• Mannequin par hasard et sur le tard.

    Je vais être diorisée ! Oui, habillée de Dior. Chignon, make-up, talons. Je tiendrai en laisse un caniche royal et me promènerai au rayon beauté, l'air pimbêche à mort. Mon rêve d'enfant se concrétise : rester enfermée dans un grand magasin. Deux nuits de répétition. Les models, cinq ladies d'âge mûr - comme on dit au rayon fruits et légumes - dont moi, ont passé des heures sur un escalator en marche. Un show somptueux se prépare. Moi qui n'ai jamais fait de spectacle de ma vie, sauf Cendrillon à l'école primaire, j'exulte.

    Londres, Upper Street. Sylviane, fraîchement débarquée de France, cinquante-cinq ans, cheveux blancs et silhouette de jeune fille, est repérée lors d'un casting sauvage. Sa vie prend un virage à angle droit.
    Castings, shootings et défilés se suivent et ne se ressemblent pas. Désormais model, elle découvre la fashion sphère et ses paillettes. Les excentricités de la capitale britannique, sa population bigarrée et sa liberté face aux conventions l'enchantent : elle s'y sent comme chez elle.
    Mais, pendant ce temps, en Sologne, son père se meurt et sa mère s'épuise. La vraie vieillesse tisse sa toile...
    Dans Moi, vieille et jolie, Sylviane Degunst dévoile, avec humour, les coulisses du mannequinat, et livre une vision décalée du temps qui passe, sur fond de culture british.

  • L'une des biographies les plus complète du monstre sacré de la danse, Rudolf Noureev
    Un monstre sacré et... un sacré monstre ! Rudolf Noureev (1938-1993), le danseur le plus célébré de la seconde moitié du xxe siècle, avait tout pour lui : beauté, génie, charme et sex-appeal. Nul autre danseur n'a provoqué autant d'effervescence autour de lui.Julie Kavanagh explore la vie et le destin du " Seigneur de la danse " : son enfance, ses années de formation a l'école Kirov de Leningrad, sa fuite controversée d'URSS en 1961, sa relation avec le danseur danois Erik Bruhn, sa collaboration avec la danseuse Margot Fonteyn au Royal Ballet de Londres, ses rencontres avec des chorégraphes tels Balanchine, Robbins ou Graham, son rôle de directeur de ballet a l'Ope ra de Paris, ses dernières années et sa mort en 1993, des suites du sida.C'est également l'ambiguïté du personnage que révèle cet ouvrage : s'il dansait comme un dieu, son comportement était d'une rare violence. Noureev aimait a se dépeindre lui-même comme un envahisseur barbare. Le chorégraphe Jérôme Robbins ne disait-il pas de lui : " Rudi est un artiste, un animal et un salaud " ? La définition même du monstre sacre . Entre le danseur plein de grâce et l'homme acrimonieux, cette biographie éclaire sans complaisance un mythe.

  • L'incroyable destin de Pierre Desproges
    Si tout le monde se souvient de ses bons mots, ses phrases assassines, ses réflexions acides, ses sketchs mordants, on connaît peu ou mal le parcours de Pierre Desproges.
    Comment un fils d'instituteur est-il devenu un amuseur reconnu, à l'immense succès public, qui, trente ans après sa mort, continue d'être lu et apprécié comme peu de gens le sont ? Comment un jeune homme un peu gauche et timide a-t-il réussi à imposer son style contre vents et marées ?
    Dans cette biographie, sa difficile ascension est enfin retracée étape par étape. Avec ses réussites et ses échecs, ses déceptions et ses coups de gueule. Car Desproges n'avait rien d'un béni-oui-oui, ce livre le démontre, et n'avait surtout pas sa (mauvaise) langue dans sa poche. Aussi exigeant pour lui que pour les autres, il s'est souvent heurté à de fortes personnalités et a claqué plus d'une porte...
    Précise et documentée, cette biographie originale est étayée par de nombreux propos de Pierre Desproges. Souvent cocasses, toujours cinglants, parfois désabusés. Ce comique à l'oeil rieur était en fait un solitaire angoissé, jamais dupe des faux semblants, toujours inquiet du comportement de ses semblables. Une forme rare de lucidité. Pierre Desproges était un homme plein de surprises, bonnes ou mauvaises. Jusqu'à mourir d'un mal qu'il n'avait cessé de railler depuis ses débuts...
    Desproges tel qu'en lui-même ressort de ces pages. À la fois attachant et agaçant. Un homme à aimer malgré lui.

