• Ghost world

    Daniel Clowes

    Alerte ! Enid et Becky, les enfants terribles de Daniel Clowes, sont de retour ! Et elles n'ont pas perdu une once de cynisme.

    Enfin ! Le temps est venu pour Ghost world de rejoindre le catalogue Cornélius, auprès du reste de la progéniture de Daniel Clowes (David Boring, Wilson, Mister wonderful), le grand peintre de la cruelle banalité de la vie quotidienne.
    Près de vingt ans après sa première parution chez Fantagraphics Books, Ghost world, dont les héroïnes ont toujours la peau grasse, est LE roman graphique emblématique de l'adolescence désabusée. Clowes s'immisce dans la vie d'Enid et Becky, à cet âge ingrat qu'elles sont prêtes à quitter, non sans regrets inavoués.
    En retraçant l'été des deux amies jusqu'ici inséparables - mais cela ne saurait durer - Ghost world évoque leur petite existence minable, dans un bled tout aussi minable du fin fond des États-Unis.
    Enid Coleslaw (mais ?! c'est l'anagramme de Daniel Clowes !) et Rebecca Doppelmeyer posent un regard glacial sur le monde et les adultes qui le peuplent, à commencer par leurs parents, qui ne sont pour elles que des enveloppes charnelles sans convictions à qui elles désespèrent de ressembler un jour. Va pourtant se poser la question, à l'issue du récit, de savoir ce qu'il adviendra de leur vie désormais.
    Une fois encore, Daniel Clowes crache au visage de l'Amérique conformiste et propose sa vision d'un « monde de fantômes » vide de sens, où des étincelles de beauté peuvent naître là où on ne les attend pas.

    1 autre édition :

  • Patience

    Daniel Clowes

    Jack et Patience filent le parfait amour, malgré quelques problèmes d'argent ils forment un couple harmonieux et comblé par l'arrivée futur de leur premier enfant. Un jour, ce bonheur vole en éclats. Jack rentre du travail et découvre qu'un étranger lui a arraché son fragile équilibre familial. Pour empêcher l'irréparable, Jack fera tout ce qui est en son pouvoir même si pour cela il doit courber l'espace et le temps.
    Daniel Clowes signe ici l'une des oeuvres les plus abouties et des plus accessibles de sa carrière. Avec subtilité, il joue avec les codes de la science-fiction pour mieux exprimer les sentiments complexes de ces protagonistes. Fluide et addictive, la lecture de Patience transporte le lecteur dans un tourbillon d'émotions jusqu'au dénouement final, proche du «happy end». Avec une virtuosité incomparable, l'auteur utilise la fiction et les voyages temporels pour mieux aborder des problématiques multiples, la construction de l'identité, la part du secret dans le couple, le deuil, la vengeance et bien sûr, l'amour.  Sorte de Retour vers le futur pour adulte, Patience mélange rêves d'enfance et questionnement matures dans un enchevêtrement de rebondissements et une intrigue à couper le souffle.

  • David Boring

    Daniel Clowes

    David, héros et narrateur de l'histoire, est un jeune homme qui oscille entre la fin de l'adolescence et les prémices de l'âge adulte. Pressé de quit- ter l'un et réticent à entrer dans l'autre, il occupe son temps à s'ennuyer, relisant entre deux conquêtes féminines insatisfaisantes un recueil de bande dessinée réalisé 30 ans plus tôt par le père qu'il n'a jamais connu. Cette atti- tude vole en éclats le jour où il croise la route de Wanda. Ce qui prenait la tournure d'un récit introspectif bascule alors peu à peu dans le cauchemar :
    Un inconnu tente de l'assassiner, des gens meurent ou disparaissent mysté- rieusement, une guerre bactériologique éclate dans le lointain... et plus rien ni personne ne peut garantir que le monde est ce qu'il paraît être.
    Mêlant observation pointue des sentiment et ambiances à la limite du fantastique, Clowes dresse un époustouflant portrait de l'adolescence en quête d'identité et signe un véritable chef-d'oeuvre.
    Publié dans son pays par un éditeur de littérature au même titre que les ouvrages d'écrivains contemporains, ce livre a été salué par la critique comme la preuve (enfin !) que la bande dessinée était une écriture à part entière. Cette nouvelle édition que nous proposons, intègre désormais les cases en couleur présentes dans l'édition originale. L'album sera cartonné avec un dos toilé puis proposé en avant-première au Festival d'Angoulême en présence de Daniel Clowes.

