• Quand Boris Dragnov, sujet soviétique, décide de changer de bord en profitant de l'Opération « Barracuda », montée par les Russes dans l'océan Indien, il ignore que tout ne sera pas aussi simple qu'il l'avait imaginé. Il suffit d'un imprévu, et son plan presque parfait est réduit à néant. A revoir de A jusqu'à Z ! Mais Boris n'a pas le choix. Il refuse en bloc tout ce qu'implique la présence du mini-submersible échoué par cinquante mètres de fond, tout près de la barrière de corail protégeant un paisible lagon de l'île Maurice. Il refuse, parce qu'il n'arrive pas à croire qu'une idéologie, quelle qu'elle soit, puisse justifier des centaines de milliers de morts en quelques secondes...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • - Parlez-moi de Ziarat, monsieur Zahadi... Qâvam Zahadi ouvrit des yeux incrédules : - Ziarat ? Mais tout le monde sait que c'était une station d'écoute, du temps du Chah ! Une station d'écoute américaine surveillant une zone précise de l'U.R.S.S. Elle est maintenant fermée et nul ne peut y pénétrer. Serrures électroniques... Que voulez-vous que je vous dise de plus ? Le policier souriait toujours : - Elle est fermée, monsieur Zahadi, mais elle continue de fonctionner toute seule ! Et personne en Iran ne sait l'arrêter ! Pourtant, un homme connaît le code de la serrure électronique, et vous, vous connaissez cet homme. Vous l'appeliez T.S.- 5 au temps du régime pourri des Pahlavi... Le visage de Qâvam se crispa. Affolé, il regarda sa femme. Maintenant, il avait vraiment peur. On disait tant de choses atroces sur la S.A.V.A.M.A., la terrible police secrète de l'Ayatollah...

  • L'Ours ? Un général nommé Harold C. Buckler, surnommé irrévérencieusement « Gros Nounours » par ses subalternes. Rien moins que le chef incontesté du Service Action de la C.I.A. ! Incontesté ? Du moins jusqu'au jour où il commet le genre d'erreur qui pardonne rarement à un haut fonctionnaire des services secrets. On peut imaginer de A jusqu'à Z comment se déroulera une prise d'otages en Tunisie, et s'apercevoir tout à coup qu'un adversaire bien renseigné a chamboulé l'alphabet, pour transformer une opération montée de toutes pièces en un drame sanglant aux conséquences imprévisibles. On peut aussi estimer sa carrière irrémédiablement brisée, et réaliser un peu plus tard que des gens comme Frank Warden persistent à croire qu'ils peuvent sauver la peau de l'Ours ! Une peau qu'un monsieur trop ambitieux a peut-être vendue un peu vite ! Et certainement pas assez cher !...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • - Parlez-moi de Ziarat, monsieur Zahadi... Qâvam Zahadi ouvrit des yeux incrédules : - Ziarat ? Mais tout le monde sait que c'était une station d'écoute, du temps du Chah ! Une station d'écoute américaine surveillant une zone précise de l'U.R.S.S. Elle est maintenant fermée et nul ne peut y pénétrer. Serrures électroniques... Que voulez-vous que je vous dise de plus ? Le policier souriait toujours : - Elle est fermée, monsieur Zahadi, mais elle continue de fonctionner toute seule ! Et personne en Iran ne sait l'arrêter ! Pourtant, un homme connaît le code de la serrure électronique, et vous, vous connaissez cet homme. Vous l'appeliez T.S.- 5 au temps du régime pourri des Pahlavi... Le visage de Qâvam se crispa. Affolé, il regarda sa femme. Maintenant, il avait vraiment peur. On disait tant de choses atroces sur la S.A.V.A.M.A., la terrible police secrète de l'Ayatollah...

