• La région, la ville, en Europe et dans le monde : tel est l'objet de ce livre. Il est porté aussi par une plus grande ambition : par ces villes, ces régions et ces territoires, peut se dessiner comme un portrait de la France. Villes et régions ne sont pas de simples objets mais des sujets où vivent quelque 65 millions de personnes. C'est la somme de leurs activités, de leurs passés, de leurs cultures et de leurs passions, de leurs contradictions et de ce qui les rassemblent qui composent, dans les plis et les replis du temps et de l'espace, cette réalité et ce rêve : la France.
    Sans méconnaître les évolutions de la discipline (désormais plus technicienne, plus économiste, modifiée par la mobilité des espaces et des populations), Armand Frémont soutient que la région reste au coeur des interrogations les plus actuelles sur l'urbanisme, l'aménagement du territoire, l'écologie, le patrimoine ou l'immigration.
    Riche d'une expérience de 50 ans de géographie, il en propose une vision très personnelle - à la fois ultra documentée et s'assumant comme impressionniste.
    Cette nouvelle édition de Portrait de la France, qui conserve la forme d'un dictionnaire par régions (une trentaine de chapitres, assortis de cartes, avec une place particulière faite aux DOM-TOM), a été entièrement revue et enrichie : une nouvelle introduction, la mise à jour systématique de toutes les données chiffrées, l'ajouts de nombreux encarts (soulignant un trait, la présence d'un artiste, d'un monument, d'une entreprise, d'un paysage significatifs de la région étudiée) en rendent la consultation aisée, plus adaptée à un public étudiant, et la lecture agréable pour quiconque voudra suivre la plume alerte d'un géographe qui se voit d'abord en voyageur.

  • La région, la ville, en Europe et dans le monde : tel est l'objet de ce livre. Il est porté aussi par une plus grande ambition : par ces villes, ces régions et ces territoires, peut se dessiner comme un portrait de la France. Villes et régions ne sont pas de simples objets mais des sujets où vivent quelque 65 millions de personnes. C'est la somme de leurs activités, de leurs passés, de leurs cultures et de leurs passions, de leurs contradictions et de ce qui les rassemblent qui composent, dans les plis et les replis du temps et de l'espace, cette réalité et ce rêve : la France.
    Sans méconnaître les évolutions de la discipline (désormais plus technicienne, plus économiste, modifiée par la mobilité des espaces et des populations), Armand Frémont soutient que la région reste au coeur des interrogations les plus actuelles sur l'urbanisme, l'aménagement du territoire, l'écologie, le patrimoine ou l'immigration.
    Riche d'une expérience de 50 ans de géographie, il en propose une vision très personnelle - à la fois ultra documentée et s'assumant comme impressionniste.
    Cette nouvelle édition de Portrait de la France, qui conserve la forme d'un dictionnaire par régions (une trentaine de chapitres, assortis de cartes, avec une place particulière faite aux DOM-TOM), a été entièrement revue et enrichie : une nouvelle introduction, la mise à jour systématique de toutes les données chiffrées, l'ajouts de nombreux encarts (soulignant un trait, la présence d'un artiste, d'un monument, d'une entreprise, d'un paysage significatifs de la région étudiée) en rendent la consultation aisée, plus adaptée à un public étudiant, et la lecture agréable pour quiconque voudra suivre la plume alerte d'un géographe qui se voit d'abord en voyageur.

  • Il y a trente-cinq ans, lors de la première édition de ce livre, il était devenu difficile de définir la région, alors que la géographie française s'émancipait à peine de ses schémas classiques et de ses visions européo-centristes. H fallait trouver de nouveaux repères en inversant les perspectives habituelles et en donnant un nouveau sens à cette notion : la région, espace vécu, vue des hommes, espace intermédiaire entre les lieux de l'immédiateté quotidienne et les territoires plus lointains, entre l'ici qui retient et Tailleurs qui appelle. Aujourd'hui, au temps de la mondialisation et des métropoles, la région se révèle encore moins aisément identifiable. Pour autant, dans tous les domaines de la vie, l'exigence demeure d'une entité intermédiaire entre l'enfermement local des citoyens et la puissance supérieure des États et du système Monde. C'est la condition d'une démocratie renouvelée. Plus que jamais la région doit être mieux comprise. Tel est le sens de cette nouvelle édition.

