Littérature générale

  • Alibis

    André Aciman

    À travers une série de tableaux qui nous fait voyager du cimetière juif oublié d'Alexandrie à Harvard, d'un coin de la 72ème rue de New York à la maison de Proust à Illiers-Combray, du bleu de la mer en Italie à la côte égyptienne, André Aciman mène une enquête serrée sur l'exil ou, plus précisément, le sentiment de l'exil.
    Pour lui, l'exilé est une sorte de perpétuel amoureux, amoureux de l'idée qu'un jour il pourra rentrer chez lui - un retour impossible évidemment puisqu'on ne retrouve jamais son passé.

  • Ces mémoires hauts en couleur retracent les exploits d'une famille juive extravagante, de son arrivée triomphante dans Alexandrie la cosmopolite à son exode piteux trois générations plus tard.
    Dans une prose élégante et pleine d'esprit, André Aciman nous présente les formidables excentriques qui ont marqué sa vie : l'oncle Vili, fanfaron casse-cou, soldat, marchand, espion ;
    Les deux grands-mères, la Princesse et la Sainte, qui cancannent en six langues ;
    La tante Flora, réfugiée allemande qui l'avertit que les Juifs perdent tout "au moins deux fois dans leur vie". A travers toutes ces histoires, nous faisons la connaissance d'un jeune garçon qui, bien qu'aspirant à un monde plus vaste, refuse de sortir d'Egypte à tout jamais.

    Sur commande
empty