Littérature générale

  • Alain bonfand est professeur d'esthétique et de théories de l'art à l'école nationale supérieure des beaux-arts de paris, où il dirige la collection " écrits d'artistes ", et membre associé de l'école doctorale " langages et concepts " à l'université de paris iv-sorbonne. romancier, il a publié, entre autres, à la différence : lettres d'août (1990), le rêve de la guerre (1990), le malheur (1991), la chambre du cerf (1992), le sang clair (2003) ainsi que de nombreuses monographies ou essais consacrés à des artistes, tels que mario sironi et paul klee (l'ombre de la nuit, 1993, éd. revue et augmentée 2005), lindstrom (1993) ou wu guanzhong (2007). il vient de faire paraître dans la collection " épiméthée ", aux presses universitaires de france, le cinéma saturé - essai sur les relations de la peinture et des images en mouvement.

  • Le malheur

    Alain Bonfand

  • La craie

    Alain Bonfand

    • Seuil
    • 28 August 1996

    «Dans Richerenches déserte il regarde Clémence, et elle l'éblouit.» Nous sommes dans la Drôme, il est midi, il fait chaud, et l'amour de Clémence et de Jean est extrême : ils se quittent, pour que rien ne vieillisse, et pour que la peur de l'un cesse de peser sur l'autre. Jean, hébété et solitaire, rencontre Eva Weiden. Il l'a croisée dans une gare, il la retrouve, et leur amour est extrême. Peut-on aimer deux femmes ainsi, dans la lumière crayeuse de l'été, dans l'immobilité de la chaleur? L'une qui est là, l'autre qui n'y est plus? Jean n'a plus qu'Eva pour se ressouvenir de Clémence. Alors c'est Eva qui parle; elle prend en main le récit. Ainsi, quand Jean évoque une «hésitation» à laquelle il avait donné le nom de «Clémence», Eva lui dit: «Ton hésitation c'était moi.» Et quand Eva, durant cet interminable mois d'août, note ses rêves pour les raconter, chaque matin, à Jean, c'est encore elle qui lui dira: «Clémence a quitté son sommeil pour venir hanter le mien.» Le récit ne pourra s'achever qu'avec la mort de Zef, le témoin de toujours de la vie de Jean, à l'hôpital. Zef, devenu aphasique, trace, pour Jean seul, quelques mots à la craie sur une ardoise. Au fond, il n'y a qu'une question ici : le désamour fou est-il possible?

    Sur commande
  • Dans l'oeuvre de Klee, depuis les débuts jusqu'à son terme, le monde n'est plus donné comme l'objet d'une préoccupation extérieure ; le peintre est dans le monde, le monde se développe à l'intérieur du peintre. Toutefois, si la peinture de Klee se déploie initialement dans une tonalité qui évoque l'harmonie et la fusion avec le monde, après 1933, l'atmosphère de désastre s'impose : à partir de cette date, et plus encore à partir de 1935, où la maladie fait écho à la catastrophe politique, l'angoisse devient la seule couleur à l'horizon de l'oeuvre. Le geste de Klee, d'un tableau à l'autre, d'un dessin à l'autre, est alors un geste en sursis où chaque forme retenue voudrait vivre une avant-dernière fois.
    />

    Sur commande
  • L'homme malade d'amour

    Alain Bonfand

    Quand Paul retrouve la maison de son enfance, Léna l'a quitté depuis quatre ans.
    Les arbres plantés par le père de Paul meurent, le jardin est envahi par les ronces. La maison perd son âme, se révèle être un départ paradoxal pour la solitude et l'abandon de tout repère ancien. Paul confie à Léna qu'il est atteint de la maladie de Wegener qui le laisse en sursis; Léna accepte alors de partir avec lui pour Lisbonne. Pourtant, malgré la présence de la femme aimée, voilà que les images disparaissent une à une, que se perdent la mémoire même de l'amour et sa nostalgie fondatrice.
    Paul peu à peu sera rendu à une solitude qui prend alors une étrange couleur de destin. L'homme malade d'amour est une méditation romanesque sur le sentiment de la perte et l'irréalisable de toute relation amoureuse. Se battre contre l'oubli des blessures est-il un combat perdu d'avance ou conduit-il à une inéluctable rédemption?

    Sur commande
empty