• Sur la route qui mène de l'enfance à la vieillesse, des joies de Combray à la perte des illusions du Temps retrouvé, Le Côté de Guermantes signe la fin de l'adolescence. On y observe l'aristocratie parisienne à travers les yeux d'un jeune bourgeois. Deux amours impossibles et douloureuses s'y nouent : la passion du Narrateur pour Oriane de Guermantes, et celle de son ami Saint-Loup pour l'actrice Rachel. Le salon mondain est un microcosme qui révèle ce qui intéresse en profondeur le romancier : la lutte de l'intelligence contre la bêtise, la force de la confrontation des points de vue, la richesse de la fluidité des identités.
    Le Côté de Guermantes est le témoignage mélancolique d'une époque en transition, qui court à la guerre de 1914. Le spectre de l'affaire Dreyfus plane sur tout le roman et en divise les acteurs. La lucidité et le pessimiste de Proust s'y expriment avec vigueur. Dénonçant le règne des apparences, le romancier met son extraordinaire talent d'observateur au service d'une satire sociale. Il fait de l'ironie une arme de combat, et de la méchanceté un art. Le Côté de Guermantes est le roman le plus drôle de toute la Recherche. Il est aussi le plus sombre : s'y jouent la maladie de la grand-mère du Narrateur, et celle de Swann. Mais par-dessus tout, c'est l'émerveillement devant le mouvement de la vie qui emporte le Narrateur et son lecteur.

    À la recherche du temps perdu est une exceptionnelle comédie sociale. Le Côté de Guermantes en est la preuve éclatante.

  • Un livre unique, une somme romanesque, un livre dicté en moins de deux mois et qui est le sommet de l'improvisation, un récit sur Bonaparte, Waterloo, l'Italie, un grand ouvrage politique, que dire encore en faveur de ce qu'Italo Calvino appelait 'le plus beau roman du monde'. Une comédie humaine, un itinéraire spirituel, plusieurs histoires d'amour enfermées dans une petite ville d'Italie, avec le passage du temps, le charme de la mémoire, les 'paysages sublimes', le paradoxe d'un héros qui trouve son paradis en prison, toutes les vertus et toutes les lâchetés, il faudrait tout citer. Manqueraient encore la merveilleuse brièveté de la phrase, et le sens de l'humour. Toute la littérature française en un volume.

  • Une nouvelle collection dédiée aux oeuvres intégrales 1 re du BAC 2020 et à leurs parcours associés !
    Parcours associé : Individu, morale et société
    Résumé de l'oeuvre1558 à la cour des Valois : le roi Henri II est entouré de brillants princes et de grands seigneurs " d'un mérite extraordinaire ". Une jeune fille, d'une beauté éblouissante,fait son apprition : rapidement mariée à un homme qu'elle estime sans l'aimer, elle découvre quelque temps plus tard la passion en rencontrant le duc de Nemours.
    Dans cette oeuvre brève et concentrée, Madame de Lafayette analyse avec rigueur le conflit de l'amour et du devoir, ouvrant ainsi la voie au roman d'analyse moderne.
    Lire et comprendre l'oeuvreo Tous les repères sur Madame de Lafayette et le contexte de l'oeuvre
    o Des encarts culturels et des éclairages au fil du texte
    o Des explications de texte avec une question de langue pour préparer l'oral
    Préparer le Bac60 pages pour préparer vos élèves aux épreuves écrites et orales du Bac !

    L'oeuvre
    o Des tests de lecture de l'oeuvre
    o Les clés pour bien connaître l'oeuvre : la publication et la réception de l'oeuvre, un roman historique, l'analyse de la passion amoureuse

    Le parcours
    o Tout pour comprendre le parcours : les thèmes clés (le procès de la passion, une peinture critique de la cour, la tentation de la retraite), un groupement de textes complémentaires, des citations, des prolongements artistiques...
    o Vers le Bac : un sujet de dissertation et un commentaire, des points de méthode et des outils pour préparer l'oral du Bac

  • La sorcière de Sealsea Nouv.

    Angleterre, 1648. Une époque périlleuse pour toute femme indépendante...

