• La Grande Famine, qui fit disparaître un quart de la population de l'île par décès ou par émigration, constitue un point de rupture dans l'histoire de l'Irlande, ainsi qu'un point de bascule dans les relations entre celle-ci et le reste du Royaume-Uni, particulièrement l'Angleterre. La dynamique de ces interactions, que l'ampleur de la catastrophe a tendu à occulter au moins partiellement dans l'historiographie, constitue un des enjeux centraux de cet ouvrage.
    Il débute par une présentation de l'Irlande au sein du Royaume-Uni à la veille des événements et s'achève par l'esquisse d'une société nouvelle. Les principaux thèmes abordés sont, outre les errements du secours aux victimes, les positionnements idéologiques et religieux révélés ou suscités par la Famine, la manière dont celle-ci affecta le quotidien et les déplacements de la population, et la façon dont elle fut perçue et représentée au moment des faits.
    L'ouvrage s'appuie sur des travaux reconnus et devenus classiques comme sur des recherches récentes permettant de mieux cerner ce que fut l'expérience de la Famine. Une attention particulière est portée au gouvernement local et à ses autorités, acteurs essentiels des mesures d'aide et relais d'informations vers Dublin et Londres. La question n'est pas limitée à son périmètre géographique ; elle est toujours replacée dans la perspective de l'histoire des idées et de l'évolution des mentalités, à l'échelle du Royaume-Uni, et de l'Europe dans certains cas.
    Cette approche permet d'éviter certains écueils de la dimension mémorielle, tout en donnant davantage de résonance aux questions soulevées. L'ouvrage propose des repères aux candidats à l'agrégation d'anglais, en proposant par exemple une frise chronologique des événements ; il s'efforce également de mieux faire connaître cet épisode auprès d'un lectorat plus vaste, et d'amorcer des pistes de recherche sur un événement dont l'exploration est encore inachevée.

empty