  • Eightball

    Daniel Clowes

    En 1989, le jeune Daniel Clowes crache sa frustration au visage de l'Amé- rique conformiste en une série de « krazy comics », publiés dans les pages de son magazine Eightball entre les épisode de Comme un gant de velours pris dans la fonte ou Ghost world.
    La trentaine de courtes histoires rassemblées ici sous le titre Eightball, témoigne de la versatilité d'un artiste qui passe de la satire sociale à la blague potache, de l'anecdote absurde à l'étude psychologique, en s'of- frant, au passage, le luxe de détourner l'imagerie et les codes des comics.
    La satire est réjouissante, renversant pêle-mêle intellectuels et sportifs, artistes et prolos, chrétiens et satanistes, hippies et puritains. L'auteur place cette anthologie sous la protection dérisoire d'une icône des années 50, la Magic 8 Ball, gadget créé par Mattel en 1946, et invite le lecteur à « une orgie de mépris, de vengeance, d'abattement, de désespoir et de perver- sion sexuelle ».
    Épuisée depuis cinq ans, cette édition augmentée intègre de nouvelles histoires totalement inédites. Le livre est proposé pour la première fois en grand format (cartonné) avec une couverture originale. Ouvrage culte pour tous ses fans, Eightball est considéré comme l'un des plus grand comic book de la fin du XXe siècle.

  • Le rayon de la mort est le dernier opus de la série Eightball, dans laquelle Ghost world et David Boring ont vu le jour. On y retrouve les thématiques fétiches de Clowes, à savoir un mélange de parade éloquente et d'aliénation poignante, tout en retournant brillamment les codes du superhéros.
    Andy est un garçon solitaire, sans famille ni copains, un tantinet misanthrope.
    Accablé par la médiocrité mêlée d'arrogance de ses contemporains et hanté par un terrible désir de vengeance, il se rêve une destinée exceptionnelle. Las d'une adolescence qui s'éternise, indifférent au monde qui l'entoure, il passe le plus clair de son temps avec Louie, son meilleur - et unique - ami. Tous deux coulent une jeunesse mélancolique dans une banlieue ordinaire, jusqu'au jour où Louie entraîne Andy dans ses frasques, l'initiant au Punk Rock et. aux cigarettes. Surprise, le tabac a sur Andy un effet inédit, le dotant soudain d'une force extraordinaire et de pouvoirs mystérieux. Le voilà désormais dans la peau d'un super héros. Les super méchants n'ont plus qu'à bien se tenir.
    Tandis que les héros de bandes dessinées ont tendance à habiter les grandes métropoles grouillantes de criminels et de criminologues, le monde où vit Andy est plus proche du notre, sans robots ni aliens, mais avec ses rivalités minables et ses arrangements mesquins. Face à une pénurie de vrais méchants, Andy fait avec ce qu'il a sous la main : un assortiment de petites brutes, d'ersatz de rebelles et de jeunes losers. « À quoi bon avoir un pote avec des super pouvoirs, si on ne trouve même pas de criminels à buter ? » se plaint Louis, l'acolyte d'Andy.

  • Wilson

    Daniel Clowes

    Avec Wilson, Clowes revisite sa thématique fétiche à savoir la médiocrité humaine, la portant à un nouveau degrée d'excellence. Une série d'histoires d'une page retrace les efforts de Wilson pour reprendre sa vie en main avant de replonger dans sa déprime quotidienne. Tel Sisyphe poussant son rocher, notre héros sue sang et eau pour remonter la pente avant de se casser le nez et de s'en retourner à la case départ.
    Abordant des inconnus au café, dans la rue, dans le bus, s'incrustant en famille ou chez ses accointances, Wilson essaie désespérément de renouer le contact avec ses contemporains. Après la mort de son père, Wilson, irrévocablement seul, se lance à la reconquête de son ex-femme, Pippi, dans l'espoir de raviver la flame de cette relation éteinte depuis bien longtemps. Ce faisant, il découvre sa fille Claire, née peu après leur separation et placée dans une famille adoptive. Prêt à tout pour reconstruire une famille, Wilson se donne pour mission de les réunir tous les trois - encore un projet voué à l'échec et qui ne manquera pas de se retourner contre lui.
    Clowes utilise une variété de styles pour dessiner son personnage, mais qu'il apparaisse sous des traits parfaitement réalistes ou sous la forme d'un cousin éloigné d'Andy Capp, Wilson reste définitivemet un loser.
    Avec ce nouveau livre, Clowes nous offre une tranche de pessimisme brillamment découpée et magnifiquement dessinée. À l'heure où les bons sentiments sont légion, il fait bon de lire ce chef d'oeuvre remarquable de misanthropie.

  • Avec ce livre construit autour de saynètes parues chaque semaine dans le New York Times, Daniel Clowes donne naissance à un nouvel anti-héros : Marshall, célibataire introspectif et grisonnant, s'apitoie sur son sort et sur celui de l'humanité toute entière qui part à vau-l'eau.
    Il attend Nathalie, avec qui un couple d'amis bienveillants lui ont arrangé un rendez-vous et dont il est presque certain qu'elle ne viendra pas. Les minutes passent, Marshall est de plus en plus déprimé et de plus en plus obsessionnel. Nathalie finira par arriver et Marshall achèvera de se torturer afin de ne pas passer à côté de la compagne idéale de ses petits-déjeuners dominicaux fantasmés. Savant mélange d'humour, de tragédie et de romantisme, Mister Wonderful met en scène l'attachement profond de Clowes pour ces personnages esquintés par la vie mais jamais complètement irrécupérables.

