• Le Ministère du Bonheur Suprême invite à voyager à travers le continent indien et à faire intimement connaissance avec des personnages inoubliables, qui tous cherchent un refuge - mais aussi l'amour, et un sens à leur existence. Dans un cimetière du Vieux Delhi, on déroule un tapis fait à la main. Sur un trottoir, peu après minuit, un bébé fait son apparition. Dans une vallée enneigée, un père écrit à sa petite fille défunte pour lui décrire son enterrement. Dans une chambre à l'étage, une femme solitaire lit le carnet de notes de son compagnon.
    À la pension Jannat, deux hommes s'enlacent en dormant, comme s'ils venaient de se rencontrer - et pourtant ils se connaissent depuis toujours. Ces êtres brisés par le monde dans lequel ils vivent sont sauvés par l'amour et l'espoir. À chaque page de ce roman inspiré, sensible et riche en rebondissements, éclate tout le talent d'Arundhati Roy.

    1 autre édition :

  • Rahel et Estha Kochamma, deux jumeaux de huit ans, vivent en Inde, entourés de leur grand-mère, Mammachi, qui fabrique des confitures trop sucrées, de l'oncle Chacko, un coureur de jupons invétéré, esprit romantique converti au marxisme pour les besoins de son portefeuille, de la grand-tante Baby Kochamma, qui nourrit un amour mystique pour un prêtre irlandais, et de leur mère Ammu, désertée par son mari, qui aime secrètement Velutha, un Intouchable. Un drame va ébranler leur existence et les séparer. Comment réagir quand, à huit ans, on vous somme de savoir « qui aimer, comment et jusqu'où » ? Comment survivre quand, après un événement affreux dont on a été témoin, on vous demande de trahir la vérité pour l'amour d'une mère ?
    Un récit envoûtant, plein d'humour et d'émotion, servi par une écriture neuve et poétique, qui recrée le monde de l'enfance - celui de l'imaginaire et de la liberté.

    2 Autres éditions :

  • « Espérons seulement qu'un jour prochain les rues de l'Inde seront noires de monde, envahies par ceux qui auront compris qu'à moins de se manifester et d'agir, la fin est proche. » Arundhayti Roy.

    Dans cette conférence prononcée à New York le 12 novembre 2019 et publiée dans The Nation, Arundhati Roy alerte l'opinion internationale sur la politique du Premier ministre indien, Narendra Modi. En privant de citoyenneté une partie de la population musulmane de l'État d'Assam et en abolissant l'autonomie constitutionnelle de la Vallée du Cachemire, le gouvernement indien, animé par un courant ethno-nationaliste hindou, fait peser une lourde menace sur la diversité séculière du pays.
    Soucieuse de défendre les droits humains là où ils sont bafoués et pourraient l'être plus encore, irrésolue au silence, Arundhati Roy fait le lien entre cette marche en avant d'une nation hindoue et la montée des fascismes dans l'Europe du premier XXe siècle.

  • « L'Inde n'est pas vraiment un pays.C'est un continent.Un continent plus complexe et divers que l'Europe, avec bien plus de langues (780 au dernier décompte, hors dialectes), de nationalités et de sous-nationalités, de peuples et de religions indigènes.Imaginez ce vaste océan, cet écosystème social fragile et fractionné, placé soudainement sous l'ordre d'une organisation suprémaciste hindoue, cherchant à accomplir l'idéologie de la nation unique, de la langue unique, de la religion unique, de la Constitution unique. » Arundhati RoyDans ce texte rendu public à New York le 12 novembre 2019 et revu par l'auteur pour la présente édition, Arundhati Roy alerte l'opinion internationale sur la politique antimusulmane du Premier Ministre indien, Narendra Modi. En refusant la citoyenneté indienne à deux millions de Musulmans de l'État d'Assam, à la faveur de l'établissement du Registre national des citoyens (NRC), et en abolissant l'autonomie constitutionnelle de la Vallée du Cachemire, au mépris des règles établies en 1947, le gouvernement indien, animé par l'extrémisme ethno-nationaliste hindou, fait peser une lourde menace sur la diversité sociale et la stabilité politique du continent indien. Tout se passe comme s'il s'agissait de créer, légalement, une citoyenneté à plusieurs niveaux, dans laquelle un ensemble d'individus n'a aucun droit et vit à la merci de la bonne volonté des autres, un « système de castes modernes, qui coexistera avec l'ancien. » Toujours soucieuse de défendre les droits humains là où ils sont manifestement bafoués et pourraient l'être plus encore, irrésolue au silence, Arundhati Roy fait le lien entre les signes précurseurs de cette irrésistible ascension d'une nation hindoue et la montée des fascismes dans l'Europe du premier XXe siècle.

