• Rosary, Californie. Ici, pas de palmiers et de plage dorée mais une raffinerie de pétrole, une décharge de pneus et de fervents chrétiens évangéliques. C'est ici que Helen tente de vivre une adolescence normale, malgré le décès de sa mère et un père à côté de la plaque. Heureusement, elle peut compter sur le soutien de sa bande d'amis plus ou moins marginaux, les « Têtes-de-bite », et sur celui de sa tante, une voyante mal tolérée par la communauté.
    Alors que les adolescents se cherchent à coups d'Action ou Vérité et d'antiques romans porno, la tension monte à Rosary : le cabinet de voyance de la tante de Helen est de plus en plus menacé, et quelques-uns de ses amis commettent des actes qui pourraient leur coûter cher.
    Des dieux sans majuscule déborde de personnages aussi tordus que touchants. À les voir se lancer dans l'exploration hasardeuse de leurs coeurs respectifs, on glane de quoi réviser sa copie sur l'art et la manière de bâtir une famille face à un avenir dont on ignore tout.

  • «Je suis spontanément conjugaliste. J'apprécie que les amours durent, que les malentendus se dissipent et que les écarts se pardonnent. J'aime que les dépits se dépassent, que les séparés se retrouvent et que personne ne meure à la fin. Donc je suis souvent déçue. Les gens n'arrêtent pas de mourir ; cela ne les retient pas une seconde de se fâcher à mort auparavant.»
    Dans ce précis de l'attachement à contre-courant de l'air du temps, Claude Habib défend avec humour les vertus de l'ennui qui suit presque immanquablement l'effervescence de l'amour. L'extase, et après?
    Battant en brèche les préjugés, elle livre un éloge combatif du charme discret de la vie à deux : et si, plutôt que de chercher dans le couple un remède à l'ennui, il valait mieux se faire à sa douceur familière?

  • Onyx John

    Trevor Ferguson


    Une somptueuse métaphore des années 60 où tout était possible, portée par un humour débridée et une verve sans égale.

    Onyx John, voyou dénué de tous scrupules, vit grand train dans le Maine avec sa maitresse Oréo, une escort-girl de luxe. Villa, voiture de sport, voilier : la belle vie... Mais cet idyllique tableau s'altère à mesure qu'Onyx dévoile son passé et les circonstances tragiques qui l'ont poussé à la fuite. Traqué par le caïd Zoltan Tinodi, Onyx John se lance à la poursuite de son père, un pasteur illuminé féru d'alchimie, mystérieusement disparu. De Montréal aux États-Unis en passant par Amsterdam à l'occasion d'un obscur trafic de diamants, Trevor Ferguson nous conte les folles tribulation d'Onyx John et brosse avec un humour débridé et une verve sans égale, un portrait des folles années 60 où tout été encore possible.
    " On l'a comparé à Irving, on pense à Dickens... Mais non, Ferguson... c'est du Ferguson ! "
    Sophie Gironnay, L'Actualité
    Traduit de l'anglais
    par Ivan Steenhout.

  • Tirant le Blanc, chevalier breton, parcours le monde pour clamer les mérites de sa dame, la princesse Carmésine. Les jeux de l'amour et de la guerre vont, d'un rebondissement à l'autre, à un rythme effréné, se déployer dans tous les horizons. La prose de

  • 'Le pamphlet contre la mort se regarde comme quand on contemple longtemps un cercueil et qu'on imagine quelqu'un dedans. Dans ce livre, le cercueil sera le cerveau de toute l'histoire d'un type en dedans, avec sa vie, ses pensées, ses colères, ses amours, ses rêves et ses héros bas de plafond. Tout ça qu'il a voulu brûler par l'écrit. Tous les papiers du type qu'on imagine dans le cercueil. Toutes les paroles et ses manifestes qui l'ont traversé ces derniers temps et qui sont consignés, ici, dans cette cervelle de papier. Une cervelle pamphlétaire.'

  • Passé la surprise de l'annonce, il faut se rendre à l'évidence : si vous allez avoir deux fois plus d'amour, de câlins, de premiers sourires... tout va se passer en même temps. Et c'est là tout le défi !L'auteure, maman de jumeaux adolescents, vous guide avec humour et bon sens, sans dramatiser ni rien occulter des difficultés à venir. Parce qu'elle est déjà passée par là, elle distille conseils avisés et retours d'expériences pour que votre parcours du combattant soit (presque) facile... De la grossesse à l'adolescence, vous aurez ainsi une vision complète et fidèle de l'aventure !Les illustrations de Marygribouille donnent vie à cet incroyable mélange de joie et de surprises.

