• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Hier, de tous côtés, on disqualifiait la morale. Aujourd'hui, les éthiques sont partout, affichées par les entreprises, revendiquées par les scientifiques, invoquées par les politiques. Que signifie donc cette mode nouvelle ? N'est-elle que le succédané d'une morale introuvable ? Dans la confusion régnante, il faut confronter les pompeux discours aux actes eux-mêmes. À travers l'entreprise, la communication et la recherche biomédicale, il est possible de critiquer l'éthique pour fonder une morale à venir.

  • Ce livre est destiné aux élèves des classes préparatoires scientifiques et des classes préparatoires commerciales. A travers les trois oeuvres du programme des classes préparatoires scientifiques, nous voyons différentes arabesques qui montrent que le pouvoir se raconte autant voire plus qu'il ne s'analyse. L'étude du concept de pouvoir oblige à parcourir différents territoires où il s'exerce, la sphère politique tout d'abord, qui vient immédiatement à l'esprit, mais également en dehors de celle-ci. Partout les pouvoirs recourent à des armes ou à des outils qui les ont mis en place et leur permettent de se maintenir. Mais dans les « siècles démocratiques » que nous vivons, pouvoir et responsabilité deviennent indissociables au point d'introduire une exigence morale dans des lieux qui s'en passent volontiers.

  • Hier, de tous côtés, on disqualifiait la morale. Aujourd'hui, les éthiques sont partout, affichées par les entreprises, revendiquées par les scientifiques, invoquées par les politiques. Que signifie donc cette mode nouvelle ? N'est-elle que le succédané d'une morale introuvable ? Dans la confusion régnante, il faut confronter les pompeux discours aux actes eux-mêmes. À travers l'entreprise, la communication et la recherche biomédicale, il est possible de critiquer l'éthique pour fonder une morale à venir.

  • La responsabilité est à l'ordre du jour. Qui sont les responsables ? s'interrogent les journaux à propos d'une catastrophe ferroviaire, de la propagation du sida comme du chômage. Et de tous les horizons - entreprises, médias, médecine ou monde politique - émerge la revendication de responsabilité. Que signifie aujourd'hui ce phénomène ? Est-il un effet de mode ou la volonté d'une nouvelle exigence morale ? La responsabilité peut-elle être le repère dont notre monde instable et incertain semble avoir tant besoin ? Pour répondre à cette question, il faut débarrasser le mot des ambiguïtés liées à l'idée de culpabilité comme à celle de pouvoir, distinguer ses usages juridiques et moraux, définir ses implications concrètes et en particulier son rapport essentiel à l'action et à l'engagement envers autrui. Tel est l'objet du Temps des responsables, un temps qui est peut-être déjà le nôtre mais qui doit surtout devenir celui de nos enfants. Encore faut-il que la responsabilité soit le ressort de toute éducation tant dans la famille qu'à l'école.

  • La responsabilité est à l'ordre du jour. Qui sont les responsables ? s'interrogent les journaux à propos d'une catastrophe ferroviaire, de la propagation du sida comme du chômage. Et de tous les horizons - entreprises, médias, médecine ou monde politique - émerge la revendication de responsabilité. Que signifie aujourd'hui ce phénomène ? Est-il un effet de mode ou la volonté d'une nouvelle exigence morale ? La responsabilité peut-elle être le repère dont notre monde instable et incertain semble avoir tant besoin ? Pour répondre à cette question, il faut débarrasser le mot des ambiguïtés liées à l'idée de culpabilité comme à celle de pouvoir, distinguer ses usages juridiques et moraux, définir ses implications concrètes et en particulier son rapport essentiel à l'action et à l'engagement envers autrui. Tel est l'objet du Temps des responsables, un temps qui est peut-être déjà le nôtre mais qui doit surtout devenir celui de nos enfants. Encore faut-il que la responsabilité soit le ressort de toute éducation tant dans la famille qu'à l'école.

