• Le constat de la double responsabilité assumée par une majorité des associations fran- çaises, qui représentent et défendent les droits et les intérêts des personnes en situation de handicap tout en menant une activité gestionnaire, n'est pas nouveau. Mais il prend incontestablement un relief particulier aujourd'hui, à la lumière des exigences de la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées, ratifiée par la France en 2010, et en raison de l'entrée en vigueur en 2014 de la loi sur l'économie sociale et solidaire.
    La Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées exige en effet des États, et donc des associations gestionnaires, qui bénéficient dans le secteur du handicap d'une délégation de service public, que la question du handicap soit abor- dée par les droits et libertés fondamentales des personnes. La Convention des Nations unies, rappelons-le, en développant cette approche, ne crée pas à proprement parler de nouveaux droits qui seraient spécifiques aux personnes handicapées au regard des droits de l'homme, mais elle décline des mesures spécifiques pour que les personnes handicapées aient véritablement accès à ces droits fondamentaux. Les droits de l'homme s'appliquent aux personnes handicapées comme aux autres citoyens, « à l'égal de tous les autres ».
    L'auteur nous livre un utile état des lieux de cette problématique, à travers un ouvrage dense et documenté qui propose à la fois une mise en perspective historique éclairante, un essai de typologie prospective des organisations existantes du point de vue de la personne, du citoyen, du responsable, et l'exploration de quelques pistes concrètes sus- ceptibles de donner corps à cette nécessaire évolution.
    L'objet de cet ouvrage est de mettre à la disposition de toutes les personnes concernées, responsables de tous niveaux, personnes handicapées, aidants, des éléments d'informa- tions et de réflexions susceptibles de les aider à concevoir et préparer les mutations iné- vitables qui attendent le milieu associatif du handicap dans notre pays.
    Ces éléments de réflexion sont directement issus des préconisations de la Convention des Nations unies et des applications auxquelles elle a donné ou devrait donner lieu, mais aussi des leçons de l'expérience positive ou négative accumulées par nos associations depuis la naissance du mouvement des personnes handicapées.

    Sur commande
  • Au bout du mole

    Bruno Gaurier

    Sur commande
  • Sur commande
  • Un nom peu connu, une personnalité d'exception pourtant. Né en 1907, atteint de poliomyélite aux quatre membres à l'âge de dix-huit ans, il compte parmi les grands humanistes qui marquèrent de leur empreinte la seconde moitié de ce siècle. Durement touché par son handicap, il aurait pu en rester au stade du cri, le cri de la douleur physique et morale. Or, de sa révolte d'adolescent puis d'adulte, il fit une cause collective qui devint rapidement nationale. Les quelques-uns du début devinrent foule. En 1933, il créa l'Association des Paralysés de France. Il sut rassembler, créer, inventer, introduire dans la durée, là où l'imagination, l'audace, la mobilisation restent les maîtres mots de la solidarité et de l'histoire sociale de la France. A connaître André Trannoy, on aborde plus d'un demi-siècle d'une histoire dont les auteurs, par centaines de milliers, n'avaient pas la parole et devaient se contenter d'un traitement social inadapté ou inexistant, se traduisant concrètement, en cas de défaillance de la famille, par la relégation dans les mouroirs. Contre l'indignité et l'indigence, André Trannoy contribuera à restituer aux personnes handicapées leur citoyenneté en tant que sujets de droits et de devoirs.

    Sur commande
  • Un homme à la rencontre d'autres humains. Blessés, couverts de bosses, murés, dépourvus d'apparats, mais secrètement vivants. Un homme qui, des années durant, cherche la voie qui rendra souffle et tendresse à ceux qu'il côtoie. Un homme qui ne se résout pas à accepter les misères grandissantes qui l'entourent. Un homme entre révoltes, silences, paix, joie. Les humiliés le relèveront.

  • Sur commande
  • L'auteur conjugue entièrement à la seconde personne du singulier ce récit inventé à la croisée de ses propres chemins, comme une longue lettre adressée en retour à l'ami qui a désormais pris le large.

    Sur commande
  • Aux yeux de la société, les personnes en situation de handicap sont encore trop souvent considérées comme des citoyens à part. Et si ensemble nous changions la donne ? Et si, au lieu de demander sans cesse aux personnes handicapées de s'adapter à des transports, des écoles, des lieux de travail, des logements exclusivement conçus pour et par d'autres qu'elles, la société s'adaptait à tous sans prétendre savoir et dicter à leur place ce qui est bon pour celles et ceux qui vivent avec un handicap ?

    Ce livre montre qu'il est possible de réinventer la vie dans la Cité avec les personnes en situation de handicap afin de mieux vivre ensemble. Il s'appuie pour cela sur la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées votée par l'ONU en décembre 2006, ratifiée en décembre 2009 par la France où elle est devenue applicable en mars 2010. S'il ne crée aucun nouveau droit spécifique, ce texte énonce des principes basés sur l'inclusion des personnes en situation de handicap qui doivent être traduits dans les lois et dans les faits. Des initiatives innovantes en plusieurs pays du monde, relatées dans cet ouvrage, en prouvent la totale pertinence.

    Précarité, revenus, relégation, sexualité, maltraitance, dépendance, tentation du repli communautaire, ce livre n'élude aucune des questions qui fâchent quand il est question du handicap. Loin de se tenir à des constats, il invite tous les acteurs politiques, économiques, associatifs, mais aussi chaque citoyen à revisiter de fond en comble leurs idées reçues, leurs habitudes, leurs réflexes, les lois, afin que tous aient Droit de Cité.

    Sur commande
empty