  • À ma grande surprise, je suis restée à Los Angeles une année de plus ! Entre soirées animées, nouvelles amitiés et rencontres mystérieuses, ma vie a été bouleversée par quelques imprévus. Alors que mon père refait surface, je me lance dans un projet colossal : écrire un scénario que j'espère réaliser un jour. Mais je suis vite rattrapée par ma vie amoureuse qui n'est pas des plus tranquilles... Heureusement, mes amies sont toujours à mes côtés pour me conseiller et me guider ! À moins que je ne suive mon instinct... Mais, chut... Je ne vous en dis pas plus, tout est dans mon journal !

    Retrouvez Violet sur son blog : www.violetsdiary.com et sur sa page Facebook. Elle y tient une chronique de sa vie quotidienne à LA.

    Retrouvez toute la série des romans des filles en format numérique !

  • Dans l'Âge de l'Ignorance, aux temps préislamiques, les Arabes comprirent que le langage, comme les nombres, était infini. Les poètes-guerriers du désert, passionnés par les formes, les femmes et le vin, entreprirent alors désespérément de raconter des histoires, toutes les histoires, d'écrire pour fixer le cours du temps. Sept poèmes des plus parfaits furent suspendus à la Pierre Noire de La Mecque.
    Mais il existe un huitième poème, inconnu jusqu'à ce jour, qui le résume et les contient tous. Il rapporte la quête du héros al-Gatash poursuivant la belle Layla à peine entrevue au campement d'un soir. Au milieu des guerres sans merci, en butte aux maléfices d'une sorcière et à l'obstination d'un redoutable rival ambidextre, il devra tenter de résoudre l'énigme de Qaf pour gagner sa promise.

    Alberto Mussa réitère dans ce livre ludique le geste antique des Bédouins. Il réinvente la mythologie arabe, les légendes d'Aladin, de Shéhérazade ou même de Pythagore et de Jésus ; tel Borges face à l'infini, il affronte les ruses de la fiction dans un roman d'aventures épiques bâti comme un conte des origines - de la littérature.

  • "CHEMINS VIVANTS » est un recueil né du croisement de deux routes : celle de l'auteur (Serge De La Torre) et celle de l'artiste (Alvaro De Taddéo).
    L'auteur réunit ici des nouvelles écrites ces dernières années. Il y associe des poèmes qui dialoguent librement avec les oeuvres picturales d'Alvaro de Taddéo[1]. Dans ce recueil, aucun texte, qui ne soit né d'une émotion, d'une expérience vécue ou d'un sentiment d'irremplaçabilité des personnages.
    Explicitement ou en filigrane, l'« être humain » y est montré dans ses grandeurs et plus souvent encore ses limites. Qu'ils témoignent, éveillent ou mobilisent...
    Les textes se rapportent tantôt à des temps réels, présents ou passés, à des lieux connus, mais d'autres fois à des lieux étrangers ou purement imaginaires : qu'importe, ils se regroupent en chemins pour dessiner une direction finale, un pied de nez où triomphe parfois l'humour, l'art ou la mort.
    Ce livre est nourri tout entier de trois approches artistiques et techniques conjointes :
    oCelle du poète qui use notamment de la musicalité et de la polysémie de la matière linguistique,
    oCelle du nouvelliste (qui, dans la rigueur de la structure du récit, veut rendre sensible un destin, un message éclairant, même si sous-jacent au texte),
    oCelle enfin d'un créateur d'images et de tableaux . Tou(te)s nourrissent et complètent les textes. Des liens hypertextes renvoient à la galerie artistique de l'artiste-peintre suisse, illustrateur de la version papier du recueil « Chemins vivants »
    « Il faut suivre ces images qui naissent en nous-mêmes, qui vivent dans nos rêves, ces images chargées d'une matière onirique riche et dense. »
    A cela tu es invité lecteur, si tu le veux!
    A la suite de Gaston Bachelard et de l'auteur.

  • Malgré ses études universitaires, Sabrina est femme de ménage pour une agence de location saisonnière à Campofelice di Roccella, dans la province de Palerme en Sicile. Elle partage ses journées entre ses aspirateurs, l'homme avec qui elle vit, leur famille respective et les traditions religieuses. Son avenir semble tout tracé : une vie de couple banale, des enfants et puis l'ordinaire... Jusqu'à ce jour ensoleillé et chaud de juillet qui voit arriver ce mystérieux locataire ! Des vagues déferlent alors sur sa petite vie tranquille, la ballottant comme une coque de noix entre Campofelice di Roccella, Cefalù et les îles Éoliennes. Elles l'entraînent dans un tourbillon de sentiments passionnés à la découverte d'un érotisme éblouissant ! Sa folie amoureuse semble vouée à l'échec avec la fin des vacances. Mais la vie réserve bien des surprises !