  • La corruption n'est plus un simple fait divers. Ce ne sont pas seulement les médias qui en parlent davantage, elle s'est objectivement accrue au point d'envahir des pans entiers de notre économie : la corruption menace aujourd'hui le commerce des hommes, et jette l'opprobre sur nos élites industrielles et politiques. Comment se déroulent au jour le jour les opérations de corruption ? Qui sont les responsables au regard de la loi et de la morale ? Quels sont les enjeux politiques ? De quels moyens disposons-nous pour lutter contre la corruption sans menacer ni l'initiative économique et commerciale, ni la stabilité de notre démocratie ? Dans cet essai, Alain Etchegoyen met à profit sa double expérience de philosophe et de conseiller en entreprise pour proposer à la fois des récits vrais, extraordinaires ou ordinaires, de la corruption contemporaine et des analyses qui en décryptent les rouages.

  • La corruption n'est plus un simple fait divers. Ce ne sont pas seulement les médias qui en parlent davantage, elle s'est objectivement accrue au point d'envahir des pans entiers de notre économie : la corruption menace aujourd'hui le commerce des hommes, et jette l'opprobre sur nos élites industrielles et politiques. Comment se déroulent au jour le jour les opérations de corruption ? Qui sont les responsables au regard de la loi et de la morale ? Quels sont les enjeux politiques ? De quels moyens disposons-nous pour lutter contre la corruption sans menacer ni l'initiative économique et commerciale, ni la stabilité de notre démocratie ? Dans cet essai, Alain Etchegoyen met à profit sa double expérience de philosophe et de conseiller en entreprise pour proposer à la fois des récits vrais, extraordinaires ou ordinaires, de la corruption contemporaine et des analyses qui en décryptent les rouages.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Louis Vuitton, BSN, Elf-Aquitaine, Michelin, Évian, Géo Martel, Badoit, Sodexho, LVMH, autant de cas particuliers qui laissent penser qu'il n'existe pas de modèle unique de management.

    En ces temps d'OPA, de rachats, de cessions, les entreprises sont soumises à des tensions qui mettent en cause leur singularité, ce qu'on peut appeler leur « âme ». Rien de spiritualiste dans le choix de ce mot, mais la volonté d'ancrer l'analyse de l'entreprise dans une démarche philosophique et rationnelle. L'âme évoque l'animation, l'animateur et le ressort d'une entreprise vivante. Encore reste-t-il à la connaître grâce aux outils des sciences humaines et sociales, en particulier de l'ethnologie, pour permettre la cohérence de la stratégie, de la communication et de la gestion des ressources humaines. Ainsi peut être préservée et enrichie la personnalité propre d'une entreprise.

  • Faire des études littéraires peut devenir un atout, dans un monde de plus en plus complexe, les entreprises s'interrogent sur le recrutement des hommes de demain. Seize dirigeants d'entreprise témoignent de l'efficacité du capital lettres.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • A. Etchegoyen. Avant, c'était un système où le père travaillait et pas la mère, et j'ai l'impression qu'aujourd'hui, je peux sans doute aider plus mes enfants que mon père ne pouvait m'aider quand j'étais jeune. Parce que je les connais mieux, parce que je les écoute mieux. Et puis, dans l'évolution de la société, dans les séparations et les remariages, le père peut avoir une stabilité ou, à l'inverse, une absence totale. Donc le rôle change forcément. Et il y a énormément d'éléments sociaux qui font changer notre rôle : le nouveau rôle de la femme, l'évolution des couples. J.-J. Goldman. J'ai l'impression que le rôle de la femme a essentiellement changé vis-à-vis de nous et pas tellement en ce qui concerne les enfants ou, du moins, pas tant que ça finalement. La maternité est toujours là. Elle s'impose. Pour la paternité, on a fait ce qu'on pouvait. On a beaucoup improvisé ! Je le disais des jeunes, mais c'est vrai aussi pour les pères aujourd'hui : nous sommes en face de choix qui n'existaient pas. Auparavant, « c'était comme ça ». C'est tout. C'était l'ordre des choses.

empty