  • Fragile ; souvenirs

    Muriel Robin

    • Xo
    • 18 October 2018

    Est-ce que je sens qu'on va finir par s'entretuer dans cette bagnole ?
    Maman que tout agace, papa qui ne parvient plus à la calmer, mes soeurs qui veulent disparaître.
    J'ai cinq ans et j'ai l'intuition que ça pourrait mal finir, alors je vole au secours des miens et je fais le clown.
    Si je suis venue au monde avec ces yeux ronds et cette bouille qui fait sourire aussitôt que j'apparais, c'est sûrement pour mettre de la couleur sur le gris de notre vie.
    Muriel Robin
    Longtemps Muriel Robin nous a fait pleurer de rire. Voilà que pour la première fois elle nous parle d'elle avec une gravité qui nous touche aux larmes.
    Sans rien dissimuler de ses chagrins d'enfant et de femme, ni d'un lourd secret, elle nous livre un portrait d'elle-même à la fois terriblement émouvant, impitoyable et drôle.
    Un livre événement

  • Découvrez les anecdotes et définitions du Petit Lemoine, le nouveau dico humoristique qui ne qui ne développera pas votre culture générale, mais égayera votre quotidien !De l'allaitement à la zénitude, en passant par le couple, l'homéopathie ou encore le karaoké,
    Jean-Luc Lemoine s'amuse à déconstruire ces mots de tous les jours pour vous offrir, à vos rires et périls, un dictionnaire comme vous n'en avez jamais lu !
    Origine Il y a des gens qui naissent avec une cuillère en argent dans la bouche, moi, je suis né avec une touillette.
    Panneau Pourquoi à l'abord de toutes les écoles, trouve-t-on des panneaux " Attention enfants " ? Quelqu'un a-t-il déjà vu des enfants attaquer des voitures ?
    Clitoris Après vérification, il paraît que le clitoris existe vraiment. Ma femme m'en avait déjà parlé, mais je pensais qu'elle déconnait.


  • Et si le propre de l'homme était l'optimisme ? Ce petit traité de l'humoriste- magicien Éric Antoine sonne comme les clefs du bonheur qui ne sont jamais perdues. Désopilant, récréatif, philosophique et émouvant. Bon voyage !

    Éric Antoine vous invite à l'accompagner partout - de sa loge de magicien à la philosophie d'Empédocle, et jusque dans...une crotte de pigeon ! Non conformiste, baroque et drôle, son petit traité offre un récit et un spectacle où il se raconte entre les souvenirs, les surprises et les tours. L'existence est une quête de sens et d'enseignements qu'on ne perçoit pas toujours. Lui, en magicien mentaliste, tient le bonheur à l'oeil. Il vous trompe pour vous plaire, vous bouscule par amitié. Sur sa route, les choses vues se mêlent à la spiritualité, aux paraboles de maîtres avec une fantaisie effervescente. La Pensée Magique existe. Grâce à elle, les galères, les épreuves ou le chagrin cèdent face à la décision d'être heureux. Le quotidien prend un sacré coup de jeune. Si un magicien vous tend sa baguette, n'hésitez plus : prenez-la...
    Les illustrations de Walter Glassof viennent souligner ce regard sur la vie plein d'humour, de pédagogie et de poésie.

