• « Dorsetshire, 25 octobre 1836 Les mots me manquent pour exprimer mon ressenti en reprenant, moins d'un an après mon retour en Angleterre, les annotations diverses effectuées au cours de mon expédition en Inde. Quiconque viendrait à les lire pourrait penser à tort que la raison m'a abandonnée. Que le Ciel m'en soit témoin, ce n'est point le cas.
    C'est avec une appréhension certaine que je me replonge dans cette aventure, là où tout a commencé, non loin du Cap des Aiguilles, alors que la fureur d'une terrible tempête était sur le point de s'abattre sur notre vaisseau... »

  • « Il semble que la zizanie ait décidé de 's'installer à Paname : des renégats sèment la pagaille en attendant l'élection d'un nouveau roi, les Allemands préparent un coup fourré et, clou du spectacle, un vampire âgé de plusieurs siècles disparaît comme par enchantement ! Tout cela pourrait être supportable si Lawrence, mon créateur, cessait de me faire des cachotteries et d'insister pour que j'habite le palais quelque temps, une solution qui, à mon goût, me rapproche un peu trop de Sytry, le prince des chenapans ! »

  • En arrivant à Paname, les Allemands s'étaient rendu compte qu'une menace plus dangereuse qu'eux sévissait déjà. Alors, en accord avec leurs autorités, ils laissèrent ma famille, les Renoir, continuer leurs petites affaires.
    Je vais vous dire : cela aurait été plus simple si j'avais dû zigouiller des rongeurs et encore... j'en avais horreur.
    Bon, je ne vais pas vous mentir plus longtemps, je déteste toutes les bestioles, qu'importe l'espèce animale. Sauf que la plus terrible de toutes, celle que je traquais chaque nuit demeurait mon pire cauchemar.
    Mais voilà, l'honneur de ma famille restait ma priorité. Si bien que même si j'avais le trouillomètre à zéro, je devais quand même braver mes peurs en affrontant mon ennemi juré : le vampire.

empty