• Célèbres métamorphoses, destins tragiques, épopées grandioses...Un mythe peut sembler tomber du ciel, comme Icare, ou bien jaillir des flots, comme Aphrodite. Il en résulte un feu d'artifice de récits fabuleux faisant intervenir dieux, monstres et forces surnaturelles, mais aussi hommes et Histoire...
    Les mythes gréco-romains nous parlent du passé, mais aussi de nous-mêmes, car notre monde moderne reste pénétré des cultures de l'Antiquité. Les figures de Prométhée, Achille, Ulysse, Jason, OEdipe, Orphée, Sisyphe, Hercule, et bien d'autres encore, ont traversé les siècles et les arts, et leur histoire fascine toujours.
    Découvrez :
    Les mythes de la création du monde
    La famille olympienne et les autres divinités
    La naissance des hommes et les exploits héroïques
    Le monde des morts et ses mystères

  • Rolland Poe a enfin trouvé la recette pour cloner les stars hollywoodiennes. L'événement défraie la chronique et donne lieu à un rapport, matière du récit : « L'affaire des doubles de Hollywood et de la folie de M. Rolland Poe, alias docteur XYZ ». Poe est parvenu à dupliquer toute personne ayant au préalable été filmée. Bientôt, le clone de Greta Garbo s'éveille, suivi par ceux d'autres vedettes du cinéma : Joan Crawford, Norma Shearer, Joan Bennett ou encore Rodolfo Valentino. XYZ délaisse très vite ses investigations scientifiques pour se laisser bercer par les douceurs des romances sentimentales susceptibles de naître sous pareil climat. La société de production Metro-Goldwyn-Mayer s'inquiète cependant de voir dédoublées ses stars les plus cotées. Une opération d'enlèvement s'élabore...

    Fils de l'écrivain péruvien Ricardo Palma, auteur de Traditions péruviennes, Clemente Palma (1872-1946) appartient à l'oligarchie libérale, nourrie de littérature française et nord-américaine. Auteur de recueils de contes et d'essais, il a aussi dirigé des revues littéraires et des journaux, a été consul à Barcelone puis député. Exilé à Santiago du Chili, il entame l'écriture d'XYZ.

  • Chantés dans les fêtes en l'honneur des dieux ou lors des banquets, entendus sur les gradins du théâtre ou sur l'agora, contemplés sur les murs des temples et sur les vases à boire, les mythes font partie du quotidien des Grecs. Zeus et les divinités de l'Olympe, Prométhée, Héraclès, OEdipe, Thésée, Hélène, Pandora, Ulysse, en sont quelques figures marquantes. Les récits mythiques, qu'ils soient connus par les textes ou par les images, participent ainsi à la construction de domaines aussi variés de l'expérience grecque que le panthéon polythéiste, les codes alimentaires, les rapports entre les sexes, le regard sur les âges de la vie et sur la mort ou l'histoire des communautés.
    La richesse et le foisonnement des mythes sont suggérés ici dans un choix de thèmes qui peuvent répondre en-core aux questions d'aujourd'hui. Car la mythologie grecque est un univers qui, au-delà du plaisir que procure la découverte d'histoires fascinantes, permet d'entrer pas à pas dans le dédale d'une culture.

  • De la destruction de l'objet à l'exaltation dans la haine, dix-sept psychanalystes explorent cette problématique en parcourant la riche clinique du bébé et de l'adolescent. 

    Confrontés à la destructivité des uns, à l'exaltation des autres, à l'association des deux chez de nombreux sujets, ils s'interrogent en effet, individuellement ou en groupe, sur leur capacité d'empathie ainsi que sur leurs contre-attitudes ou leurs contre-transferts. Comment « faire face » aux phobies d'impulsion en périnatalité ou à la destructivité et à la radicalité meurtrière de l'adolescent ? De Prométhée à Frankenstein en passant par Francis Bacon, la culture nous éclaire-t-elle ? La destructivité surgirait-elle lorsque l'exaltation devient trop forte ? Quelles formes prend la destructivité dans la rencontre psychanalytique ? Telles sont quelques-unes des questions que les auteurs abordent en mobilisant leur sublimation personnelle et culturelle.