  • étoiles

    James Bort


    Exposition des photographies de James Bort à partir du 18 mars 2016 à l'Opéra Bastille.

    À l'invitation de Benjamin Millepied, James Bort a photographié les 18 danseurs Étoiles de l'Opéra de Paris :
    " Je voulais seulement les voir avec leur costume, sans maquillage ni accessoires, sans coiffure. Mon souhait était de faire ressentir cet instant de l'avant ou de l'après, de l'oubli, l'instant unique que le danseur vit, seul, face à son miroir. "(James Bort)
    Sublimés par une lumière et des noirs intenses, ces visages et ces corps en mouvement sont montrés d'une façon à la fois intime et spectaculaire où la puissance se marie à la grâce.
    James Bort réussit à capter le mouvement et l'immobile pour donner à voir ces danseurs comme vous ne les avez encore jamais vus.

  • La prestigieuse attachée de presse du Tout-Paris, Yanou Collart, revient sur sa grande histoire d'amour avec Lino Ventura et nous raconte les confidences et anecdotes des stars qu'elle a côtoyées.
    Bien qu'ayant grandi en Belgique, c'est à Paris que Yanou Collart s'est fait un nom. Avec son franc-parler et sa détermination, elle est devenue l'une des plus prestigieuses public relations de Paris. Extravagances des stars... Moments drôles ou tragiques... Elle raconte plus de trente ans de fêtes et d'événements où elle mit son imagination et son carnet d'adresses au service des plus grandes stars de la mode, de la gastronomie et du cinéma. Du rire aux larmes, elle met en scène ses clients devenus des amis, d'Arnold Schwarzenegger à Paul McCartney, de Rock Hudson à Sylvester Stallone, de John Lennon à Jerry Lewis, de Jeanne Moreau à Johnny Hallyday... Passionnée de cuisine, elle a également contribué au rayonnement de la gastronomie française en faisant connaître ses amis étoilés Paul Bocuse, Roger Vergé, Michel Guérard et nombre d'autres.Sa vie est un tourbillon. Rien ne lui résiste. Pas même Lino Ventura, qui tombera sous son charme et partagera dix ans de sa vie.

  • De qui tu tiens ce don-là ?

    Popeck

    " Un jour, je n'ai plus voulu être le comédien Jean Herbert, j'étais devenu Popeck. J'avais adopté définitivement la redingote et le chapeau d'un bonhomme étrange, échappé des ghettos d'Europe centrale, qui débarquait en trimbalant son baluchon d'histoires racontées avec un accent indéfinissable. Un individu errant, né dans le Xe arrondissement de Paris, mais venu tout droit des profondeurs de la Poméranie.Ce personnage m'avait transfiguré. Il avait effacé tous mes complexes. "Judka Herpstu, alias Popeck, raconte sa vie d'enfant d'immigrés devenu, après bien des tribulations (dont un détour par les caleçons molletonnés), l'un des plus populaires de nos humoristes.

  • Coluche, Miou-Miou, Patrick Dewaere, Rufus, Henri Guybet, Martin Lamotte, Renaud et tant d'autres sont passés par Le Café de la Gare...Dans ce lieu mythique du café-théâtre parisien, Romain Bouteille et Sotha ont su faire d'une histoire de potes un art de la scène. Marie-Christine Descouard a convoqué les témoins de ces années post-soixante-huitardes pour raconter cette aventure à nulle autre pareille.Fidèle à l'esprit libertaire de cette troupe, elle en a tiré une invitation au spectacle, à la fois burlesque et tendre, nourrie de nombreux souvenirs et de documents photographiques inédits.