  • Clay, le héros de Comme un gant de velours pris dans la fonte, part à la recherche des producteurs d'un snuff movie dans lequel il a cru reconnaître sa femme, disparue quelques temps plus tôt. Sur cette trame, Daniel Clowes organise un road movie cérébral qui abolit toute frontière entre cauchemar et réalité. Dans ce chaos nocturne, parfois simple transposition hallucinée des peurs et des solitudes urbaines, il nous porte à entrevoir l'ombre fugitive et glaçante d'une horreur intime et universellement partagée.

  • Ice haven

    Daniel Clowes

    Daniel Clowes est né à Chicago où, un jour de 1924, deux étudiants assassinèrent par ennui leur jeune voisin, et le souvenir de Leopold et Loeb hante les pages de Ice haven. Cet album raconte comment la disparition d'un petit garçon bouleverse la routine d'une bourgade du Midwest, repliée sur ellemême, et met à jour la solitude et la frustration de ses habitants. L'auteur de David Boring marche ici sur les traces d'Edward Hopper ou de Charles Schultz et cartographie la terrible mélancolie du quotidien. Derrière l'ironie transparaît une empathie profonde pour les prisonniers de Ice Haven, qui ne cessent de se heurter aux barreaux de leur cage en cherchant aveuglément une issue à leurs rêves.

  • Caricature

    Daniel Clowes

    • Rackham
    • 22 August 2011

    Caricature réunit neuf histoires de Daniel Clowes (Caricature, Blue italian shit, La maman dorée, MCMLXVI, Comme une brindille, Joe, Immortel, invisible, Eyeliner vert, Gynécologie, Nylon noir) publiées à l'origine dans la revue Heightball. Toutes ces histoires sont liées par le fil rouge de la solitude urbaine et du désespoir : Le caricaturiste de foire, le puceau qui s'installe en ville, la blonde obsédée par l'ancien camarade de classe devenu star de la télé, le jeune homme qui se prend pour un super héros... autant de portraits déformés, immergés dans une réalité décalée et trouble qui se situe quelque part, aux antipodes du rêve américain, dont Clowes dévoile les inquiétantes coulisses. « Ces histoires reflètent toute la sophistication de l'univers de Daniel Clowes : étrangeté, ironie, nostalgie, obsession du détail. Des récits de vie quotidienne servis par un dessin des plus modernes et terriblement efficace » (Les Inrockuptibles) Les pages de Caricature sont sans doute parmi les meilleures de Daniel Clowes : à découvrir ou redécouvrir.

  • Pussey !

    Daniel Clowes

    • Rackham
    • 11 September 2006

    La vie et les oeuvres d'un jeune dessinateur de bande dessinée en quête d'un succès qui tarde (un peu trop) à venir. Pussey ! est, avec Ghost World et Comme un gant de velours..., une des oeuvres qui ont contribué à faire connaître et apprécier Daniel Clowes en France. Cette petite balade dans l'univers du comics américain, aux accents vaguement autobiographiques, fait pleinement ressortir les talents de narrateur de Clowes, son humour grinçant et sa justesse. Pour cette nouvelle édition, l'auteur a réalisé une couverture originale, une nouvelle maquette intérieure et, surtout, une préface dessinée
    inédite de deux pages.

  • Daniel Clowes envoie sa première histoire de Lloyd Llewellyn en 1985 à Fantagraphics, qui s'est lancé dans l'édition de bande dessinée au début des années 80 avec Love & Rockets des frères Hernandez. Clowes ne s'attendait certainement pas à ce qu'on lui propose de publier un magazine avec son personnage de détective privé playboy, Lloyd Llewellyn, sur le même modèle : grand format noir & blanc, couverture couleur et auteur unique, alors qu'il n'a réalisé qu'une seule histoire. La formule ayant trouvé son public, Fantagraphics renouvelle l'expérience avec lui en 1986. L'éditeur a dû sentir son potentiel : l'univers de Clowes avec son joyeux enthousiasme pour les « détritus de la pop culture des années 50 & 60 » (S.F., films noirs, mauvais romans policiers, Russ Meyer, etc.) est en phase avec leur ligne éditoriale. On sent l'influence des grands du récit court aussi bien graphiquement que dans les thématiques : du Spirit d'Eisner aux EC comics, sans oublier un alter ego, Phil Perfect de S. Clerc. Avec Lloyd Llewellyn, qui passe d'histoires noires, délirantes et décalées à des rencontres improbables avec des extra-terrestres ou la Reine de Vénus, dans lesquelles se dessinent les futures ambiances d'Eightball, Clowes était en avance sur bien des modes artistiques populaires des décennies suivantes.

empty