  • Le mythe de Prométhée fait partie de l'histoire de la pensée, de la littérature et des arts en Occident ; il continue à y exercer une influence plus ou moins grande, mais jamais négligeable. Son rôle et sa survie ont déjà fait l'objet de travaux importants, tel le livre remarquable de Raymond Trousson, Le Thème de Prométhée dans la littérature européenne, édité une première fois en 1969. Toutefois, on ne s'est pas encore interrogé sur les références qui se multiplient à partir des années 1960 à propos d'avancées technologiques, sans commune mesure avec celles du passé. Dans un tel contexte, Prométhée est régulièrement présenté comme leur promoteur, pour le meilleur et pour le pire, et suscite dès lors admiration confiante ou crainte pessimiste pour l'avenir. Il n'apparaît donc pas inutile de remonter aux sources grecques qui ont été le point de départ de notre connaissance du mythe et d'étudier, à travers une confrontation entre le passé et l'actualité récente, la part de l'héritage et de l'innovation créatrice qui se manifestent dans les enjeux auxquels Prométhée a été rattaché par les Grecs et par nous.
    Monique Mund-Dopchie est docteure en philologie classique et agrégée de l'enseignement supérieur. Aujourd'hui professeure émérite, elle a mené toute sa carrière à l'Université catholique de Louvain où elle a enseigné la littérature grecque et l'histoire de l'humanisme. Ses recherches portent sur la survie des auteurs grecs dans la culture occidentale, particulièrement à la Renaissance. Elle est membre de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques de l'Académie royale de Belgique.

  • Le géorgien classique n'a que trois noms irréguliers, « Dieu, le curé et le vin », mais ce brevet de christianisme ne vaut que pour la plaine et la civilisation écrite. Les tribus montagnardes ont trois valeurs bien différentes : la bière, le beurre et le paganisme. À maintes reprises, les souverains ont tenté de les christianiser en confisquant leurs idoles et en apprenant à lire à leurs enfants. Mais, tel un dragon enchaîné qui se libère, l'oralité païenne a toujours repris le dessus.
    Flexible, foisonnante, s'enrichissant de siècle en siècle, elle permet d'observer sur le vif une mythologie hybride, mêlant la foi chrétienne à des croyances immémoriales sur l'origine et l'ordre de l'univers. Il en a résulté un curieux panthéon, où les figures bibliques cohabitent avec les héros mythologiques et où l'humanité oscille entre l'ordre divin du monde et les soubresauts titanesques de la matière.
    La geste prométhéenne du titan géorgien Amiran est ici confrontée à la légende du géant abkhaze Abrsk'il, ainsi qu'à un dossier de sources arméniennes, littéraires et folkloriques relatives à un géant enchaîné. On constate une évidente parenté avec le mythe de Prométhée, mais les Grecs ont « assagi » la geste farouche du Caucase.

    Zaza Aleksidze, né en 1935, est membre de l'Académie des Sciences de Géorgie et correspondant de l'Institut de France. Il a dirigé l'Institut des manuscrits géorgiens et conduit les missions au Sinaï, qui ont découvert les textes « albaniens », langue chrétienne du nord de l'Azerbaïdjan disparue depuis le viiie siècle.
    Jean-Pierre Mahé, né en 1944, est membre de l'Institut de France et associé étranger aux Académies d'Arménie et de Géorgie.

  • Découvrez de nombreux dieux et héros de la mythologie grecque. Plongez dans leurs histoires passionnantes, peuplées de monstres et de créatures fantastiques.Zeus et Héra, Persée et Méduse, Poséidon et son monstre des mers, Jason et la Toison d'or, Héraclès et ses douze travaux, Hadès et les Enfers, Orphée et Eurydice, Thésée et le Minotaure... Richement illustrées, ces aventures épiques vous embarqueront dans un univers légendaire, aux origines du monde.

  • Frankenstein ou le Prométhée moderne Nouv.

    Considéré comme le tout premier roman de science-fiction jamais publié, Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary Shelley a traversé les siècles en laissant une empreinte indélébile. On ne compte plus ses résurgences dans la littérature mondiale et les adaptations théâtrales et cinématographiques que cette formidable oeuvre a engendrées.
    Cette édition est enrichie de somptueuses illustrations réalisées pour l'occasion par Armel Gaulme
    Elle est proposée dans une nouvelle traduction, réalisée à partir de la version originelle de Mary Shelley parue en 1818, et non la version retouchée de 1831, plus répandue.
    Son traducteur, Maxime Le Dain, est un expert en littérature fantastique, et a notamment oeuvré aux traductions et adaptations de Howard Phillips Lovecraft, Alice au pays des merveilles, Scary Stories, et au comics Locke & Key.
    Précisément 200 ans après sa première publication en France (1821), Bragelonne est immensément fier de rééditer ce chef-d'oeuvre de la littérature.