  • Rome, 1956. Se présentant pour un poste de vendeuse à la boutique Gucci, Bruna, une jeune fille modeste, croise son séduisant propriétaire, Aldo Gucci. Leur liaison marque le début d'une passion à vie. Aldo est déjà mari et père, mais pendant les trente ans où il étendra son empire de par le monde, c'est auprès de Bruna et de leur fille chérie qu'il viendra en secret chercher refuge et réconfort. Enfant illégitime, la petite Patricia Gucci grandit dans le luxe entre Londres, New York, la Floride et l'Italie. Une existence placée sous le sceau du non-dit, ballotée aux quatre coins du globe, au gré de l'irrésistible soif de conquête du mythique Aldo. La fillette grandit au côté d'une mère brisée par la clandestinité, à qui seul son Papà redonne le sourire à chacune de ses fugitives visites. Associant chaque jour davantage sa fille à son entreprise, Aldo entraîne très vite Patricia dans le sillage de sa gloire... et au-devant des guerres qui s'annoncent. Car il n'est pas seul maître à bord. Il doit lutter avec son frère, puis avec ses autres enfants : trahisons, lancements de marques concurrentes, dénonciation au fisc, calomnies... En 1990, à la veille de sa mort, Aldo Gucci fait de Patricia son seul et unique légataire universel. Mais le royaume dont elle hérite est en péril. Et les haines qui y soufflent sont autant de promesses de ravages. Un témoignage unique au coeur de la saga Gucci, l'une des plus belles réussites de l'industrie de luxe

  • Le parcours incroyable de Samia Orosemane, femme, voilée et humoriste.
    Samia Orosemane n'est pas une femme comme les autres. D'origine tunisienne, musulmane, cette comédienne de 36 ans s'est affranchie des préjugés pour vivre sa passion : la scène. De son enfance à Clichy-sous-Bois à son succès sur les planches, Samia raconte dans ce livre son parcours hors du commun.
    Pourtant, malgré sa formation au conservatoire de Paris, Samia a failli abandonner pour toujours l'humour. Avec un turban en guise de voile sur la tête, elle pensait que sa place n'était pas sous les projecteurs. Puis ce fut le déclic. Aujourd'hui, son destin l'a rattrapé. Grâce à la diffusion d'une vidéo qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux (700 000 vues) après les attentats de Charlie Hebdo, des passages répétés dans les médias et deux spectacles, Samia est bel est bien un phénomène. L'humoriste remplit les salles en France, mais aussi au Maghreb, au Canada ou en Belgique, attirant un public aussi varié que les couleurs de ses tenues.
    Car Samia ose tout, aborde tous les sujets sans tabou ni vulgarité, abolit les clichés et ne laisse personne indifférent. Un témoignage inspirant, sincère et drôle. Un livre universel pour changer les mentalités et rappeler l'urgence de vivre ensemble.

  • Daniel Prévost se retourne vers son passé, sa petite enfance et son adolescence et nous dresse avec tendresse le portrait d'une femme qui, par sa présence bienveillante, lui fit don des rares moments de lumière de ses jeunes années.

    Cette femme, c'est madame B., comme il l'écrit pudiquement. Elle était la directrice de son école primaire. Pleine de bonté et de générosité, elle le sortit avec douceur d'un contexte familial délétère. Elle fut pour lui un refuge permanent. Et Daniel Prévost n'hésite pas àécrire d'elle qu'elle était une "sainte laïque".

    Sensibilité et émotion sont constamment présentes dans ce récit où l'auteur redonne vie à madame B.

  • Le quotidien de Vincent est mis sens dessus-dessous lorsqu´il est littéralement projeté dans l´univers du Cirque Fantastique. Le garçon de onze ans s´épanouit à la ferme familiale en compagnie de son fidèle compagnon, Lasso. Ses parents lui offrent de passer tout l´été dans un camp de cirque pour le récompenser de son dur labeur. Dans cet univers fascinant, Vincent connaîtra l´amitié et un vif intérêt pour les cours. Attiré par les chevaux, il se lie vite d´amitié avec une jeune écuyère tout aussi passionnée que lui. Avec le soutien de son oncle, son quotidien sera imprégné par la présence d´artistes au tempérament farfelu et mystérieux. Vincent apprendra que certains sont prêts à tout pour atteindre un bref moment de gloire. Heureusement, le spectacle doit continuer et le cirque est si amusant !

