• Ce livre est consacré aux assistantes maternelles qui ont vécu une véritable métamorphose de leur métier. Bien loin des "nounous", elles sont devenues des professionnelles de l'enfance, ayant pour mission l'éducation autant que la garde. Comment s'y prennent-elles, quels savoirs développent-elles, comment s'articulent-elles au quotidien avec les parents? Comment négocient-elles les valeurs, les apprentissages à inculquer à l'enfant? En un mot: comment éduquent-elles?

  • Le parrainage de proximité est peu connu, pourtant les besoins existent. Il est un révélateur des failles de notre système d'éducation, il met à jour de nouveaux besoins, des attentes des parents. Qui sont les parrains, quelles sont leurs motivations, à quels enfants peuvent-ils venir en aide, avec quelles méthodes? Ce livre interroge une nouvelle forme d'entraide, innovante peut-être.

  • Chaque discipline a sa définition de la parentalité, sa lecture plus ou moins partielle qui légitime la présence d'un professionnel autour du berceau. En fait, que cache la notion de "compétence parentale", devons-nous éduquer les parents à la parentalité ? Existe-t-il de "bonnes pratiques", quels sont les outils de transmission d'un savoir sur ce métier que Freud disait impossible ?

  • En cherchant à diversifier les modalités d'aide aux familles, la Protection de l'enfance innove en proposant parfois le placement séquentiel voire l'accueil de jour reconnu désormais par la loi du 5 mars 2007. L'accueil de jour attire les pionniers de l'intervention en tentant de maintenir l'enfant dans son environnement tout en aidant les parents à poursuivre l'éducation de leurs enfants. Mais peu formalisé, peu théorisé, l'accueil de jour reste invisible et les professionnels peinent à décrire leurs pratiques.

  • Peut-on préserver dans la séparation des liens d'attachements qui ont été brisés ? Peut-on, au nom de l'enfant et dans son intérêt, comme le prévoit la loi, maintenir les ancrages de son histoire ? Professionnels ou bénévoles, ces passeurs qui nouent des liens entre l'enfant et son parent, sont de plus en plus nombreux, mais aussi de plus en plus confrontés aux doutes. Que construisent-ils ? Des liens d'amour, de vie ou des fils fragiles, une illusion ? Pour rendre compte d'un phénomène de société, l'auteur est allé à l'écoute des juges, des professionnels, des parents, des enfants, et ce, dans plusieurs champs : celui du divorce et de la protection de l'enfance, de la prison et de la maladie mentale. Partout, la rencontre parent-enfant est vécue comme une prise de risque qui nécessite la présence d'une tierce personne. Comment évalue-t-on ce risque ? Comment le tiers se positionne-t-il, avec quels savoirs et quels outils ? Et les parents, contraints à cette présence, qu'éprouvent-ils ? Enfin, l'enfant, trop souvent muet, insuffisamment entendu, que vit-il, que rêve-t-il ? Pouvons-nous le rejoindre dans cette expérience émotionnelle peu ordinaire ? Ce livre propose d'entendre, à travers de nombreux témoignages, le point de vue des visiteurs, des visités, des professionnels et la parole de l'enfant pour dégager une langue commune qui permette de répondre à cette interrogation fondamentale, celle du devenir des liens d'attachement dans la séparation. Ce livre ne se contente pas d'ouvrir un débat. Il donne des pistes pour construire les modalités de cette intervention, pour que la visite devienne une vraie rencontre.

  • Que sont les pères devenus ? La persistance de cette question, de colloques en livres, de consultations en émissions de télévision, de sondages en bilans, affirme d'emblée une évidence pour tous : les pères ne seraient plus, ils auraient disparu. Suffit-il d'affirmer cette disparition des pères pour faire émerger une vérité ? Sommes-nous certains de la force et de la véracité de cette assertion ? En convoquant autour de cette question les enfants, les mères, les pères, les professionnels de l'enfance, les chercheurs, cet ouvrage collectif se propose de dresser un bilan de santé des pères. Rien ne leur sera épargné, les approches seront multiples : psychologique, sociologique, anthropologique, littéraire, mais aussi cinématographique, musicale, publicitaire...Le temps d'une réflexion pluridisciplinaire, donnons libre cours au père sous toutes ces facettes. Catherine Sellenet est professeur d'université en sciences de l'éducation à Nantes.

