• Cezanne a mon fils

    Cezanne

    • Pytheas
    • 19 June 2018
    Sur commande
  • Des jours a regarder la mer

    Cezanne

    Sur commande
  • Paul Cézanne dépeint par ses contemporains Nouv.

    Considéré comme le père de l'art moderne, Paul Cezanne (1839-1906) a trop souvent été présenté comme un homme solitaire, timide, bougon, parfois grossier, n'appréciant ni les réunions mondaines, ni les honneurs, avec pour seul impératif : la peinture. Mais l'homme, plus complexe que cela, rencontra de nombreuses personnalités intellectuelles, noua des relations amicales et familiales fortes, et reçut vers la fin de sa vie, chez lui ou à son atelier des Lauves, de jeunes artistes, des collectionneurs, invitant à déjeuner ses amis les plus proches...
    Autour des écrits, confidences et témoignages des contemporains de Cezanne et de ses amis impressionnistes, Philippe Cezanne nous fait découvrir toute la galaxie cézanienne, en nous invitant à nous éloigner du mythe, et nous approcher de la réalité de ce qu'a vécu son arrière grand-père.

  • Cet ouvrage permet d'appréhender l'oeuvre de P. Cézanne à travers une sélection de 30 reproductions représentatives, associées à une citation de l'artiste.

  • On connaît Cézanne le peintre, fondateur d'une modernité esthétique qui a profondément marqué le XXe siècle. On connaît moins l'épistolier, qui n'est pas moins important. De 1858 à sa mort, en 1906, il n'a cessé d'écrire des lettres. Intimes, amicales, intellectuelles, elles sont essentielles pour comprendre l'homme, avec son impétuosité, ses souffrances et sa générosité. Particulièrement émouvantes sont celles qu'il adresse à son plus vieil ami, Emile Zola. (Les réponses de Zola sont comprises dans le volume). On rencontrera un artiste qui réfléchit sur son art : qu'il s'adresse à Pissarro (avec affection) ou au surintendant des Beaux-Arts (avec violence), c'est toujours pour la plus grande gloire de la peinture. Un livre essentiel, qui comprend l'intégralité des lettres du peintre.

  • Deux grands artistes, l'un peintre, l'autre écrivain. Deux amis de toujours et pour toujours.
    Leur correspondance, publiée séparément (par Grasset pour Cézanne, par le CNRS pour Zola), n'avait pourtant jamais été rassemblée pour rétablir leur dialogue. C'est enfin chose faite.
    On sait que Zola a d'abord soutenu l'impressionnisme, et qu'il a consacré de nombreux articles à cette peinture, dont il s'éloigne ensuite. Un des tomes des Rougon-Macquart, L'OEuvre (1886), raconte l'histoire d'un peintre, Claude Lantier, qui, membre de « l 'École du Plein-Air », finit par connaître l'échec, et se suicide. On a fait, à ce propos, deux erreurs : ce peintre aurait pour modèle Cézanne, et c'est l'échec (supposé) de ce dernier que Zola aurait voulu représenter.
    Troisième erreur courante : Cézanne se serait brouillé avec Zola à la lecture de L'OEuvre.
    Or, comme cette édition l'établit, d'une part Lantier a plusieurs modèles, d'autre part Cézanne continue à remercier Zola pour des volumes ultérieurs, comme on voit dans une lettre encore inédite en volume. Et, après la mort de l'écrivain, à l'occasion d'une cérémonie en son honneur, il pleure toute une journée son ami d'enfance...
    Ce volume est préfacé par Henri Mitterand, spécialiste absolu de l'oeuvre de Zola, éditeur de la Pléiade et de Folio classique. Il a également rédigé une véritable biographie croisée des deux correspondants, qui permet au lecteur de se repérer en permanence dans les détails de leurs vies.

