• THE UK'S BESTSELLING EBOOK OF 2011.Benjamin Daniels is angry. He is frustrated, confused, baffled and, quite frequently, very funny. He is also a GP. These are his confessions.

  • THE UK'S BESTSELLING EBOOK OF 2011.Benjamin Daniels is angry. He is frustrated, confused, baffled and, quite frequently, very funny. He is also a GP. These are his confessions.

  • Benjamin Daniels is back. He may be older, wiser and more experienced, but his patients are no less outrageous.

  • Conçu comme un journal personnel, le texte regroupe une centaine de « billets d'humeur » et d'anecdotes vécues : un  témoignage attachant et plein d'humour d'un médecin généraliste sur son expérience professionnelle.Le Dr Daniel décrit son quotidien de médecin, et raconte ses expériences de consultation les plus marquantes, pas toujours glorieuses.Ainsi sa première journée d'internat à l'hôpital : en tentant maladroitement de ranimer un patient, il se prend une belle secousse avec le défibrillateur !Le médecin dépeint aussi une jolie brochette de portraits de patients tour à tour drôles, touchants, surprenants, pitoyables, insupportables, ou antipathiques :cette femme perturbée par des rêves érotiques impliquant une vedette de la chanson,cette femme de 80 ans souffrant de troubles de la mémoire, qui a même oublié pourquoi elle est venue consulter,ce pédophile, qui mettra à rude épreuve sa conscience professionnelle et son respect du serment d'Hippocratecette jeune femme traitée pour des problèmes de fertilité qui, une fois tombée enceinte, ne sait plus si elle veut garder l'enfant...L'ouvrage est par ailleurs l'occasion d'aborder des sujets de société :
    le rôle du médecin comme lien social avec les personnes isolées, l'erreur médicale, le lobbying de l'industrie pharmaceutique, l'incapacité du système à prendre en charge les personnes socialement inadaptées, etc.

  • Daniel Benjamin and Steven Simon began working on this book shortly after leaving the National Security Council, where, as director and senior director for counterterrorism, they watched the rise of alQaeda and helped coordinate Americayes'>#8217;s fight against Usama bin Laden and his organization. They warned in articles and interviews about the appearance of a new breed of terrorists who were determined to kill on the grand scale. More than a year before September 11, 2001, they began writing The Age of Sacred Terror to sound the alarm for a nation that had not recognized the gravest threat of our time. One of their bookyes'>#8217;s original goals has remained: to provide the insights to understand an enemy unlike any seen in living memoryyes'>#8212;one with an extraordinary ability to detect weakness and exploit it, one with a determination to inflict catastrophic damage, one that will not be deterred. But after September 11, a second, equally crucial goal was added: to understand how America let its defenses down, how warnings went unheeded, and how key parts of the government failed at vital tasks. The Age of Sacred Terror also describes the road ahead, where the terrorists will look to draw strength, and what the United States must do, at home and abroad, to stop them. For a year after the attacks that redefined terrorism and devastated the publicyes'>#8217;s sense of security, America has been searching for answers about those responsible for oe of the darkest days in our history and explanations for the glaring gaps in our defenses. The Age of Sacred Terror provides both, with unique authority. It is the book that Americans must read to understand the foremost challenge we face.From the Hardcover edition.

  • When the stock market crashed in 1929, Benjamin Roth was a young lawyer in Youngstown, Ohio. After he began to grasp the magnitude of what had happened to American economic life, he decided to set down his impressions in his diary.This collection of those entries reveals another side of the Great Depression one lived through by ordinary, middle-class Americans, who on a daily basis grappled with a swiftly changing economy coupled with anxiety about the unknown future. Roth's depiction of life in time of widespread foreclosures, a schizophrenic stock market, political unrest and mass unemployment seem to speak directly to readers today.

  • Intended as a guide for wildlife managers and ecotourism operators, as well as interested ecotourists, this book addresses the biological principles governing how ecotourism affects wildlife. The introductory chapters focus on four key responses to human visitation-behavioral, physiological, ecological, and evolutionary.  Readers will discover ecotourism's effects on biodiversity in connection with various industries that are habitat or taxonomically specific:  fish tourism (including both freshwater and marine), marine mammal tourism, the huge industry centered on terrestrial animals, and the well-studied industry of penguin tourism. Given that the costs and benefits of ecotourism cannot be meaningfully assessed without understanding the human context, particular attention is given to how ecotourism has been used as part of community development. In closing, the book synthesizes the current state of knowledge regarding best practices for reducing human impacts on wildlife. The final chapter highlights key research questions that must be addressed to provide more evidence-based guidelines and policy.