  • Les classes moyennes donnent le ton de la géographie sociale de la France ; elles en recomposent les paysages : après la fin des paysans, le crépuscule des ouvriers. Mais cette nouvelle dominante s'inscrit dans les structures fondamentales de l'organisation régionale, au sein d'un pays à la fois fortement centralisé et dissymétrique. La société française n'en finit pas, en effet, d'opposer ses contraires : les frontières et l'intérieur, les rivages et la terre paysanne, Paris rayonnant et la province fermée. Si l'Hexagone est clos, a trouvé la ligne de ses limites, de grandes questions se posent, sources de nouvelles évolutions : les régions en recherche, les minorités en émergence, l'Europe en mouvement, les technologies nouvelles à maîtriser, la mondialisation de la communication. Entre les joies tranquilles de la province et l'invention de nouveaux rivages, le système devra se recomposer.
    Un ouvrage qui reste important dans l'histoire de la discipline et offre un portrait nuancé de la société française à l'aube des années 2000.

  • Une mémoire du Havre qui, racontée avec la minutie du coeur et la rigueur du souvenir, atteint à l'universel. On trouvera dans le flux et le reflux de ces pages des rêves de modernité, des ruelles disparues et des recoins de pierres où nichent quelques secrets.

  • Depuis plusieurs années, quinze géographes de tendances diverses, issus des trois universités de Caen, de Rouen et du Havre, se réunissaient régulièrement afin d'analyser et de dénoncer les carences des deux régions de Haute et de Basse-Normandie et de promouvoir l'idée d'unification nécessaire en une seule région, la Normandie. Depuis la réforme territoriale initiée par le gouvernement en 2015, celle-ci est maintenant effective et la spécificité du cas normand par rapport à la situation de la majorité des autres régions a été sa mise en place toute naturelle.
    Cela a conduit à approfondir la réflexion sur les implications de la régionalisation lors d'un colloque de Cerisy, en juin 2015. Ainsi furent posés des problèmes essentiels au-delà du simple « découpage » territorial : expérience des géographes sur le sujet ; aménagement du territoire et développement, insertion dans les réseaux et flux contemporains ; rapport aux autres entités territoriales, métropoles, villes, communautés ; interrogations sur la notion d'identité régionale et de citoyenneté dans le cadre de la région. Deux tables rondes avec des acteurs régionaux ont complété les interventions universitaires. L'essentiel des apports du colloque a été réuni dans ce livre sous la plume des géographes normands et de quinze autres contributeurs. Une étape sur l'évolution des idées concernant la notion de région.

  • Le géographe est d'abord et toujours un voyageur : les territoires contemporains, pour être compris dans leur singularité, demandent à être explorés comme jadis l'Océan de Christophe Colomb ou les îles de La Pérouse. A la rencontre des hommes, attentif à découvrir les relations qu'ils tissent avec leurs milieux, Armand Frémont a sillonné la France, pour des missions professionnelles ou pour son plaisir. Au terme de ce périple, il propose une nouvelle lecture de nos villes et de nos régions, en évolution dans l'espace européen ; un essai de géographie chaleureuse qui, aux données scientifiques, marie les saveurs, les terroirs et les cultures de l'Hexagone. Armand Frémont signe ici un texte d'un genre inédit, servi par une plume alerte : un portrait à la fois impressionniste et rigoureux de la France et de ses îles.

