• Kenza est médecin à l'hôpital de son village. Son père lui a transmis sa passion des livres, tandis que sa mère lui a appris à tenir une maison. Depuis toujours Kenza se sent différente des autres, en rien semblable à sa mère ou à ses camarades de classe. Habitée par un vif désir de connaissance, elle fait tout pour échapper aux conventions de son milieu. Aussi, quand ses parents lui annoncent avec joie qu'un jeune homme a demandé sa main, offusquée par ce procédé, Kenza n'hésite pas à s'enfuir.
    Elle fuit cette « odeur de henné », l'emprise de la tradition et la mascarade des mariages arrangés.
    Mais déchirée entre ses aspirations à l'émancipation, les réconforts de la tradition et ses propres empêchements, Kenza finit par rejeter également cet espace de liberté qu'elle s'est octroyée en partant pour Paris.
    Cécile Oumhani fait vivre un personnage attachant, parfois irritant, qui se débat dans ses contradictions, vit intensément ses émotions, s'émancipe, mais à quel prix, et découvre à travers la souffrance une forme de liberté.

  • Marie et Ridha se sont connus étudiants à Paris, dans l'effervescence des cafés et des discussions animées. On est à la fin des années soixante. Le pays de Ridha, la Tunisie, se construit avec ferveur : hôpitaux, écoles, universités... Le jeune couple décide de s'y installer.

    Tandis que son époux renoue dans la joie du retour avec ses amis et son mode de vie d'avant, Marie s'efface. Comment trouver sa place, poursuivre ses idéaux et conserver l'amour ? Dans ce monde nouveau qu'elle fait sien, confrontée à de vives turbulences, elle s'applique à tenir son passé à distance et tente de vivre au-delà des séparations.

    Un roman élégant, à l'écriture ciselée, qui nous introduit avec subtilité dans les émotions de personnages aux prises avec la culture de l'autre, l'absence et la recherche de leur propre vérité.

  • Tunisian yankee

    Cécile Oumhani

    Qui est ce soldat blessé sur une route de l'Oise en 1917, débarqué avec les troupes américaines ? Tunisien, épris de liberté, Daoud a quitté son pays pour échapper au poids de l'autorité, celle du père et celle du protectorat français.
    Et c'est à New York, dans le quartier bouillonnant de Little Syria qu'il pose ses valises, et trouve (enfin) l'amour. Mais la tourmente de l'histoire change le cours de ses rêves.
    Sa vie est un voyage foisonnant dans un siècle en plein essor, entre inventions merveilleuses et changements sociaux et politiques, de l'esclavage à la guerre des tranchées en passant par Ellis Island.

  • La Guerre de Trente Ans fait rage en Allemagne quand Henry Strésor arrive dans le Paris des peintres en 1637. Il y côtoie les frères Le Nain dans leur atelier de la rue du Vieux Colombier, puis emménage dans l'atelier-boutique de Louis Buart, maître-peintre généreux et chantre à la musique de la Reine Mère. C'est là qu'il réalise son tableau le plus connu, Le Mangeur d'huîtres. Il y rencontre aussi Catherine, la fille de son hôte. Mais né « dans l'hérésie », c'est à dire protestant, Henry Strésor se voit contraint de renoncer à sa religion pour épouser la jeune femme. Alors que la Fronde continue à Paris, naît leur fille Anne-Renée. Henry lui transmettra sa passion pour la peinture, lui léguera les gestes qui transfigurent le monde, lui ouvrant la voie vers un destin exceptionnel : elle est l'une des premières femmes à être acceptée à l'Académie Royale de Peinture et de Sculpture. Pourtant, dix ans plus tard, Anne-Renée Strésor renonce à la gloire, à l'amour d'un homme, et rentre dans les ordres.