  • L'analyse d'une pratique aussi singulière que celle du yangge dans l'histoire récente de la Chine permet de " passer de l'autre côté du miroir " et de mieux comprendre la complexité et la diversité d'une société qui est encore souvent présentée comme homogène, docile et inflexible.
    Qui n'a jamais été surpris de découvrir une animation joyeuse, intense, sonore et dansée, dans les rues chinoises à la tombée de la nuit, menée par des résidents en quête de divertissements, d'activités physiques et de bien-être social ? Issu d'une recherche menée sur le long terme dans plusieurs localités de la province du Shaanxi et de la municipalité de Pékin, cet ouvrage plonge le lecteur au coeur des pratiques culturelles et sociales de nombreux Chinois. Il propose une réflexion originale sur la place de la culture en République populaire de Chine et sur ses diverses modalités d'expressions et d'interprétations depuis le Mouvement du 4 mai 1919 jusqu'à l'Exposition universelle de 2010 à Shanghai. La politique culturelle est-elle un instrument essentiel de l'exercice du pouvoir en Chine ? Ce livre y répond en explorant les liens entre culture et politique à partir d'une étude anthropologique réflexive et critique de la danse du yangge, inspirée des travaux des Cultural Studies qui associent dans leurs démarches les approches sinologique, historique, politique et sociologique. Fondé sur des enquêtes de terrain approfondies au sein de différentes communautés yangge, il montre comment la danse du yangge fut un outil de propagande qui a servi de pierre angulaire à la construction de la politique culturelle au temps de Mao et comment elle sert aujourd'hui à la promotion de la civilisation spirituelle socialiste, par un Parti communiste chinois en quête de légitimité.

  • Sophie, reine de beauté, a rencontré le prince charmant. De leur union sont nés deux magnifiques enfants : une fille (Charlie) et un garçon (Mika). Le choix de la reine ! Dans cet ouvrage, elle nous raconte son quotidien de maman. Une maman comme les autres... enfin pas tout à fait puisqu'elle pose avec des inconnus sur des photos souvenirs et qu'elle est obligée de réfléchir à la meilleure stratégie pour ne pas se faire remarquer avant d'acheter une crème anti-vergetures à la pharmacie.

  • Quand j'étais petit garcon

    Galia


    Reine des nuits parisiennes (Carrousel, Palace, Alcazar, Queen), Galia raconte pour la première fois son enfance...de petit garçon pas comme les autres.

    -; Comment t'appelles-tu ?
    -; Dominique !
    -; Quel âge as-tu ?
    -; Sept ans.
    -; Tu es une très jolie petite fille, Dominique.
    -; Oui, mais ma mémé ne veut pas.
    -; Elle ne veut pas, elle ne veut pas quoi ?
    -; Elle dit que je ne suis pas une fille...
    Voilà tout le drame de Domino, petit garçon aux traits fins né à Marseille dans les années cinquante, et dont le penchant immodéré pour les falbalas de sa maman fait mauvais effet au coeur du Panier, quartier où les demi-teintes n'existent pas, où les hommes se doivent d'être taciturnes et virils, et les femmes plus que sensuelles.
    Mais lui a choisi son clan. Il n'aime pas les jeux violents, l'esprit guerrier de ses camarades, leur préférant la compagnie, les tenues et la délicatesse des filles. L'univers féminin le fascine ; il est convaincu que c'est le sien. Mais comment le vivre, l'admettre, le dire ? Le vilain petit canard pourra-t-il devenir une autre créature ? Un de ces cygnes noirs dont sa maîtresse d'école lui révèle un jour l'existence ?
    Voici un récit vrai, tendre, plein d'émotion, un témoignage sincère, jamais misérabiliste ni désespérant, sur l'éclosion à ce qu'on est réellement au fond de soi. Avec amour et humour, sens du détail et franchise, Galia, la reine des nuits parisiennes (Le Carrousel, Le Palace, l'Alcazar, le Queen, le Manko et depuis peu Le 13), raconte pour la première fois son enfance... de petit garçon pas comme les autres.