    À la veille du solstice d'été, l'Angleterre est déchirée par une guerre civile entre Charles Ier et le parlement insurgé. Cette lutte fait rage partout dans le royaume, et trouble même l'île de Sealsea, où vit Alinor. Descendant d'une famille de guérisseuses, la jeune femme est tous les jours confrontée à la pauvreté et aux superstitions. Un soir de pleine lune, elle rencontre James Summer, un noble catholique, qui a pour mission de sauver le roi.
    Très vite, tous deux tombent amoureux. Mais l'ambition et la détermination de la jeune femme la distinguent un peu trop de ses voisins. C'est l'ère de la chasse aux sorcières et Alinor, une femme sans mari, qui connaît les plantes et qui s'extirpe soudain de la misère grâce à James, s'attire la jalousie de ses rivaux et éveille l'effroi du village. Tout l'accuse...
    « Un roman percutant qui met en lumière les difficultés des femmes au XVIIe siècle. » - Daily Mirror
    « Un récit sur la condition des femmes au XVIIe siècle... Les lecteurs vont se régaler. » - Daily Express
    « Philippa Gregory raconte avec brio et ne déçoit jamais. Ce roman est le portrait captivant et très fort d'une femme qui se bat pour survivre dans un monde hostile. » - The Times
    « L'autrice travaille les mots avec aisance et naturel. Sa connaissance des moeurs de l'époque est épatante, l'intrigue est vraisemblable et la documentation est, comme toujours, d'un très grand sérieux. » - Daily Mail
    « Saisissant et envoûtant ! Philippa Gregory au sommet de son art. » - woman&home

  • L'Idiot

    Dostoïevski

    Texte intégral. Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique . Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.
    Le prince Mychkine est un être fondamentalement bon, mais sa bonté confine à la naïveté et à l'idiotie, même s'il est capable d'analyses psychologiques très fines. Après avoir passé sa jeunesse en Suisse dans un sanatorium pour soigner son épilepsie (maladie dont était également atteint Dostoïevski), il retourne en Russie pour pénétrer les cercles fermés de la société russe, sans sou ni attache, mais avec un certificat de noblesse en poche. Il se retrouve par hasard mêlé à un projet de mariage concernant Nastassia Filippovna.

    L'Idiot est l'un des romans les plus complexes et psychologiques de Dostoïevski. En effet, le récit met en scène une quarantaine de personnages qui ont tous des caractères bien distincts.
    L'enchevêtrement d'intrigues entre ces personnages donne lieu à des rebondissements permanents et imprévisibles. L'écriture de Dostoievski parvient avec virtuosité à rendre le lecteur anxieux dans l'attente de la réaction de chaque personnage. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/L'Idiot
    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/

  • Le jeune baron de Sigognac mène une existence solitaire dans son château délabré, au fin fond de la Gascogne... Un soir, une troupe de théâtre ambulant frappe à sa porte. Sigognac leur offre l'hospitalité, et le lendemain, séduit par la vivacité des comédiens et attiré par la délicate Isabelle, il part avec eux, direction Paris.

  • L'Ancien Régime n'a pas existé. Ou du moins n'a-t-il existé qu'après coup, aux yeux des Constituants de 1790, qui n'avaient à l'esprit que les dernières vicissitudes du gouvernement.
    En réalité, la monarchie de Louis XVI avait peu à voir avec celle de Louis XII. À travers deux ou trois siècles de bouleversements, le pouvoir avait évolué d'un royaume féodal à l'administration centralisée et autoritaire du XVIIIe siècle.
    Yves-Marie Bercé évoque la nature exacte de ces gouvernements. Il dépasse le court terme de la rupture révolutionnaire et présente la France des rois, ses rites, son système de valeurs, la vie quotidienne et celle de ses institutions, dans leurs constantes évolutions.

  • Inspiré de John Paul Johns, capitaine de marine, héros de la guerre d'Indépendance américaine, Le Capitaine Paul est à la fois roman historique, récit d'aventures maritimes et mélodrame sur la quête des origines. Bâtard magnifique remettant en question les rigidités du Vieux Monde et faisant triompher le droit naturel contre le pouvoir légal, Paul Jones incarne le mariage réussi des origines françaises et de l'idéal américain, et la réconciliation des valeurs aristocratiques et démocratiques. Superbe hommage du romantisme aux Lumières, le roman traduit les déchirements d'une génération écartelée entre le monde d'avant la Révolution et celui d'après. Il témoigne aussi du génie de l'auteur à mêler les genres pour inventer une forme nouvelle. Le mélange franco-américain incarne le pedigree dont rêve Dumas pour la France, mais aussi pour la littérature.

