Littérature anglophone

  • Après le succès international de son roman Appelle-moi par ton nom et de son adaptation cinématographique récompensée par un Oscar, André Aciman a eu envie de retrouver ses personnages et d'explorer leur destinée.
    Cinq ans ont passé depuis la fin de l'histoire d'amour entre Oliver et Elio quand nous croisons Samuel, le père de ce dernier. A bord du train pour Rome, où il veut rendre visite à son fils, Samuel engage la conversation avec une jeune femme, nommée Miranda. A l'arrivée dans la capitale italienne, il n'oublie pas tout à fait Elio, mais il veut surtout passer du temps avec celle qu'il vient de rencontrer. Tous les deux possèdent de bonnes raisons de ne pas vouloir s'engager, et pourtant...
    /> Cinq ans plus tard, nous retrouvons Elio installé à Paris. Sa carrière de pianiste l'occupe à plein temps. Lorsqu'un homme plus âgé l'aborde à la fin d'un concert, il est attiré et accepte de le revoir ; mais quelque chose le retient. Car le souvenir d'Oliver - qu'il croyait avoir oublié - lui revient avec force.
    Ce dernier, encore quelques années après, vit entouré de sa famille et de ses collègues professeurs. Mais un soir de fête à New York, lui aussi ressent le besoin de renouer avec Elio, de l'entendre, et peut-être, de traverser l'Atlantique pour le revoir.
    André Aciman excelle dans la peinture nuancée de nos sentiments et de nos contradictions. Comment définir la quintessence de la passion, comment faire face à ses variations ? Trouve-moi pose la question du grand amour et de la pérennité des sentiments alors même que la vie nous pousse dans d'autres directions.

  • Alibis

    André Aciman

    À travers une série de tableaux qui nous fait voyager du cimetière juif oublié d'Alexandrie à Harvard, d'un coin de la 72ème rue de New York à la maison de Proust à Illiers-Combray, du bleu de la mer en Italie à la côte égyptienne, André Aciman mène une enquête serrée sur l'exil ou, plus précisément, le sentiment de l'exil.
    Pour lui, l'exilé est une sorte de perpétuel amoureux, amoureux de l'idée qu'un jour il pourra rentrer chez lui - un retour impossible évidemment puisqu'on ne retrouve jamais son passé.

  • Ces mémoires hauts en couleur retracent les exploits d'une famille juive extravagante, de son arrivée triomphante dans Alexandrie la cosmopolite à son exode piteux trois générations plus tard.
    Dans une prose élégante et pleine d'esprit, André Aciman nous présente les formidables excentriques qui ont marqué sa vie : l'oncle Vili, fanfaron casse-cou, soldat, marchand, espion ;
    Les deux grands-mères, la Princesse et la Sainte, qui cancannent en six langues ;
    La tante Flora, réfugiée allemande qui l'avertit que les Juifs perdent tout "au moins deux fois dans leur vie". A travers toutes ces histoires, nous faisons la connaissance d'un jeune garçon qui, bien qu'aspirant à un monde plus vaste, refuse de sortir d'Egypte à tout jamais.

    Sur commande
  • Ce roman est l'histoire d'une passion entre deux garçons : Elio, un adolescent réservé, et Oliver, un jeune professeur de philosophie, désinvolte et charmeur. Cet été-là, en Italie, dans la maison familiale au bord de la mer, Elio découvre les jeux de la séduction et la souffrance amoureuse : il s'éprend de sa petite voisine, Marzia, mais se consume pour Oliver. Tout cela serait banal sans les infidélités de la mémoire, qui vient tout brouiller. Car les années ont passé, et lorsque Elio s'efforce de reconstituer ce qui fut sa première histoire d'amour, il n'a plus entre les mains qu'une poignée de souvenirs épars. Dans ce livre magnifique sur les fulgurances du désir, André Aciman joue constamment sur deux registres : l'oubli, sans lequel aucune oeuvre n'est possible, puisque "tout ce qui reste n'est que rêveries"; et l'impossibilité d'oublier, source de nostalgie infinie. Alternant délicatesse et brutalité, pudeur et crudité, Plus tard ou jamais est la tentative de description d'un âge d'or à jamais inaccessible.

empty