  • L'Ours ? Un général nommé Harold C. Buckler, surnommé irrévérencieusement « Gros Nounours » par ses subalternes. Rien moins que le chef incontesté du Service Action de la C.I.A. ! Incontesté ? Du moins jusqu'au jour où il commet le genre d'erreur qui pardonne rarement à un haut fonctionnaire des services secrets. On peut imaginer de A jusqu'à Z comment se déroulera une prise d'otages en Tunisie, et s'apercevoir tout à coup qu'un adversaire bien renseigné a chamboulé l'alphabet, pour transformer une opération montée de toutes pièces en un drame sanglant aux conséquences imprévisibles. On peut aussi estimer sa carrière irrémédiablement brisée, et réaliser un peu plus tard que des gens comme Frank Warden persistent à croire qu'ils peuvent sauver la peau de l'Ours ! Une peau qu'un monsieur trop ambitieux a peut-être vendue un peu vite ! Et certainement pas assez cher !...

  • Quand Boris Dragnov, sujet soviétique, décide de changer de bord en profitant de l'Opération « Barracuda », montée par les Russes dans l'océan Indien, il ignore que tout ne sera pas aussi simple qu'il l'avait imaginé. Il suffit d'un imprévu, et son plan presque parfait est réduit à néant. A revoir de A jusqu'à Z ! Mais Boris n'a pas le choix. Il refuse en bloc tout ce qu'implique la présence du mini-submersible échoué par cinquante mètres de fond, tout près de la barrière de corail protégeant un paisible lagon de l'île Maurice. Il refuse, parce qu'il n'arrive pas à croire qu'une idéologie, quelle qu'elle soit, puisse justifier des centaines de milliers de morts en quelques secondes...

  • Sur Zoltéra, il y a ceux qui croient qu'avant le Stade Zéro, point origine de la civilisation zoltériane, il n'y avait rien. Pour eux, il n'existait alors qu'une race privée d'intelligence, disponible, dans un état de vie latente. Puis l'étincelle a jailli, marquant le point de départ de la formidable expansion technologique. Un jour, ce prodigieux essor doit conduire le peuple de Zoltéra à ce But Ultime qu'il faut atteindre. Pourquoi ? Nul ne le sait, mais qu'importe ? Ne suffit-il pas d'aller de l'avant, en obéissant aux Lois Immuables qui ont toujours régi la Société Modèle ? Mais sur Zoltéra, il y a aussi les autres... Ceux qui ont changé. On les appelle : les Mutants, les Hérétiques. Ils se sont baptisés eux-mêmes : Adeptes de la Vérité, et ils refusent tout en bloc. Le Stade Zéro, et le But Ultime qui n'est peut-être qu'un piège immonde pour toute une humanité. Tahor Loksen veut comprendre. Et aussi la jolie Tini, et Roi Sharit et les autres. Mais ceux-là ne sonneront-ils pas le glas de ce peuple qu'ils veulent sauver, quand ils provoqueront le premier affrontement armé de l'histoire connue de Zoltéra ? La vérité est peut-être inscrite depuis toujours dans les Univers Successifs ?

  • Sur Zoltéra, il y a ceux qui croient qu'avant le Stade Zéro, point origine de la civilisation zoltériane, il n'y avait rien. Pour eux, il n'existait alors qu'une race privée d'intelligence, disponible, dans un état de vie latente. Puis l'étincelle a jailli, marquant le point de départ de la formidable expansion technologique. Un jour, ce prodigieux essor doit conduire le peuple de Zoltéra à ce But Ultime qu'il faut atteindre. Pourquoi ? Nul ne le sait, mais qu'importe ? Ne suffit-il pas d'aller de l'avant, en obéissant aux Lois Immuables qui ont toujours régi la Société Modèle ? Mais sur Zoltéra, il y a aussi les autres... Ceux qui ont changé. On les appelle : les Mutants, les Hérétiques. Ils se sont baptisés eux-mêmes : Adeptes de la Vérité, et ils refusent tout en bloc. Le Stade Zéro, et le But Ultime qui n'est peut-être qu'un piège immonde pour toute une humanité. Tahor Loksen veut comprendre. Et aussi la jolie Tini, et Roi Sharit et les autres. Mais ceux-là ne sonneront-ils pas le glas de ce peuple qu'ils veulent sauver, quand ils provoqueront le premier affrontement armé de l'histoire connue de Zoltéra ? La vérité est peut-être inscrite depuis toujours dans les Univers Successifs ?