  • 1920. Mahaut d'Orgel ne sait aimer que sagement, tendrement. Rien ne semble pouvoir la distraire de son amour pour le comte d'Orgel. Et pourtant, elle s'éprend de François, jeune homme que le comte a introduit dans le cercle de leurs amis intimes, le préférant rapidement à tous les autres pour partager escapades à la campagne et folles soirées.
    Bal masqué. Jeux de dupes. L'équivoque s'installe peu à peu. Entre Mahaut et François, les silences ont valeur d'aveux, les soupirs sont autant de baisers rêvés.


    Couverture : détail d'une illustration de Georges Barbier, 1919 © Collection Kharbine Tapabor

  • La Comédie humaine - Études de moeurs. Deuxième livre, Scènes de la vie de province - Tome III. Septième volume de l'édition Furne 1842. Extrait : Chesnel fut au désespoir de s'être laissé séduire par le sieur du Croisier. Depuis ce jour, il ne retrouva plus dans les manières ni dans les paroles du marquis d'Esgrignon cette caressante bienveillance qui pouvait passer pour de l'amitié. Désormais, le marquis eut pour lui de la reconnaissance. Cette reconnaissance noble et vraie causait de perpétuelles douleurs au notaire. Il est des coeurs sublimes auxquels la gratitude semble un payement énorme, et qui préfèrent la douce égalité de sentiment que donnent l'harmonie des pensées et la fusion volontaire des âmes. Maître Chesnel avait goûté le plaisir de cette honorable amitié ; le marquis l'avait élevé jusqu'à lui. Pour le vieux noble, ce bonhomme était moins qu'un enfant et plus qu'un serviteur, il était l'homme-lige volontaire, le serf attaché par tous les liens du coeur à son suzerain. On ne comptait plus avec le notaire, tout se balançait par les continuels échanges d'une affection vraie. Aux yeux du marquis, le caractère officiel que le notariat donnait à Chesnel ne signifiait rien, son serviteur lui semblait déguisé en notaire. Aux yeux de Chesnel, le marquis était un être qui appartenait toujours à une race divine ; il croyait à la Noblesse, il se souvenait sans honte que son père ouvrait les portes du salon et disait : Monsieur le marquis est servi. Son dévouement à la noble maison ruinée ne procédait pas d'une foi mais d'un égoïsme, il se considérait comme faisant partie de la famille. Son chagrin fut profond. Quand il osa parler de son erreur au marquis malgré la défense du marquis : - Chesnel, lui répondit le vieux noble d'un ton grave, tu ne te serais pas permis de si injurieuses suppositions avant les Troubles. Que sont donc les nouvelles doctrines si elles t'ont gâté ?


  • 1661, Mademoiselle de Sévigné au temps du Roi-soleil.

    Pour ses quatorze ans, Françoise de Sévigné, fille de Madame de Sévigné, est invitée à son premier dîner avec la noblesse. La jeune fille doit éblouir les convives par sa vivacité d'esprit autant que par sa beauté. Mais ce milieu est impitoyable, et le moindre faux pas peut ruiner sa réputation et celle de sa mère.
    Cette mère parfaite qui cache un secret qu'il faut à tout prix préserver.
    Entre ragots, manigances et compliments à double sens, Mademoiselle de Sévigné va mener l'enquête et apprendre les règles de ce monde qui s'ouvre à elle...

  • Toutes les femmes l'envient, tous les hommes la désirent...

    Cora Cash est belle, pleine d'esprit, et à la tête d'une fortune colossale. Mais sa mère rêve de la seule chose qu'elle ne pourra pas lui acheter en Amérique : un titre de noblesse.
    Envoyée de l'autre côté de l'Atlantique, la jeune femme fait forte impression auprès de la bonne société anglaise et trouve un bon parti - un séduisant duc dont la propriété tombe en ruine.
    Dans les courants d'air qui traversent les somptueuses demeures de l'aristocratie, la délicieuse Américaine a tôt fait de déchanter. Cet univers impitoyable regorge de pièges et de trahisons qui risquent fort de provoquer sa chute.
    Pour y échapper, l'enfant gâtée va devoir se métamorphoser en femme accomplie.
    « Daisy Goodwin a un style résolument délicieux. » - The New York Times
    « Une romance historique rythmée et d'une finesse exceptionnelle aux accents de Daphne du Maurier et Jane Austen... Un divertissement de qualité. » - Kirkus