  • En enregistrant les séances de quatre groupes de parole, ce livre nous fait passer dans l'envers du décor. Il nous permet de comprendre ce qui inquiète les parents, nous ouvre l'accès à leurs pratiques, leurs doutes, leurs impasses. En ce sens, il intéressera tous les parents attentifs à s'interroger sur leurs rôles. Mais ce livre offre aussi des éléments de réflexion sur l'animation de ces groupes.

  • Comment protéger l'enfant et lui garantir un accès à ses deux parents, comment évaluer la qualité des liens noués pour que ceux-ci ne soient pas des liens destructeurs, comment intervenir dans ce qui ressort de l'intime ? L'application du droit est problématique dans des contextes de crises comme le divorce conflictuel, la protection judiciaire de l'enfant, l'emprisonnement, l'extradition d'un parent... Des universitaires et des praticiens formalisent ici leurs réflexions et leurs expériences du maintien des liens.

  • Avec près de 3 millions de chômeurs, un développement sans précédant des formes précaires de l'emploi, nous assistons à une formidable remise en question de la relation salariale. L'entreprise n'intègre plus, elle vulnérabilise comme une «machine à exclure ". L'auteur est allée regarder au plus près, dans deux usines, comment se mettait en place ce processus d'exclusion. Sur vingt ans, l'auteur a suivi ces salariés. Que sont-ils devenus ? Quelles ont été leurs stratégies professionnelles, familiales, collectives ou individuelles ? Comment ont évolué leurs choix politiques, syndicaux ? Au delà de l'événement brutal du licenciement ou de la démission, ce livre invite le lecteur à s'interroger sur l'avenir du monde ouvrier et sur les ressources mobilisables pour faire face à la crise.

  • D'un continent à l'autre, des chercheurs et praticiens se répondent pour travailler ensemble à l'amélioration des conditions de vie des enfants. Ici l'accent a été mis sur les études les plus récentes : celles qui concernent la place du père et son influence dans le bien-être des enfants, celles qui pénètrent au coeur de l'école en interrogeant la satisfaction des enfants, leur préparation scolaire à la maternelle, les troubles du comportement, sans oublier le champ de la protection de l'enfance.

  • Débutant par un débat sur la notion d'évaluation au sein des institutions, chacun tente de dessiner dans cet ouvrage des objectifs, une méthodologie, des étapes, pour s'approprier cette nouvelle exigence d'évaluation. La seconde partie montre comment les chercheurs se saisissent de cette notion d'évaluation pour une approche renouvelée de thématiques complexes comme celles de la violence adolescente, la maltraitance, le devenir des enfants placés. C 'est d'évaluation participative dont il est question ici.

  • Moïse, oedipe, Superman : trois enfants abandonnés, trois enfants adoptés. Que signifie s'inscrire dans l'histoire d'une nouvelle famille avec son propre passé, construire un nouveau lien de filiation appelé à résister à l'épreuve du temps ? Illustré de cas cliniques, de témoignages, nourri d'enquêtes originales, cet ouvrage aborde de nombreux points concrets : pourquoi certains enfants ne sont-ils pas adoptables ? Comment sont sélectionnées les futures familles adoptives ? Quels sont les problèmes spécifiques rencontrés par les enfants adoptés ? Comment réagir face à leurs questions ? Faut-il les aider dans leur « quête des origines » ? Les auteurs, confrontées chaque jour à ces questions en tant que professionnelles chargées du suivi de l'adoption, formulent aussi des propositions afin que l'adoption se construise, comme pour toute histoire familiale, en récits de vie. Dans une approche plus sociologique et psychanalytique, ce livre ouvre enfin la réflexion sur les thèmes de la parentalité et des origines avec notamment la question de l'accouchement sous X, interrogeant la place de la filiation biologique dans notre société. Sophie Marinopoulos, psychologue clinicienne et psychanalyste, est chargée de l'accueil et du suivi des maternités vulnérables au CPEF de la maternité de Nantes, travaille au COFI (Consultation filiation) de Paris et au CMPP-CAMSP Henri-Wallon de Nantes. Catherine Sellenet est professeur d'université en sciences de l'éducation et dirige le CREC (Centre de recherches éducation-cultures) à l'IUT de La Roche-sur-Yon (université de Nantes). Françoise Vallée, psychologue clinicienne, exerce à Nantes dans le service d'adoption de l'aide sociale à l'enfance, où elle est chargée de l'agrément et de l'accès des personnes adoptées et à leur dossier.

empty