• "Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d'une femme à l'asile. - Et alors, qu'y a-t-il d'extraordinaire à cela ? demandai-je.- Sous sa robe, c'est là que je les ai cachés.- De quoi parlez-vous ? - Les cahiers... Ceux de Rose."
    Ainsi sortent de l'ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin. Franck Bouysse, lauréat de plus de dix prix littéraires, nous offre avec Né d'aucune femme la plus vibrante de ses oeuvres. Ce roman sensible et poignant confirme son immense talent à conter les failles et les grandeurs de l'âme humaine.

  • Redécouvrez la dimension sacrée de votre âme féminineCe petit livre vous invite à un voyage initiatique pour renouer avec vos forces profondes et découvrir une autre essence de votre féminité.
    Vous apprendrez à vous ouvrir à l'énergie, célébrer votre corps et votre sensualité, être à l'écoute de votre intuition, vous ressourcer dans la nature, vous rassembler avec d'autres femmes, en toute sororité... Vous pourrez alors vous affranchir de vos croyances limitantes et vous réapproprier votre vie pour enfin vous assumer pleinement !
    Êtes-vous prête pour cette belle aventure intérieure ?

  • Le manifeste d'une travailleuse du sexe afroféministe pour la liberté des corps et le droit à une sexualité décomplexée.
    Après la vague MeToo et la libération de la parole autour de la sexualité féminine, de nouvelles voix du féminisme pro-choix s'élèvent. Bebe Melkor-Kadior est l'une d'entre elles.
    À seulement 24 ans, c'est son expérience déjà étendue de travailleuse du sexe et sa vision inclusive de la condition des femmes qui l'ont amenée à développer sa philosophie de vie :
    les grands principes qui président à l'art d'être une salope ; une critique acerbe de notre société " coincée du cul " ; un plaidoyer pour l'éducation sexuelle des plus jeunes et l'avènement d'une masculinité positive.
    Au fil du texte, l'auteure pose les fondations de son monde idéal : une société où le sexe ne serait plus un tabou mais un sujet comme un autre, enseigné à l'école pour former des citoyen.ne.s éclairé.e.s.
    Un témoignage incarné, qui trace les contours d'une pensée féministe inédite, qui bouscule, en accord avec son temps.

  • Clèves

    Marie Darrieussecq

    Clèves raconte l'éveil à la vie amoureuse et sexuelle d'une petite fille, en province, il y a une trentaine d'années environ... Les trois parties du livre respectivement intitulées « Les avoir » (les règles), « Le faire » (l'amour), « Le refaire » (l'amour, encore, bien sûr : une seule fois ne suffit jamais, surtout en l'occurrence), donnent bien la temporalité et la dramaturgie de ce huitième roman de Marie Darrieussecq.

  • Sous couvert de l'anonymat, un homme de quarante-trois ans décrit sa vie de travesti. Marié et père de famille, il n'est pas, prévient-il, homosexuel. Mais il éprouve une véritable passion pour le travestissement. C'est à l'âge de sept ou huit ans qu'il essaie pour la première fois l'une des culottes de sa mère et en ressent du plaisir. L'expérience se reproduit à treize ans avec celle de sa cousine ; il a cette fois une érection. Son intérêt pour les dessous féminins va croissant. Ses pulsions narcissiques et masochistes se développent. Quand il se retrouve seul, il enfile bas, gaine, culotte et manteau et s'admire dans un miroir. Il acquiert sa propre lingerie. D'abord amusée, son épouse se montre ensuite hostile à ses jeux, ce qui le pousse à avoir des aventures avec d'autres femmes. Parfois, l'auteur interpelle son lecteur, le prie de ne pas le juger. Ce qui ne saurait se produire : l'auteur décrit par le menu et avec une telle franchise les émois sexuels que lui procure sa passion du travestissement que le lecteur ne peut qu'en être troublé. La sincérité de la première personne du singulier fait de cette confession sans fard achevée en 1956 un témoignage exceptionnel, celui d'une mise à nu sur une sexualité non pas pathologique mais singulière et loin d'être rare.