  • Haute-école poche

    Sylvie Denis

    Dans une société proche de celle de la France à la veille de la Révolution, le sort des magiciens n'intéresse que quelques intellectuels contestataires. Les enfants dotés de pouvoirs magiques sont enlevés à leurs familles afin d'être éduqués à la Haute-École et contrôlés par la noblesse.
    Au moment où le règne d'Urbain IV s'achève, Mérot l'Ancien, le directeur de la Haute-École, meurt et les complots se multiplient : marchands rêvant de pouvoir politique, soldats amers, paysans appauvris, magiciens asservis.
    Hérus Tork, qui intrigue pour succéder à Mérot, achève sa patrouille annuelle à la recherche des magiciens cachés. Lors de sa dernière halte il capture Raoul des Crapauds, le fils d'un boulanger, mais ne repère pas Ian qui décide de partir à la capitale à la recherche des magiciens clandestins...

    Intrigues de cour, magiciens d'une puissance inouïe, personnages engagés pour un monde meilleur, Haute-École est un livre d'action et d'émotions intenses.

    « Récit à voix multiples, cette quête désespérée des magiciens libres nous est contée avec une plume d'une simplicité et d'une sensibilité rarement atteintes dans ce genre littéraire. » - Le Cafard cosmique

  • Aralorn est une mercenaire changeforme... Elle doit rentrer chez elle après dix ans d'absence et dans les pires circonstances : son père, le Lion de Lambshold, est décédé. Quand Aralorn et Loup se présentent au château, leur magie révèle un mystère aussi merveilleux qu'inquiétant : en dépit des apparences, le Lion n'est pas mort, un sort le maintient inanimé.
    La jeune femme parviendra-t-elle à conjurer cette sorcellerie et à découvrir qui en est responsable ? Ou succombera-t-elle à la plus noire des magies ?

  • Aralorn est une changeforme qui a délaissé les privilèges d'une noble naissance pour une vie d'espionnage et d'aventures. Elle a croisé Loup au cours d'une mission et tous deux sont devenus d'inséparables amis, car elle sait qu'il dissimule sa véritable nature sous son apparence animale. Mais des circonstances dramatiques vont l'amener à se poser encore plus de questions sur son énigmatique compagnon et sur l'ampleur de ses pouvoirs.
    Quant à lui, il fera tout pour protéger Aralorn du danger mortel qui la guette, quitte à se dévoiler, quitte à mettre sa vie et son âme en péril.

  • Les traîtres

    Giancarlo De Cataldo

    1844 : dans la péninsule italienne partagée entre le royaume de Sardaigne et du Piémont, les provinces du Nord aux mains des Autrichiens, le centre occupé par les États du pape et le Sud, Sicile comprise, sous la férule réactionnaire des Bourbons de Naples, un désir d'unification et de démocratie monte de toute la société. Cette année-là, en Calabre, une expédition de partisans se heurte à l'indifférence des paysans qu'ils voulaient soulever, à la répression bourbonienne et à la trahison du bandit Calabrotto.
    Le jeune Lorenzo di Vallelaura, noble vénitien déserteur de l'armée autrichienne, arrache au bûcher Striga, une sorcière muette, génie des nombres qui sera pour toujours son ombre bienfaisante. Face au peloton d'exécution, Lorenzo accepte de devenir un traître à la solde de l'Empire austro-hongrois.
    Plus tard, à Londres, placé auprès de Mazzini, l'un des trois futurs pères de la patrie italienne, il sera mêlé à un demi-siècle d'intrigues entre puissances européennes, marqué par des attentats, des complots et des soulèvements aux quatre coins de la Botte.
    Face à lui, Von Aschenbach, chef des services secrets autrichiens, homosexuel tourmenté, et son homologue piémontais Vittorelli, cynique pourtant fasciné par l'autre grande figure du Risorgimento, Cavour.
    Autour de lui, Striga, qu'il retrouve aux côtés de Terra di Nessuno, l'héroïque guerrier sarde, et toute une société londonienne extravagante et géniale, le peintre Rossetti, l'aristocrate exténué Chatam et la très belle et très désirée lady Cosgrave, ardente adepte de la Cause. Le chemin de Lorenzo et des autres croisera aussi bien celui de Garibaldi que ceux de mafieux, de camorristes, de bandits anglais et de terroristes français.
    Tandis que dans les coulisses agissent Karl Marx, Victor Emmanuel II ou Napoléon III, nous sommes transportés de révolutions en réceptions somptueuses, de tavernes milanaises en sordides prisons napolitaines, des rues de Palerme en flammes aux chais du marsala, des bordels anglais aux ghettos de Rome et aux laboratoires où s'inventent les premières machines à calculer.
    Faisant ici montre d'une puissance créatrice qui le porte encore plus loin que son chef-d'oeuvre Romanzo criminale, Giancarlo De Cataldo brasse les langues, les dialectes, les saveurs, les légendes et les chansons pour nous restituer horreurs et splendeurs d'une époque encore en résonnance profonde avec la nôtre.
    Maniant l'ironie de l'essayiste et la science du feuilletoniste, il sait nous attacher aux destins individuels d'une nuée de personnages, historiques ou romanesques, à leurs ambiguïtés, leurs vilénies et leurs grandeurs, jusqu'à leurs fins amères, absurdes ou apaisées.
    À travers eux, nous assistons à la naissance de cette grande nation moderne, l'Italie, accouchée par les complots de politiciens, de terroristes et de mafieux.

