Gallimard

  • « Le Reichsführer Himmler bougea la tête, et le bas de son visage s'éclaira...
    - Le Führer, dit-il d'une voix nette, a ordonné la solution définitive du problème juif en Europe.
    Il fit une pause et ajouta :
    - Vous avez été choisi pour exécuter cette tâche.
    Je le regardai. Il dit sèchement :
    - Vous avez l'air effaré. Pourtant, l'idée d'en finir avec les Juifs n'est pas neuve.
    - Nein, Herr Reichsführer. Je suis seulement étonné que ce soit moi qu'on ait choisi... »

  • Malevil

    Robert Merle

    Une guerre atomique dévaste la planète, et dans la France détruite un groupe de survivants s'organise en communauté sédentaire derrière les remparts d'une forteresse. Le groupe arrivera-t-il à surmonter les dangers qui naissent chaque jour de sa situation, de l'indiscipline de ses membres, de leurs différences idéologiques, et surtout des bandes armées qui convoitent leurs réserves et leur « nid crénelé » ?

  • L'ile

    Robert Merle

    « Le soleil brillait à perte de vue sur la houle longue du Pacifique et le Blossom, ses trois mâts penchés à bâbord, recevait par le travers une brise Sud-Sud-Est...
    Purcell prêta l'oreille. Bien qu'une île fût proche, il n'entendit pas de cri d'oiseau. Sauf quand une lame déferlait, l'océan était silencieux. Mais il y avait autour de Purcell ces bruits qui, par jolie brise, lui faisaient toujours plaisir : le choc des énormes poulies de bois, la vibration des haubans, et au-dessous de lui, derrière son dos, le passage de l'étrave dans l'eau, doux et continu comme une pièce de soie qu'on déchire. »

  • - ...
    Enfin, ce qu'on peut dire pour les anglais, c'est qu'eux au moins, ils embarquent leurs hommes, tandis que du côté français !... en principe, ça se passe à dunkerque et à malo, mais jusqu'ici au compte-gouttes et seulement par unités constituées.
    Il a jouta au bout d'un moment :
    - ce qui nous exclut, bien entendu.
    Il ne se passa rien de notable dans la minute qui suivit. alexandre avait ses deux grosses mains croisées sur les genoux.
    Il était penché en avant et il attendait que maillat eût fini de boire pour prendre son quart et se servir à son tour. dhéry décroisa ses jambes et les recroisa et cela prit un certain temps, parce que ses cuisses étaient très grosses et qu'elles glissaient difficilement l'une sur l'autre. on ne voyait pas ses yeux derrière ses lunettes. pierson avait posé son quart à côté de lui à terre.

  • À la suite d'une épidémie d'encéphalite qui ne frappe que les hommes, les femmes les remplacent dans leurs rôles sociaux, et c'est une Présidente, Sarah Bedford, féministe dure, qui s'installe à la Maison-Blanche. Le Dr. Martinelli, qui recherche un vaccin contre l'encéphalite, est enfermé avec d'autres savants à Blueville, dans une «zone protégée» qui les tient à l'abri de l'épidémie mais dans un climat de brimades, d'humiliations et d'angoisse. Martinelli acquiert vite la conviction que son vaccin ne sera pas utilisé, du moins sous l'Administration Bedford. C'est paradoxalement chez les femmes qu'il trouvera ses alliées les plus sûres et par les femmes qu'il sera libéré. Mais, une fois Bedford remplacée à la Maison-Blanche par une féministe modérée, Martinelli saura-t-il s'adapter à une société où les hommes ne jouent plus qu'un rôle subalterne ?

  • Ce deuxième tome du théâtre de Robert Merle contient trois grandes pièces : Nouveau Sisyphe, Justice à Miramar et L'Assemblée des femmes. Ce n'est pas la première fois que Robert Merle est sollicité par le problème de Sisyphe. En 1950, il avait écrit un lever de rideau, Sisyphe et la Mort. De cette esquisse il a fait une pièce en trois actes, très différente de ton et de tour. Pour Albert Camus, Sisyphe symbolisait le désespoir au sein d'un monde absurde. Pour Robert Merle, Sisyphe, bien vivant parmi les vivants, réduit la Mort à l'impuissance, et bien que cette impuissance soit diversement appréciée, la révolte de Sisyphe contre les Dieux et les Archontes incarne l'espoir des humains. L'auteur a tracé de son héros un portrait chaleureux, et exploité une situation ironique avec une verve qui n'admet pas de compromis. La même verve et la même ironie se retrouvent dans Justice à Miramar, mais le ton est ici plus burlesque. Robert Merle a situé l'action de sa comédie dans une contrée utopique et sous une royauté de fantaisie pour indiquer que la satire était générale, et l'iniquité judiciaire, un phénomène universel. L'auteur de Week-end à Zuydcoote paraissait particulièrement bien qualifié pour adapter Aristophane. Robert Merle, en fondant en un seul spectacle trois comédies distinctes, a pris de grandes libertés dans la construction de L'Assemblée des femmes. Mais il a respecté les thèmes et l'inspiration du grand comique grec, retrouvé, dans la transposition moderne, sa gaieté médidionale, et voilé son énorme humour sans jamais l'émasculer.

  • Derriere la vitre

    Robert Merle

    1 autre édition :

  • Ahmed ben bella

    Robert Merle

    Au cours d'un long séjour de deux ans en Algérie, de 1962 à 1964, robert Merle a pu approcher le Président Ahmed Ben Bella et recueillir de lui, au cours d'une série d'interviews, le récit de sa vie.


    L'écrivain verse aujourd'hui au dossier de l'Histoire ce document inédit qui jette une lumière nouvelle sur le rôle joué par le grand leader à l'origine de l'insurrection, précise les succès et les faiblesses de la Révolution et, après les conflits fratricides au lendemain de l'Indépendance, retrace l'instauration, en Algérie, d'un socialisme original, et la lutte ardente de Ben Bella contre les spéculations et les ambitions de la bourgeoisie musulmane.


    Dans ce récit que l'auteur a écrit à la première personne, les motivations psychologiques et les options fondamentales du leader algérien apparaissent dans toute leur clarté, expliquant à la fois l'attachement, à son égard, des masses algériennes, et les haines tenaces qui, le 19 juin 1965, amenèrent sa perte.

    A l'heure où le monde s'interroge sur les buts et les méthodes des successeurs de Ben Bella, personne ne saurait rester indifférent aux confidences du Président destitué.

empty