• Où en est aujourd'hui, le Cambodge, après le 17 avril 1975, date de la victoire des révolutionnaires khmères ? Témoin oculaire de la prise de Phnom Penh, François Ponchaud nous en fait revivre les péripéties : entrée des révolutionnaires, exode forcé de toute la population. Il évoque ensuite la prise du pouvoir dans les provinces, la désertion des villes et des bourgades par un peuple livré de force au travail de production agricole. Par une analyse du discours officiel tenu par la radio, l'auteur décrypte les buts poursuivis par la révolution, l'organisation de la nouvelle société, la formation idéologique du peuple, la création d'une nouvelle culture. Par sa radicalité même, cette révolution comporte des traits spécifiques que l'auteur situe dans le contexte historico-social qui l'a vue naître, ainsi que dans l'histoire personnelle de ses leaders actuels. Révolution fascinante et terrifiante... L'expérience cambodgienne est un défi qui interpelle tout homme.

  • 1945-1990. Presque un demi-siècle, qui commence par les premières explosions atomiques, qui s'achève sur l'évitement de l'apocalypse nucléaire - ce qui rassure, et sur la possibilité d'un désastre écologique - ce qui inquiète. Les transformations du monde ont adopté un rythme qu'aucune époque antérieure n'avait même envisagé d'imaginer. Quadruplement ou plus des niveaux de vie pour le « Nord » industrialisé, stagnation quand ce n'est pas effondrement complet pour le « Sud », avec, il est vrai, de notables exceptions. Autant de leçons que de promesses : le pire n'est pas fatal. De l'Europe à la Méditerranée, des États-Unis à l'Asie non-chinoise, la forêt touffue des événements n'interdit pas de dégager quelques magistrales pour aider à réunir les éléments de réponse aux fabuleuses interrogations qui se posent à l'aube, désormais imminente, du XXIe siècle.

  • La visibilité sociale dont jouissent les revendications des homosexuels peut donner l'impression à chacun de connaître l'homosexualité, ses modes, ses attitudes, ses manifestations festives, ses attentes, ses souffrances aussi. Mais si, aujourd'hui, la « cause homosexuelle », défendue depuis une trentaine d'années, bénéficie d'une certaine tolérance qui la rend légitime aux yeux de beaucoup, on ne saurait se satisfaire d'une image d'Épinal, plus ou moins colorée de préjugés. La pandémie de sida comme la libéralisation des moeurs sont sans doute passées par là... Cet ouvrage s'attache à porter un regard objectif qui rende compte de la réalité homosexuelle, en présentant à la fois ses dimensions sociales, culturelles et psychologiques.

  • Juif polonais, Abraham Léon fut d'abord sioniste de gauche, militant de l'Hachomer Hatzaïr, puis devient trotskyste au début de la IIe guerre mondiale, un des cadres de la IVe internationale. Il écrit le présent document en 1942, est arrêté en 1944 et meurt à Auschwitz. Ce texte historique très intéressant propose un point de vue marxiste sur la «question juive», bien sûr différent de celui du sionisme.

  • Une littérature écrite réelle et spécifique, mais peu connue, existe en Afrique depuis le début de l'ère chrétienne. Par A. Gérard, professeur émérite de l'Université de Liège, qui a longtemps été professeur à l'Université d'Elisabethville (Zaïre).

