• L'entrée dans le XXIesiècle a consacré une révolution de notre modèle économique: le passage d'une économie de masse à une économie dictée par la demande. Une soif de consommation effrénée et immédiate de produits personnalisés, fabriqués à la demande, s'est généralisée.
    Une nouvelle ère où le consommateur, devenu roi, impose aux entreprises de se réorganiser pour devenir plus agiles, et ce au détriment des travailleurs. Une société de surabondance, caractérisée par le gaspillage des ressources, une hausse des inégalités, et une course folle vers le «toujours plus».
    Mais la crise du Covid-19 a exacerbé le fait que notre dogme productiviste, fondé sur quatre logiques - extraire, produire, consommer, jeter - ne pouvait plus durer.
    Comment changer durablement nos comportements d'acheteurs impulsifs? Comment repenser notre système capitaliste pour qu'il devienne plus inclusif et équitable, et que chacun trouve sa part et sa juste place? Quel rôle tient l'État dans ce nouveau paradigme, notamment en ce qui concerne la refonte de nos systèmes de protection sociale?
    Face à ces problématiques, Denis Pennel prône la nécessité de nouer un nouveau contrat social: consommer moins mais mieux, recréer du lien et du dialogue entre les citoyens, combattre la marchandisation du travail, mettre en place un capitalisme au service de l'humain.

    Sur commande
  • Diversification des contrats, personnalisation du temps de travail, porosité croissante entre vie privée et vie professionnelle, essor du travail indépendant : le modèle unique fondé sur le CDI et l'échange subordination du salarié contre salaire est devenu caduque. Demain l'emploi sera fragmenté, individualisé, à la carte. La relation de subordination sera remplacée par une relation de collaboration, dans laquelle la maîtrise et l'aménagement des tâches par les salariés eux-mêmes seront déterminants.
    Ce livre n'est pas une charge contre notre modèle social. Il constate que celui-ci n'apporte plus les protections nécessaires aux salariés, faute d'avoir anticipé et de s'être adapté à la révolution individualiste. Il ne s'agit donc pas pour l'auteur de s'associer au discours patronal courant contre la protection sociale et le droit du travail. Il s'agit au contraire de refonder ceux-ci sur un constat documenté de la nouvelle réalité du travail.
    Face à la montée de l'individualisme, de nouvelles formes de sécurité vont devoir être inventées afin de réconcilier l'individu et le collectif, et de combiner flexibilité et sécurité. Pour au final replacer l'individu au coeur de la relation d'emploi.

  • Partout naissent de nouvelles formes de travail - indépendants, slashers, co-workers, start-uppers, makers, etc. -, souvent précaires, mais qui répondent à une aspiration profonde de la société. Multiforme, collaboratif, agile, individualisé, ce nouveau monde du travail vient remettre en cause le modèle du salariat. Pourtant, le travail en France repose aujourd'hui sur une inégalité majeure : 99 % du droit du travail concerne le salariat, et c'est le salariat qui permet l'accès au Graal de la protection sociale. Le statut d'indépendant constitue une aventure risquée, un basculement dans la précarité. Denis Pennel donne les clés pour comprendre et accompagner cette réinvention du travail, qui permettra de tirer le meilleur des évolutions de nos sociétés. Il propose également 25 réformes, afin de garder le meilleur du salariat et du statut indépendant.

    Sur commande
empty