• Le Voyage à travers le cinéma français que Bertrand Tavernier nous a offert au cinéma (sorti en salles le 12 octobre 2016) s'est avéré trop court pour lui permettre de nous emmener à la rencontre de tous les cinéastes, de tous les films des années 30 aux années 70 qu'il voulait encore partager avec nous. C'est pourquoi, il nous propose ces nouveaux rendezvous avec lesquels nous partirons à la rencontre de René Clément, Henri-Georges Clouzot, Julien Duvivier, Henri Decoin, des femmes réalisatrices à commencer par Jacqueline Audry, de Claude Autant-Lara dont on observera les aspirations féministes et contestataires, de cinéastes méconnus, oubliés, mais également des compositeurs qui ont fait de la musique de films française un art en soi, loin des canons d'Hollywood. Tout en fredonnant ces chansons dont nous ignorons qu'elles ont été écrites par les réalisateurs eux-mêmes. Ces huit voyages nous permettront également de découvrir - ou redécouvrir - Raymond Bernard, Jean Grémillon, Gilles Grangier (à qui Michel Audiard a servi quelques-unes de ses plus belles répliques), Marcel Pagnol, Sacha Guitry... Mais également ce qui unit Jacques Tati et Robert Bresson. De nous attacher aux parcours atypiques et émouvants de Pierre Chenal et Henri Calef qui a mis en scène un film avec pas moins de 40 personnages centraux ! De saluer José Giovanni, Éric Rohmer, Jacques Rouffio, ou encore découvrir enfin le premier film français en couleurs. Sans oublier ces "étrangers" qui ont, aussi, fait le cinéma français : les Russes des films Albatros, Anatole Litvak, Max Ophuls, ni occulter la période de l'Occupation.

  • Ce travail de citoyen et d'espion, d'explorateur et de peintre, de chroniqueur et d'aventurier qu'ont si bien décrit tant d'auteurs, de Casanova à Gilles Perrault, n'est-ce pas une belle définition du métier de cinéaste que l'on a envie d'appliquer à Renoir, à Becker, au Vigo de l'Atalante, à Duvivier, aussi bien qu'à Truffaut ou à Demy. À Max Ophuls et aussi à Bresson. Et à des metteurs en scène moins connus, Grangier, Gréville ou encore Sacha, qui, au détour d'une scène ou d'un film, illuminent une émotion, débusquent des vérités surprenantes. J'ai voulu que ce film soit un acte de gratitude envers tous ceux, cinéastes, scénaristes, acteurs et musiciens qui ont surgi dans ma vie.
    BERTRAND TAVERNIER

  • Le Voyage à travers le cinéma français que Bertrand Tavernier nous a offert au cinéma (sorti en salles le 12 octobre 2016) s'est avéré trop court pour lui permettre de nous emmener à la rencontre de tous les cinéastes, de tous les films des années 30 aux années 70 qu'il voulait encore partager avec nous. C'est pourquoi, il nous propose ces nouveaux rendezvous avec lesquels nous partirons à la rencontre de René Clément, Henri-Georges Clouzot, Julien Duvivier, Henri Decoin, des femmes réalisatrices à commencer par Jacqueline Audry, de Claude Autant-Lara dont on observera les aspirations féministes et contestataires, de cinéastes méconnus, oubliés, mais également des compositeurs qui ont fait de la musique de films française un art en soi, loin des canons d'Hollywood. Tout en fredonnant ces chansons dont nous ignorons qu'elles ont été écrites par les réalisateurs eux-mêmes. Ces huit voyages nous permettront également de découvrir - ou redécouvrir - Raymond Bernard, Jean Grémillon, Gilles Grangier (à qui Michel Audiard a servi quelques-unes de ses plus belles répliques), Marcel Pagnol, Sacha Guitry... Mais également ce qui unit Jacques Tati et Robert Bresson. De nous attacher aux parcours atypiques et émouvants de Pierre Chenal et Henri Calef qui a mis en scène un film avec pas moins de 40 personnages centraux ! De saluer José Giovanni, Éric Rohmer, Jacques Rouffio, ou encore découvrir enfin le premier film français en couleurs. Sans oublier ces "étrangers" qui ont, aussi, fait le cinéma français : les Russes des films Albatros, Anatole Litvak, Max Ophuls, ni occulter la période de l'Occupation.

