• À la fin du IVe siècle, un certain Calcidius, qui reste encore inconnu, a traduit et commenté les pages du Timée de Platon concernant la fabrication de l'âme et du corps du monde et de l'homme. Dans ce vaste ensemble de 355 chapitres, un premier tiers offre une exégèse centrée sur les sciences de l'époque, le reste présentant une allure plus philosophique.
    Étonnant recueil - unique dans toute la littérature latine - de théories scientifiques autrement inconnues, le commentaire de Calcidius occupe de surcroît une place centrale dans la transmission des théories philosophiques de l'Antiquité au Moyen Âge et à la Renaissance. Ce fut le seul moyen, avec les traductions de Cicéron, d'avoir un accès en latin à une interprétation médio-platonicienne du Timée de Platon, le seul récit païen pouvant faire concurrence à celui de la Genèse.
    Béatrice Bakhouche est professeure de langue et littérature latines à l'Université Paul Valéry-Montpellier III

empty