  • Ce livre écrit par une toute jeune romancière explore les dérives de la féminité et de la séduction à travers le regard de trois femmes japonaises de générations différentes. Convaincue par les promesses de la chirurgie plastique, bien décidée à modifier sa silhouette, l'une d'elles perd tout crédit aux yeux de sa fille. Et c´est à Tokyo, chez la tante de celle-ci, qu´elles parviendront à surmonter cet étrange malaise issu de leurs fantasmes esthétiques respectifs.

  • En appui sur Sexualité féminine : vers une intimité épanouie et Sexualité masculine : puissance et vulnérabilité, ses deux précédents titres qui s'adresse aux individus, Carlotta Munier poursuit l'exploration en regardant tout ce qui a trait à la relation et à l'intimité.
    Dans notre sexualité, il y a toute notre histoire : notre histoire avec nous-même et notre histoire avec les autres. Ainsi notre sexualité parle de notre éducation, des modèles reçus, des relations parentales, de notre vie, de notre manière d'être au monde et des expériences vécues en contact avec les autres, de nos blessures, nos ressources, nos découvertes, nos regrets, notre spontanéité, nos peurs, nos joies, nos désirs. A l'inverse, notre manière d'être au monde et d'être en contact impacte nos relations intimes et sexuelles.
    Parce qu'en matière de sexualité, il s'agit de rencontre entre des êtres, il appartient à chacun et chacune de faire de cette rencontre un moment, un chemin, un partage intime, gratifiant et joyeux dans la plus grande des libertés, celle des corps, des coeurs et des âmes.

  • Réveillez-vous, femmes divines
    Vous qui êtes unique en cette terre, orchidée d'une beauté sans pareille, il est temps que vous vous réveilliez à votre divinité. Au fond de vous, vous le savez bien, personne ne vous ressemble vraiment, personne n'a votre histoire, et pourtant vous n'avez pas pleinement conscience de votre unicité, de ce qui fait de vous une femme exceptionnelle qui a, comme toute autre femme, sa place dans le monde.
    Véronique de La Cochetière, nourrie de sa longue expérience de sage-femme et de praticienne en ostéopathie intrapelvienne, va vous ouvrir les portes de votre temple sacré : votre corps. Ignoré si facilement, trop souvent gouverné par votre tête, carcan psychologique du fruit de votre histoire, de votre éducation, des règles transmises par la société, ce corps qui ne peut accueillir que le plus beau va révéler votre féminitude, cet art d'être femme aujourd'hui. Faire la paix avec vos parents en acceptant de ne pas porter le poids transgénérationnel, ne pas surinvestir la compréhension de leurs actions, faire preuve d'humilité et de gratitude, faire la paix avec vos monstres, toutes ces personnes malveillantes qui ont attenté à votre vie et à votre bien-être par des violences physiques ou psychologiques, être en phase avec vous-même sont autant de chemins que l'auteure vous invite à découvrir grâce à des rituels et à un travail corporel basé sur plusieurs outils psychosomatiques. Reconnectée à votre essence divine, vous cheminerez sur cette terre mère en citoyenne du monde, fière de votre pouvoir de transmission et de cette force d'amour et de paix.

  • À travers ces 49 positions, décrites et illustrées avec humour et délicatesse, c'est un nouveau Kama Sutra qui se dessine : le Kama Sutra Girl Power !
    À l'heure où l'on découvre les derniers secrets du plaisir féminin, où les applis de rencontre permettent toutes les aventures, où les femmes deviennent enfin les égales des hommes dans l'exercice d'une sexualité libérée... il est temps de faire l'amour sans complexes ni tabous !
    Ce Kama Sutra, inspiré du mythique texte hindou attribué à Vatsyayana, n'a pas la prétention de vous transformer en une pro de la chaise égyptienne, mais bien de vous inciter à explorer des positions qui vous permettront de décupler vos sensations ! Que vous soyez la maîtresse du jeu, que vous décidiez de vous laisser guider par votre partenaire ou que vous vouliez transgresser toutes les règles, vous y trouverez toujours une posture adaptée à la recherche de votre plaisir.