  • « En des temps meilleurs, on parlait de perspective critique ou de vision du monde alternative. Aujourd'hui, en Inde, on dit sédition. » Mon coeur séditieux réunit le travail de vingt ans de réflexion et d'engagement. En 1998, après le magistral Dieu des Petits Riens, Arundhati Roy prend la plume pour s'élever contre le programme nucléaire indien dans plusieurs essais qui signeront le début de son combat politique. Au travers d'une quarantaine de textes, dont plus de la moitié sont inédits en France, elle s'intéresse aux dynamiques de pouvoir en jeu au sein des gouvernements des puissances mondiales. Que ce soit dans le passionnant et engagé En marche avec les camarades ou dans l'éloquent Le docteur et le saint, Arundhati Roy ne se lasse pas de défendre ses convictions au travers d'essais qui questionnent notre monde et ses inégalités. Les grands barrages, la politique américaine, la guerre en Irak, rien n'échappe à son regard aiguisé. Dans un environnement de plus en plus hostile, elle décrit avec toujours autant de férocité et de clairvoyance le combat des opprimés, les injustices de castes ou les tragédies écologiques.Elle observe, comme écrivaine et comme citoyenne du monde, l'évolution de la société des années quatre-vingt-dix à nos jours. Son écriture radicale met à la portée de tous une réflexion passionnante d'une extrême actualité.

  • Set against a background of political turbulence in Kerala, this novel tells the story of twins Esthappen and Rahel. Amongst the vats of banana jam and heaps of peppercorns in their grandmother's factory they try to craft a childhood for themselves amidst what constitutes their family.

    Poche N.C.
    Prix indicatif - Contacter votre libraire

    1 autre édition :

  • LONGLISTED FOR THE WOMEN'S PRIZE FOR FICTION 2018 AND THE MAN BOOKER PRIZE 2017 'A sprawling kaleidoscopic fable' Guardian , Book of the Year * 'A dazzling return to form' Independent THE SUNDAY TIMES #1 BESTSELLER FROM THE BOOKER-WINNING AUTHOR OF THE GOD OF SMALL THINGS 'An astonishing intimate epic. This is the novel one hoped Arundhati Roy would write about India' Daily Telegraph 'At magic hour; when the sun has gone but the light has not, armies of flying foxes unhinge themselves from the Banyan trees in the old graveyard and drift across the city like smoke . . .' So begins The Ministry of Utmost Happiness , Arundhati Roy's incredible follow-up to The God of Small Things . We meet Anjum, who used to be Aftab, who runs a guesthouse in an Old Delhi graveyard and gathers around her the lost, the broken and the cast out. We meet Tilo, an architect, who, although she is loved by three men, lives in a 'country of her own skin'. When Tilo claims an abandoned baby as her own, her destiny and that of Anjum become entangled as a tale that sweeps across the years and a teeming continent takes flight . . . 'Glorious, colourful and compelling. Roy's second novel proves as remarkable as her first' Financial Times 'The book filled me with awe. Propulsive, playful, gorgeous' New York Times Book Review 'The unmissable literary read of the summer. With its insights into human nature, its memorable characters and its luscious prose, Ministry is well worth the wait' Time 'Staggeringly beautiful - a fierce, fabulously disobedient novel. Roy is writing at the height of her powers. Urgent, intimate ecstatic' Boston Globe 'A searing portrait of modern India' Tatler 'This vast novel will leave you awed by the heat of its anger and the depth of its compassion' Washington Post

    Poche N.C.
    Prix indicatif - Contacter votre libraire

    1 autre édition :

