• Cette anthologie réunit les textes les plus fondamentaux et les plus célèbres de la philosophie des sciences d'Auguste Comte (les leçons inaugurales du Cours de philosophie positive, le Discours sur l'esprit positif) et permet de prendre connaissance d'une épistémologie très différente de celle que l'on qualifie généralement de positiviste.
    Le Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société et d'autres textes de Comte posent parallèlement les linéaments d'une réflexion éthique et politique sur la nécessaire indépendance de la recherche scientifique et le rôle de la science dans l'histoire de la modernité occidentale. Les problèmes soulevés ici sont toujours d'une brûlante actualité.
    Les documents annexes, en particulier les articles d'Émile Littré, qui firent la célébrité du positivisme et le rendirent accessible au grand public, permettent de mieux comprendre le rôle surprenant joué par cette philosophie des sciences dans l'histoire des idées et des institutions françaises.

  • Publié pour la première fois en 1848, le Discours sur l'ensemble du positivisme est un véritable manifeste. Dénonçant la «sécheresse et l'idiotisme» des savants, Comte veut les convertir en «prêtres» d'un nouveau «sacerdoce» ; il les soumet à l'influence affective du «sexe aimant», fait appel au peuple, bouleverse l'esthétique, lance un «Culte de l'Humanité» et, au nom de la République, concocte un programme politique d'ordre moral censé garantir le progrès.
    Comte, jusqu'alors, s'était donné pour règle une certaine prudence et se défendait de connaître les fins dernières. Le Discours sur l'ensemble du positivisme, lui, transforme l'esprit positif en «positivisme» qui, par-delà la systématisation des sciences, de la philosophie, de tout ce qui relève de la pensée et de l'intellect, cherche désormais la systématisation des sentiments et des actions et veut organiser scientifiquement la politique, la morale et la religion.

  • Qui veut s'initier à la pensée de Comte est d'ordinaire renvoyé aux deux premières leçons du Cours de philosophie positive. Mais n'est-ce pas s'exposer à s'interdire de comprendre ce que Comte a poursuivi sa vie durant ? Le Cours ne faisait pas partie du programme que le jeune polytechnicien s'était fixé alors qu'il n'avait que vingt-quatre ans, mais qu'il n'a jamais perdu de vue. Si Comte a toujours désigné le texte ici réédité comme son opuscule fondamental, c'est qu'il offre la meilleure voie d'accès à l'ensemble de son oeuvre. Comme l'indique le titre, on y trouvera les deux thèmes qui n'ont cessé d'alimenter sa réflexion : la science et la société. À une époque où il semble qu'on ait oublié jusqu'à l'existence d'une politique positive, il n'était pas inutile de rappeler que, pour le positivisme, philosophie politique et philosophie des sciences s'appellent l'une l'autre.

  • Découvrez Leçons de sociologie - Cours de philosophie positive, leçons 47 à 51, le livre de Auguste Comte

  • le cours de philosophie positive est une somme de leçons destinées à des étudiants motivés par les sciences et la leçon philosophique qu'elles procurent.
    pour auguste comte, les sciences sont le fruit du développement de l'intelligence humaine. la mathématique, école de rigueur et de précision, constitue le degré initial d'une saine éducation logique ; elle détermine les fondements de la connaissance objective du monde physique et, comme instrument, elle est le " berceau " des lois du monde social. les mathématiques ne dominent pas pour autant le monde intellectuel ; le retour aux " sources mathématiques " du savoir humain établit la distance qu'il y a à franchir pour aller des mathématiques à la sociologie.
    ce volume, véritable bonheur de lecture et de compréhension de toute la mathématique classique, présente dix-huit leçons.
    les deux premières leçons, les plus célèbres, sont consacrées à des considérations générales sur la nature et l'importance de la philosophie positive et sur la hiérarchie des sciences positives. elles sont ici résumées, dans une version approuvée par comte. les leçons suivantes sont consacrées aux branches de la science mathématique, " incomparable instrument d'éducation rationnelle, point de départ de toute éducation scientifique ".

  • Aboutissement des recherches religieuses, philosophiques et scientifiques du fondateur du positivisme, l'ouvrage, inachevé, ne comprend qu'un tome sur les trois initialement prévus (logique positive, morale positive, industrie positive). publié initialement en novembre 1856, il n'a été reproduit qu'une fois en 1900 (fonds typographique de l'exécution testamentaire), et fait partie des " introuvables " intéressant tous les spécialistes de la philosophie positiviste.