  • Seule votre meilleure amie peut vous protéger de vos ennemis...Saint-Vladimir est un lycée privé hors du commun : à l'abri des regards indiscrets, de jeunes vampires y apprennent la magie. Rose Hathaway est une dhampir et elle doit assurer la protection de sa meilleure amie Lissa, princesse moroï.Menacées au sein même de l'Academy, Lissa et Rose ont fugué ensemble, mais ont été ramenées de force derrière les hautes portes de Saint-Vladimir. Entre intrigues machiavéliques, rituels nocturnes inavouables et amours interdites, elles doivent rester sur leurs gardes : les Strigoï, vampires immortels et ennemis jurés des Moroï, pourraient bien faire de Lissa l'une d'entre eux pour l'éternité.Vampire Academy est un phénomène international, traduit dans plus de trente langues et bientôt au cinéma!« Une série captivante, passionnante, qui va séduire les adolescents par ses multiples rebondissements ; et il y a juste assez de romantisme pour qu'elle plaise aussi aux adultes. » lovevampires.com« Vampire Academy a tout : de l'action, de la romance,de jeunes vampires attirants et même des vampires maléfiques pour ceux qui aiment les classiques du genre. » vampires.com

  • Perdre sa meilleure amie ou perdre celui qu'on aime.Pour Rose, l'heure de vérité approche. L'entraînement est de plus en plus difficile et ses cauchemars l'empêchent de dormir. Est-ce un effet secondaire du lien qu'elle partage avec son amie Lissa ou est-elle en train de devenir folle ? Alors qu'elle fait de son mieux pour remplir les missions que lui assignent ses professeurs, la jeune fille doit surmonter le plus terrible des dilemmes : les Strigoï menacent l'école et protéger sa meilleure amie doit être sa priorité... quitte à perdre ce qu'elle a de plus précieux.Vampire Academy est un phénomène international, traduit dans plus de trente langues et bientôt au cinéma!« Des romans qui se sont arrachés à des millions d'exemplaires et qui ont fait le tour du monde. »M, Le Monde Magazine«L'intrigue est originale, les personnages attachants et complexes : on attend la suite avec impatience ! » Lecture Jeune


  • Comment trouver le courage de tuer celui qu'on aime ?

    Le monde de Rose a basculé lors de la dernière attaque meurtrière contre l'académie : Dimitri s'est fait enlever par les Strigoï. Or Rose lui a juré qu'elle le tuerait plutôt que de le laisser devenir l'un de ces êtres cruels et sanguinaires. Elle va devoir abandonner sa meilleure amie Lissa et partir à la recherche de Dimitri pour honorer sa promesse.

    Vampire Academy est un phénomène international, traduit dans plus de trente langues et adapté au cinéma !