  • Mexico ne comptait pas, il y a un siècle, parmi les dix villes du monde les plus peuplées. En quelques décennies, phagocytant le reste du pays, Mexico n'a cessé de s'acheminer vers une monstruosité aujourd'hui sienne dans l'écriture, et s'est pétrifiée dans un chaos en marche. Le paradoxe est formidable. Dans la fiction, celle qui est devenue le chancre de l'Amérique répand sa décomposition. Faisant le vide autour d'elle, ces quarante dernières années, Mexico s'est dressée face à elle-même. La ville enferme le personnage dans un corps à corps de plus en plus menaçant, elle se consume et s'asphyxie dans sa démesure, d'un seul coup figée dans l'unicité d'un cataclysme en devenir. En cette présence monumentale et chaotique sourd, tout ensemble collectif et individuel, l'échec d'un monde avili par l'incurie et le mensonge. Mexico DF... une société s'égare dans une multiplicité de voix qui, loin d'être une richesse, exhale une touffeur confuse. Quarante années d'écriture ont donné deux naissances à Mexico : elle s'est découverte comme monstre de la seconde moitié du vingtième siècle et comme création de l'écrivain. En même temps qu'elle s'est affirmée dans son gigantisme, elle a fait de la parole, de l'écriture, un acte à l'échelle de sa démesure.

  • La construction de la Communauté européenne, qui se situe dans le cadre de l'Union depuis le traité de Maastricht, a trois dimensions : une dimension historique (elle a commencé il y a plus de quarante ans) ; une dimension géographique (née entre six États, elle devrait en compter quinze dès le 1er janvier 1995) ; enfin une dimension pluridisciplinaire. L'objectif de cet ouvrage est d'analyser la réalisation progressive et les multiples aspects de cette intégration économique. Pourquoi la protection douanière établie à l'origine n'a-t-elle plus de portée réelle ? Pourquoi les dépenses agricoles absorbent-elles encore plus de la moitié du budget général ? Pourquoi tous les États membres appliquent-ils la TVA, que seule la France pratiquait au départ ? Comment le premier plan d'Union économique et monétaire a échoué et que prévoit le second qui doit conduire à une monnaie unique, l'Ecu ? Pourquoi la Communauté s'est-elle dotée de politiques non prévues à l'origine (politique générale de R.D., politique de l'environnement, etc.) ? Quelles sont les relations de l'Union, première puissance commerciale mondiale, avec les pays tiers, tant développés qu'en voie de développement ? Bref aider à comprendre l'Europe économique telle qu'elle existe et ce qu'elle sera demain.

  • 267 cartes et schémas mis en scène par une analyse fouillée. Dans ce premier atlas géopolitique consacré à une région si sensible, Rafic Boustani et Philippe Fargues relèvent un défi. Ils brossent un tableau riche et expressif des bases économiques, sociales, démographiques et culturelles sur lesquelles s'inscrivent les bouleversements politiques de ce monde mal connu. De la Méditerranée à l'Océan Indien, du Maroc au Yémen, les pays arabes forment un bloc humain considérable ; un par la langue, mais multiple par l'histoire, les ressources, les formes sociales, l'organisation politique. Issus de découpages frontaliers souvent récents, mais dépositaires de vieilles cultures, ces états ne partagent pas tous la richesse pétrolière, l'insécurité alimentaire ou la puissance du nombre. Cet inventaire, allant des capacités d'irrigation à la diversité des médias, des dépenses publiques par étudiant à la pratique de la contraception, met en lumière des variations considérables d'un pays à l'autre, mais aussi une logique d'ensemble et de subtiles nuances que les occidentaux s'obstinent à gommer à coups de généralités. En révélant les facettes d'un monde passionnant, cet atlas affranchit le lecteur des stéréotypes, qu'ils soient de méfiance ou d'autosatisfaction, et lui offre des clefs pour comprendre l'avenir.

