• Kelt est un diseur de mots, un barde qui possède le don parfois très encombrant de n'énoncer que la vérité. Ses prédictions se révèlent toujours exactes, car son verbe a le pouvoir de faire advenir les choses, aussi n'en use-t-il qu'avec une extrême prudence. Par un concours de circonstances, il se retrouve sur les routes flanqué d'un compagnon de fortune, Hoggni, attachant colosse avec qui il part enquêter dans le royaume voisin sur les agissements d'une secte pour le moins inquiétante...

  • La lyre et le glaive t.2 ; la lyre et le glaive Nouv.

    La guerre éclate enfin entre les partisans de l'Unique, emmenés par Kredfast et Élhyora, et ceux de l'Axe-divin, guidés par Eilkin et Oddi. Les canons tonnent et abreuvent la terre du sang de nombreux innocents. Hòggni et Varka cherchent à fuir les combats, et plus que tout à mettre à l'abri Kélia, la fille de Kelt. Celle-ci n'a pas hérité du don de son père, mais elle est une danseuse de corde, une magicienne de l'équilibre qui sera amenée à jouer malgré elle un rôle décisif dans le basculement du monde...

  • Si Kélia n'a pas hérité du don de son père, diseur de mots, elle se découvre très tôt un autre talent :
    Elle sera danseuse de corde. Or, défier les lois de l'équilibre peut se révéler plus risqué qu'on le croie. Tout dépend où aboutit la corde sur laquelle on marche, et de la notion qu'on a de l'équilibre, quand tout se révèle instable.
    C'est ainsi que Kélia sera amenée à jouer un rôle décisif dans la bataille qui opposent les adeptes des anciens dieux aux partisans de l'Unique. Pourtant, elle ne demandait rien d'autre qu'un peu de bonheur auprès de la personne dont elle s'est éprise, comme toutes les jeunes filles de son âge. Mais il est vrai que toutes ne choisissent pas pour amant un dieu de l'Axe-divin.
    Suite et fin d'une série majeure de fantasy, récompensée par le prix elbakin 2019.

  • Depuis l'accession au pouvoir du hartl Skilf Oluf'ar, la paix règne et la commanderie du Solkstrand prospère.
    Lorsqu'on lui refuse le passage d'un pont parce qu'il ne peut s'acquitter du péage, Kelt prédit l'effondrement de la construction. Ainsi sont les diseurs de mots : ils possèdent de drôles de dons, jamais ils ne mentent et, affirme-t-on, leurs vérités ensorcellent.
    Arrêté et livré aux geôles du seigneur local, Kelt doit démontrer son innocence lors d'une ordalie. Hòggni, un mercenaire en mal de contrats, accepte de le représenter puis remporte le duel. Toutefois, vexé de sa défaite, le seigneur les missionne alors au Heldmark, où le culte d'un dieu unique se répand plus vite que la peste...

empty