• Des portraits. Voilà ce qui vient à l'esprit du spectateur lorsqu'il voit les séries de saintes vierges et martyres de l'atelier de Zurbarán. C'est de cette impression que naît la réflexion conduite ici sur des saintes qui font l'objet d'un culte ancestral. Pour être en mesure de définir l'image de ces figures tant sur le plan de l'histoire locale que sur celui de l'histoire nationale, divers parcours géographiques et de multiples changements d'échelle sont nécessaires. Car ces saintes constituent un ensemble à la fois hétérogène et homogène, une ambivalence que cette étude ne cherche pas à réduire. Partant du principe que le culte est inséparable de l'image, l'ouvrage s'appuie sur des oeuvres écrites et sur des centaines de représentations iconographiques. L'auteur envisage de manière concomitante la mise en scène de ces saintes, leur mise en récit, en mots, en peinture, dans l'Espagne de Philippe III et de Philippe IV.

    Sur commande
  • Entre dévotions privées et mémoire dynastique, la question du mécénat et du patronage religieux des femmes de pouvoir permet d'aborder une histoire politique du pouvoir et de son partage entre les sexes. Loin de l'histoire engagée du genre, il faut concevoir le pouvoir en termes de complémentarité. À la confluence du politique et du religieux, ce livre aborde l'ensemble des reines-consorts des royaumes européens (France, Italie, Espagne, Pays-Bas) dont les parcours sont examinés sur un temps long, dans une perspective comparatiste.

  • Miquel Barceló, né sur l'île de Majorque en 1957, réalise depuis 40 ans des portraits et des autoportraits dans des carnets, sur des toiles, des pots en céramique, des tissus ou des papiers noirs décolorés à l'eau de javel, et même à travers la figure du Christ dans la chapelle de la cathédrale dont il a réalisé une « peau » en terre cuite en 2007.
    À la variété des techniques, des supports et des formats qu'il emploie, répond un style qui se définit par le polymorphisme et des thématiques récurrentes. Bien que Miquel Barceló ait souvent insisté sur la solitude et le labeur du peintre, ses voyages et ses rencontres n'ont cessé de nourrir son oeuvre. Photographes, cinéastes et romanciers accompagnent ainsi son travail et s'en inspirent pour créer des oeuvres qui alimentent à leur tour la mythologie personnelle de l'artiste. Parmi eux, les écrivains Hervé Guibert, Paul Bowles, Colm Tóibín, Michel Butor ou les photographes et cinéastes Isaki Lacuesta, Agustí Torres, Óscar Fernández Orengo, Agnès Varda ou Alberto García-Alix.
    Cet ouvrage éclaire l'oeuvre de Miquel Barceló d'un nouveau jour, en proposant un ensemble de textes sur les portraits et autoportraits qu'il réalise (peinture, céramique, oeuvre graphique, carnets) ainsi que sur les oeuvres photographiques, filmiques ou littéraires qui documentent ou « fabulent » l'artiste. Il inclut un entretien avec le photographe Jean-Marie del Moral, un questionnaire auquel ont répondu cinéastes et photographes, ainsi qu'un entretien avec Miquel Barceló.

    Sur commande
empty