10/18

  • Après le sacrifice de sa fille, une mère fomente la mise à mort de l'assassin. Enragée, elle crie sa joie de venger son enfant. Puis son fils est enlevé et passe des années en exil où, dans un douloureux monologue intérieur, il revit le meurtre de sa soeur. Au foyer, il ne reste qu'une fille, obsédée jusqu'à la folie par la place démesurée qu'occupent les disparus dans le coeur de leur mère.
    Clytemnestre, Oreste, Électre. Ils mêlent leurs voix en un choeur tragique pour raconter ce drame : l'assassinat d'Iphigénie par son père en échange d'une victoire à la guerre.

    Dans des paysages sauvages qui rappellent les contrées isolées d'Irlande, Colm Tóibín donne aux héros et aux héroïnes du mythe grec une humanité bouleversante, inattendue, qui nous hante longtemps.

  • Enniscorthy, sud-est de l'Irlande, années 1950. Comme de nombreux jeunes de sa génération, Eilis Lacey, diplôme de comptabilité en poche, ne parvient pas à trouver du travail. Par l'entremise d'un prêtre, sa soeur Rose obtient pour elle un emploi aux États-Unis. En poussant sa jeune soeur à partir, Rose se sacrifie : elle sera seule désormais pour s'occuper de leur mère veuve et aura peu de chance de se marier. Terrorisée à l'idée de quitter le cocon familial, mais contrainte de se plier à la décision de Rose, Eilis quitte l'Irlande. À Brooklyn, elle loue une chambre dans une pension de famille irlandaise.
    Au début, le mal du pays la submerge, la laissant triste et solitaire. Puis, peu à peu, elle s'attache à la nouveauté de son existence. Dans ce rythme entre monotonie rassurante et nouveautés excitantes, Eilis trouve une sorte de liberté assez proche du bonheur. Et quand Tony, un Italien tendre, sérieux et très amoureux, entre dans sa vie, elle est convaincue que son avenir est tout tracé : elle deviendra américaine. Mais un drame familial l'oblige à retraverser l'Atlantique pour un séjour de quelques semaines en Irlande. Un nouvel avenir l'attend dans la bourgade de son enfance : un homme prêt à l'épouser, un travail. Deux pays, deux emplois, deux amours. Les possibilités inconciliables déferlent sur Eilis, lui infligeant cette petite mort que suppose l'impératif des choix.

  • Irlande, fin des années 1960. Nora, qui élève seule ses quatre enfants depuis la mort de son mari, tente de refaire sa vie sous l'oeil critique des habitants de la petite ville où elle vit depuis toujours. Opiniâtre et indocile, elle s'affranchit peu à peu des cancans et s'autorise de menues libertés : prendre des cours de chant, s'acheter une chaîne stéréo... La profondeur des émotions que soulève en elle la musique s'accorde au réveil de sa sensibilité et de sa personnalité.

  • Ils sont deux à la surveiller, à l'interroger pour lui faire dire ce qu'elle n'a pas vu. Ils dressent de son fils un portrait dans lequel elle ne le reconnaît pas et veulent bâtir autour de sa crucifixion une légende qu'elle refuse. Seule, à l'écart du monde, dans un lieu protégé, elle tente de s'opposer au mythe que les anciens compagnons de son fils sont en train de forger. Une réinterprétation bouleversante de la figure de Marie, un roman puissant et envoûtant.

  • C'est sans doute parce qu'ils étaient différents, trop sensuels et rebelles à l'hypocrisie, qu'ils ont quitté leur famille et se sont exilés. Pourtant, ils ne souffrent plus d'être éloignés de leur passé. Au contraire.

    Malik, jeune Pakistanais immigré à Barcelone, découvre son homosexualité dans une communauté musulmane plus tolérante que son père. Pour Frances, l'Irlandaise devenue américaine, revenir au pays, c'est se réconcilier avec l'une des plus belles pages de sa vie amoureuse, avant de repartir définitivement. Carme, rejetée par ses parents franquistes, les retrouve alors qu'ils s'apprêtent à brader aux promoteurs la vieille demeure où règne encore le souvenir de sa grand-mère...

  • La bruyere incendiee

    Colm Tóibín

    • 10/18
    • 18 August 2005

    Chaque été, le juge eamon redmond quitte dublin avec sa femme pour la petite ville de cush.
    Là oú la mer et le vent semblent avoir le dernier mot, il vient oublier les hommes, et leurs déchirures entre croyances, justice et engagement. du moins le croit-il. car si certains souvenirs échappent à la mémoire comme s'effondrent sous la poussée des eaux des pans entiers de la falaise, d'autres résistent à l'érosion. a travers la conscience d'un homme, colm toibin explore les vicissitudes du temps, inexorable bâtisseur de destinées.
    " dans l'histoire poignante de l'amour d'un vieux magistrat pour sa femme mourante, on retrouve l'infinie miséricorde des chefs-d'oeuvre oú la fuite inéluctable du temps s'accompagne des souvenirs indélébiles de la lutte nationaliste. " anne pons, l'express.

  • Lassée par les rapports conflictuels qu'elle entretient avec sa mère, helen a coupé les ponts.
    Mais son patient échafaudage de mise à distance est balayé d'un coup. son frère, declan, atteint d'une maladie incurable, souhaite qu'elle annonce la nouvelle à leur mère. pire encore, il veut se retirer quelques jours avec elles dans la maison de famille à wexford. deux amis, qui ne quittent pas son chevet, seront du voyage.

  • Promesse trahie, aveux refoulés, abandon ou possession... D'une écriture envoûtante, Colm Toibin signe avec L'épaisseur des âmes neuf histoires d'une subtilité rare, autour de la relation si singulière unissant les mères et leurs fils. Alcoolisme, remords, homosexualité les ont enfermés dans des silences qu'ils ne savent plus rompre... A travers ces face-à-face, ces dialogues muets d'une force dévastatrice et salvatrice, Toibin pose l'universelle question des dévoilements et des secrets dont sont constitués ces liens mystérieux du sang.

  • Le maitre

    Colm Tóibín

    En 1895, Henry James est un écrivain établi et reconnu, qui ambitionne d'étendre sa notoriété au théâtre. Mais la première de sa pièce Guy Domville est un désastre. Humilié, il se réfugie en Irlande, fuyant la foule et l'agitation londonienne. L'auteur mondain et recherché choisit dès lors de se couper du monde pour se livrer à une introspection et une analyse minutieuses de ses souvenirs et de l'actualité. Peu à peu, ces réflexions semblent donner à son inspiration et à son style une nouvelle direction... Roman à l'atmosphère troublante, Le Maître est le poignant portrait d'un artiste en pleine réinvention et une fulgurante réflexion sur les mécanismes de la création.

  • Desormais notre exil

    Colm Tóibín

    • 10/18
    • 7 March 2002

    Le 24 octobre 1950, katherine proctor est partie, laissant derrière elle un fils, un mari et un pays déchiré.
    A barcelone, ville d'asile, elle se promène dans le barrio gotico, rencontre miguel, peintre catalan, et michael, irlandais, en exil comme elle. sa vie commence enfin. elle éloigne le passé. mais pour miguel, les souvenirs de la guerre civile sont à vif et le souvenir toujours prêt à surgir. peut-on jamais échapper à ses ombres ? entre la catalogne et l'irlande, toibin peint dans leur complexité l'oppression historique et la beauté naturelle de ces deux terres.
    La grâce qui flotte dans ces pages rayonne au-delà de la douleur exprimée. roman d'émotion, désormais notre exil est une merveille de finesse.

empty