  • Park Avenue summer

    Renee Rosen

    • Belfond
    • 4 June 2020

    Quand Mad Men rencontre Le Diable s'habille en Prada. Ode à la féminité et à l'affirmation de soi, un roman d'apprentissage inspirant et savoureux qui rend hommage à l'une des icônes féministes les plus fantasques et les plus glamour du XXe siècle.En acceptant le poste de secrétaire de la toute nouvelle rédac' chef de
    Cosmopolitan, Alice n'imaginait pas qu'elle allait faire la rencontre de sa vie. Petite provinciale de vingt et un ans tout juste débarquée de son Ohio natal, elle se retrouve ainsi face à une figure du New York des sixties : Helen Gurley Brown, auteure du sulfureux best-seller
    Sex and the Single Girl.
    Mais cette grande visionnaire n'a pas que des amis dans la presse et elle se trouve en réalité sur un siège éjectable. Alice ne va pas tarder à découvrir que sa rebelle patronne fait l'objet d'une cabale acharnée, menée par ses collègues masculins bien décidés à démontrer que la place d'une femme est davantage dans la cuisine qu'à la tête d'un magazine.
    Parler à une nouvelle génération de femmes, débarrasser la presse de ses vieilles figures patriarcales est un défi de taille. Fascinée par Helen, Alice est prête à tout pour l'aider à inventer une " Cosmo Girl " fière, sûre d'elle, libérée de tout carcan puritain. Qu'importent les coups bas. Et les coups au coeur...

  • "Tu te tais. Depuis trop longtemps tu te tais. Dans la cohue des villes, dans le bruissement des siècles, dans ta petite chambre, tu te tiens en silence.
    Alors que tu voudrais simplement : avoir le courage de dire les choses, telles."

  • Harmoniser nos hormones, c'est les faire danser
    Vous découvrirez dans cet ouvrage le " yoga des hormones " rarement enseigné en France, dont l'initiatrice est une Brésilienne, Dinah Rodrigues. Ses postures s'adressent spécifiquement à nos glandes : une pratique régulière a un effet vivifiant sur une libido quelque peu amorphe et rend la vie sexuelle plus généreuse et épanouissante.
    Nous explorerons également des techniques qui harmonisent nos sécrétions endocrines : le Kundalini yoga, le yoga nidra (relaxation en position assise ou allongée), et son partenaire idéal le Nad yoga, à base de mantras.
    Seront ensuite passés en revue des gestes utilisés par la médecine énergétique : simples et efficaces, ils dissolvent le stress et relancent les énergies. Certains se transmettaient oralement de mère en fille chez les Indiens d'Amérique, mais aussi en Chine, d'où viennent des mouvements de qigong et l'acupression, qui apaisent nos méridiens et favorisent la circulation de nos différents Chi, l'énergie vitale qui irrigue nos organes.
    Apprendre à connaître son corps, prendre soin de soi et choisir des exercices personnalisés sont autant de garants de bonne santé et d'autonomie. Il n'est plus à prouver que le yoga et les médecines énergétiques améliorent le fonctionnement du corps et de ses fluides. Grâce à ce guide largement illustré, il vous sera possible de les pratiquer en solo et d'harmoniser en douceur votre libido.

  • 45 ans, c'est la moitié d'une vie. Mais le temps de la floraison intérieure s'évalue autrement... À l'instar des plantes, certains individus mettent plus de temps que d'autres à développer leurs racines pour s'épanouir. C'est le cas de Juliette. Elle pensait avoir tout pour être heureuse avec une carrière accomplie d'animatrice télé et une vie amoureuse bien rangée. Pourtant, en l'espace de quelques jours, son monde s'écroule : elle perd son travail, son petit ami la quitte, tout comme s'envolent la confiance qu'elle avait en elle et l'espoir de jours meilleurs. Juliette réalise alors que pour vivre mieux l'être humain a besoin de se reconnecter à lui-même. Comment retrouver sa vraie nature ? Sa quête la mènera à Sainte-Pétronille, sur l'île d'Orléans où, avec l'aide d'une petite fille malicieuse de sept ans et d'une vieille dame sage, elle apprendra à fleurir de nouveau.

