• LA FACE OBSCURE DE L'AURORE A la charnière du Moyen-âge et de la Renaissance, au fond des campagnes obscures du nord, se forge le destin d'une âme - Yvelenn - sous les regards bornés de l'histoire et les convoitises les plus disparates. Suite d'incursions dans les domaines de la sorcellerie, des sectes hédonistes et des frairies lunaires, des tribunaux civils, l'histoire s'achève - contre toute attente - dans l'atelier d'un certain Jeroen Anthoniszoon Van Aken, peintre renommé, auteur d'un Paradis hypothétique et d'un Enfer très présent.

    Sur commande
  • L'ouvrage présenté ici, essentiellement orienté sur l'analyse et l'interprétation très controversée du Jardin des Délices de Jérôme Bosch, touche à divers domaines : la théologie et la littérature médiévales, l'iconographie, l'histoire de l'art et des religions, domaines qui convergent pour cerner une pensée complexe. Précédé d'une analyse historique...

    Sur commande
  • Six nouvelles s'enchaînant, apparemment sans lien entre elles, mettant en scène six jeunes femmes plongées en des situations singulières, inextricables parfois, entêtantes souvent. Dans un monde contemporain, opaque ; à charge pour elles d'en découvrir les fissures.

    Sur commande
  • Recueil de nouvelles toutes inspirées de l'histoire - parfois très reculée - des civilisations méditerranéennes (à l'exception du « Jardin clos de la princesse Li »), ce premier volume intitulé « Bibliothèques » rassemble des textes autour de deux thèmes parfois distincts, parfois mêlés : le rayonnement culturel de l'antique Alexandrie et la passion des livres, vecteurs d'idées extrêmes. Résolument tourné vers « l'Erotique », cet ensemble a l'ambition d'éviter le double écueil de la grivoiserie et de la moralité qui conditionnent et restreignent les territoires de l'amour, pour ouvrir de nouvelles pistes - déconcertantes peut-être - à des regards lucides et curieux à dessein. Il reviendra au lecteur d'en juger. Un second volume intitulé « Naufrages » (actuellement en préparation) constituera le second volet des « Nouvelles alexandrines ».

    Sur commande
  • Second volume des « Nouvelles Alexandrines », ce recueil de six nouvelles poursuit son périple autour de la Méditerranée, gagnant le large peu à peu. C'est qu'ici les « Naufrages » sont tantôt réels, tantôt métaphoriques ; autant dire qu'ils déroutent, renversent les valeurs, construisent de nouveaux comportements pour de nouveaux horizons, laissant les êtres démunis d'abord pour les affermir. Des mésaventures de saint Antoine aux atermoiements secrets de Suzanne publiquement dénoncés, de l'aventure de Selkirk à celle d'un galion espagnol perdu dans la tourmente, ils peuvent convoquer encore Boccace et son étonnante « vierge aux neuf maris », comme ce modèle qui pose innocemment pour Andromède et qui attend Persée. « Naufrages », après « Bibliothèques », clôt l'ensemble des « Nouvelles alexandrines ».

    Sur commande
  • Ecrit entre le IIème et le IVème siècle ap. J.C., la Pistis Sophia apparaît comme l'un des textes majeurs de la Gnose, vaste mouvement ésotérique alexandrin d'inspiration essentiellement chrétienne. En étroite relation avec les Evangiles et l'Apocalypse de Jean, il amplifie considérablement les aspects métaphysique et cosmogonique de la nouvelle doctrine et s'attache à détailler le processus de la formation des âmes et de leurs migrations existentielles au point qu'il peut apparaître, dans certaines de ses parties, comme un véritable « Livre des morts chrétien ». Sa lecture « dans le texte », suite aux transcriptions successives et aux antécédents doctrinaux qu'il requiert, pose des difficultés insurmontables aux lecteurs peu avertis. L'ouvrage proposé ici tente de pallier ces obstacles par une réorganisation générale de la pensée du livre et un commentaire méthodique des éléments mis en cause suivant leur développement. La Pistis Sophia et la Gnose a été publié en 1988, aux Editions Pardès ; revu et corrigé notamment dans ses parties annexes, le texte est réédité sous sa version initiale.

    Sur commande
  • En 1898, à l'ère des grandes expositions coloniales, Martin G. Lartimer, zoologue, rapporte de ses expéditions maritimes une créature singulière qu'il tentera d'acclimater dans le parc provincial où il exerce des responsabilités. A l'engouement désordonné et avide des visiteurs, de la presse et de la recherche scientifique, il préférera vite l'observation intime et méticuleuse de sa « protégée » pour en découvrir le mystère et l'identité.
    Construit comme un récit à trois voix, distantes dans le temps et nourries chacune par les acquis de leurs époques respectives, l'enquête nous entraîne dans le « babillage » sans fin de l'histoire des hommes - de la science péremptoire jusqu'aux mythologies infondées - pour aboutir à de surprenantes conclusions sur un scénario inattendu, familial, génétique... qui disent combien les intuitions s'imposent aux vérités.