  • Pendant près de quarante ans de sa vie de peintre, Cézanne a plus vécu et travaillé en Ile de France qu'en Provence. Ce livre est consacré aux lieux de séjour, aux lieux de travail, aux chemins de promenade et d'itinérance dans Paris et autour de Paris. Un ouvrage documenté s'appuyant sur la chronologie de la vie de Cézanne sans laquelle toute approche sérieuse du parcours pictural de l'artiste ne pouvait s'expliquer.

  • Les Renoir et les Cézanne se réunissaient, l'hiver à Paris, l'été à Marlotte, une bourgade proche de Barbizon découverte par les peintres de la génération précédente, pour partager cette cuisine dite « bourgeoise » qu'on se transmet au travers des modes.
    Jaunis, tachés, recollés, vestiges émouvants d'un entre-deux siècles insouciant, convivial et bohème, les carnets de Mamine évoquent les fumets de ces maisons chaleureuses où les familles de deux génies de la peinture moderne conjuguaient les bonheurs de l'art et de la table avec des proches qui s'appelaient Jean Giraudoux, Valentine Tessier, Ambroise Vollard ou Charles Durand-Ruel, dans une vaisselle dessinée par Monet.
    Recueillies par la belle-fille de Cézanne qui les tenait d'Aline Renoir, ces recettes, aussi savoureuses que faciles à exécuter, sont aujourd'hui arrachées à l'oubli par Aline Cézanne, petite-fille du peintre, qui vient de fêter ses 92 ans. Avec la complicité de Jacqueline Ury, critique gastronomique appréciée, et les photos de Philippe Asset qui a utilisé un appareil à chambre noire de 1890 pour restituer les couleurs de l'époque.

  • Cinquante-trois lettres

    Paul Cézanne

    "Mon cher Paul, Quand j'oublie de t'écrire, c'est que je perds un peu la mémoire du temps. Il a fait terriblement et d'un autre côté le système nerveux doit être fort débilité chez moi. Je vis un peu comme dans un rêve. La peinture est ce qui me vaut le mieux. Je suis très-énervé de l'aplomb qu'on eu mes compatriotes de vouloir s'assimiler à moi en tant qu'artiste, et de vouloir mettre la main sur mes études. - Il faut voir les saloperies qu'ils font. - Je vais tous les jours à la rivière en voiture. Il y fait assez bon mais mon état d'affaiblissement me nuit beaucoup. Hier j'ai rencontré l'ensoutané, Roux, il me répugne.
    [...].ton vieux père Paul Cézanne"

  • « Je citerai ensuite M. Paul Cézanne, qui est à coup sûr le plus grand coloriste du groupe. »

    Émile Zola

  • La mise en perspective des travaux d'un auteur marquant sa communauté académique est un exercice difficile auquel nous nous sommes prêtées avec plaisir pour Christine M. Harland. Nous souhaitons partager avec les lecteurs les questions qui ont animé nos débats : comment aborder l'oeuvre et la pensée d'une auteure d'une notoriété aussi grande ? Nous proposons d'articuler les travaux de Christine Harland, dans une perspective historique, en liant ses contributions théoriques et managériales majeures autour de deux thématiques : les relations inter-organisationnelles/chaînes logistiques/réseaux (partie 1) et les SC publiques (partie 2). Nous mettrons alors en perspective son réseau international de co-auteurs qui oeuvre pour une approche holistique des réseaux (partie 3).
    />

