Langue française

  • Les députés, une caste privilégiée ?
    - « Les députés sont trop payés et bénéficient de nombreux avantages. » - « Les députés sont protégés par la loi, leur immunité les met à l'abri des poursuites. » - « Les députés cumulent les mandats. » - « Les députés ne sont pas représentatifs, le mode de scrutin favorise les partis de Gouvernement. » - « Les députés ne sont pas à l'image de la société. » - « La classe politique est coupée de la réalité. » L'Assemblée nationale, une citadelle ?
    - « L'Assemblée nationale coûte cher. » - « L'Assemblée dispose de fonds cachés, elle ne respecte pas le code des marchés publics. » - « L'Assemblée est sous influence, ce sont les médias et les lobbies qui font la loi. » - « L'hémicycle est toujours vide, les députés ne travaillent pas. » - « Les députés sont agités, ils ne se tiennent pas bien, ils s'invectivent. » Les missions du Parlement, un trompe-l'oeil ?
    - « L'Assemblée fonctionne selon des méthodes de travail surannées et dépassées. » - « L'Assemblée nationale n'est plus qu'une chambre d'enregistrement, elle n'a pas les moyens de contrôler le Gouvernement. » - « L'opposition n'a aucun pouvoir. » - « L'Assemblée vote des lois franco-françaises en ignorant les réalités internationales et européennes. »

  • Questions mémorielles

    Bernard Accoyer

    • Cnrs
    • 3 September 2009

    Les lois " mémorielles " sont-elles nécessaires ? Quels rapports le Parlement entretient-
    il avec l'histoire ? Est-ce à la loi de qualifier les faits historiques ? Qui doit décider de
    ce qu'il faut commémorer, de ce qu'il convient d'oublier ? Où commence et où
    s'arrête le " devoir de mémoire " ? Comment y associer les jeunes générations ?
    Quelle place accorder aujourd'hui à l'enseignement de l'histoire ?
    Pour répondre à l'ensemble de ces interrogations, les parlementaires ont interrogé
    historiens, philosophes et militants, et ainsi conduit une vaste réflexion sur les
    questions mémorielles au travers d'une mission d'information pluraliste.
    Voici, publiées dans leur intégralité, les conclusions de ce rapport qui marque un
    /> tournant capital dans les liens qu'entretient la France avec son passé.
    La recommandation des élus de la Nation est sans appel : dans un État libre, il
    n'appartient ni au Parlement ni à l'autorité judiciaire de définir la vérité historique.
    Un texte fondateur et une leçon de civisme.


  • Les 10 et 17 juin 2012, une nouvelle Assemblée nationale a été élue pour cinq ans. Cette nouvelle législature est la première à se dérouler entièrement sous le nouveau règlement adopté après la réforme constitutionnelle de 2008 qui a revalorisé le rôle du Parlement. Mais quels sont ses pouvoirs désormais ? A l´heure d´Internet, est-elle toujours le lieu de débat démocratique par excellence ? L´auteur a présidé cette institution de 2007 à 2012, et présente de façon très claire et accessibles ces évolutions et le rôle de l´Assemblée.

  • Ennemi des petites phrases et de l'agitation médiatique, Bernard Accoyer, président de l'Assemblée nationale et quatrième personnage de l'État, sort pour la première fois de sa réserve pour livrer sa réflexion et sa vérité sur l'exercice du pouvoir, ses grandeurs, ses zones d'ombre, ses impuissances et ses renoncements. Il revient à cette occasion, sans faux semblants, sur des sujets particulièrement polémiques dont il s'est saisi, parfois à ses dépens, au cours de son mandat de président de l'Assemblée nationale ; En s'appuyant sur des exemples concrets ou sur des anecdotes inédites, il brosse également un portrait original de « l'homo politicus » . Alors que se profile l'élection présidentielle, Bernard Accoyer saisit cette occasion pour livrer son analyse et poser toutes les questions qui fâchent . Au fil de ses réflexions, il tente d'apporter des éléments de réponse à cette question lancinante que l'on retrouve aussi bien sous la plume des philosophes que dans les conversations entre amis : un homme politique peut-il dire toute la vérité ? Si oui, à quel prix pour sa personne, sa carrière, voire pour sa famille politique ? Quels sont les principaux obstacles au triomphe de la vérité en politique ? Comment se frayer un chemin entre la nécessité de ménager des intérêts politiques ou économiques et l'éthique la plus élémentaire ?En conclusion, Bernard Accoyer pose un postulat exigeant à l'approche des échéances politiques de 2012 : en ce début de 21e siècle, avec la crise économique majeure qui a frappé le monde, seul un discours de vérité à nos concitoyens pourra écarter les peurs et convaincre les Français.

    Sur commande
empty