  • Le Voyage à travers le cinéma français que Bertrand Tavernier nous a offert au cinéma (sorti en salles le 12 octobre 2016) s'est avéré trop court pour lui permettre de nous emmener à la rencontre de tous les cinéastes, de tous les films des années 30 aux années 70 qu'il voulait encore partager avec nous. C'est pourquoi, il nous propose ces nouveaux rendezvous avec lesquels nous partirons à la rencontre de René Clément, Henri-Georges Clouzot, Julien Duvivier, Henri Decoin, des femmes réalisatrices à commencer par Jacqueline Audry, de Claude Autant-Lara dont on observera les aspirations féministes et contestataires, de cinéastes méconnus, oubliés, mais également des compositeurs qui ont fait de la musique de films française un art en soi, loin des canons d'Hollywood. Tout en fredonnant ces chansons dont nous ignorons qu'elles ont été écrites par les réalisateurs eux-mêmes. Ces huit voyages nous permettront également de découvrir - ou redécouvrir - Raymond Bernard, Jean Grémillon, Gilles Grangier (à qui Michel Audiard a servi quelques-unes de ses plus belles répliques), Marcel Pagnol, Sacha Guitry... Mais également ce qui unit Jacques Tati et Robert Bresson. De nous attacher aux parcours atypiques et émouvants de Pierre Chenal et Henri Calef qui a mis en scène un film avec pas moins de 40 personnages centraux ! De saluer José Giovanni, Éric Rohmer, Jacques Rouffio, ou encore découvrir enfin le premier film français en couleurs. Sans oublier ces "étrangers" qui ont, aussi, fait le cinéma français : les Russes des films Albatros, Anatole Litvak, Max Ophuls, ni occulter la période de l'Occupation.

  • À l'occasion du 120e anniversaire du Cinématographe, l'Institut Lumière organise une exposition inédite dédiée aux inventions phares des pionniers lyonnais du cinéma, Louis et Auguste Lumière, dont l'histoire est intimement liée à Paris : la première séance publique payante fut ainsi organisée au Salon Indien du Grand Café le 28 décembre 1895, et les frères Lumière présentèrent les premiers films en 75 mm lors de l'Exposition Universelle de 1900 non loin du Grand Palais...

  • Compositeur, pianiste et chef d'orchestre, Lalo Schifrin est un véritable artiste du renouveau dont le talent a contribué de manière significative à l'écriture musicale du 20ème siècle. Bien que surtout connu pour sa musique pour le cinéma et la télévision, le compositeur et pianiste a également eu un impact historique dans le jazz et la musique classique. Ce documentaire retrace la vie de ce grand nom de la musique de films, auteur de plusieurs thèmes musicaux connus du monde entier comme celui de Mission Impossible ou celui de Dirty Harry. Ces musiques, aujourd'hui connues de tous, par ses compositions variées et multiculturelles, Lalo Schifrin est entré dans la légende...

  • Sautet nous donne une passionnante leçon de cinéma. A travers ses treize films, il raconte sa carrière et son travail de metteur en scène. A l'origine de ce projet, il y a l'enregistrement sonore par Nguyen Trung Binh et Dominique Rabourdin, de 17 heures d'entretiens avec Claude Sautet, pendant les quelques mois qui ont précédé sa disparition. Autour d'extraits de treize films qui constituent son oeuvre, les interventions de quelques-uns de ses proches répondent, comme un dialogue au propos du cinéaste. Le film propose ainsi un portrait vivant et complexe, à l'opposé de tout panégyrique et toute commémoration.

    Indisponible
empty