  • Les Terrassettes en "Embrunois", Le dernier bastion habité de ce coin des Hautes-Alpes avant la Haute-Provence ! Un hameau tardif, accroché sur les hauteurs de Boscodon, fondé sur la fin du XVIIIe siècle par des pâtres et des migrants, sur des pentes arides dédaignées par les nouveaux tenants des terres monastiques. C'est là que Jean, un "aventurier" natif de Medeyrolles en Auvergne, viendra bâtir son nid après avoir épousé - le 12 janvier 1790 - dans la "chapelle de Boscodon", Marie-Magdeleine Bernard, issue à la fois d'une lignée de "Bailles" et d'une vieille famille de Combe-Meyranne. Jean Granger va partir - un triste matin de 1795 - pour, dit-il, retourner en Auvergne du "côté de Clermont". Il ne reviendra jamais aux Terrassettes !... Là-haut, durant des décennies, ses descendants, la famille Granger-Bernard, poursuivront une existence miséreuse sur les pas de Marie-Magdeleine, la "Mémé Granger", devenue un jour - bien malgré elle - une "veuve blanche" ; celle qui réussira l'exploit héroïque de subvenir seule, par ces temps difficiles, aux besoins de ses trois petits. Elle quittera pourtant, une nuit, sur la pointe des pieds, ce monde et la "Terre des Bailles". À travers ce récit plein d'enseignements qui, bien que romancé, s'appuie sur des faits authentiques, l'auteur, un enfant du pays, descendant direct par sa mère de Jean Granger de Medeyrolles, vous plongera avec passion le temps d'une lecture dans les rudes conditions de vie de ses ancêtres du début du XIXe siècle. Avec le petit berger des terres froides, aujourd'hui secrétaire général de la mairie de Crots, vous verrez surgir - au détour d'une page - des personnages grandeur nature quelquefois inquiétants, mais toujours émouvants, ou se dessiner - à travers la magie des mots - tout le charme et la poésie des paysages ou des décors familiers qui servent de cadre à l'action. Une courte saga du terroir Haut-Alpin, facile à lire, qui vous enchantera.

  • Les Terrassettes en "Embrunois", Le dernier bastion habité de ce coin des Hautes-Alpes avant la Haute-Provence ! Un hameau tardif, accroché sur les hauteurs de Boscodon, fondé sur la fin du XVIIIe siècle par des pâtres et des migrants, sur des pentes arides dédaignées par les nouveaux tenants des terres monastiques. C'est là que Jean, un "aventurier" natif de Medeyrolles en Auvergne, viendra bâtir son nid après avoir épousé - le 12 janvier 1790 - dans la "chapelle de Boscodon", Marie-Magdeleine Bernard, issue à la fois d'une lignée de "Bailles" et d'une vieille famille de Combe-Meyranne. Jean Granger va partir - un triste matin de 1795 - pour, dit-il, retourner en Auvergne du "côté de Clermont". Il ne reviendra jamais aux Terrassettes !... Là-haut, durant des décennies, ses descendants, la famille Granger-Bernard, poursuivront une existence miséreuse sur les pas de Marie-Magdeleine, la "Mémé Granger", devenue un jour - bien malgré elle - une "veuve blanche" ; celle qui réussira l'exploit héroïque de subvenir seule, par ces temps difficiles, aux besoins de ses trois petits. Elle quittera pourtant, une nuit, sur la pointe des pieds, ce monde et la "Terre des Bailles". À travers ce récit plein d'enseignements qui, bien que romancé, s'appuie sur des faits authentiques, l'auteur, un enfant du pays, descendant direct par sa mère de Jean Granger de Medeyrolles, vous plongera avec passion le temps d'une lecture dans les rudes conditions de vie de ses ancêtres du début du XIXe siècle. Avec le petit berger des terres froides, aujourd'hui secrétaire général de la mairie de Crots, vous verrez surgir - au détour d'une page - des personnages grandeur nature quelquefois inquiétants, mais toujours émouvants, ou se dessiner - à travers la magie des mots - tout le charme et la poésie des paysages ou des décors familiers qui servent de cadre à l'action. Une courte saga du terroir Haut-Alpin, facile à lire, qui vous enchantera.

  • Lettre à l'Assemblée nationale / [par E. Cézanne] Date de l'édition originale : 1871 Ce livre est la reproduction fidèle d une uvre publiée avant 1920 et fait partie d une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l opportunité d accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les uvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • Conférences faites à la gare Saint-Jean, à Bordeaux. Le câble transatlantique, par E. Cézanne,...
    Date de l'édition originale : 1867 Appartient à l'ensemble documentaire : Aquit1 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • Etudes sur les torrents des hautes-alpes. 2e edition. tome 1 Nouv.

empty