  • « Ah, saura-t-on jamais la vérité vraie ? »... Depuis des décennies, sinon des siècles, cette interrogation exprime le doute populaire face aux vérités successives, vérités officielles dont la seule fonction fut, si souvent, d'enterrer les dossiers brûlants, d'éluder les questions gênantes. Et pourtant, il y avait bien, il y a toujours une vérité vraie. La vérité. S'efforcer d'y atteindre, tel est le but, tel est le seul souci des auteurs dont nous réunissons les ouvrages dans une collection au titre volontairement provocant, titre qui se veut aussi une devise : La vérité Vraie. Vaste ambition, dira-t-on... Sans doute. Mais ambition réalisable quand la rigueur du chercheur, la sagacité du journaliste, la chaleur de l'écrivain, la sincérité de l'homme s'unissent pour aller jusqu'au bout d'un sujet, jusqu'au fond d'un problème. Les difficultés de toute enquête, l'impossibilité parfois d'être vraiment complet, nous entendons d'autant moins les dissimuler que les auteurs les font ici partager à leurs lecteurs. Ensemble ils vont. Ensemble ils avancent. Ensemble ils découvrent. Presque cinq siècles après Christophe Colomb (dont on n'oubliera pas la statue solitaire rencontrée par l'auteur sur une place vide d'un bas quartier de Chicago dont le chômage a fait un désert), c'est tout simplement à redécouvrir l'Amérique qu'Henri Alleg invite ici le lecteur. La redécouvrir en lui enlevant le masque des mythes qui en occultent aussi sûrement la réalité que les échafaudages dissimulent actuellement, dans le port de New York, une statue de la Liberté en réparation. Tenaces et combien trompeurs, ces mythes qu'entretient une incessante propagande sur « le modèle américain ». Pour y regarder de plus près, de très près, c'est en vivant chez l'habitant, chez des travailleurs et des chômeurs, chez des Blancs et des Noirs que, des mois durant, Henri Alleg a parcouru les États-Unis.... Des véritables ruines du Bronx aux marbres du Capitole, d'une Silicon Valley fort dissemblable de sa légende aux banlieues ouvrières de Detroit et Pittsburgh matraquées par les fermetures d'usines, du ranch de « J.-R. » aux mines de cuivre que creusent les « Chicanos » de l'Arizona, de « jogging » en « smurf » et de « clips » en « fast-food », on découvre ainsi que « l'univers impitoya-a-ble » de la chanson du feuilleton n'est pas l'apanage de Dallas. Ne pas être manichéen, dans un monde qui l'est, telle était bien la difficulté de la pénétrante entreprise d'Henri Alleg ; réussissant à nous faire regarder d'un oeil neuf ce pays-continent en crise mais aussi en viscérale mutation, il a pleinement réussi à la surmonter. Et c'est, avec S.O.S. AMERICA ! « une autre Amérique » que nous découvrons effectivement. Celle aussi de ceux dont on ne parle guère, celle des syndicalistes non corrompus et des pasteurs généreux, celle des militants des droits civiques et des communistes « made in USA », etc. Aussi bien le moindre paradoxe de ce livre « fascinating » n'est-il pas de nous faire mieux comprendre la France d'aujourd'hui, ce pays où tant de politiciens « branchés » et de « penseurs » à la mode s'efforcent de faire passer pour nouvelles des idées venues tout droit des surplus nord-américains.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Ce livre est une initiation à la démarche sociologique appliquée aux phénomènes politiques. Ni l'une ni l'autre de ces deux expressions ne sont claires par elles-mêmes. Il est nécessaire de les préciser sommairement au départ, d'abord pour délimiter ce dont on va traiter, ensuite pour aider le lecteur à se débarrasser des illusions du sens commun, qui sont très grandes dans ce domaine. Tout le monde ou presque croit savoir ce qu'est la société, objet de la sociologie, et la politique. Il faut absolument dépasser ce faux savoir si l'on veut aborder d'une façon scientifique les phénomènes sociaux en général et les phénomènes politiques en particulier.