  • Armand, vigneron bourguignon, tombe le 16 avril 1917, premier jour de l'Offensive Nivelle au Chemin des Dames, le visage lacéré par l'acier brûlant d'un éclat d'obus.

    Il n'en sort vivant que grâce au courage héroïque d'Eugène, le camarade illettré dont il rédige et lit le courrier depuis des mois. 

    Courriers auxquels Armand ajoutait des post-scriptum qui vont lui faire découvrir Angèle, une femme qui va bouleverser sa vie. La guerre va cruellement malmener la vie de ces êtres meurtris tant dans leur âme que dans leur chair : poilus à la « gueule cassée » délaissés par l'état, soldats rebelles fusillés pour l'exemple, orphelins de guerre égarés et amants désespérément séparés.

    Un armistice n'est qu'un cessez-le-feu. La vraie paix, celle de l'accalmie des souffrances et des passions, viendra avec le temps, grâce à quelques hasards heureux, des réhabilitations tardives, des deuils et des retrouvailles inespérées quelques décennies plus tard. 

  • Peter Sullivan, professeur de littérature, a consacré de nombreux écrits à Lord Byron. Lorsqu'il meurt mystérieusement, l'un de ses confrères hérite de ces textes demeurés inédits. Tandis que la carrière littéraire de ce dernier s'essouffle, il trouve un nouvel élan en s'improvisant détective littéraire : il met de l'ordre dans les manuscrits, en décrypte les sous-textes et entreprend de sonder les vies tumultueuses de Peter Sullivan et de Byron lui-même.

    Au fil de cette enquête littéraire à deux voix, Amours d'enfance entraîne le lecteur dans un questionnement sur l'identité d'un auteur et les sources de ses créations.

    « Un cycle littéraire adroit, énigmatique [...], l'un des projets fictionnels les plus fascinants de ces dernières années. » The Independent

  • Sébastien Dorais est un écrivain réputé tant pour ses livres variés que pour ses pièces de théâtre à succès. Un jour, il est foudroyé par une fascinante apparition. La vision d'une femme sublime se tenant debout sur une terrasse surplombant l'océan Atlantique. Ayant longtemps cru cette luxueuse demeure inhabitée, Sébastien devient obsédé par cette superbe femme qu'il a aperçue si près de chez lui. Isadorel est aussi insaisissable que le vent. Elle disparaît subitement.
    Un jour, l'auteur reçoit un carton d'invitation pour assister à un vernissage de tableaux
    dans une renommée galerie d'art parisienne. Il ne sait pas qu'en s'y rendant, le cours de sa destinée changera. Il sera totalement obnubilé par un tableau détonant totalement ce soir-là, dans cette exposition. Il s'agit du saisissant portrait de l'évanescente Isadorel.
    Plusieurs mystères entourent cette impénétrable toile. Sa quête de retrouver le
    modèle du peintre le conduira à se promener entre les États-Unis et la France ainsi qu'à se rendre en Italie, en Espagne et au Maroc. Sébastien fera de surprenantes
    rencontres qui modifieront son parcours et lui feront vivre des aventures particulières.
    Toutes ces personnes auront connu Isadorel.
    Sébastien semble un coeur à prendre. Il est un célibataire endurci, la gent féminine
    n'en est que plus attirée par cet irréprochable gentleman. Pourtant, il ne rêve que d'une seule : Isadorel.
    Une captivante et déchirante histoire qui tiendra les lecteurs en haleine. Sur fond de
    mer déchaînée, de décors époustouflants, d'intrigues, de disparitions, d'homicides,
    de tyrannie, de révoltes, les héros se débattront pour qu'éclate la vérité, la liberté
    et tout ça, au nom de l'amour...

  • Des alexandrins, de la poésie en prose, des pensées parsemées de citations et de maximes ancrées dans le monde contemporain !
    Tel est ce mélange savoureux et envoûtant de mots et de rimes que nous propose Florent Elamraoui.
    Chaque texte est semblable à une histoire particulière qui nous emmène tout là-haut pour voir avec son coeur ce qui ne peut se voir autrement.

