre, l'existence d'une souffrance négligée, la souffrance de l'enfant qui part. Quel que soit l'âge où finalement il décide de quitter le domicile familial, l'enfant part trop tôt s'il ne dispose pas de cette sécurité intérieure qui le rendra apte à assumer son autonomie. Ainsi, la fille de l'auteur sera sujette à des crises de panique graves dues à l'angoisse de séparation. Mais ces crises, cette impression d'avoir touché le fond, sont avec le recul des expériences salutaires ; ces épreuves sont l'occasion pour parents et enfants de nouer de nouveaux liens

  • Pourquoi mon bébé évite-t-il mon regard ? Dois-je laisser les clés de la maison à mon fils ? Comment expliquer son brutal changement d'humeur ? Est-il possible de détester ses enfants ? Comment réagir face à un ado qui fume du cannabis ? Pourquoi mes enfants refusent-ils tout contact physique avec moi ? Pourquoi ma fille a-t-elle peur que je vieillisse ? Pourquoi maltraite-t-il le chat ? Pourquoi, à 3 ans, préfère-t-il les adultes ? Autant de questions, parmi bien d'autres, auxquelles tout parent est un jour confronté.

    Les symptômes des enfants constituent des messages, que les parents doivent apprendre à décoder. À travers de nombreux exemples concrets, Donatella Caprioglio nous permet de mieux comprendre ce langage, parfois déroutant, élaboré dès la naissance. Loin de culpabiliser les parents, « Je n'y arrive plus » veut les aider à se fier à leur intuition, à reprendre confiance, pour trouver en eux les réponses à leurs questions.

    Sur commande
  • Quel est le poids du père dans le devenir d'une femme ? Quelle importance ont son regard et sa parole dans la construction de l'identité d'une fille ? Quelle influence le père exerce-t-il sur ses futures relations affectives ?
    Nous sommes toutes les filles de nos pères, mais nous devons un jour nous débarrasser de ce fardeau - plus ou moins léger - pour devenir nous-mêmes.
    Présent, absent, protecteur, toxique, idéalisé ou évacué, tous les pères ou presque défilent sous la plume de l'auteur. À travers des histoires personnelles et universelles, elle aide ses lecteurs à traduire et comprendre leur passé pour mieux s'en affranchir, ne craignant pas d'affirmer que « c'est le père qui crée la femme ».

    Sur commande
  • Entre 20 et 25 ans nos enfants sont encore des ados et déjà de jeunes adutes! Ils habitent souvent chez nous et rêvent de voler de leurs propres ailes... Ce livre met en scène la difficile séparation d´une mère et de sa fille. Que faire face à la violence de nos grands enfants, à leurs attaques si injustes qu´il nous arrive de les détester et de souhaiter plus que tout qu´ils s´en aillent. Pourquoi nous provoquent-ils, quelles limites cherchent-ils à forcer quand ils nous poussent à bout ? Présenté comme un journal intime, Va-t´en mais reste encore est avant tout la chronique d´une situation de crise entre une mère et sa fille, au moment crucial où se joue la double question de l´autonomie de l´une et de l´autre, provoquée par le départ de sa fille. Notes prises sur le vif, au jour le jour, dans l´urgence, avec l´intention d´être le plus proche possible du détail de la vie quotidienne. Dans une langue sobre et pudique, l´auteur révèle au lecteur, et c´est peut-être le grand apport de ce livre, l´existence d´une souffrance négligée, la souffrance de l´enfant qui part. Quel que soit l´âge où finalement il décide de quitter le domicile familial, l´enfant part trop tôt s´il ne dispose pas de cette sécurité intérieure qui le rendra apte à assumer son autonomie. Ainsi, la fille de l´auteur sera sujette à des crises de panique graves dues à l´angoisse de séparation. Mais ces crises, cette impression d´avoir touché le fond, sont avec le recul des expériences salutaires ; ces épreuves sont l´occasion pour parents et enfants de nouer de nouveaux liens

    Sur commande
  • Rien de plus révélateur qu'une maison. Donatella Caprioglio fait partie de ceux, nombreux, qui sont perpétuellement en quête d'une maison où se sentir bien. Elle en a fait le sujet d'un livre à la fois très personnel et universel sur les maisons, nos façons de les habiter, la recherche souvent insatisfaite de la maison idéale, mais aussi la mémoire attachée aux maisons, les maisons d'enfance, les fantômes qui peuplent nos maisons.
    Il existe autant de maisons que de manières d'habiter sa maison. Cette diversité reflète bien le rapport affectif qui nous lie à elles. Car la maison est la métaphore de notre espace intérieur, trop vide ou trop encombré, désordonné ou  maniaque. Elle reflète les relations qu'entretiennent les gens qui y vivent. L'auteur aborde également de nombreuses autres questions : la révolution que représente un déménagement, avec le deuil de nos références habituelles ; les maisons conçues pour soigner -maisons d'accueil de la petite enfance, hôpital psychiatrique - maisons pour personnes âgées... Elle nous propose ainsi une promenade intime qui, au fur et à mesure de notre lecture, nous éclaire sur le sens profond que revêt chaque maison.

    Sur commande
empty