• En hommage à Carlos Serrano, décédé en 2001, l'ouvrage réunit quatorze de ses articles consacrés à la personnalité et l'oeuvre de Miguel de Unamuno. Tous sont représentatifs de ce que furent la méthode et l'apport de Carlos Serrano qui, entre histoire et littérature, s'est toujours efforcé d'articuler idéologie et production littéraire, contribuant ainsi à renouveler l'histoire culturelle de l'Espagne contemporaine, dont il fut un ardent défenseur. L'intérêt de Carlos Serrano pour Unamuno, pendant plus de vingt ans, témoigne de la passion d'un chercheur pour un intellectuel et un écrivain complexe et parfois contradictoire, pour une période charnière de l'histoire politique et culturelle de l'Espagne, avec le souci permanent qui l'a toujours animé d'élaborer une démarche critique exigeante et une grande qualité d'écriture.

  • Le "dos de mayo ".
    1808. sur les hauteurs de la moncloa les troupes de napoléon fusillent les partisans espagnols. d'un coup naît le mythe d'un madrid patriote, d'un peuple en résistance. symbole que l'on retrouve à l'été 1936 face aux troupes de franco, aux envahisseurs de l'intérieur. les militants ouvriers républicains renouent alors avec leurs ancêtres patriotes et leur "légitimité nationale ".
    A l'annonce de l'insurrection, le peuple madrilène, tout entier mobilisé par la perspective d'une révolution sociale, s'organise en milices, en junte de défense.
    Intense ferveur chantée par une littérature épique.
    A cette résistance populaire répondra l'internationalisation du conflit : brigades internationales, ouvrières et communistes, contre troupes marocaines, italiennes et allemandes. madrid devient la capitale des idéaux en lutte.
    Ce caractère universaliste d'un combat si profondément espagnol est ce qui l'inscrit dans la mémoire collective. espérant révolutionnaire, défense de la république et lutte antifasciste se confondent dans une légitimité historique.
    La bataille de madrid constitue en ce sens un des repères de la conscience européenne.
    Avec, entre autres, edward baker, walther l. bernecker, alain brossat, sonia combe, santos julia, josé carlos mainer, serge salaün, emile temime...
    Cet ouvrage a été réalisé par carlos serrano.

  • En novembre 1882, le chef du parti conservateur espagnol, Antonio Cánovas del Castillo, répliquait au discours prononcé en mars par Ernest Renan ; et à la question : " Qu'est-ce qu'une Nation ? ", il expliquait que les nations sont " l'oeuvre de Dieu " ou " l'oeuvre de la Nature ".
    D'une façon ou d'une autre, il excluait ainsi du champ de l'action des citoyens une réalité placée hors de leur portée. Dans un XIXe siècle déclinant, le propos avait une valeur d'avertissement : l'Espagne du futur devrait être celle du passé, une, unie, unique. Cette légitimation de la Nation par le recours au passé paraissait d'autant plus nécessaire, qu'au même moment commençaient à pointer des exigences nouvelles, dans la périphérie de la Péninsule, où Basques et Catalans partaient en quête d'une identité propre.
    Ces nationalismes émergeants de la périphérie péninsulaire commençaient alors, mais alors seulement, à ériger leur langue ou leurs coutumes en " faits différentiels ", censés être fondateurs de " nationalités " nouvelles ou renouvelées : les belles-aux-bois dormants des nationalités dites historiques commençaient à se réveiller et se lançaient, pour les besoins de la cause, à la réinvention de leur passé, dira-t-on en écho au titre fondateur qu'Eric Hobsbawm et Terence Ranger ont donné à leur volume de 1983 : The Invention of Tradition.
    Une pédagogie de la nation a accompagné la lente construction de l'Etat libéral en Espagne ; et des pédagogies de nations ont surgi dans la mouvance de ses nationalismes périphériques. C'est à elles et à leur quête de passé que le Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Mondes Ibériques Contemporains (CRIMIC), de l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV), en collaboration avec l'EHESS, a consacré les travaux de deux années de séminaire, dont le présent volume est l'aboutissement matériel.

empty