    La vie est faite de joies, de peines, d'amour, de réussites et d'échecs et bien plus que tout cela, elle est une source de richesse et d'enseignements infinis. Elle nous guide, nous questionne, nous interpelle dés notre plus tendre enfance et jusqu'à l'âge adulte. Elle se nourrit de nos rêves, de nos souvenirs et de nos histoires.

    Mais la plus belle des histoires n'est-elle pas faite de « Ce que la vie nous apprend » ?

    'La vie n'est qu'un éclat de lumière éphémère, un voyage où le coeur bat son compte à rebours. Un rayon de soleil où l'horizon s'éclaire, un instant où les heures ont suspendu leur cours...

  • Saison 1 de la vie d'un Chti de sa naissance à ses vingt ans dans le Nord de la France.Volet Amandinois
    Suivie des saisons 2 et 3 dans deux et trois mois sur Lille et Paris.
    Revendications multiples, règlements de comptes, amours cachées ......Personnage particulier
    Tout est toujours resitué dans un contexte global économique, sociétal et politique, au delà même parfois de la période concernée et jusqu'à aujourd'hui. D'où le terme patchwork. Bonne lecture.

  • "Nous courions comme des fous dans cette ville endormie", ainsi commence ce roman bouleversant, déroutant, course éperdue à la fin tragique, dans un voyage au bout de la vie. Commencé dans une Ville où l'on peut reconnaître Lille, il se poursuit dans une Île où l'on peut reconnaître Belle-Île en mer, d'un huis-clos, l'autre, mais peu importe les lieux. Il commence dans l'après-guerre, dans les années 68, et fait se croiser et se rencontrer quantité de personnages improbables ou réels, désignés par une initiale ou un sobriquet, suivant leur degré d'intimité avec les narrateurs. Dans une multitude de situations dont beaucoup auront la conviction de les avoir vécues, tout ce monde est sur une route, sur la route, sur des routes qui se croisent sur fond de musique, d'alcool, de sexe, dans les bistrots, les piaules, les ateliers d'artistes ou au travail, avec enthousiasme, joie de vivre ou spleen et désespoir, dans de grands ou petits débats et ébats. Dans ce roman sans intrigue et sans héros, l'histoire se construit imperceptiblement par petites touches, rencontres successives en un tableau pointilliste et surréaliste, abordant au passage de grands sujets sérieux. La langue est utilisée dans toutes ses possibilités du grand classicisme au patois lillois, avec des images poétiques, des envolées lyriques. Un roman inclassable hors des chemins actuels.

  • Enrôlé dans une compagnie de sapeurs
    en fin d'été 1914, suite à la tragédie d'un
    amour naissant, Cleffe Roy, âgé de vingt
    ans et jeune employé à l'usine d'allumettes
    Eddy, est intégré à la première division de
    la Canadian Expeditionary Force. Il croit,
    comme des milliers de jeunes canadiens,
    se rendre au front, faire la guerre, voir
    l'Europe, et revenir à la maison en
    chantant pour la fête de Noël.
    D'Ottawa à Valcartier, puis sur les plaines
    de Salisbury en Angleterre, et durant près de quatre années éprouvantes, affligeantes, sur le front de l'Ouest en France, Cleffe,
    chauffeur d'ambulance à moteur au milieu des bombes, des gaz toxiques et des rafales de mitrailleuses, nous livre une vision inusitée de la Grande Guerre.
    Ses déchirements, ses croyances, ses amours, ses sentiments bouleversés,
    et son courage sont étalés sans vergogne, dans une intrigue parsemée de rebondissements parfois drôles, souvent tragiques; et cela autant en bordure des effroyables tranchées, que dans le salon affriolant d'un bordel à Paris. Un roman qui évoque l'atrocité des boucheries abominables, des carnages, certes, mais qui offre aussi une impérissable leçon de bravoure, de fortitude et de générosité.

  • En ces temps troublés, les royaumes sont au bord de la guerre et de l'implosion. Le seigneur de l'Ouest, Drulls, menace la paix déjà fragile. Alors, pour se concerter et construire des alliances, les peuples du monde organisent une conférence au Royaume Elfique. Orniel, adolescent issu d'une contrée ruinée par les batailles, et sa grand-mère s'y rendent. Le jeune homme va y découvrir le corps d'une elfe. Qui est-elle ? Pourquoi est-elle morte et pourquoi refuse-t-on de l'enterrer ? Orniel va alors s'initier aux faux-semblants, aux secrets et à la manipulation.