    « Des romans qui se sont arrachés à des millions d'exemplaires et qui ont fait le tour du monde. » M, Le Monde Magazine
    «L'intrigue est originale, les personnages attachants et complexes : on attend la suite avec impatience ! » Lecture Jeune

  • Au XVIIIe siècle, la noblesse française comme l'aristocratie, minorité ô combien plus « médiatisée », sont perçues comme décadentes par la grande majorité du peuple de France. Rongée par les dissensions internes, minée par les rumeurs et les scandales, contestée dans sa légitimité à revendiquer une supériorité sociale, la noblesse paraissait au plus grand nombre indigne de sa vocation à servir le royaume. Elle vivait alors la clôture d'un cycle, dont 1789 ne serait que l'ultime conséquence. En somme, et l'image perdure jusqu'à nos jours, la noblesse, en dérogeant à l'honneur, aurait perdu sa raison d'être.

    Mais y avait-il, dans les faits, une inconscience collective de la noblesse ? Pour démêler le vrai du faux, Fadi El Hage retrace son histoire au XVIIIe, dans toutes ces composantes, de l'aristocratie versaillaise aux vieilles familles prestigieuses mais désargentées, sans oublier la noblesse de robe. Fondé sur une relecture des sources et l'étude de documents inédits, cet essai novateur invite le lecteur à s'interroger sur la place et le rôle d'une noblesse victime autant de fantasmes que de l'image sociale et morale qu'elle renvoyait au public.

  • Les princes de Condé, cousins des rois Bourbons, appartenaient à une lignée de gentilshommes malcontents, où se perpétuaient l'insubordination et le devoir de résistance au souverain. Coutumiers des prises d'armes spectaculaires, ils s'inclinèrent pourtant, après la Fronde, devant la toute-puissance du Roi-Soleil. Aussi le sort de la maison princière parut-il emblématique de celui d'une haute noblesse tombée tout entière "de révolte en servitude". Au-delà de cette image des grands fauves domestiqués, Katia Béguin révèle les motifs de la lente conversion des Condé à l'obéissance, entre le ministériat de Richelieu et le crépuscule du règne de Louis XIV. À la lumière d'archives inédites, elle réexamine les fondements de la puissance d'une famille illustre, en un temps où l'affermissement de l'autorité du roi paraît anéantir toute forme d'influence et de prestige rivale.

  • Sang maudit

    Ange


    Belleville ou Versailles ?

    Angie, dix-sept ans, vient de décrocher son bac dans le quartier populaire parisien de Belleville, avec ses amis Clémence et Matt. C'est alors que deux événements vont faire basculer sa vie... Victime d'une agression étrange dans le métro, Angie découvre que cet incident n'est pas le fruit du hasard.
    Puis sa mère lui rend visite après plusieurs d'années d'absence : la duchesse de Noailles a décidé qu'il était temps pour sa fille, Angélique de Noailles, de faire son entrée à la Cour du roi Louis XXIV au château de Versailles.Par curiosité plus que par devoir, et en dépit de son mépris pour la noblesse décadente, Angie obéit à sa mère et s'initie aux intrigues sombres des salons royaux.

    Pendant ce temps, aux informations, dans une France où la Révolution française n'a jamais eu lieu, on raconte qu'une épidémie mystérieuse décime la population...

  • Diane, petite fille de la noblesse, est rejetée par ses parents qui la placent chez son grand-père à la campagne. Elle grandit avec les autres enfants du village et se lie d'amitié avec François, le fils du chapelier. Cette amitié enfantine se transforme avec le temps en fort attachement puis en amour. Mais la famille de Diane fera tout pour empêcher cette mésalliance.

  • Maison souveraine du Saint-Empire, comportant des branches en Belgique, en Allemagne, en France et en Autriche, la famille d'Arenberg est un observatoire de l'aristocratie du gotha au XIXe siècle. Dans une époque marquée par les révolutions en tous genres, confrontée à la marginalisation de la propriété foncière, aux concurrences bourgeoises et à la démocratisation de la vie politique, l'aristocratie se voit imposer la réinvention de modèles économiques et sociaux. En réponse, les Arenberg développent de nouvelles stratégies, s'inscrivant dans des contextes nationaux et régionaux qui offrent des opportunités inégales et supposent une adaptation permanente des modalités de domination sociale.
    Toutes les échelles d'analyse ont ici été envisagées, dans le cadre d'une périodisation fine et de l'exploitation d'archives privées inédites. La dimension transnationale apparaît notamment cruciale, car les Arenberg se caractérisent par un ultramontanisme militant, un engagement colonialiste et des pratiques socioculturelles qui attestent une maîtrise singulière et précoce de l'espace et du temps.

empty