  • «La domination du capitalisme fut telle qu'elle cessa d'être perçue comme une idéologie. Elle est devenue le modèle par défaut, le comportement naturel. Elle s'est infiltrée dans la normalité, a colonisé l'ordinaire, au point que la contester est apparu comme aussi absurde ou ésotérique qu'une remise en cause de la réalité elle-même. Dès lors, le pas fut aisément et promptement franchi pour affirmer : "Il n'y a pas d'alternative"».
    Dans cette série d'essais, Arundhati Roy, l'auteure du sublime roman Le Dieu des Petits Riens, s'intéresse à la face cachée de la démocratie indienne - un pays de 1,2 milliard d'habitants où les cent personnes les plus riches po sèdent l'équivalent d'un quart du produit intérieur brut.
    Ce texte virulent présente un portrait féroce et lucide d'un pays hanté par ses fantômes : ceux des centaines de milliers de fermiers qui n'ont pour seule échappatoire à leurs dettes que le suicide ; ceux des centaines de millions de personnes qui vivent avec moins de deux dollars par jour.
    Face à eux, une infime minorité de la population contrôle la majorité des richesses et parvient à dicter la politique gouvernementale. Cette classe corrompue par l'omniprésence des ONG et des fondations est au coeur du système remis en cause par l'auteure. Cependant, Roy va au-delà du pamphlet contre le capitalisme et propose une véritable réflexion sur son histoire et ses rouages. Avant de conclure par plusieurs propositions pour en sortir, le temps d'un discours aux militants d'Occupy Wall Street.

  • Intransigeante sur ses principes, Arundhati Roy a délaissé le roman pour ne plus écrire que des textes de combat, reflétant un engagement politique aussi intègre que virulent. A cet égard, ce nouveau recueil constitue le prolongement logique du Coût de la vie, paru il y a dix ans. Dans ces articles polémiques, elle dénonce des scandales et atrocités survenus en Inde : le massacre planifié de musulmans, perpétré en toute impunité ; la parodie de justice infligée à un « terroriste » soupçonné d'avoir participé à un attentat contre le Parlement ; la corruption du système judiciaire ; la répression et la terreur qui règnent au Cachemire ; et enfin les mensonges médiatiques entourant les récents attentats de Bombay. Ce volume a donc l'immense mérite de mettre en lumière les dérives scandaleuses et méconnues de la « plus grande démocratie du monde », dont Roy n'a de cesse de stigmatiser le basculement vers ce qu'elle qualifie de « fascisme », à savoir l'association explosive d'un libéralisme économique effréné et d'une crispation identitaire (nationalisme fanatique et fondamentalisme religieux hindouiste). Mais cette attention aux dysfonctionnements nationaux n'est pas, et de loin, le seul mérite de ce livre. Car dans ses meilleurs textes, Arundhati Roy élargit son propos pour une réflexion à la fois sombre et militante sur la multiplication des génocides dans le monde (« En écoutant les sauterelles », qui évoque notamment le génocide arménien), ou sur la possibilité de mettre sur pied un mouvement démocratique de base pour résister à la fois à la répression d'Etat, à la confiscation des ressources économiques par les multinationales et à tous les fanatismes). Elle se permet même une brève incursion dans la fiction avec une parabole énigmatique mais fascinante sur les excès de la mondialisation. Un ouvrage volontairement polémique qui témoigne d'une grande exigence morale, servi par l'éloquence et l'élégance d'une écriture combative.

  • Ce recueil regroupe l'intégralité des essais et articles politiques, pour la plupart inédits en langue française, que l'écrivain d'origine indienne arundhati roy a écrits depuis 1998.

    Dans un style clair et passionné, l'auteur du dieu des petits riens - booker prize 1997 - prend position sur les grandes questions qui, selon elle, façonneront le visage du xxie siècle naissant : le risque d'un conflit nucléaire entre l'inde et le pakistan ; la dégradation de l'environnement ; les dangers d'une mondialisation incontrôlée ; la politique du gouvernement américain face au terrorisme international.

    Essentiel pour comprendre le monde dans lequel nous vivons et les enjeux qui détermineront notre avenir collectif, l'écrivain-militant est un recueil remarquable, souvent provocateur, toujours engagé, par l'un des auteurs les plus importants de notre temps.

  • Arundhati Roy est l'auteur d'un roman, Le Dieu des Petits Riens, qui a été salué dans le monde entier comme un des événements littéraires les plus originaux de ces dernières années (Gallimard, 1998).
    Elle vit à New Delhi.

