Le Promeneur

  • Louise de Vilmorin aurait pu être une virtuose de SMS : chez elle, «élégie» s'écrit déjà LEJ, et «les baisers d'hier», LBZIR... L'Alphabet des Aveux trouve son origine dans le plaisir des mots et la liberté d'en user ; qualité qu'elle partageait avec Jean Hugo, autre «collectionneur» de bonheurs d'expression et de rébus bizarres. Utilisant l'allitération et le calligramme, le palindrome et l'holorime, la charade et le rébus, Louise de Vilmorin prend place dans la tradition des Grands Rhétoriqueurs, et des écrivains et poètes qui voient dans le langage moins le véhicule transparent de l'expression, que la source même de la création et d'une jouissance singulière.
    Le goût du jeu n'empêche pas, comme toujours chez elle, la lucidité la plus aiguë et la conscience ombrée de mélancolie (comme dans «Le voyageur en noir»), des équivoques et des impasse du désir.
    Le présent ouvrage [2004] comprend un ensemble de dessins et projets de Jean Hugo pour l'édition originale de L'Alphabet des Aveux, restés jusqu'à ce jour inédits.

  • Rassemblant plus d'une centaine de lettres, de cartes postales, de billets et de télégrammes, la publication de la correspondance que louise de vilmorin a échangée avec jean cocteau apporte un éclairage nouveau sur la relation qu'ils ont entretenue de 1934, moment oú cocteau découvre avec stupéfaction et enthousiasme sainte-unefois, à 1963, date de la disparition du poète.

    " jean, c'est comme un frère ", se plaisait à dire louise de vilmorin. il fut aussi un amoureux éconduit et un découvreur de talent : il la lança dans le monde des lettres en 1934, fut associé au tournage du film tiré du lit à colonnes en 1942, fit partie de la "bande" qu'elle réunit autour d'elle à l'ambassade de grande-bretagne en 1945, séjourna à verrières-le-buisson oú il écrivit la difficulté d'être en 1946, chanta ses louanges dans la revue de paris en 1955 et fut pressenti pour rédiger un essai sur son oeuvre littéraire en 1962.

    " si je l'aime d'un coeur jaloux, écrivit louise en 1955, c'est qu'il m'a, je crois, inventée. ".

empty