  • Adèle est conductrice de navette scolaire sur un plateau très isolé, en altitude. Elle transporte une dizaine d'enfants et d'adolescents, essentiellement des fratries, dont les histoires se mêlent à la sienne. Pendant les trajets, dans les intempéries, ses souvenirs, ses pensées, glissent sur les routes écartées, pendant que grands et petits parlent, se disputent, se taisent. Elle se souvient de son corps mal ajusté, de sa propre adolescence douloureuse. Adèle est une fille née dans un corps de garçon. Ni «ses» grands ni «ses» petits, n'ont connaissance de son passé. Elle est née au milieu du plateau, à la «ferme du fond», aujourd'hui disparue sous une retenue d'eau. Elle y a vécu avec ses parents et son petit frère, Axel, puis elle est partie, avant de revenir au pays dans son nouveau corps : personne ne l'a reconnue.
    Elle conduit sa vie et la navette entre ce lac artificiel, recouvrant l'enfance, et un autre lac, naturel et volcanique, auprès duquel elle aime s'arrêter. Elle pense à son frère. Il n'a jamais accepté la féminité de son aîné. Axel est travailleur sur cordes, il conforte les falaises qui soutiennent le plateau. Il refuse de la voir, de lui parler. Une paroi rocheuse s'écroule, Axel s'en sort avec une phalange brisée, mais quelque chose en lui s'est fissuré. Adèle descend le voir et le dialogue reprend.
    Un après-midi d'hiver, la tourmente et les congères brouillent la route de la navette au retour du collège. Adèle et ses grands se perdent. Ils se réfugient pour la nuit dans une grotte au bord du lac volcanique...
    On retrouve dans ce nouveau roman ce qui fait l'originalité d'Emmanuelle Pagano : une conscience aiguë des corps et des mouvements visibles ou secrets de ces corps, une langue imagée et apparemment familière mais en réalité discrètement sophistiquée, une connaissance profonde de la nature, des forces qui la traversent.

  • Si les positions sexuées sont liées à la structure de la parole et du langage, leurs assises sont éminemment précaires, ce que révèle la clinique contemporaine des enfants, des adolescents et des adultes. L'auteur s'attache à analyser les enjeux des positions sexuées et de leurs intrications. En s'appuyant sur le schéma de la sexuation de Lacan, il tente de décoder les manifestations symptomatiques du monde actuel qui relèvent des difficultés à faire valoir les différences sexuées et à reconnaître l'altérité comme fondement de la subjectivité de chacun : l'altérité entre les êtres qui, quand elle est bafouée, resurgit dans des débordements racistes, et l'altérité à l'égard de soi-même quand l'enjeu de nos actes, corrélé au refoulement originaire qui fait de nous des êtres de parole, nous échappe.

  • Dans ce thriller psychologique, Marina de Van s'attaque à un thème ambitieux : la haine d'un père pour sa fille. Elle dissèque la déchirure, sans jamais la colmater... L'homme de 75 ans a coupé les ponts avec sa fille, à qui il reproche la mort de sa femme. Lorsqu'elle lui rend visite à l'hôpital, ce séducteur prétend ne pas la connaître, la juge laide. Elle revient le lendemain, vêtue de façon affriolante. Il désire qu'elle lui relate sa vie sexuelle. Mais sa fille n'a eu que peu d'amants. Elle revient le lendemain : elle a bu la veille et vendu son corps à des inconnus... Dégoûtée par cette nuit, elle annonce qu'elle ne reviendra pas. Le père savoure la honte qui s'empare d'elle. Son état cependant se dégrade. Il fait rappeler sa fille... et lui relate à son tour sa vie sexuelle. Sous la forme d'un monologue intérieur, entrecoupé par les confidences d'autrui, Marina de Van retrace la complexité des sentiments entre un père et une fille, entre malaise oedipien et rancoeurs inavouées. Elle pose surtout la question de la loyauté jusqu'à nous faire éprouver de la compassion pour la figure arrogante et odieuse du père, qui refuse d'assumer son état et sa vieillesse. Il n'y aura pas de rédemption. Il se tapit là, le pouvoir de sidération de cette écriture.



  • Comment faire d'une insulte un étendard féministe.


