• C'est en Angleterre, à la fin du XIXe siècle, dans le sillage de la célèbre Loge de recherche Quatuor Coronati 2076, qu'est née « l'École Authentique », entendons par là un mouvement historiographique fondé sur l'histoire critique, l'identification et la confrontation de documents, le recoupement des sources. Les historiens français de la francmaçonnerie ne se sont pourtant que tardivement convertis à cette approche. C'est dans cette perspective que se situe le travail méticuleux, précis et patient de Daniel Kerjan. Déjà, il y a peu, son Dictionnaire du Grand Orient de France au XVIIIe siècle, dans le sillage et avec le concours du grand Alain Le Bihan, avait fourni aux lecteurs soucieux de renseignements sûrs, un état impressionnant des loges maçonniques françaises au XVIIIe siècle. Il restait à placer ce travail pointilliste dans un cadre unifiant. C'est le but du présent ouvrage.

    Sur commande
  • 250 ans dans la ville : l'histoire des francs-Maçons du Grand Orient de France à Rennes est d'abord celle de la plus ancienne loge française en activité continue depuis le XVIIIe siècle, " la Parfaite Union ", fondée en 1748, et dont les abondantes archives, longtemps considérées comme perdues, ont été récemment retrouvées après une longue confiscation à Moscou.
    Une telle pérennité vient tout autant de sa faculté d'adaptation aux différents régimes, dont témoigne la diversité sociale de ses membres, que de la continuité idéologique unissant dans le temps comme dans l'espace les frères de la noblesse, du clergé et du Tiers, à la recherche sous l'Ancien Régime d'une autre forme de sociabilité ; les fonctionnaires et les militaires du premier Empire dévoués à la gloire de Napoléon ; les notables libéraux de la Restauration et de la monarchie de juillet pratiquant à l'égard de réfugiés politiques portugais ou polonais une fraternité active ; les intellectuels contestataires du second Empire, et les combattants républicains et laïques édifiant pierre à pierre la Troisième République.
    Attentes et fortunes diverses qui permettent de revisiter l'histoire de France et celle du Grand Orient, à travers les épisodes marquants et parfois pittoresques de la vie d'une loge de province.

  • L ORSQUE Philippe d'Orléans, alors duc de Chartres, est solennellement installé Grand Maître le 22 octobre 1773, le Grand Orient de France rassemble 112 loges. On en dénombre près de 700 vingt ans plus tard dans le royaume, les colonies, dans les régiments et à l'étranger.
    Cette situation quasi hégémonique résulte de la forte structure administrative mise en place par l'Administrateur Général, le duc de Montmorency- Luxembourg : Grande Loge de Conseil, Chambre d'Administration, Chambre de Paris, Chambre des Province et plus tard la Chambre des Grades. Toutes ces assemblées sont composées d'offi ciers élus, engagés fi nancièrement dans l'Obédience par une contribution obligatoire. Les assemblées générales trimestrielles, qui entérinent les décisions prises par les Chambres, réunissent les députés de toutes les loges, dont les pouvoirs sont soigneusement vérifi és.
    La première partie de l'ouvrage intitulé « Les cadres du Grand Orient de France au XVIIIe siècle » présente un recensement complet des offi ciers et des députés de l'Obédience ; c'est une oeuvre, restée jusqu'ici inédite, d'Alain Le Bihan.
    Daniel Kerjan, pour sa part, a résumé l'historique de toutes les loges et chapitres constitués ou reconstitués par le Grand Orient, avec les noms des vénérables d'ateliers, soumis à élection ou réélection annuelle, parus dans les dix annuaires imprimés entre 1776 et 1789.
    L'ensemble compose un panorama complet de l'activité du Grand Orient de France au XVIIIe siècle. L'historien y trouvera une base de données fi able, et tout lecteur une mine de renseignements pour la plupart inédits.

    Sur commande
  • Breton Choupig morzhadeg

    Kerjean Daniel

    • An here
    • 1 January 1984
    Sur commande
  • Breton Pigos bras

    Kerjean Daniel

    • An here
    • 1 January 1988
    Sur commande
empty