• Original et attendu, cet ouvrage porte sur une histoire en grande partie construite de façon récente et qui reste encore en cours d'élaboration.
    Périodisations et catégories utilisées pour d'autres lieux, en particulier les histoires européennes anciennement constituées, ne sont donc pas toujours opérationnelles, ou ne le sont qu'au risque d'une perte de sens. Plus encore, à la vision traditionnelle des terres coloniales d'Amérique perçues depuis la "métropole", s'est superposé depuis quelques années un déplacement du point de vue. Les thématiques, toujours traitées par des spécialistes de la question, répondent à une option dynamique, qui reflète les enrichissements successifs, les virages récents de cette histoire et ses enjeux.
    S'appuyant sur un important dépouillement de sources et d'études, insistant sur la méthodologie, cette vingtaine de contributions offre un état de la recherche, de ses acquis, de ses perspectives. Destiné aux étudiants, aux chercheurs, à tous ceux intéressés par le sujet, ce Guide constitue un préalable indispensable à tout travail et toute réflexion sur l'histoire antillaise et guyanaise.

  • Dans les zones tropicales et équatoriales de l'Amérique coloniale moderne, et encore pour une bonne part à l'époque contemporaine, la plantation coloniale esclavagiste présente des caractéristiques fondamentales. Elles tiennent à la fois à un type de mise en valeur, à l'originalité de ce que produit une agriculture manufacturière, et surtout à un rapport au travail marqué par le recours à une main l'oeuvre servile largement issue de la traite négrière transatlantique. Mais si la plantation est une structure, elle est aussi une conjoncture. Les bouleversements du XIXe siècle, première abolition dans les terres françaises, portée par la Révolution et le soulèvement des esclaves à Saint-Domingue, émancipation des populations serviles de la Caraïbe anglaise 1833-1838), deuxième abolition française (1848), posent dans toute son ampleur la question du passage du travail de l'esclave à celle du nouveau libre. Il s'agit d'une des grandes réflexions de l'époque, réflexion que la nôtre redécouvre, en s'interrogeant sur l'esclavage et la mise en esclavage, et sur la relation si particulière qui s'est établie entre ces " îles fortunées " et le malheur du travail forcé.

    Sur commande
  • À l'heure d'une mondialisation sans cesse plus contraignante, ce regard croisé de spécialistes divers de l'Université des Antilles et de la Guyane sur l'Amérique des Plantations est une clé offerte au lecteur pour décloisonner les territoires et sociétés de cette partie du monde.
    Les auteurs ont ciblé l'habitation/plantation comme élément fédérateur, notamment ses héritages et mutations. À travers l'histoire, les langues, la littérature, les civilisations, la communication ou l'étude des territoires, ils aident à découvrir les matériaux communs mis en oeuvre pour la construction des identités multiples et le développement de pays ou de régions aussi divers que le Brésil, la Louisiane, le Mexique, Cuba, les Petites Antilles, le Venezuela ou la République Dominicaine. La plantation américaine a conditionné le peuplement des territoires, marquant profondément les hommes, les sociétés créoles, les paysages ou la biodiversité. Sur le continent, elle participa à la modernisation des hacienda, des estancia et autres fazenda. Sa contribution à la consolidation des échanges internationaux et à l'affirmation de la mondialisation est incontestable.
    À un moment où le débat n'a jamais été aussi passionnant, sur la nécessité de mieux connaître le passé pour comprendre le présent et préparer l'avenir, ces contributions d'universitaires devraient faciliter la compréhension de la globalité des systèmes agraires, économiques, sociaux ou culturels liés à l'habitation/plantation. Elles constituent un potentiel de première importance, résultat d'un renouvellement de l'approche scientifique pour appréhender l'étude de cette partie du monde. Elles sont susceptibles d'inspirer de nouvelles politiques de coopération en matière de formation, d'échanges, de développement durable.

empty