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Un demi-million de dollars disparaissent en fumée, quelque part entre le Guatemala et le Mexique. Un hold-up sanglant, monté de main de maître... Aucun indice sérieux ne peut permettre aux policiers guatémaltèques de déterminer l'origine du coup. On parle de rebelles, des guérilleros des montagnes, et même de simples gangsters, particulièrement bien renseignés, mais on en reste pourtant au stade des hypothèses gratuites ! Il faudra le cadavre d'un homme, abandonné sur les lieux de l'attaque, pour que la C.I.A. réagisse. Un Allemand qui a suivi une curieuse filière, avant de venir mourir brutalement, au coeur de l'Amérique centrale en pleine mutation. Angola, Soudan, Guinée-Bissau, Kolwesi, puis Hambourg. La route des mercenaires... Alors, pourquoi le Guatemala ? Frank Warden va partir sur les traces d'un mercenaire nommé Schwering, et aboutir à une femme brune qui n'a pas froid aux yeux ! Et qui aime jouer avec des explosifs, mais aussi avec la vie des hommes qui gravitent dans son sillage...

  • Février 1974... L'armée bouge en Éthiopie. Des mutineries éclatent en Érythrée, dans le nord du pays, au coeur d'une région où flambe la rébellion du Front de Libération de l'Érythrée. Un homme - un seul - peut encore calmer les esprits... Il se nomme Diaw Razir et il est général... Frank Warden, lui, se demande ce qu'il fait au Kenya, en compagnie d'une ravissante blonde qui émarge occasionnellement au budget du S.D.E.C.E. ! Il ne sait pas encore que le destin lui a fixé un rendez-vous avec le général, quelque part dans les montagnes éthiopiennes, sous un soleil de plomb. Un soleil qu'il n'oubliera pas de si tôt !

  • Ils portent de longues robes de soleil, orange ou rouges, et autour du cou le traditionnel mala, le collier aux cent huit grains de bois sombre. Ils viennent de Bali, de Katmandou, de la via Veneto, ou de Beverly Hills. Des intellectuels fatigués, des camés repentis, des routards perdus, des hippies en rupture de communauté, des militants déçus et des filles lasses de leur beauté inutile... Ils marchent peut-être vers leur dernier espoir. Bombay, Poona... Calcutta, Jaynagar... Par milliers, ils marchent vers un petit homme barbu, en robe blanche, qui assure que la libération de l'être passe d'abord par sa propre négation. Ils vont vers la Lumière et la Vérité que détient le maître de l'ashram de Jaynagar. Si Frank Warden leur emboîte le pas, ce n'est que pour retrouver la fille d'un colonel, disparue quelque part dans le delta du Gange, là où s'épanouissent depuis quelques années ces nouvelles sectes qui prétendent sauver le monde en perdition... Warden se laissera prendre aux sons et aux lumières de l'ashram... Il écoutera lui aussi la voix chaude et persuasive du maître Saratchandra Nirala. Mais il saura tirer les conclusions qui s'imposent !

  • L'île se trouve nettement au nord du cercle polaire et, là-haut, c'est déjà l'hiver. On vous demande d'aller récupérer dans cette île quelque chose que les Russes possèdent et qui vous fait sérieusement défaut. Pour corser le menu, il vous faudra entrer dans la peau d'un électronicien de génie qui, lui, sait comment fonctionne exactement un banal poste à transistors, alors que vous, vous n'en avez qu'une idée assez vague ! On vous précise en outre qu'au cas où les Soviétiques se rendraient compte de la supercherie, on ne pourra rien pour vous ! Alors, vous refusez, bien entendu. Frank Warden, lui, accepte ! Dément, non ?

  • Une mission dont les chances de réussite sont tellement minces que la C.I.A. ne veut même pas engager d'agents « officiels » ! Alors le général Buckler, chef du Service Action, songe à son « agent marginal » préféré, et le gratifie d'un cadeau empoisonné : photos compromettantes, dossier édifiant... En cas de pépin au cours de la mission, tout cela prendrait le chemin de Buenos Aires, et les autorités argentines n'auraient plus à se mettre sous la dent qu'un vulgaire aventurier ! C'est à se demander pourquoi Frank Warden accepte le marché !

empty