  • La paternité contemporaine vit sous le signe de la rupture. Changements, évolutions, mutations... Ces processus caractérisent la paternité et les transmissions de père en fils. Et rien n'est simple et linéaire à comprendre et à vivre dans ce qui apparaît comme déchirure d'une robe longtemps sans couture visible. Comment les pères assument-ils leur fonction dans ces faisceaux culturels mouvants et inédits ? Des exodes ruro-urbains des années d'après guerre, à l'étude des familles de concubins et jusqu'à ces récentes recompositions familiales après divorce, la parole des pères a été recueillie dans des enquêtes de terrain ou au détour de psychanalyses. Si elle a permis d'entendre leurs incertitudes, leurs questionnements sur fond de déconstruction de la figure paternelle, elle a permis aussi de saisir le surgissement de nouveaux modes d'exercice de la paternité. N'y a-t-il pas en gestation, du côté des institutions et du côté des pères, bien au-delà des « nouveaux pères » ou des « papas-poules », la création d'un nouvel espace paternel ?

  • Les « Institutions politiques françaises » présentent les éléments essentiels d'une connaissance précise des conditions de fonctionnement de la Ve République. Issu d'un ouvrage préparé pour le Centre de formation professionnelle et de perfectionnement du ministère de l'Économie et des finances, ce volume est spécialement destiné à ceux qui préparent les concours de catégorie A. Tout en restant très concret et vivant, il fournit les références doctrinales indispensables et tient largement compte de la récente évolution du droit constitutionnel français, en particulier de la jurisprudence du Conseil constitutionnel.

  • Acte de brigandage, entreprise économique ou moyen politique, la piraterie est multiple et, sous des aspects très différents, elle se manifeste à toutes les époques et sur tous les continents, bien loin du type classique du pirate cher aux romans d'aventures. Des Barbaresques au drame des boat people, des flibustiers aux terroristes et aux radios-pirates, c'est un véritable phénomène que les points de vue d'une trentaine de spécialistes explorent ici dans sa totalité. Mais ces Vues sur la piraterie - analyses, récits ou témoignages - mettent en jeu d'autres approches qui touchent à l'histoire des marginalités, des médias ou des pratiques illicites, sans oublier, bien sûr, celle d'une grande légende.

  • Le tiers monde est - et sera longtemps encore - rural, malgré la forte urbanisation qu'il connaît depuis une vingtaine d'années : en l'an 2000, un habitant sur deux vivra dans les campagnes, et assurera l'alimentation des villes. C'est dire l'importance à venir des campagnes dans l'économie du tiers monde. Mais celui-ci est multiple : quoi de commun entre les zones désertiques du Sahel et la pampa argentine, entre les hauts plateaux andins et les rizières de l'Asie du Sud-Est, entre le Nord-Est brésilien et la Chine ? L'auteur connaît bien ces différentes situations, et mène dans ce livre une étude comparative et prospective des enjeux économiques, sociaux, culturels et environnementaux qui se nouent dans les campagnes. Deux réalités accablent ces continents : la pauvreté, sans cesse grandissante des paysanneries, et la fragilisation des solidarités villageoises. Jacques Chonchol propose, pour faire échec à la pauvreté, de revaloriser l'aspect rural, d'encourager une industrialisation appropriée aux campagnes et aux paysans, de favoriser l'émancipation des femmes qui sont à la base des cultures, de rétablir les nécessaires équilibres avec l'écosystème. Mais ces diverses propositions doivent être resituées dans leur contexte, et c'est pourquoi l'ouvrage effectue, chapitre après chapitre, un véritable tour du monde. Le déficit alimentaire, les problèmes fonciers, l'intervention de l'État, l'enseignement agricole, l'influence du modèle occidental de développement, les structures familiales, l'échange inégal ville/campagne, etc., différent d'une région à une autre. La ville, la modernité, la division internationale du travail, lancent de véritables défis aux communautés rurales. Les réponses sont à formuler et à mettre en oeuvre dès aujourd'hui.

