• Du Salon des Refusés à l'aube du XXe siècle, la France fut le lieu de naissance de nouvelles formes artistiques. Dans le même temps émerge une approche clinique de l'art, liée aux développements de la médecine moderne. Cet ouvrage se propose d'éclairer les liens qui s'établirent entre ces discours physiologiques largement oubliés et la pratique artistique. Éloge d'un regard commun au médecin et à l'artiste, hypersensibilité et pathologies du créateur : la complexité des conceptions du XIXe siècle laisse entrevoir la richesse, mais aussi l'ambiguïté d'une pensée, quand le thème de la dégénérescence connaîtra une sombre postérité. La figure physiologique de l'artiste se révèle être une nouvelle version du type mélancolique, avec ses anormalités positives et négatives, et la saisir peut être un atout pour mieux comprendre les oeuvres de la modernité.

  • Dupuytren : le musée des maladies Nouv.

    Créé en 1835, le musée Dupuytren a fermé ses portes en 2016, et ses collections ont été transférées sur le site de la faculté des sciences de Sorbonne Université. Ce musée d'anatomie pathologique a très vite acquis une grande célébrité, excédant sa destination première d'établissement et de diffusion des connaissances médicales. Au XXe siècle, sa valeur scientifique décline, et comme pour la plupart des musées d'anatomie, la majorité de ses visiteurs est constituée de curieux, d'artistes, et de quelques chercheurs en histoire des sciences. La collection conserve pourtant un intérêt remarquable, et ce de multiples points de vue, à commencer par sa dimension patrimoniale et l'imaginaire qui s'y est attaché.
    Cet ouvrage propose ainsi un regard pluridisciplinaire sur le musée Dupuytren, croisant une approche historique, épistémologique, philosophique et esthétique. Comment une telle collection, qui rassemble des spécimens anatomiques (restes humains et moulages), des instruments scientifiques, des oeuvres d'art (peintures, gravures, photographies), mais aussi une bibliothèque, constitue-t-elle un matériau de choix pour étudier la manière dont médecins, artistes, philosophes, mais encore chirurgiens, médecins militaires, sages-femmes, écrivains, et plus généralement amateurs d'art ou de science dialoguent et s'affrontent depuis le XIXe siècle autour des collections anatomiques et de l'étude des maladies ? L'ouvrage interroge aussi le rôle que peut jouer un musée des maladies ainsi que la conservation des pathologies du passé dans la prévention et l'anticipation des maladies à venir.

    awaiting publication
empty