  • Social actuel. 47e leçon - Appréciation sommaire des principales tentatives philosophiques entreprises jusqu'ici pour constituer la science sociale. 48e leçon - Caractères fondamentaux de la méthode positive dans l'étude rationnelle des phénomènes sociaux.
    49e leçon - Relations nécessaires de la physique sociale avec les autres branches fondamentales de la philosophie positive. 50e leçon - Considérations préliminaires sur la statique sociale, ou théorie générale de l'ordre spontané des sociétés humaines. 51e leçon - Lois fondamentales de la dynamique sociale, ou théorie générale du progrès naturel de l'humanité.

  • Destinée à terminer la révolution comment, dans tout l'Occident, au quatorzième siècle, la crise où la France se trouve plongée depuis 1789 n'a point encore acquis un caractère décisif. Elle continue d'osciller entre la rétrogradation et l'anarchie, en laissant toujours redouter des orages sans solution. Le besoin de concilier radicalement l'ordre et le progrès est pourtant senti de plus en plus depuis soixante ans. Il a fait graduellement surgir, sous le nom de conservateurs, un parti nombreux et puissant, qui s'efforce sincèrement d'écarter à la fois les révolutionnaires et les rétrogrades. C'est là que réside habituellement l'autorité politique, qui ne passe en d'autres mains qu'au moment des orages. Mais une telle prépondérance reste essentiellement neutralisée par l'absence d'une doctrine appropriée à cette destination. Un parti qui semble devoir irrévocablement éteindre l'état révolutionnaire ne tend jusqu'ici qu'à le faire indéfiniment durer, en consacrant à la fois la rétrogradation théologique et l'anarchie métaphysique, afin de pouvoir toujours opposer l'une à l'autre.

  • C'est entre 1830 et 1842 qu'Auguste Comte va fournir son plus fameux écrit sur le positivisme en publiant son Cours de philosophie positive. Ce premier volume est une reproduction en fac-similé de l'édition originale de 1830. Auguste Comte y expose d'abord le plan et le but de l'ouvrage, puis la philosophie mathématique. C'est par les mathématiques que la philosophie positive a commencé à se former : c'est d'elle que nous vient la "méthode" qui est un "instrument" applicable plus ou moins directement à toutes les autres sciences.

  • Auguste Comte poursuit dans ce troisième volume du Cours de philosophie positive, la présentation des sciences fondamentales en s'intéressant à la chimie et à la biologie. La chimie doit être placée après la physique, source de connaissances dont elle ne peut se passer. La biologie, qui succède à la chimie, part des simples considérations de pure anatomie jusqu'à l'étude positive des phénomènes intellectuels et affectifs les plus élevés de la nature humaine.

    Sur commande
  • Lettres d'Auguste Comte au docteur Robinet, son médecin et l'un de ses exécuteurs testamentaires et à sa famille. précédées d'une notice sur la vie positiviste du Dr Robinet. et suivies de renseignements complémentaires sur la maladie et la mort d'Auguste Comte / par Emile Corra,...
    Date de l'édition originale : 1926 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.
    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • Lettres d'Auguste Comte à divers, publiées par ses exécuteurs testamentaires, 1850-1857. Tome I, 1ère partie. [- Tome I, 2ème partie... Tome II. Lettres antérieures à 1850.]. Tome 1,Partie 2 Date de l'édition originale : 1902-1905 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.
    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • Lettres d'Auguste Comte à divers, publiées par ses exécuteurs testamentaires, 1850-1857. Tome I, 1ère partie. [- Tome I, 2ème partie... Tome II. Lettres antérieures à 1850.]. Tome 1,Partie 1 Date de l'édition originale : 1902-1905 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.
    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • Lettres d'Auguste Comte à divers, publiées par ses exécuteurs testamentaires, 1850-1857. Tome I, 1ère partie. [- Tome I, 2ème partie... Tome II. Lettres antérieures à 1850.]. Tome 2 Date de l'édition originale : 1902-1905 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.
    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • Auguste Comte poursuit dans ce deuxième volume du Cours de philosophie positive la présentation des sciences fondamentales en s'intéressant à l'astronomie et à la physique. L'astronomie doit bien plus que les mathématiques à l'observation et à l'expérience. Auguste Comte assigne la physique au troisième rang parmi les sciences fondamentales.