  • My Seditious Heart collects the work of a two-decade period when Arundhati Roy devoted herself to the political essay as a way of opening up space for justice, rights and freedoms in an increasingly hostile environment. Taken together, the essays speak in a uniquely spirited voice, marked by compassion, clarity and courage. Radical and superbly readable, they speak always in defence of the collective, of the individual and of the land, in the face of the destructive logic of financial, social, religious, military and governmental elites. In constant conversation with the themes and settings of her novels, the essays form a near-unbroken memoir of Arundhati Roy's journey as both a writer and a citizen, of both India and the world, from 'The End of Imagination', which begins this book, to 'My Seditious Heart', with which it ends.

    Grand format N.C.
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
  • Grand format N.C.
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
  • Le cout de la vie

    Arundhati Roy

    Dans le premier des deux essais polémiques qui composent cet ouvrage, arundhati roy fait le point sur la politique indienne des grands barrages, avec leurs effets néfastes tant sur les populations que sur l'environnement.
    Dans le second, elle analyse les causes et les conséquences de l'accession de l'inde au rang de puissance nucléaire. des pages qui révèlent son tempérament passionné et sa fougue de pamphlétaire. comme dans le dieu des petits riens, arundhati roy se fait le défenseur des humbles et des démunis. elle trouve des accents convaincants pour fustiger la cupidité, la bêtise ou l'inconscience, attaque le cynisme du gouvernement indien aussi bien que l'hypocrisie des occidentaux, dénonce partout la corruption.
    Un plaidoyer auquel on ne peut rester indifférent.

  • Azadi Nouv.

    Azadi signifie « liberté » en ourdou. Il s'agit, à l'origine, d'un cri de ralliement cachemiri contre le gouvernement indien qui a été repris par le peuple lui-même pour protester contre ses dirigeants.
    Dans ce recueil d'essais brûlants d'actualité, Arundhati Roy nous met au défi de réfléchir sur le sens de la liberté dans un monde où l'autoritarisme va croissant. À travers ces textes, et ces temps troublés, elle explore l'importance du langage, le rôle de la fiction et de l'imagination, ainsi que les répercussions de la crise sanitaire sur la société indienne.
    Pour Arundhati Roy, la pandémie que nous traversons fait figure de portail entre un monde et un autre. En dépit de la maladie et de la dévastation qu'elle produit dans son sillage, elle représente peut-être aussi une chance pour l'humanité d'inventer un monde différent.

  • 'They all broke the rules. They all crossed into forbidden territory. They all tampered with the laws that lay down who should be loved, and how. And how much.'

  • This series of essays examines the dark side of democracy in contemporary India. It looks closely at how religious majoritarianism, cultural nationalism and neo-fascism simmer just under the surface of a country that projects itself as the world's largest democracy.

    Beginning with the state-backed pogrom against Muslims in Gujarat in 2002, Arundhati Roy writes about how the combination of Hindu Nationalism and India's Neo-liberal economic reforms which began their journey together in the early 1990s are now turning India into a police state. She describes the systematic marginalization of religious and ethnic minorities - Muslim, Christian, Adivasi and Dalit, the rise of terrorism and the massive scale of displacement and dispossession of the poor by predatory corporations. The collection ends with an account of the of the August 2008 uprising of the people of Kashmir against India's military occupation and an analysis of the November 2008 attacks on Mumbai.

    The Dark Side of Democracy tracks the fault-lines that threaten to destroy India's precarious democracy and send shockwaves through the region and beyond.

  • The Shape of the Beast is our world laid bare by a mind that has consistently and unhesitatingly engaged with its changing realities and often anticipated the way things have moved in the last decade.

    In the fourteen interviews collected here, conducted between January 2001 and March 2008, Arundhati Roy examines the nature of state and corporate power as it has emerged during this period, and the shape that resistance movements are taking. As she speaks about people displaced by dams and industry, the genocide in Gujurat, Maoist rebels, the war in Kashmir and the global War on Terror, she raises fundamental questions about democracy, justice and non-violent protest.

    Unabashedly political, this is also a deeply personal collection that talks about the necessity of taking a stand and about the dilemma of guarding the private space necessary for writing in a world that demands urgent, unequivocal intervention.