    " Salope, va ! " Si vous êtes une femme, vous avez certainement déjà entendu ce nom d'oizelle dans la rue. Pourquoi ? Tout simplement parce que c'est l'insulte la plus utilisée à l'encontre des femmes dans l'espace public.
    Si le terme est récent, sa signification toute féminine ne l'est pas. De Cléopâtre à Mata Hari, en passant par Messaline et les sorcières, nombre de femmes ont été conspuées en raison de leur soif d'indépendance, forcément synonyme de débauche. Qu'elles soient de puissantes figures politiques, des rebelles féministes, des journalistes à la langue trop pendue, ou encore des femmes dont la seule revendication est de pouvoir se promener librement dans la rue, toutes ont été confrontées, au moins une fois dans leur vie, à cette insulte. Si être traitée de salope est le prix à payer pour être une femme libre, il semble que ce mot ne soit pas près de disparaître, alors pourquoi ne pas s'en emparer ?
    Adeline Anfray mène une enquête passionnée auprès d'expert·e·s et d'anonymes. Cet ouvrage en faveur de l'égalité et de la liberté sexuelle, rend hommage à tou ·te·s celles et ceux qui se sont battu·e·s et se battent encore pour que chacun·e puisse jouir sans entrave.

  • Allô! Je m'appelle Marie Demers.
    Aujourd'hui, je suis ultra-excitée!
    Eh oui, je participe à un concours de sucreries ! Je veux tellement gagner!
    Vais-je remporter le super trophée?

  • L'ouverture que Joyce McDougall a instillée dans la psychanalyse ne cesse de se confirmer dans les pratiques psychanalytiques contemporaines. Ce livre rassemble six visions actuelles qui témoignent de son apport quant au savoir-faire, mais aussi au savoir-être de praticiens engagés. Pendant plus de cinquante ans, Joyce McDougall a pris le risque de parler intimement, non seulement de ses patients, mais aussi de son propre contre-transfert. Elle a légué un héritage exceptionnel en donnant à la génération qui l'a suivie le droit de pratiquer un travail psychanalytique plus personnel, plus émotionnel et plus corporel, sans jamais se noyer dans des abstractions métapsychologiques. Sont rassemblés dans cet ouvrage, en plus d'un article inédit de Joyce concernant le corps de thérapeute, les écrits de cinq auteurs ayant tous noué avec elle une relation intense et singulière. C'est leur expérience unique ainsi que l'impact de cette rencontre sur leur clinique et leur théorisation qu'ils décrivent ici de manière toute personnelle.  

  • Un ouvrage collectif regroupant 40 femmes engagées qui souhaitent, par leurs expériences et leurs vécus, participer à la transmission de nouvelles valeurs féminines. Ces 40 femmes engagées sur un chemin de transmission, d'accompagnement ou d'exploration personnelle sur l'expression de leur féminité, nous livrent leur recherche d'une nouvelle identité féminine au travers de valeurs : prendre soin de soi, des autres, s'investir dans la société, pour la planète, pour la communauté féminine..., les différences, la précarité, la spiritualité, la femme sauvage ou encore la sexualité... Elles y abordent de nombreuses thématiques dans un langage coloré, riche et profond. Toute une palette d'écritures défilent et se mélangent dans un subtil tissage et contribue à la richesse de cet ouvrage.
    Chaque femme y raconte une histoire, son histoire, avec ses mots, transmettant ainsi aux autres. Ce livre est comme un parchemin de récits, de poèmes, des textes, des témoignages, une mémoire, un voyage, une terre à découvrir. Un fil que l'on déroule selon son inspiration, comme une carte d'un jeu que l'on tire. Les Voix du Féminin dispense un message trouvant écho pour celle qui le découvre et se laisse inspirer.
    Ont contribué à ce livre : Marina Tomé, Danièle Flaumenbaum, Nathanaëlle Bouhier-Charles, Yaël Catherinet, Delphine Lhuillier, Christine Gatineau, Martine Wallez, Stéphanie Agrain, Emmanuelle Batifol, Muriel Bonnet Del Valle, Marion Rebérat, Gabriella Cairo, Rosita Casanova, Karen Cayuela, Isabelle Challut, Margot Châron, Claire d'Eau, Marlène Escoffier, Silvia Favre, Fabienne Forel, Jyotananda Sathyam, Agnès Gallinaro, Diane Gilliot, Emma Grillet, Jessica Guerra , Nirmala Gustave, Sarah-Maria LeBlanc, Aurélie - Viard Mazerm, Karine Nivon, Marie-France Omedes Pichot, Muriel Plantie, Jacqueline Riquez, Silvia Porta, Sandra Rabec, Loli Laurence Viallard, Sandie Mendes-Pomares, Laetitia Toanen, Patricia Sibel, Lydia Vasquez, Rebekkah la Louve Chamane, Myriam et Cécile Malembic.