  • Janvier 2011. La Révolution tunisienne surgit, inattendue. Onde de choc intérieure. Dans des formes brèves, « car nous vivons dans un temps fragmenté, où tout peut basculer d'un instant à l'autre », Cécile Oumhani témoigne des événements ressentis avec une grande fébrilité durant ces mois de 2011.
    Depuis Paris, sa voix se mêle à la clameur des milliers d'exilés pour dire le bonheur mais aussi la solidarité avec les peuples libyen et syrien. Puis il y a le retour dans le nord de la Tunisie pour partager ce qui est en train de se passer sur place. Élections d'octobre 2011, espoir brouillé, euphorie brisée. Blanc. L'auteure reprend ses carnets en ce début d'année 2013, tentant de cerner les contours d'un avenir incertain. Elle y écrit l'amertume, les craintes, les déceptions de ceux avec qui elle avait partagé les premiers moments d'enthousiasme.

  • Sur commande
  • Enfant, assia a partagé son existence entre les mercredis passés chez adeline, sa grand-mère maternelle, et la maison silencieuse de fouad, son père.
    Mais les rites de la province française, l'école, les goûters et les jeux avec ses cousins ne suffisent pas aux aspirations d'assia. un accident grave en montagne, l'amour d'amine qui l'initie aux mystères de la langue arabe. et fouad est amené à révéler à assia sa vérité et à l'introduire, au-delà de la méditerranée, dans ce jardin de leurs origines : la marsa. le talent d'écriture épurée de cécile oumhani nous invite à pénétrer tout en douceur dans l'univers bouleversé d'une enfant en quête de ses racines.

  • Au carrefour de plusieurs pays, cultures, langues, Cécile Oumhani n'a cessé d'interroger ces autres lieux, villes et pays où elle a vécu, mais aussi lieux de l'imaginaire, du souvenir - de la vie intérieure.
    « Passeurs de rives », nous dit-elle de ses parents, mais ne peut-on le dire aussi des mots qui font lien avec ceux qui nous ont précédés et dont nous portons, souvent sans le savoir, les joies comme les douleurs ?
    Et ainsi, « passeuse de rives », la poète nous amène à rêver à notre tour à ces lieux qui survivent en nous et qui nous constituent. Lieux de la mémoire, pour nous mais aussi pour ceux qui viennent après nous.
    Cécile Oumhani est poète et romancière.
    Poète, elle a publié notamment Temps solaire, (accompagnement plastique : Myoung-Nam Kim), Voix d'Encre 2009, La nudité des pierres chez Alain Gorius / Al Manar 2013, Tunisie, carnets d'incertitude chez Elyzad 2013. Elle a reçu le Prix européen francophone Virgile 2014 pour l'ensemble de son oeuvre.

  • La Transe et autres nouvelles, ce sont d'abord des voix, de femmes souvent, au plus près du quotidien, tragique et dérisoire, dans un environnement maghrébin soumis à des tensions nord-sud, est-ouest. Une écriture de l'intimité, de la proximité, à travers laquelle Cécile Oumhani dresse des portraits sensibles, décryptant les silences, les peurs, les bribes de paroles et de mémoire de personnages qui, par la simplicité de leurs rêves et de leurs actions, accèdent à une forme d'héroïsme moderne.

  • Temps solaire

    Cécile Oumhani

    Êtres solaires, à la fois sujets et objets, nous traversons un chemin qui ne cesse de nous échapper, entre veille et sommeil, entre ombres et lumière.

    Nous porte l'attente de ces instants où les frontières semblent s'effacer pour rejoindre ce que nous aimons.

    Vivre n'est-ce pas refuser de renoncer à cette quête de l'improbable ? Comment accepter que la vie ne se laisse jamais traverser à rebours ?

    Si la lumière, compagne de notre présence au monde, se dérobe elle aussi, les mots du poème, à la fois cendres et braises, cherchent à en retenir les traces.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Le sens des êtres et des choses nous glisse sans cesse entre les doigts.
    Je crois qu'on écrit parce que nous sommes pris dans une toile où il y a tant d'énigmes à démêler. Nous habitons un monde chargé d'une opacité que nous devons nous résoudre à ne pourvoir traverser que de manière fugitive. Cécile Oumhani, A fleur de mots.

    Sur commande
empty