    Sur commande
  • Entre passé révolu et avenir improbable, une plage jadis abandonnée pour des motifs énigmatiques, jonchée de détritus, de décombres, de décharges sauvages, devient pour Elme - chercheur archéologue ermite - le décor d'une mémoire en dérive dont il tente opiniâtrement de rassembler les morceaux. À la fois salutaire et déroutante, l'irruption de Sophie dans sa quête solitaire s'impose vite comme phénomène incontournable, contre-argument majeur de son projet très singulier, jusqu'à s'inscrire au coeur de l'énigme à résoudre.
    En dépit d'un contexte réaliste, parfois cru voire prosaïque, ce récit relève de la pure fiction et n'hésite pas à emprunter - quand le besoin s'en fait sentir - certaines libertés d'ordre surréaliste. Que le lecteur n'en soit pas surpris : c'est que les réalités ici s'affrontent, s'imbriquent au risque de côtoyer l'absurde autant que l'absolu. Comme il en va de la vie.

    Sur commande
  • Le sang impur

    Dominique Viseux

    Le tragique destin de Marie-Thérèse de Savoie-Carignan, princesse de Lamballe, amie et surintendante de la Reine Marie-Antoinette, immolée lors des Septembrisades en plein Paris, avant l'instauration de la Terreur.

    Sur commande
  • Est présentée ici une adaptation théâtrale (mise en voix) du long poème de Farîd-ud-Dîn 'Attar, écrit au début du XIIIème siècle et intitulé «MANTIC UTTAIR». oeuvre marquante de la littérature orientale, pure expression du soufisme persan, le texte procède à la fois du mythe (la recherche du Simorg) et de la parabole, établissant sans cesse un parallèle entre les moeurs des oiseaux et des hommes au travers de fables édifiantes, toutes destinées à tracer les voies de la sagesse dans les situations les plus ordinaires - ou les plus absolues - qui soient. Respectant le déroulement parfois complexe du texte de Attar, cette adaptation se répartit en quatre tableaux : - Le colloque - La traversée du désert - Les sept vallées - Le Simorg. Etablie à partir de la traduction de Garcin De Tassy, elle suit fidèlement l'esprit du texte ; pour les besoins de la « mise en voix », tous les dialogues ont été reformulés, parfois épurés pour assurer au récit théâtral sa limpidité.

    Sur commande
  • « Certains l'appellent le figuier religieux, car il donne l'apparence de se nourrir des traditions sacrées. Mais en réalité, il n'est que le figuier des ruines. Ce qu'il a pris, il ne le rend jamais. » Au IXème siècle, un modeste royaume oriental aux traditions lointaines, figé dans ses querelles de castes, de familles et de clans, succombe aux influences sournoises d'un voisin trop puissant comme au déferlement de hordes qui dévastent ses régions. A la sagacité précoce d'un monarque orphelin, se rallie lentement la communauté des épouses princières pour affronter le péril commun et restaurer l'harmonie des temps anciens.
    Fortement imprégné de l'histoire du royaume Khmer avant sa montée en puissance, de récits détaillés de voyageurs chinois de l'époque, ce roman - fictif par définition - nous plonge avant tout dans une aventure collective intérieure où sexes et races s'affrontent sans merci pour découvrir un art de gouverner.
    (Illustration de couverture : Temple d'Angkor, Cambodge, pris dans les racines d'un figuier ; photographie de l'auteur)

    Sur commande
  • Dieu-le Ça

    Dominique Viseux

    Dieu... une création spécifique du Ça ?
    Les confusions voire les abus de langage abondent dès lors que sont évoqués les réalités, les instances, les dieux qui agissent sur les espaces subjectifs de l'humain. Redéfinir une terminologie rigoureuse - en convoquant l'étymologie, l'histoire des religions et des cultures - constitue la première étape de ce travail rendant aux termes si usités (et usés) de notre langage le sens précis qui leur revient. Une deuxième partie, largement tributaire de la symbolique, de la mythologie, de la psychanalyse, explore les univers mythiques et leurs représentations particulièrement dominés par la présence du féminin et l'instance de la « mère ». L'astrophysique, la biologie, l'archéologie sont au centre d'une troisième section qui retrace - nécessairement à grands traits - l'évolution du vivant et de l'humanité en particulier depuis ses balbutiements préhistoriques jusqu'à ses plus hautes conceptions culturelles. Une dernière section tente de rendre à l'humain son libre-arbitre entre les deux instances prégnantes qui le déterminent, Dieu et le Ça, par un recours aux sagesses antiques comme aux lumineuses intuitions de quelques uns de nos contemporains. De la mystique au structuralisme, de la science à la création artistique, aucune voie n'est a priori écartée.