  • Il a fallu attendre la deuxième moitié du XXe siècle pour que, dans la totalité des pays réputés avancés, la femme soit socialement reconnue comme un être humain à part entière. On éprouva même le besoin, il n'y a pas 20 ans, de créer en France un ministère pour elle, tant il apparut que cette reconnaissance n'allait pas de soi. Pourtant, surtout après la Seconde Guerre mondiale, les femmes sont entrées en masse sinon en force sur le marché du travail. Puis la pilule leur a donné la maîtrise de la maternité, tandis qu'une propagande féministe bien orchestrée les hissait sur le podium. La femme est ainsi devenue, théoriquement, l'égale de l'homme. Cependant, elle n'est là qu'en filigrane et sa personne, en réalité, n'occupe qu'un strapontin. Résistance sourde, mais ferme, des sociétés machistes où les leviers de commande, qu'ils soient politiques, économiques, syndicaux ou universitaires, sont dans la main des hommes. C'est finalement le volontarisme qui, à la force du poignet, dévoile l'évidence : la femme est un être digne et responsable. Mais le volontarisme peut-il changer les comportements fondamentaux ? Peut-il vraiment transformer la sexualité ? Tout ou presque, dans notre vie, passe par ce filtre biologique. Dès lors, l'homme et la femme apparaissent comme essentiellement complémentaires donc, ipso facto, différents. Le reconnaître permet de donner à l'un et à l'autre une place correspondant, sans jugements de valeurs ni vanités, à leurs différences. Car ce sont elles, ces différences complémentaires, qui fondent la féminité et la masculinité, c'est-à-dire le dialogue sexuel. Vouloir les réduire ou les opposer n'a pas de sens : nous sommes comme la serrure et la clé.

  • Comme dans les deux volumes précédents, ce tome III de La France ouvrière étudie conjointement l'histoire de la classe ouvrière et des mouvements, organisations, et représentations qui en sont issus. Cette histoire globale est sans précédent, surtout sur le long terme, plus de deux siècles. La période ici étudiée (1968-1993) est marquée par de grandes mutations, voire des bouleversements technologiques, économiques, sociaux, politiques, culturels. Ces vingt-cinq ans de remise en cause des valeurs et des certitudes, s'achèvent-ils, comme certains l'affirment d'un ton tranchant, avec la fin de la classe ouvrière et du mouvement ouvrier ? Les auteurs, avec une problématique largement ouverte, apportent à ces questions des réponses dialectiques et nuancées, qui éclairent la complexité d'une réalité ô combien mouvante. Par là, ils aident la classe ouvrière et le salariat à écrire leur présent et à forger leur avenir. Cet ouvrage, dirigé par Claude Willard, réunit quelques-uns des meilleurs spécialistes de la période, et s'adresse tant aux historiens, étudiants, qu'aux militants syndicaux, politiques, associatifs, qui ont besoin de connaître leur passé, pour comprendre l'histoire en train de se faire.

  • Les retards et troubles de l'intelligence de l'enfant doivent aujourd'hui être envisagés à partir d'approches multiples et de conceptions ouvertes qui permettent une véritable intégration des données issues de tous les champs de connaissance. Il faut reconnaître la variété des organisations qu'on peut individualiser car certaines sont encore mobilisables dans un processus évolutif accessible à la mise en oeuvre des mesures préventives et curatives. Dans tous les cas, y compris les plus graves, on doit intervenir tôt, de la manière la mieux adaptée. Au-delà des découpages administratifs et des clivages artificiels entre malades et handicapés, l'essentiel réside dans la qualité de l'étayage, l'adaptation des supports éducatifs et pédagogiques, la modulation des mesures de soins. La coordination de ces actions permet de développer, pour chaque enfant, un projet individualisé. Cet ouvrage représente la mise en commun des connaissances de trois auteurs qui ont une grande expérience depuis longtemps reconnue sur le sujet. L'historique de cette notion, la manière dont ce sujet est appréhendé par l'opinion publique et les scientifiques, l'épidémiologie, les causes, la clinique sont précisément décrits. La découverte du handicap et son annonce, les interventions auprès de l'enfant, mais aussi de sa famille et de son entourage, aux divers âges de son développement, sont bien indiquées. Les renseignements administratifs sont regroupés dans les annexes à la fin de l'ouvrage, ainsi qu'une bibliographie très complète. Cet ouvrage de référence, novateur, rédigé dans un langage clair, rendra donc de grands services aux psychiatres, pédiatres, psychologues, éducateurs et rééducateurs, responsables administratifs, et à tous ceux qui veulent aider ces enfants. Ils y trouveront les réponses les plus actuelles à toutes leurs questions.

