• Le manuel de référence sur les "humanités numériques".

    - Un ouvrage bien identifié qui fait désormais référence sur le sujet.
    - Edition entièrement mise à jour et prenant en compte les travaux les plus récents sur la question.
    - Un auteur incontournable sur le sujet, porteur d'un point de vue fort, très identifié dans les médias et actif sur le net.

    Le numérique au sens large (informatique, réseaux, médias, Internet) a envahi l'ensemble des activités humaines, des plus personnelles aux plus collectives, et profondément modifié notre rapport aux autres, à l'espace, au temps. Porteur d'innovations permanentes, il fascine et effraie tout autant, et fait l'objet de multiples débats, analyses, controverses.
    Cet ouvrage didactique vient fournir aux étudiants et aux chercheurs des cadrages théoriques, des concepts clés ainsi qu'une synthèse critique des travaux réalisés sur le sujet. Après avoir dressé une histoire du numérique, il en analyse les usages, les dimensions économiques, cognitives, organisationnelles et socio- politiques. Il interroge enfin le rôle des sciences sociales et leur responsabilité pour faire exister des « social data sciences » dans le cadre du nouveau domaine des « humanités numériques ».

  • Les notifications, les alertes, les messages courts, les scores de publication sollicitent notre attention de façon permanente et accélérée. Tout cela renforce notre attachement aux réseaux numériques et à notre portable et provoque un stress et une baisse de la vigilance et de la réflexion. Ces plates-formes sont conçues pour encourager notre « engagement », c'est-à-dire la propagation à haute fréquence de tout message qui sera à la fois nouveau et saillant (donc souvent choquant ou étrange). Il en va de leur intérêt économique.
    Dominique Boullier travaille sur ces questions depuis une quinzaine d'année et analyse ce mécanisme économique, technique et cognitif a une incidence fondamentale sur nombre de domaines liés à l'espace public et à la finance.
    L'amplification par les réseaux numériques se traduit par une mobilisation personnelle de tous les instants et un encombrement de l'espace public par la propagation accélérée d'informations non désirées. Les fake news sont moins un problème de véracité que de viralité incontrôlée.
    L'ouvrage démontre que les designs choisis par les plate-formes visent à capter l'attention permanente de leurs utilisateurs et nous rendent incapable de traiter les enjeux de long terme comme le réchauffement climatique. Des solutions techniques et comportementales pour ralentir ce « réchauffement médiatique » existent et avant tout, il est nécessaire de contrôler le rythme de réplication (like, retweets, partages).
    Dominique Boullier propose une approche multidisciplinaire du numérique (« user experience », sciences cognitives, linguistique, sociologie) du numérique et renouvelle en profondeur notre conception de ces plate-formes qui dominent notre monde.

  • La ville se reconfigure lors des grands événements (festival, manifestation, match de foot, etc.), les foules sont contenues par le cadre bâti urbain et s'en emparent, les publics vibrent au rythme des attracteurs proposés par les organisateurs ou créés par eux-mêmes.
    Un climat s'installe, qui doit toujours être unique pour faire événement, qui attire ou qui repousse, qui se prépare, qui va crescendo mais qui doit aussi savoir progressivement descendre pour revenir au calme puis laisser des traces dans les mémoires et dans les médias. Les spécialistes de la sécurité urbaine et du maintien de l'ordre, qu'ils soient publics ou privés, ont appris à anticiper sur ces états toujours instables, à pré-positionner des forces et des moyens opérationnels, mais aussi à réviser leurs plans car des incidents viennent toujours ponctuer ces grands événements urbains.
    Trois événements (un match de foot, un festival de musique, une manifestation syndicale) ont été suivis grâce à des méthodes d'observation originales et minutieuses permettant de restituer tous les points de vue, sans jamais les totaliser mais en montrant leurs articulations. L'ouvrage permet ainsi de restituer "l'art du bon moment" (le kairos) qui fait l'expertise de ces professionnels du climat urbain et de leurs équipements.