  • Das Knigreich Westphalen (18071813) ist vielfach als ein Modellstaat beschrieben worden, in dem vor allem verwaltungs- und gesellschaftspolitische Modernisierungen mit zum Teil durchaus nachhaltiger Wirkung erfolgt sind. Die Studie untersucht vor diesem Hintergrund das bislang kaum berücksichtigte Medizinalwesen. Nach der Charakterisierung der Ausgangsstellung bei Gründung dieses künstlichen Staatsgebildes wird die weitere Entwicklung des Gesundheitswesens analysiert. Dabei geht der Autor auch der Frage nach, in wie weit die franzsischen Verhältnisse als Anleihe und Orientierung für eine in Aussicht gestellte Medizinalreform dienten und welche Dringlichkeit medizinische und staatliche Vertreter ihr beimaßen. Die Publikation zeigt, welche Intentionen verfolgt wurden und in welchem Maße Modernisierungen im Gesundheitswesen tatsächlich stattgefunden haben.
    Die Ambivalenz zwischen aktiver Neugestaltung in einigen Bereichen des Gesundheitswesens bei gleichzeitiger Verzgerung und Verschleppung einer umfassenderen Reform werden im Kontext der politischen und konomischen Entwicklung des Knigreichs gedeutet.

  • Le tout récent numéro de la revue Les écrits est le premier numéro conçu sous la direction de Danielle Fournier. L'écrivain en résidence André Major y livre des pages inédites de ses carnets. Un dossier est consacré au thème de la lecture et de l'écriture, avec, entre autres, les contributions de Renée de Ceccatty, Benjamin Hoffmann et Denis Grozdanovitch. Le numéro comprend une vingtaine de textes d'auteurs d'ici et d'ailleurs, avec, notamment, une suite poétique de Jean-Paul Daoust sur l'idée de tolérance, un récit de Luc Bureau sur le thème de l'émasculation et un essai de Jean Désy sur les communautés du Nord. Le portfolio est consacré à l'artiste Stéphanie Béliveau, dont l'oeuvre, tendue entre l'idée de la ruine, du rebut, de la relique, et celle de la réparation, de la récupération, de la rédemption, pose un regard mélancolique et sur le monde et ses habitants, leurs blessures et leurs cicatrices, mais aussi leurs capacités de résilience et de régénération.

  • Des rues de Montréal au village nordique de Salluit, de la Bretagne du Nord à l'Afrique du Sud, en passant par la Grèce antique et la Bulgarie postsoviétique, le 150e numéro de la revue Les écrits a beaucoup voyagé. Il a ramené de ses périples de nouveaux extraits inédits des carnets d'André Major ; des récits de Laure Morali, Benjamin Hoffmann, André Carpentier, Jean Désy et Vincent Brault ; des poèmes de Michaël La Chance, Patrice Desbiens, Jonathan Lamy, Laurent Cauchon et Jean-François Bernier ; une oeuvre théâtrale de Dario Larouche ; une suite de poèmes bulgares traduits par Marie Vrinat ; et des chroniques littéraires de Sherry Simon et Raymond Gervais, qui signe aussi dans ce numéro un portfolio d'oeuvres visuelles inspirées par la musique et qui explorent les rapports entre la vue et l'ouïe, le regard et l'écoute, le regard qui écoute...

  • De circonstance, ce numéro printanier de la revue Séquences s'inscrit sous le signe de la survie, en consacrant d'abord sept pages au film-événement Jusqu'au déclin, de Patrice Laliberté. Lisez entre autres une longue entrevue avec le réalisateur. Le film, un suspense sis dans un camp de survivalistes, est disponible sur la plateforme Netflix depuis le 27 mars. Deux autres pages sont ensuite consacrées au film de survie en tant que genre, de Deliverance de Boorman à Battle Royale, de Fukasaku. La revue présente aussi deux nouvelles sections, l'une qui offrira un survol d'un genre à travers un choix de films emblématiques (ici le giallo, par Pascal Grenier), l'autre, en dernière page, qui décortiquera une scène précise d'un film (ici La Notte d'Antonioni, par Yves Laberge). Comme d'habitude, retrouvez également plusieurs critiques de films récemment parus.

empty