  • L'Europe se construit sous nos yeux depuis la seconde guerre mondiale.
    Le processus n'en est qu'à ses débuts. L'Europe est un des grands enjeux du XXIe siècle ; le " vieux continent ", ou considéré comme tel, devient riche de nouvelles frontières, à conquérir dans la paix, lorsque le " système Monde " concerne toute la planète Terre.
    Europe, entre Maastricht et Sarajevo est un libre essai sur l'Europe, l'Europe présente et l'Europe à venir, une étude, une promenade, une prospective de géographe.
    Car l'Europe se situe à la croisée des chemins, entre Maastricht et Sarajevo. Les deux villes se ressemblent, l'une pourrait être l'autre. Elles symbolisent beaucoup plus que ce qu'elles sont. Entre la démocratie et la barbarie.

  • "Elle ne regarderait pas la télé. Trop nul. Elle ne téléphonerait pas à son copain de Würzburg. Trop tard. Elle ne chercherait pas à savoir ce que faisait Mathilde avec sa bande. Trop con. Elle se laissait envahir par sa solitude et par le bonheur inquiet de ses vingt ans. Sa mère lui racontait qu'elle avait toujours eu un peu peur lorsqu'elle rentrait le dimanche soir à Caen pour rejoindre sa petite chambre du Gaillon, tout près de la fac. Puis, elle avait peu à peu adopté la ville. Sa grand-mère jadis allait tirer les vaches en chantonnant dans la rosée du matin, pour se donner du courage et parce qu'il faisait bon. Il avait fallu des dizaines de milliers de femmes comme elles, la triolette du Contentin, l'étudiante du Gaillon, l'ouvrière de la Radiotechnique ou de Moulinex, pour faire une ville. Et des hommes pour les aimer de cette passion tranquille qui ressemblait au ciel lorsque les nuages jouent sans hâte avec le soleil. En sus, quelques drames, la misère, le dur travail, la guerre, la crise les avaient tous et toutes durcis jusqu'à ce qu'ils ne croient plus qu'en eux-mêmes."

    Sur commande

  • La géographie est méconnue, mal aimée souvent. À l'émerveillement
    suscité par les grandes cartes murales de nos années
    de primaire a succédé un oubli presque total. La géographie,
    cartographie d'un monde qui nous semble déjà connu, a été
    supplantée par d'autres disciplines «vedettes» comme l'histoire
    ou la sociologie. Pourtant, grâce à la démocratisation du voyage
    et des loisirs, à la mondialisation et à l'urbanisation croissante
    de nos régions, nous faisons tous, comme Monsieur Jourdain,
    de la géographie sans le savoir.
    D'où vient alors que nous la connaissions si mal, cette
    géographie qui nous ouvre les portes du monde ? Nous l'aimons
    lorsqu'elle irrigue la littérature, de la Normandie de Flaubert et
    de Maupassant au Paris des surréalistes ou à la ville de Nantes
    selon Julien Gracq. Ou lorsqu'elle se fait paysage, dans les
    toiles de Turner ou de Cézanne. C'est à découvrir la palette du
    géographe qu'Armand Frémont nous convie dans ce livre. Des
    premières expéditions aux terres lointaines d'où géographes et
    naturalistes reviennent chargés de merveilles jusqu'au général
    de Gaulle lançant l'aménagement de la région parisienne, la
    géographie s'est enrichie de mille concepts et outils nouveaux.
    Sensible comme un art, rigoureuse comme une science, elle
    explore aujourd'hui l'environnement, les entreprises, la santé,
    les inégalités raciales et sociales...