  • Quand vient le moment de naître encore, à Paris de 1967 à 1977 Paris, vingtième arrondissement, de 1967 à 1977, époque médiane des trente années économiquement glorieuses de la France : ceux qui la vivent ne le savent pas. Toutefois, le progrès matériel, la belle société de consommation, le marxisme, la libération des moeurs, l'interdiction d'interdire, le féminisme conquérant font leur environnement. Heureusement les meilleurs résistent, même s'ils sont profondément bousculés, se reposant sur des règles morales, traditionnelles et conventionnelles. Ils seront vainqueurs. Je suis Denis. À un moment, j'ai tout confondu. Je n'ai pas su choisir. J'ai trop écouté l'environnement mouvant. J'ai eu peur du jugement des autres. Je me suis raccroché aux principes de mon père. J'ai craint l'absence de morale de ma soeur. Je n'ai pas voulu décevoir ma mère. Ils ne me demandaient rien. Mais je le croyais. J'étais jeune. D'ailleurs c'est tant mieux. Si j'avais agi différemment je ne connaîtrais pas mes joies actuelles d'une vie puritaine évoluée et pudibonde avertie.


  • Madame de la Fayette (1634-1693)


    "La magnificence et la galanterie n'ont jamais paru en France avec tant d'éclat que dans les dernières années du règne de Henri second..."

    Marie-Madeleine Pioche de la Vergne, comtesse de la Fayette, n'a peut-être pas écrit seule, la « princesse de Clèves » mais c'est bien elle qui en eut l'idée et qui en fut l'architecte. Ce roman fut d'ailleurs publié une première fois en 1678 anonymement.

    Madame de la Fayette nous parle de la passion amoureuse, l'asservissement amoureux mais aussi du jeu de l'amour et cela dans une cour où tout ne paraît que divertissement.

  • Honoré de Balzac (1799-1850)
    "Madame Vauquer, née de Conflans, est une vieille femme qui, depuis quarante ans, tient à Paris une pension bourgeoise établie rue Neuve-Sainte-Geneviève, entre le quartier latin et le faubourg Saint-Marcel..."
    "Le père Goriot est la première histoire d'une trilogie tournant autour du bagnard Vautrin. Les deux autres titres sont : "Illusions perdues" et "Splendeurs et misères des courtisanes".
    Eugène de Rastignac, étudiant noble mais désargenté, est prêt à tout pour réussir dans la haute société. Son destin va croiser le père Goriot dont les deux filles semblent bien installées dans cette société parisienne.

  • 1799. Aux marches de la Bretagne, les chouans harcèlent une troupe républicaine commandée par Hulot. La noblesse française, installée en Angleterre, complote pour le retour du Roi. Elle envoie en Bretagne comme chef charismatique celui que l'on nomme le "Gars". Marie de Verneuil, espionne du ministre de la police, Fouché, est chargée par celui-ci de séduire le "Gars" afin qu'il tombe dans un piège tendu par Corentin, un émissaire du ministre ambitieux et sans scrupule. C''est sans compter sur l'attirance amoureuse qui s'exerce entre le "Gars" et Mlle de Verneuil. Edité en 1829, "Les chouans", que Balzac considérait comme une cochonnerie de jeunesse, est plus qu'un roman historique ou politique, plus qu'une histoire d'amour ou une tragédie ; c'est une véritable peinture réaliste.

  • Cassel mai 1213
    Foulque, drapier flamand, échappe avec sa famille à l'incendie de sa ville sur ordre de Philippe-Auguste. Bien que jetés sur les routes avec quelques hardes, deux adolescents et six moutons, à la recherche d'une cité plus sûre, l'adversité ne viendra pas à bout de l'humanité des deux amis drapiers qui se sont promis de se rendre à Compostelle. Au hasard de leur périple qui les conduit dans un premier temps à Amiens, des marginaux comme un mendiant en errance, un jeune apprenti brigand ou encore une jeune pensionnaire de la maison publique viendront grossir leur groupe et contre toute attente, intégrer leur famille, dans une société médiévale semée d'embûches. La route est longue jusqu' à Compostelle et la tentation du crime est grande !
    La Persévérance du moineau, chronique d'une famille de drapiers aux prises avec l'Histoire, entre cruauté et superstitions, réussite économique et entraide chrétienne, met le focus sur la capacité des personnages à embrasser une nouvelle existence, à l'encontre de tout déterminisme social, pour peu qu'ils adoptent la persévérance du moineau se nourrissant à travers les sols gelés.

empty