  • War has spread from the borders of India to the forests in the very heart of the country. Combining brilliant analysis and reportage by one of India's iconic writers, Broken Republic examines the nature of progress and development in the emerging global superpower, and asks fundamental questions about modern civilization itself - in three incisive essays:


    Mr Chidambaram's War 'The low, flat-topped hills of south Orissa have been home to the Dongria Kondh long before there was a country called India or a state called Orissa . . . ' Walking with the Comrades 'The terse, typewritten note slipped under my door in a sealed envelope confirmed my appointment with "India's single biggest internal security challenge". I'd been waiting for months to hear from them . . . ' Trickledown Revolution 'In the early morning hours of 2 July 2010, in the remote forests of Adilabad, the Andhra Pradesh State Police fired a bullet into the chest of a man called Cherukuri Rajkumar, known to his comrades as Azad . . .'

  • From the 2002 genocide against Muslims in Gujarat to the attacks on Mumbai in November 2008, this extraordinary series of linked essays bravely tracks the faultlines that threaten to destroy India's precarious democracy and send shockwaves through the region and beyond. Daring to speak out against the lies of both state governments and murderous special interest groups, Arundhati Roy makes a powerful case for the relevance of articulate activism. If nothing is done, she argues, Muslim and Hindu extremists will continue to tear apart both each other and India's pluralist nation, bringing Pakistan and India ever closer to nuclear war, and making yet worse the undocumented plight of the half of India's citizens subsisting below the poverty line.

  • On 13 December 2001, the Indian Parliament was attacked by a few heavily armed men. Eleven years later, we still do not know who was behind the attack, nor the identity of the attackers. Both the Delhi high court and the Supreme Court of India have noted that the police violated legal safeguards, fabricated evidence and extracted false confessions. Yet, on 9 February 2013, one man, Mohammad Afzal Guru, was hanged to 'satisfy' the 'collective conscience' of society. This updated reader brings together essays by lawyers, academics, journalists and writers who have looked closely at the available facts and who have raised serious questions about the investigations and the trial. This new version examines the implications of Mohammad Afzal Guru's hanging and what it says about the Indian government's relationship with Kashmir.

  • LONGLISTED FOR THE WOMEN'S PRIZE FOR FICTION 2018
    LONGLISTED FOR THE MAN BOOKER PRIZE 2017NOMINATED FOR THE NATIONAL BOOK CRITICS CIRCLE AWARD FOR FICTION
    THE SUNDAY TIMES #1 and THE NEW YORK TIMES BESTSELLER'A sprawling kaleidoscopic fable' Guardian, Books of the Year
    'Roy's second novel proves as remarkable as her first' Financial Times'A great tempest of a novel... which will leave you awed by the heat of its anger and the depth of its compassion' Washington PostThe first novel in 20 years from the Booker-prize winning author of The God of Small ThingsThe Ministry of Utmost Happiness takes us on a journey of many years-the story spooling outwards from the cramped neighbourhoods of Old Delhi into the burgeoning new metropolis and beyond, to the Valley of Kashmir and the forests of Central India, where war is peace and peace is war, and where, from time to time, 'normalcy' is declared.Anjum, who used to be Aftab, unrolls a threadbare carpet in a city graveyard that she calls home. A baby appears quite suddenly on a pavement, a little after midnight, in a crib of litter. The enigmatic S. Tilottama is as much of a presence as she is an absence in the lives of the three men who loved her.The Ministry of Utmost Happiness is at once an aching love story and a decisive remonstration. It is told in a whisper, in a shout, through tears and sometimes with a laugh. Its heroes are people who have been broken by the world they live in and then rescued, mended by love-and by hope. For this reason, they are as steely as they are fragile, and they never surrender. This ravishing, magnificent book reinvents what a novel can do and can be. And it demonstrates on every page the miracle of Arundhati Roy's storytelling gifts.'A novel that demands and rewards the reader's concentration, this is a dazzling return to form' Independent'This novel is a freedom song. Every page has the stamp of Roy's originality. Such brutality, such beauty' Amitva Kumar, the author of Immigrant, Montana 'Intricately layered and passionate, studded with jokes and with horrors... This is a work of extraordinary intricacy and grace' Prospect Magazine'Gorgeous, supple, playful... Roy writes with astonishing vividness... Again and again beautiful images refresh our sense of the world' The New York Times Book Review'A masterpiece. Roy joins Dickens, Naipaul, García Màrquez, and Rushdie in her abiding compassion, storytelling magic, and piquant wit. An entrancing, imaginative, and wrenching epic' Booklist starred review

empty