  • L'évolution de notre monde apparaît de plus en plus inacceptable, sur le plan éthique et politique. Cette inquiétude provient de l'organisation de notre système : conception de l'homme et de la société centrée sur les ambitions individualistes et matérialistes, prédominance des préoccupations économiques sur les préoccupations sociales et priorité à la seule logique marchande. L'effort prioritaire du XXIe siècle doit donc être celui d'une refondation philosophique et éthique de cette conception, avant celui d'un remodelage de nos instruments économiques et techniques.

  • Correspondance entre Auguste Comte et Clotilde de Vaux Nouv.

    Éminent philosophe du XIXe siècle et fondateur du positivisme, Auguste Comte (1798-1857) aima passionnément Clotilde de Vaux (1815-1846) pendant une « année sans pareille », entre avril 1845 et avril 1846. Séparé de sa femme, il a quarante-sept ans, Clotilde de Vaux en a trente et un. Flattée de son affection, de l'encouragement qu'il lui dispense dans ses projets d'écriture, elle l'admire mais ne lui offre que son amitié. De son côté, le philosophe l'idolâtre, et se résout à cet amour platonique. Lorsque Clotilde de Vaux meurt le 5 avril 1846 de la tuberculose, elle devient l'objet d'un culte quotidien par Auguste Comte, culte entretenu et développé jusqu'à la fin de sa vie en 1857.
    Entre Auguste Comte et Clotilde de Vaux, ce sont donc cent quatre-vingt-trois lettres échangées. Cette correspondance apporte un regard neuf et inattendu sur un penseur souvent jugé austère. Elle prépare et contient aussi en germe la seconde philosophie de Comte sur la religion de l'Humanité. Elle constitue enfin un document littéraire remarquable par le contraste qu'elle offre entre les déclarations enflammées d'Auguste Comte, rédigées dans le ton de ses ouvrages philosophiques, et les réponses de Clotilde de Vaux écrites dans une belle langue classique.

    awaiting publication
  • Rédigé en 1852, au milieu de l'élaboration du Système de politique positive (1851-1854), le Catéchisme positiviste en justifie dès l'abord pleinement le sous-titre de Traité de sociologie instituant la religion de l'Humanité. En effet, les onze entretiens entre une jeune femme et un prêtre de l'humanité qui composent l'ouvrage constituent à la fois une vivante méditation de l'idée d'Humanité et un résumé dense, complet et didactique, de la foi positive proprement dite. Le Catéchisme positiviste est donc bien en ce sens ce qu'on pourrait appeler une oeuvre de propagande; et cela, sans cesser pour autant d'être philosophique. D'une part, le dialogue se déploie en effet sous la bannière d'une religion nouvelle, le positivisme, à qui son fondateur réserve rien moins que l'avenir humain. Mais aussi bien ce catéchisme n'a-t-il point été écrit, d'autre part, afin de cultiver en l'esprit oisif et confortable de vains doutes et de stériles hypothèses. Il s'agirait plutôt ici de donner des convictions actives aux hommes et aux femmes du peuple, dont les fantômes théologiques, mis définitivement à terre par la Révolution, ne sauraient désormais plus nourrir la raison comme le coeur. Il appartiendra donc au lecteur de comprendre comment, élevant les sciences modernes à la dignité d'une philosophie organique, Comte a pu également découvrir en elles les germes d'une spiritualité profondément humaine, d'après laquelle tracer les plans d'une République encore à venir: sans Dieu ni Roi.

  • Publié pour la première fois en 1848, le Discours sur l'ensemble du positivisme est un véritable manifeste. Dénonçant la «sécheresse et l'idiotisme» des savants, Comte veut les convertir en «prêtres» d'un nouveau «sacerdoce» ; il les soumet à l'influence affective du «sexe aimant», fait appel au peuple, bouleverse l'esthétique, lance un «Culte de l'Humanité» et, au nom de la République, concocte un programme politique d'ordre moral censé garantir le progrès.
    Comte, jusqu'alors, s'était donné pour règle une certaine prudence et se défendait de connaître les fins dernières. Le Discours sur l'ensemble du positivisme, lui, transforme l'esprit positif en «positivisme» qui, par-delà la systématisation des sciences, de la philosophie, de tout ce qui relève de la pensée et de l'intellect, cherche désormais la systématisation des sentiments et des actions et veut organiser scientifiquement la politique, la morale et la religion.

empty