• Le 20 août 2007, David Puaud, alors éducateur de rue, découvre, à la une du journal local, le titre suivant : « Meurtre à Richelieu : un jeune Châtelleraudais inculpé d'homicide volontaire avec préméditation, actes de tortures ou de barbarie, enlèvement et séquestration suivis de mort. » Il se surprend à penser immédiatement à un des jeunes qu'il suit dans le cadre de ses missions de prévention, intuition qui se révélera juste.

    Passé l'effet de sidération, il décide de suivre le procès en cour d'assises de ce crime et d'en faire le sujet de sa thèse d'anthropologie. Au cours de ce procès, le principal accusé se verra à plusieurs reprises assimiler à la figure du « monstre », dénué d'humanité.

    Parallèlement, David Puaud mène un travail de terrain pour tenter de suivre au plus près la trajectoire qui a conduit cet individu jusqu'à de tels actes, en analysant les ressorts psychosociaux, politiques, institutionnels et historiques qui sont entrés en jeu dans son parcours.

  • On estime aujourd'hui à environ 12 000 le nombre de personnes signalées pour radicalisation violente en France. Qui sont-elles ? Des jeunes en voie de radicalisation, des candidats au Djihad ou d'autres qui en reviennent ? Fruit d'une étude de terrain, cet ouvrage dresse le portrait de certains jeunes (dont Abel Kermiche, l'assassin du prêtre Jacques Hamel, ou encore Mohamed Merah), en mettant en lumière la construction politico-médiatique de la figure du jeune radical islamiste et en analysant la transformation des dispositifs de surveillance et de réinsertion.
    Cette étude documentée intéressera toutes les personnes soucieuses de comprendre le phénomène de radicalisation islamiste et en particulier les acteurs de terrain concernés au plus près.

    Sur commande
  • Les moments emblématiques terroristes de 2015 questionnent le « vivre ensemble » dans la société française, notamment les acteurs de la communauté éducative. Les radicalisations violentes particulièrement liées à l'islam, font l'objet d'un traitement médiatique et politique sans précédent. Qu'en est-il vraiment de ce phénomène ? Mythe ou réalité ?

    L'immersion des acteurs sociaux de proximité leur permet d'observer et d'être en lien avec des jeunes en situation de fragilité psychique et/ou de marginalités sociales. Quelles sont les différentes formes de radicalisations auxquelles ils sont confrontés ? Quelles stratégies en termes de prévention sociale et/ou éducative ?

    À l'heure où les débats autour de la « question identitaire » se renforcent, il devient important de mettre en perspectives les attitudes, dispositions et méthodes d'actions éducatives afin de mener un travail de prévention, mais également de diffuser les expertises en termes de savoir-être et savoir-faire de ces professionnels face à ce type de phénomènes.

empty