Langue française

  • Parce que pour connaître les peuples, il faut d'abord les comprendre
    C'est une valse dont les Viennois ne se lassent pas. Dans l'ancienne capitale des Habsbourg, parée de palais et de musées parmi les plus beaux d'Europe, tout est fait pour danser avec la vie.
    Il est si facile de raconter la Vienne impériale. De se remémorer la ville assiégée par les Ottomans ou conquise par Napoléon. Plus difficile en revanche est le récit de la Vienne d'aujourd'hui, celle des architectes inventifs, des maires sociaux-démocrates, du tissu social marqué par l'immigration récente. Avec en arrière-plan ses incontournables cafés et ses marchés à l'allure provinciale. Et pourtant, c'est cela Vienne : une capitale éternellement nostalgique de sa grandeur passée, mais bien ancrée dans une Europe dont elle reste, peu ou prou, le centre géographique.
    Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. Il vous aidera à comprendre les mutations d'une métropole à la fois fort traditionnelle et très moderne. Pour battre au mieux la mesure des passions viennoises.
    Un grand récit suivi d'entretiens avec Christian Witt- Dörring, Peter Payer, Erhard Busek et Suzana Zapke.
    Un voyage historique, culturel et politique afin de mieux connaître les passions viennoises. Et donc mieux les comprendre.
    EXTRAIT
    « En ce pays, on agissait toujours autrement qu'on ne pensait, ou on pensait autrement que l'on agissait ». C'est ainsi que Robert Musil dépeignait la société viennoise des dernières années de la monarchie austro-hongroise, juste avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale. L'ambivalence qu'il décrit est, encore aujourd'hui, caractéristique de l'esprit local : la ville se prête sans complexe à tous les décalages tout en restant fermement ancrée dans ses traditions.
    Vienne a pour moi deux faces, l'une moderne et progressiste, et l'autre démodée et accrochée à ses vieilles certitudes. Elle est à la fois tendance et rétro, une ville-carrefour où se côtoient, depuis toujours, tradition et modernité.
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Autrichienne née à Bruxelles, Alexia Gerhardus vit à Vienne depuis 1990 où elle travaille comme traductrice littéraire et dans les relations publiques pour le compte de diverses ONG.

  • On ne trouverait guère plus opposées qu'Autriche et Russie qui offrent leurs décors aux récits composant ce livre. La première est exiguë, son paysage s'inscrit dans la verticalité; elle est le lieu d'une rêverie nostalgique dans un hôtel d'opérette sur les bords d'un lac alpin, et sa capitale est le théâtre baroque d'une singulière expérience. La Russie offre au contraire d'éprouver l'horizontalité, que ce soit à travers les avenues de Moscou ou la vastitude céleste au-dessus d'une datcha perdue au nord de la Volga. Ainsi la vieille république d'Europe centrale confite dans le passé et la Russie ouverte aux révélations, deviennent les deux extrémités d'un itinéraire initiatique dont, avec ce mélange de gravité et d'humour qui lui est propre, Dominique Pagnier livre ici le récit.Dominique PAGNIER est professeur de Lettres. Il a fait de nombreux séjours en Autriche et en Allemagne où il a été libraire et bibliothécaire. Il a publié des romans (Les soeurs clair de lune, Gallimard; La Diane prussienne, Champ Vallon; La Montre de l'amiral, Alma); des récits (Les filles de l'air, Le Dilettante; La Vraie, Gallimard); des poèmes (Le Général hiver, Champ Vallon) ou des rêveries sur un musicien (Mon album Schubert, Gallimard (coll. L'un et l'autre), Prix Pelléas 2007).

  • La France dans la deuxième moitié du XIXème siècle a été terre d'espoir, d'asile et d'assimilation pour nombre d'habitants d'Europe-centrale. Le destin fera se rencontrer à Paris quatre familles : juive polonaise, germanique d'Hermannstadt, lorraine, aveyronnaise...

  • Etoiles d'Eger

    Louis Clemens

    « Etoiles d'Eger » est la traduction française d'un roman historique de Gardonyi Geza (1863-1922) aussi populaire en Hongrie que peut l'être le roman de Dumas « Les trois mousquetaires » en France.
    Un large public de lecteurs allant de 12 à 77 ans l'a classé « roman préféré » des Hongrois en 2005.
    Déjà traduit en une vingtaine de langues, le voilà enfin rendu accessible aux lecteurs francophones !
    On pourra y suivre les aventures passionnantes d'un petit paysan prénommé Gergely qui deviendra, grâce à son intelligence et son courage, le plus précieux des auxiliaires du capitaine Dobo lors de la défense de la forteresse d'Eger assiégée par les armées de l'empire ottoman en 1552.
    Ce roman, à la fois épique et romanesque, constitue, sans en avoir l'air, une excellente introduction à l'histoire de la Hongrie. Il devrait permettre au lecteur de mieux comprendre l'âme du peuple hongrois dont l'histoire tragique est semée de luttes pour défendre son identité et sa souveraineté.
    Alors bonne lecture !


  • Le 10 août 1792, avec le massacre d'un régiment de Gardes suisses dans le palais des Tuileries, en plein Paris, nous assistons à l'effondrement de la monarchie française, mais aussi, par contre-coup et du côté des Alpes, à l'ébranlement final de l

empty