  • La psychanalyse et le cinéma, dont les naissances sont simultanées, peuvent se rejoindre dans cette interrogation commune sur le féminin et ses représentations, dont la folie fait partie : comment montrer, mettre en scène, les arcanes de la position féminine ? L'image de la féminité, qui trouve une expression particulièrement saisissante dans le cinéma, se construit à partir de représentations évoluant au cours de l'histoire, et se modifie au fil du temps et des époques. Mais la permanence et la multiplicité des représentations de cette figure du féminin avec ses interrogations, voire ses débordements quand il s'agit de la folie, n'est peut-être pas qu'un simple produit de l'histoire, ou du contexte social et culturel du moment. Derrière les évolutions et les mutations qui semblent contraindre les corps à se plier à des contingences sociales ou artistiques, il subsiste des permanences qui échappent à la mode et à ses processus, comme elles échappent également à ses supports ou à ses destinataires.

  • « L'anorexie et la boulimie sont de plus en plus fréquentes », « Cela touche majoritairement les filles », « Les boulimiques sont grosses », « Ces troubles se déclenchent à l'adolescence », « Les anorexiques et les boulimiques refusent leur féminité et refoulent leur sexualité », « Les anorexiques et les boulimiques font vivre un enfer à leur entourage », « On n'en guérit jamais vraiment » ... L'auteur s'est intéressé très tôt aux troubles du comportement alimentaire et met ici son expérience de médecin au service des patients et de leur entourage pour expliquer, au travers de nombreux cas vécus, les origines de ces troubles et faire le point sur les différents traitements.

  • "Salomé a 35 ans, souriante, élégante, de longs cheveux bruns qu 'elle noue parfois en chignon. Un mari qui l'adore et des enfants intelligents, bien élevés. Voici deux ans, c'est à elle que son père a transmis les rênes de l'entreprise familiale. Depuis, elle est souvent dans le TGV pour travailler sur place avec ses managers et ses équipes sur le terrain. Un jour, on la voit arriver les cheveux courts, toujours belle certes.

    Tu as coupé tes cheveux ?

    Oui. c'était trop lourd." Dans l'univers professionnel, citadin, internationalisé est apparue une silhouette féminine aussi peu remarquée que très répandue, typique du XXIe siècle : la femme-girafe.

    Vous souvenez-vous de ces photos de femmes au cou allongé par des anneaux soudés peu à peu tout autour ? Voilà à quoi ressemblent certaines femmes surchargées d'obligations. Indéfiniment ou presque. Il est clair qu'empiler autant d'anneaux sur ses épaules, autour de son cou, cela défie le bon sens. Mais comment en sortir ?

  • Le rêve des naturels

    Marie Gaulis

    Rêverie, méditation, réflexion ou fiction, il s'agit de l'exposé d'une tristesse anthropologique, du constat d'un paradis perdu, du rêve d'un état encore sauvage. Rousseau n'est pas loin, mais la narratrice est bien une femme du XXIe siècle, lucide, curieuse et joueuse, vivant dans le monde hybride d'aujourd'hui. A travers marches, rencontres et lectures, elle évoque les Aborigènes d'Australie, ces Naturels dont le mode de vie millénaire a basculé au moment de leur rencontre avec les Européens.
    Attentive à tout, au paysage qui l'entoure, à la brutalité de la nature comme à l'agitation de la ville, aux pulsations de son corps comme aux échappées de son imagination, la narratrice développe un état de réceptivité qui se creuse et s'affine, permettant à la fois d'exprimer ses propres rêves d'une sauvagerie perdue et d'accepter l'imperfection du monde dans lequel elle vit.

empty