  • De 1945 à la fin des années quatre-vingt, la course aux armements n'a cessé de développer ses effets funestes pour la stabilité mondiale. Une course aux quantités mais aussi à la diversification et à la qualité des systèmes d'armes. Initialement limitée à la dimension Est-Ouest, la course aux armements s'est progressivement propagée à l'ensemble beaucoup plus chaotique et incertain des nations du tiers monde. Depuis 1987, l'URSS et les États-Unis se sont engagés dans un processus de désarmement qui paraît porter ses fruits. Alors que tous les efforts antérieurs en la matière avaient été voués à l'échec. D'où la course aux armements tire-t-elle sa consistance et comment a-t-elle évolué depuis le second conflit mondial ? Quels en sont les enjeux ? Quels sont ses rapports avec les diverses stratégies militaires ? Pourquoi le concept de désarmement bénéficie-t-il aujourd'hui d'une crédibilité plus grande que naguère ? C'est à une approche globale et méthodique de cet univers enchevêtré où la course aux armements réagit non seulement sur les stratégies militaires mais aussi sur la logique même du désarmement que nous convient les auteurs. Spécialistes du sujet, Georges Ayache et Alain Demant ont travaillé pour le compte de plusieurs organismes et institutions réputés (IFRI, Harvard, FEDN).

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • En 1960, à vingt-cinq ans, Jean Thibaudeau publie son premier roman, aux éditions de Minuit. A cette occasion, il entre par hasard et plutôt malgré lui au comité de rédaction d'une nouvelle revue, Tel Quel, que viennent de fonder, au Seuil, Jean-Edern Hallier, Philippe Sollers et quelques-uns de leurs amis. Il en sortira volontairement en 1971. Point de vue tout personnel sur (peut-être) l'unique et la dernière de nos « avant-gardes » littéraires depuis le surréalisme. Récit, examen, notes, remarques, documents, explications de texte.

  • Voici réunis et étudiés les éléments du phénomène sectaire : des organisations riches, puissantes et habiles répondent aux besoins spirituels et religieux d'une jeunesse révoltée et éprise d'idéal ; des parents désarçonnés, parfois harcelés dans leurs propres convictions, leur système de valeurs, leur idéologie politique ou religieuse ; des jeunes, souvent parmi les meilleurs, qui abandonnent famille, études ou carrière, pour suivre le gourou qui leur apporte sa vérité. Des sectes anciennes, comme les Mormons, les Adventistes, les Témoins de Jéhovah se renouvellent malgré l'offensive efficace des dernières venues d'Asie ou d'Amérique, comme les Enfants de Dieu, les Dévôts de Krishna ou les Moonistes. Comment expliquer ce succès des sectes ? Pourquoi les jeunes se livrent-ils corps et âme, apparemment sans résistance ? Et que cherchent les dirigeants des sectes ? Le pouvoir personnel ? L'argent ? La domination politique ? Et comment arrivent-ils à leurs fins ? Drogues ? Viol psychique ? Lavage de cerveau ? Alain Woodrow, chroniqueur religieux au Monde, répond à ces questions en démontant les mécanismes des principales sectes.

  • Au sommaire : l'institut Tavistock ; Intervenir face aux paradoxes de l'organisation et aux dérobades de l'idéal ; Un dispositif d'expression et de communication de longue durée en entreprise (1987-1998) ; Psychanalyse et sociopsychanalyse ; L'organisation prise dans le symbolique ; Ruptures multiples et processus d'exclusion ; L'identité juive après Auschwitz...

empty