Littérature générale

  • Borne

    Jeff Vandermeer

    Dans une ville en ruine, détruite par la sécheresse et les conflits où les humains survivent comme des charognards, Rachel trouve Borne pendant une mission de récupération et le ramène à la maison. Borne est une masse verte vivante, plante ou animal inconnu, mais dégage un étrange charisme. Mère refoulée, Rachel garde Borne et s'attache à la créature comme à un enfant. Doué d'empathie, Borne montre à Rachel la beauté dans la désolation qui l'entoure.
    Et alors que la créature grandit et commence à menacer l'équilibre du pouvoir dans la ville, elle modifier profondément les perceptions et émotions de ceux qu'elle côtoie.
    Roman d'action riche en personnages, tableau saisissant d'un futur redoutable mais très crédible, roman sur la parentalité et l'amour, Borne parvient surtout à être une dystopie positive, guidée par l'espoir que la chose insuffle aux humains.

  • Conclusion de la trilogie du Rempart Sud, pour la sortie au cinéma le du film d'Alex Garland Annihilation. La Zone X dévoile enfin ses secrets.

    C'est l'hiver dans la Zone X, désert mystérieux qui a défié l'entendement durant trente ans, repoussant expédition après expédition, refusant de révéler ses secrets. Tandis que la Zone X s'étend, l'agence chargée de l'enquête et de la surveillance, le Rempart Sud, s'est effondrée sur elle-même. Désormais, une dernière équipe tente le tout pour le tout et traverse la frontière, déterminée à atteindre une île reculée qui pourrait détenir les explications qu'ils recherchent. Leur échec mettrait le monde en grand péril.
    Pendant ce temps, Acceptation creuse encore les circonstances entourant la création de la Zone X. Qu'est-ce qui est à l'origine de ce bouleversement non naturel ? Qui est parvenu à approcher sa vérité sur la Zone X... et qui a été corrompu ?
    Dans ce dernier volume crépusculaire et mélancolique, les mystères de la Zone X seront résolus, mais leurs conséquences n'en sont pas moins terrifiantes...
    « On a la chair de poule et c'est fascinant. » Stephen King

empty