• Clandestine

    Marie Jalowicz Simon

    « Tu sors sans étoile ? me demanda l'oncle Léo, indigné.
    - Oui, je suis venue vous dire au revoir. J'irai ensuite voir Recha, répliquai-je.
    - Tu peux t'en dispenser. Ils l'ont emmenée, dit-il sèchement. Tu nous déranges. Nous n'avons pas le temps. Mes soeurs sont occupées à préparer notre déportation. Elle est imminente.
    - Excuse-moi. Je ne vais pas vous retenir longtemps. Je voulais seulement vous dire au revoir.
    - Qu'est-ce que tu t'imagines en ne répondant pas aux convocations ?
    - Je veux survivre. »

  • De l'étoile jaune au drapeau rouge : l'étoile jaune, c'est celle qu'en 1942 Albert Wilkowsky, son frère Henri, et leurs parents, des Juifs polonais émigrés en France en 1933, vont être contraints de porter. Le drapeau rouge, c'est celui du Parti communiste français, auquel l'auteur va finir par adhérer en 1958. De l'étoile jaune au drapeau rouge est le récit de la vie d'un enfant et d'un adolescent « pas comme les autres ». Une vie marquée par une terrible épreuve : la disparition des parents, pris dans la « rafle du Vel d'Hiv », le 16 juillet 1942. Une vie clandestine ensuite, ballottée de familles d'accueil en orphelinats, traversée parfois de chaleureuses rencontres, et toujours remplie de l'espoir de retrouver les parents disparus. Et puis, en 1945, l'affreuse certitude : ceux-ci sont morts à Auschwitz. Malgré cette inguérissable blessure, la vie continue pour Albert, soutenue désormais par le désir de lutter contre les injustices, puis par l'engagement politique ; enfin, plus tard, par la conviction qu'il faut témoigner, pour ne jamais oublier. C'est ce qu'a fait Albert Wilkowsky dans ce livre, avec beaucoup de pudeur et d'émotion contenue, sans vouloir donner d'autre leçon que celle de la fidélité et de la dignité.

empty