• « Bel arbre Mon corps sous ton dôme Je vois la terre tourner Et tes atomes Pleuvent sur mon esprit purifié Épris de ta splendeur »

    Sur commande
  • « Le voilier est d'une blancheur merveilleuse Et sur la rive je me sens si glacé Je vois comme un abîme s'y glisser Et mon âme devient comme en veilleuse... * * * Je songe à mes souvenirs sur cette rive Ils s'effacent comme une mise à nue Le voilier est si près de ce qui me ravive... Le vent chante si fort ce chant connu » Mêlant imaginaire et nostalgie, ce recueil de quatrains nous immerge dans les flots de l'amour, le ressac des sentiments. Au fil de cette dérive poétique, l'auteur nous emmène à la rencontre des bateaux de l'âme et des passagers du coeur, ces phares dans la nuit et ces rives de souvenirs, ces éléments qui nous guident, qui nous perdent, où l'on s'abandonne enfin.

    Sur commande
  • Je vais partir vers mon soleil de pluie rosée Joignant mes mains à cette crinière athlétique L'âme triste mais comblée d'un sourire pacifique Et la larme éparse sur ma paupière crevée. Vers mon cheval imaginaire, une lèvre déchirée, Ce bohème de la rue à l'idée pathétique Vibrant d'un amour vain à l'esprit esthétique Où s'élève vers Dieu un chevalier sans épée. Les sanglots de vieillesse sur mes joues de jeunesse Aux galops fous où trotte un vent de prouesse ! Le chevalier, hélas est flétri au fond de ses yeux. Car à tes lèvres un soir ma salive s'est éprise Enfin que reste-t-il à pleurer de merveilleux Quand l'épée a transpercé la bouche qu'elle méprise ?

    Sur commande
empty