  • « Tout ce qui n'est pas donné est perdu. » Ouvrir ce livre, écouter cette parole, c'est suivre les traces des tsiganes le peuple qui ne veut pas laisser de traces -, écouter les histoires que la famille du cirque se raconte chaque soir autour du feu, peuplées de personnages nommés Tête d'Enclume, Dent de Chien ou Rose Reine. Enfant, Alexandre Romanès découvre l'univers du cirque, cette tribu « nomade » aux lois et son mode de vie uniques. Dans ce livre, il nous fait monter sur les échelles libres de son numéro d'acrobate, pénétrer dans la cage aux lions, qu'il parvient à maîtriser de la voix et du regard. Alexandre Romanès évoque aussi les rencontres qui ont marqué sa vie : l'écrivain Jean Genet, auteur de Notre-Dame-des Fleurs, la poétesse Lydie Dattas, qui deviendra sa femme, ainsi que les poètes Jean Grosjean et Christian Bobin.

  •  Le récit de la vie de Bambi sa première année chez Madame Arthur commence en janvier 1960 et s'étale sur une période de un an. Il est la suite immédiate du tome un de J'inventais ma vie. On y retrouve le personnage d'Edouard, comme à Alger, mais on découvre aussi une certaine exubérance qui s'épanouit parmi les artistes du cabaret, avec rivalités, querelles, dérision, et surtout l'apprentissage du métier de la scène. On découvre les petits restaurants de nui, chaleureux mais dangereux, les amours... enfin la préparation d'une tournée, la recherche d'un nom qui fasse Carrousel. Découverte du spectacle itinérant qui se termine à Alger sur une interdiction de police pour des raisons morales et politiques (putsch de 1961)

  •  Coccinelle a été une légende vivante. Elle le devait à sa beauté, à sa féminité débordante, à son éclat incomparable tant à la ville qu´à la scène. Son personnage s´imposait par un autre aspect : elle était « quelque chose de jamais vu ». Elle avait aussi en elle de savoir saisir au vol un événement qui assurerait sa publicité. La voici présentée dans une situation exceptionnelle où elle s´assigne par politique un comportement discret, anonyme. C´est une rude contrainte pour sa nature effervescente. L´anecdote nous la montre dans un instant difficile où elle pense perdre la face en suivant ses propres principes de sagesse... Mais sa pétulance reprend le dessus, son instinct la fait triompher.




    Tout se passe à Marseille. C´est l´occasion d´évoquer le célèbre Alcazar, monument du music-hall, aujourd´hui disparu.



      Marie-Pierre Pruvot débute en 1953 Chez Mme Arthur et en 1954 au Carrousel sous le nom de Bambi. C'est là qu'elle connaît Coccinelle avec qui elle partage la même expérience existentielle. Coccinelle, déjà vedette, prend Bambi sous sa protection. Devenue professeur de Lettres, Marie-Pierre Pruvot consacre presque tous ses livres à faire revivre une folle atmosphère de spectacles "de travestis", presque de ghetto, aujourd'hui disparue .