    Sur commande
  • Une terre reculée de l'Europe du Nord, aux IXème - Xème siècles, à l'heure où l'évangélisation, mal secondée par une chevalerie aux ambitions troubles, réunifie les derniers fiefs réticents. Une région noyée dans les brouillards et les pluies incessantes. L'univers d'un château féodal, véritable vaisseau de pierre affrontant au jour le jour les éléments et la rapine médiévale.
    « Au centre d'un campement circulaire, un brasier est allumé. On y jette tant de bois que toute l'eau du ciel ne pourrait l'éteindre. À l'abri sous les auvents, les chevaliers se chauffent, se mettent à l'aise et boivent du vin chaud.
    - C'est une tradition chez eux, explique Villaume. La dynastie des Araines a toujours connu des difficultés de succession à cause d'une insuffisance d'héritiers mâles. Ils se marient entre eux depuis qu'on les connaît : l'inceste ne les effraie pas, leur sang devient débile. Autrefois, lorsqu'il y avait surabondance de filles et point de garçons pour les épouser, à l'age nubile, on voyait celles-ci se jeter du haut des remparts et se rompre les os sur les rochers du val, cela pour sauvegarder la race et appeler sur le sang des Araines la clémence du ciel. Il y a six mois, la situation est devenu catastrophique. Le dernier maître du château qui n'avait laissé que des filles, s'est tué en tombant de cheval. La dynastie ne peut survivre ; ils ne mêlent pas leur sang.

    Sur commande
  • Abel et loise

    Dominique Viseux

    • Pardes
    • 8 May 2008
    Sur commande
  • Sur commande
  • L'oeuf de colomb

    Dominique Viseux

    • Pardes
    • 23 May 1996
    Sur commande
  • Virginia Blake

    Dominique Viseux

    Amnésique par accident, Virginia est une jeune artiste en vue, projetée dans un monde fictif, résolument contemporain, qu'elle traverse comme un songe feutré, peuplé de codes et implacable dans ses clivages. Au-delà des groupes tout-puissants qu'elle croise, des milieux clos de l'art et de la performance, elle enquête sur sa disparition - son évincement - pour découvrir de singulières vérités sur le monde réel, comme sur ses activités et ses amours anciennes. Jusqu'à son deuxième accident... Incursion dans l'univers de l'anticipation et, finalement, de la dystopie, "Virginia Blake" place son lecteur dans la même posture que son héroïne déboussolée. Repères brouillés, sentiment d'étrangeté et de dépossession, moeurs à décrypter, lois à apprivoiser : tous ces éléments se multiplient et se conjuguent pour mieux nous égarer, le romancier en profitant pour nous diriger au coeur d'une société qui ne goûte guère à la subversion. Tour à tour quête identitaire, thriller et tragédie amoureuse, "Virginia Blake" démontre une nouvelle fois la virtuosité romanesque et toujours imprévisible de D. Viseux.

    Sur commande
  • Tout le monde connaît l'histoire de la Belle et la Bête. Rapporté par madame Leprince de Beaumont vers les années 1740 - à des fins édifiantes pour les jeunes anglaises -, le conte est mince, rudimentaire dans sa narration, d'une indigence imaginative et psychologique assez désarmante. Jean Cocteau en donnera une version cinématographique d'une poésie surprenante restituant au mythe une certaine ampleur, celle de la féerie, inexistante dans sa version d'origine. Pourtant, la pirouette du prince charmant élude la question cruciale de la laideur et de la séduction, sur laquelle revient cette nouvelle version. Car ici, les métamorphoses ne sont pas celles qu'on croit. Fantasque, grotesque mais sérieuse, la présente version ne se destine nullement aux oreilles enfantines. Elle explore les délicats méandres de l'âme humaine, côté jour, côté nuit, sans déroger aux exigences du récit. Mêlant humour et gravité, grivoiserie, poésie et réflexion, l'auteur des Gorges de l'enfer et d'Adeline dans l'eau parvient à surprendre en livrant une relecture aussi maligne que décomplexée d'un classique désormais incontournable.

    Sur commande
  • Une jeune femme mystérieuse, dont on ne sait pas le nom. Un pays en guerre avec une monarchie qui était précédemment son alliée. Une inconnue inspirée, faiseuse de miracles. Une église qui commence à craindre pour sa réputation, qui voit son pouvoir ébranlé, peut-être menacé. Tous les éléments vont se rejoindre, tous les pions se sont mis en place. Et l'histoire de la France va pouvoir s'écrire, dans le sang et dans la trahison, dans les armes et dans la foi.

empty