  • La mémoire & la guerre

    Armand Frémont

    • Orep
    • 3 December 2015

    Armand Frémont est né le 31 janvier 1933. Le même jour, Adolf Hitler entrait à la chancellerie du Reich et inaugurait douze années de pouvoir nazi. De cette coïncidence fortuite est venue l'idée de ce livre : retrouver la mémoire d'une famille française pour laquelle tout le xxe siècle a été le siècle des guerres, la première guerre mondiale des grandsparents, la deuxième guerre mondiale des parents, l'Algérie des fils, la guerre froide. La mémoire des uns et des autres en a gardé les traces, bien vivantes ou à demi oubliées, anecdotiques ou héroïques, mythifiées ou effacées. Le livre analyse le lacis des interférences entre le public et l'intime, entre l'histoire et la mémoire.
    L'auteur, sous-lieutenant en Algérie, a fait partie, ainsi que son frère, de « la génération des djebels » (1959). Son grand-père maternel a été par deux fois grièvement blessé au début de la guerre de 1914. Son père a servi dans les convois de l'Atlantique et de la Méditerranée, son navire, le Wyoming, a été torpillé dans l'Atlantique en 1943. Sa grand-mère, sa mère, sa femme, dans le silence, ont fait face.

  • Paysans de normandie

    Armand Frémont


    Etude de l'évolution de la paysannerie en Normandie au XXe siècle parue il y a vingt-cinq ans et remise à jour par de nouvelles enquêtes. Si le métier a évolué au XXe siècle grâce à la révolution de la mécanisation, aujourd'hui la question même de l'existence des paysans semble remise en question. Leur travail actuel les apparente beaucoup plus à des entrepreneurs de l'agriculture.


    Sur commande
  • " La Normandie est mon pays, mon laboratoire, mon terrain de travail et de plaisir, ma plus belle lecture. " Cette affirmation est aussi déclaration d'intention. Armand Frémont a tenu à conjuguer ici son appréciation informée de scientifique, ses souvenirs de natif et d'habitant et sa sensibilité esthétique pour brosser le " portrait " de " sa " Normandie. Le géographe de formation qui, depuis 1955, a consacré à sa région de multiples études laisse ainsi s'exprimer l'écrivain auteur de nouvelles qu'il est aussi, tout en mettant en évidence l'acuité des perceptions qu'en ont donné Gustave Flaubert, Guy de Maupassant, Claude Monet, Eugène Boudin ou encore le photographe contemporain Christian Malon. L'assemblage de ces multiples témoignages esthétiques, littéraires et scientifiques unifiés par le commentaire fait émerger la " personnalité " captivante et si vivante de ce territoire maritime et terrien, campagnard et urbain, historique et contemporain.

  • Les paysans de Normandie ont beaucoup évolué depuis un demi-siècle. Moins nombreux, plus professionnels, ils sont devenus agriculteurs, entrepreneurs, innovateurs, producteurs efficaces de blé, de lin, de lait, de viande, de pommes ou de chevaux. Mais les craintes sur le présent et l'avenir les interrogent chaque jour. Les marchés ? La rentabilité ?
    L'Europe ? Le réchauffement climatique ? Entre l'abandon, les technologies les plus avancées, ou le recours à des usages plus économes, beaucoup hésitent. Sans prendre parti, mais non sans quelque émotion, le photographe Christian Malon et le géographe Armand Frémont, témoins de cette société en évolution, ont fait ce livre, « Paysans de Normandie aujourd'hui », sous forme de portraits, d'études, de statistiques, de souvenirs vécus.

  • L'ouvrage fait le portrait du Dijon contemporain. On peut ressentir Dijon comme l'aimable ville moyenne. Mais un autre Dijon a surgi. La ville est prise dans le tourbillon urbain contemporain et doit gérer sa croissance. Les équilibres sont mis en cause. Quatre acteurs ont été requis pour tracer ce portrait de ville : le photographe Philippe Maupetit qui interprète librement l'esthétique de sa ville, l'écrivain Jean Vautrin qui mobilise sa plume, sa verve, dans un récit autobiographique, pour questionner le sens des évolutions parfois violentes, et Armand Frémont, le géographe politologue, qui nous rappelle les circonstances géographiques et les modalités politiques qui ont fait le Dijon d'aujourd'hui. Enfin son Maire, François Rebsamen livre ici un court essai politique inspiré par les réalités concrètes du phénomène urbain global d'aujourd'hui avec lesquelles, en tant qu'élu du peuple, il est lui-même aux prises quotidiennement.

empty