  • Sociologie de la propagation : viralité, fake news, réplication Nouv.

    La pandémie de Covid19 a mis en évidence à quel point les processus de propagation affectent nos vies en profondeur.
    Mais elle révèle également l'existence conjointe d'une propagation d'un tout autre ordre : celle des informations, des consignes, des données, des rumeurs et des fake news. Si ce paradigme de la propagation est déjà utilisé dans de nombreuses disciplines (des sciences naturelles ou sociales), il n'a cependant pas obtenu un statut spécifique.
    Cet ouvrage, en faisant le tour d'horizon de tous les travaux qui adoptent ce point de vue, a pour ambition de montrer la fécondité d'une approche des sociétés sous l'angle de la propagation, à côté de l'analyse traditionnelle des structures sociales et des préférences individuelles.
    En s'appuyant sur les méthodes du Big Data offertes par le numérique et la traçabilité généralisée de nos comportements, il propose une nouvelle façon de quantifier le social, comme processus de propagation, et non plus seulement à partir des recensements et des sondages. Cette première théorie sociale de la propagation, illustrée par de nombreux exemples (coronavirus et réseaux sociaux, affaire Griveaux, ligue du Lol, mème Pepe the frog, MeToo, etc.) propose ainsi aux étudiants mais aussi aux décideurs et au public cultivé une nouvelle grille de lecture de la société directement en prise avec nos expériences.

    awaiting publication

  • C'est beau, une ville, la nuit ; mais c'est aussi étrange, une ville, lorsque des événements importants modifient la population rencontrée, l'occupation des espaces et des transports, les relations entre habitants, passants et public.
    Tout le climat urbain en est affecté. Cette mutation toujours plus fréquente de la ville en " ville événement " est ici explorée à travers trois observations de terrain (festival de musique, manifestation syndicale de masse, match de football à fort enjeu). Lors de ces événements, chacun a pu faire l'expérience d'une modification de ses propres états affectifs (excitation, peur, frustration...) qui dépasse les individus mais aussi les professionnels : la ville événement fait de nous des êtres urbains modifiés, l'espace d'un instant.

    Sur commande

  • Les technologies de l'information vont-elles envahir notre espace d'écrans et d'ordinateurs ? pas du tout ! C'est le micro-processeur capable de se loger partout, dans nos murs ou dans notre corps, qui porte cette information. Quelle ville cela nous prépare-t-il ? Logements, déplacements, mémoire, création, des idées très concrètes sont proposées dans ce livre, le plus souvent mises en scène à Rennes. En se projetant en 2100, le démenti est probable mais le changement de regard est garanti.

    Sur commande

  • La télé n'existe pas sans les conversations qu'elle suscite, voilà l'argument quelque peu risqué de cet ouvrage qui rassemble trois études sur les pratiques ordinaires de discussion à propos de la télé ainsi que sur nos façons de juger les émissions. En étudiant précisément comment se construisent ces opinions publiques locales, dans les conversations, dans les entretiens d'enquête ou dans les jugements, cet ouvrage nous réconcilie avec la télévision qui n'est finalement que ce que nous en faisons, ou plutôt ce que nous en parlons.

    Sur commande

  • Les livres, comme les chats, auraient neuf vies. Leur passage en librairie dure quelques semaines, mais une autre vie commence dans les mains des lecteurs et des lectrices. Aimer un livre, c'est le prêter, l'offrir, le recommander, en parler, le commenter sur son blog, le présenter sur YouTube ou dans un cercle de lecture, et puis le poser sur un rayonnage ou le laisser quelque part, en quête d'une autre vie. Au travers des témoignages de lecteurs-échangeurs, se dessine tout un panorama des usages du livre, et des changements provoqués par internet et le livre numérique. Le livre-échange met en lumière une écologie de la lecture, dans toute la diversité des pratiques.

  • Cet ouvrage est issu d'un rapport de recherches réalisé en 1996 dans le cadre de la société Euristic Média avec le soutien du Plan urbain, Ministère de l'Equipement.

    Sur commande

empty