     

  • Invité à présider un jury d´enseignants autour de l´édition 2006 du Festival, Frédéric Mitterrand est retourné presque incognito à Cannes, où il ne venait plus depuis des années. Durant cette Quinzaine, il est allé voir tous les films en compétition, a renoué, pas dupe, avec les petits rituels et le « grand cirque » de la Mecque du cinéma. Journée après journée, il nous en livre ses carnets secrets : rencontres, impressions, portraits de telle ou telle personnalité, réflexions de cinéphile ; mais aussi les souvenirs, très personnels, que mémoire et mélancolie réveillent en lui.
    Sous les paillettes du Festival, que cet amoureux du cinéma dépeint avec son regard à la fois ultrasensible et acéré, on retrouve le grand écrivain deLa Mauvaise Vie. Une absolue liberté de ton et de pensée, cette manière, qui n´est pas une affectation, de ne jamais être « politiquement correct ». La crudité des confessions, et l´extrême délicatesse des sentiments à l´égard d´immenses personnalités comme de ces « garçons » inconnus qui peuplent ses rêves sans combler sa solitude. Et, bien sûr, son style inimitable.

  • A quoi ressemblait la vie de Sartre et de Beauvoir sous l'Occupation allemande? Comment Picasso contournait-il l'interdiction officielle de son oeuvre ? Comment artistes et intellectuels ont-ils vécu cette époque de peur et de restrictions ? Quelle liberté créatrice leur restait-il ? La vie culturelle française ne s'est pas arrêtée après la défaite de 1940. Rapidement, théâtres, cinémas, galeries et boîtes de nuit ont rouvert leurs portes pour assurer la subsistance des artistes et divertir un peuple démoralisé. Alan Riding déploie dans ce livre l'éventail des chanteurs, écrivains, peintres ou acteurs, retrace leurs parcours et explore leurs cas de conscience. Etait-ce collaborer que de se produire devant un public en partie allemand, comme le firent Maurice Chevalier et Edith Piaf ? Etait-ce manquer de patriotisme que de publier des romans ou de réaliser des films pendant la guerre, comme le firent Albert Camus et Marcel Pagnol ? Sans céder à un moralisme stérile, cette enquête vivante et rigoureuse nous amène, à travers une mosaïque de portraits, à questionner la responsabilité de l'artiste en période de troubles.

  • Victoire

    Patricia Ricordel

    Victoire, interpellée par quatre mots lus sur un panneau publicitaire, échoue à La Réunion au sein d'une église évangéliste. Là, elle croise la route de Timothée Damour, un gourou au grand coeur et Colette, sa fidèle collaboratrice qui vont bouleverser le cours de sa vie. Cette jeune femme, enfant de la balle, fan de Céline Dion, dépendante aux jeux de hasard et allergique à la prière, parviendra-t-elle à échapper à ses créanciers ? C'est une histoire de hasards ou de coïncidences, de petits cailloux semés sur un chemin qui ne mène jamais où l'on croit. Victoire, une héroïne intense et volcanique à l'image de l'île où se déroule l'intrigue : La Réunion. C'est un roman frais et pétillant, émouvant et drôle à la fois, avec des personnages attachants, qui donne envie d'être créateur de sa destinée.

  • Elle est inconnue, elle a la grâce insolente des jeunes femmes de Saint-Germain-des-Prés. Il est le maître de la mode. Christian Dior l'observe longuement :
    " Vous serez mannequin, lui dit-il, et je vous nomme Victoire. " Ainsi commence la carrière de celle qui va devenir le mannequin vedette des années 1950. À travers la plus célèbre maison de couture de Paris - donc du monde, puisque la Ville lumière est la capitale de la mode -, elle accompagne la valse des célébrités, de la princesse Margaret à l'impératrice du Japon. Elle découvre la frénésie des nuits parisiennes avec ses complices, des inconnus de 20 ans qui s'appellent Yves Saint Laurent et Karl Lagerfeld. Elle apprend à affronter la jalousie des femmes, la convoitise des hommes et les pièges de la gloire...
    Au fil de ses souvenirs, Victoire Doutreleau nous emmène dans les coulisses de la haute couture à sa plus grande époque. Un univers où se conjuguent la démesure, la folie, la gaieté, le talent, les exaltations et les blessures...
    Et, dans un entretien au titre révélateur, " Dialogue avec une muse contemporaine ", Victoire se dévoile encore...

empty