  • Prométhée, d'après la mythologie, serait le premier à avoir donné le feu aux humains. Il faut plonger dans les abîmes de l'océan traditionnel de l'humanité, remonter bien au-delà d'Hésiode et d'Homère pour saisir le point initial du mythe et en suivre les transformations mystérieuses. Tout le monde sait que, selon la mythologie grecque, Prométhée est un titan puni par Jupiter pour avoir dérobé le feu du ciel et l'avoir communiqué aux hommes. Enchaîné sur un rocher du Caucase, chaque jour dl voit un aigle ou un vautour se repaître de son foie, qui se reforme chaque nuit. Cependant le moment doit venir ou un fils de Jupiter, Hercule, grand redresseur de torts, délivrera l'infortuné, et du consentement de son père lui permettra de reprendre sa place parmi les dieux. Tel est en quelques mots le fond de la tradition mythologique, immortalisé par la céramique, la statuaire, la peinture et la poésie. Tel est le fruit dont on a retrouvé le germe égaré dans les ténèbres de l'antiquité la plus reculée...

  • Zeus, maître des dieux, donne un jour l'ordre à Prométhée de créer un nouvel homme. Maladroitement modelé dans la glaise, cet homme sera Utis, bien imparfaite et bien décevante création. Or, dans l'Occitanie natale de Robert Azaïs, Utis signifie machin et Fluro, sa compagne, désigne une femme sotte et assez niaise. C'est donc ce couple improbable qui est censé donner naissance à l'humanité nouvelle.
    Fort de la conviction, déjà exprimée dans ses précédents ouvrages, qu'il n'y a pas une Vérité, mais des vérités selon les époques, les lieux, les cultures et même les individus, l'auteur nous entraîne dans un Olympe de fantaisie où se côtoient pêle-mêle les dieux et les héros de l'antiquité, ceux de l'ancien et du nouveau testament, et bien d'autres personnages empruntés à divers panthéons.
    Étonnant roman, où l'humour ravageur et l'imagination débridée de l'auteur n'empêchent pas l'émergence de questions graves. Un plaidoyer pour la tolérance et la liberté de penser, dans un grand éclat de rire.

  • Que d'aventures extraordinaires vivent les déesses et les dieux de la mythologie grecque ! Zeus, Athéna, Poséidon, Aphrodite... Ils sont généreux, tempétueux, terrifiants et fascinants. 12 chapitres pour découvrir les secrets des plus célèbres d'entre eux : pour chacun, une fiche d'identité et un récit légendaire magnifiquement illustré pour mêler savoir et merveilleux.

  • Les hommes sont-ils sortis de la terre ou descendus du ciel ? Les Anciens ne se sont pas moins interrogés que les Modernes sur cette importante question. D'un point de vue mythique, religieux, philosophique ou scientifique, l'homme a tantôt été rapproché des dieux, tantôt considéré comme un produit de la terre.

  • Baignant depuis sa prime jeunesse dans la littérature grecque ancienne, archaïque et classique, Bernard Deforge s'est toujours amusé à dire qu'il était un Grec ancien dans le monde d'aujourd'hui.
    Mais voici qu'il s'est tout récemment demandé ce qu'il entendait par là. Était-ce une simple formule, une boutade, un clin d'oeil ? Était-ce une vérité ?
    L'objet de ce livre est de répondre à cette question.
    Pour y parvenir il a revisité quelques grands textes qui vivent en lui, et singulièrement les oeuvres d'Homère, d'Hésiode, des Tragiques, de Pindare, de Platon, mais aussi d'Aristophane. Ce faisant il les a confrontés aux grandes questions d'aujourd'hui qui, comme ses contemporains, le taraudent.
    Le lecteur aura dans ces pages non seulement le plaisir de retrouver la beauté de ces grands textes, mais il constatera aussi la permanente pertinence des questionnements des vieux Grecs. Quant aux réponses qui leur sont données à travers le regard foncièrement iconoclaste et politiquement incorrect de l'auteur, il jugera par lui-même et réagira in petto.
    Pensera-t-il que Bernard Deforge est effectivement un ancien Grec ? un égaré dans le monde d'aujourd'hui, passant à côté du modernisme ? ou au contraire, muni du bâton des inspirés et d'un jeu de clefs antiques, un pèlerin de son temps ?

empty