Versant Sud

  • L'arbre et l'oiseau Nouv.

    Un jeune arbre sort de terre, ne connaissant encore rien du monde. Une hirondelle se pose sur ses branches et raconte ses voyages à l'arbre, émerveillé par cet ailleurs. Les saisons passent et l'arbre grandit. Un écureuil se niche dans son tronc, y fonde une famille. Il reçoit les visites d'une chouette, d'un renard, d'un cerf. Ses branches s'étendent plus haut, ses racines s'approchent de celles d'autres arbres.
    Lorsque son hirondelle revient, c'est lui qui lui raconte la vie qui fourmille autour de lui.

  • Il était une fois une petite fille qu'on appelait le petit chaperon jaune. Mais non, rouge ! Tandis qu'elle se promenait dans la forêt, elle rencontra une girafe. Ou alors... un cheval ? Mais non, un loup ! Et il lui demanda : « Combien font six fois huit ? » En racontant cette histoire, papi s'est mélangé les pinceaux, et c'est parfait comme ça. Il ne faut pas forcément corriger toutes les erreurs : Gianni Rodari nous enseigne que, parfois, elles peuvent devenir une fantastique occasion d'inventer de nouvelles histoires...

  • Un jour de pluie, une fillette décide de jouer au foot à l'intérieur de chez elle, bien que ça lui soit interdit. Pas de chance, le ballon fait tomber un vase... et celui-ci se brise en mille morceaux. La fillette le sait : ce vase, c'est le préféré de sa maman. Celle-ci va-t-elle se fâcher ? La punir ? En découvrant la scène, sa mère lui propose plutôt de recoller les morceaux, un par un. Petit à petit, ce qui devait être une corvée plonge l'enfant dans une observation minutieuse des dessins du vase. Ceux-ci semblent lui raconter une histoire. Autour d'un accident du quotidien, ce récit sensible parle de la crainte de la colère, de culpabilité, et surtout de réparation.

  • André André André Nouv.

    C'est l'histoire de trois frères. Le premier s'appelle André. Le deuxième s'appelle André. Et le troisième s'appelle André. Quel cafouillage quand ils viennent tous les trois dès qu'on en appelle un ! Ou qu'ils répondent au téléphone alors que ce n'est pas pour eux ! Franchement, impossible de savoir qui est qui... Il va falloir prendre les choses en main. Cet album parle avec justesse et humour du fait de trouver sa place dans une fratrie.

  • Un piano atterrit dans le jardin de Filippa. Ca tombe bien, elle rêvait d'en jouer. Mais Anton l'âne voudrait l'utiliser comme comptoir à café et pâtisseries, tandis que Roupillon le chat s'y glisse pour faire une petite sieste. Non loin de là, un musicien se lamente : il a perdu son piano juste avant un concert. Coïncidence ? Sa rencontre fortuite avec Filippa devrait régler bien des problèmes...
    Découvrez l'univers coloré et dynamique de Filippa et ses copains, et leurs aventures riches en rebondissements.

  • Filippa et ses copains viennent assister à un spectacle de magie. Mais catastrophe, la magicienne a disparu ! En attendant qu'elle revienne, ils essaient d'amuser le public. De mauvaises blagues en faux tour de magie, ça ne marche pas vraiment. Jusqu'à ce que Filippa ait l'idée de mettre le chat dans l'armoire magique... et qu'il disparaisse pour de vrai ! Où est-il donc passé ? Heureusement, en trouvant un chapeau magique, ils arriveront à faire réapparaitre chat et magicienne, pour terminer le spectacle en beauté !

  • Lotta a presque cinq ans, maintenant. Elle est grande, désormais, et sait tout faire (enfin, plus ou moins). Elle s'habille toute seule, va acheter des bonbons toute seule, et est toujours prête à aider madame Berg, sa voisine âgée d'une grande patience, dans ses petits travaux quotidiens. Lotta sait skier et slalomer comme son frère Jonas (même si avec deux sacs à la main ce n'est pas si simple ...) et sait faire du vélo (même elle n'en a pas encore).
    Elle est très douée pour résoudre les problèmes les plus terribles - tels que la disparition soudaine des sapins de Noël des magasins ou une grave famine de bonbons - trouvant toujours des idées aussi curieuses qu'amusantes. Mais par-dessus tout, Lotta sait se faire aimer de tous et transforme chaque jour en fête. Sorti de la plume de l'impertinente Astrid Lindgren, un petit hymne à la liberté de l'enfance dans trois nouvelles aventures quotidiennes enjouées, tendres et fantaisistes.
    Des récits illuminés par les irrésistibles illustrations pleines de vivacité de Beatrice Alemagna.

  • Marcel et Odilon

    Noémie Favart

    Marcel et Odilon aiment manger des frites en écoutant la pluie chanter dans les tournesols. Leur amitié est racontée dans trois délicieuses histoires. Dans Les vacances de Marcel, on découvre la ville de Coxis, dont les habitants sont fascinés par la mode des carapaces à deux pois. Dans La course d'Odilon, le jeune escargot, fasciné par la course annuelle de la Grande Laitue, quitte ses parents pour y participer.
    Il se perd en chemin et fait la rencontre fortuite de Marcel, une coccinelle marginale qui vit dans une caravane. Le Poisson rouge nous raconte le passé d'Hypoline, grand-tante d'Odilon autrefois foraine, et la rénovation enthousiaste de son merveilleux carrousel. Pleins d'humour et de tendresse, ces trois récits font preuve d'inventivité, de fantaisie et de sensibilité. Les illustrations de Noémie Favart grouillent de détails amusants qui viennent enchanter la lecture du livre.

  • Il y a bien longtemps, sur une petite île perdue au coeur de l'océan, les animaux vivaient sans plumes ni écailles, sans poils ni fourrure. Madame Bouba, qui possédait certains pouvoirs, décida de leur offrir de beaux vêtements. Seuls manquèrent à l'appel Petit-Bernard et Grosse-Pince, deux crustacés insouciants qui chapardaient des noix de coco. Bien mal leur en prit... Ce malicieux récit, inspiré d'une légende traditionnelle kanak (Nouvelle-Calédonie), explique pourquoi le bernard-l'hermite revêt les habits des autres, et pourquoi le crabe de cocotier, honteux de sa nudité, se manifeste la nuit. Loïc Gaume propose une adaptation très contemporaine et graphique, axée sur une forme unique qui jalonne le livre et rappelle le côté originel, cyclique et intemporel du conte.

  • Lotta a quatre ans. Elle a un frère, Jonas, une soeur, Mia-Maria, et deux parents très patients. Et puis il y a Nounours, le cochon en peluche dont elle ne se sépare jamais, et sa charmante voisine, Mme Berg. Mais la petite Lotta a surtout beaucoup d'idées farfelues. Un jour, elle décide de s'en aller, car elle est maintenant assez grande pour vivre toute seule. Une autre fois, elle se plante sur un tas de fumier sous la pluie pour pousser très vite, comme les pommes de terre. Jamais à court d'espiègleries, elle dit des «presque gros mots», aime les beignets et la limonade, mais surtout les escapades et les câlins. Sorti de la plume de l'impertinente Astrid Lindgren, un petit hymne à la liberté de l'enfance dans 15 aventures quotidiennes enjouées, tendres et fantaisistes.
    Des récits illuminés par les irrésistibles illustrations pleines de vivacité de Beatrice Alemagna.

  • Après une triste conversation avec sa maman, une enfant part pour un long voyage semé d'embûches, un voyage imaginaire inspiré des éléments qui peuplent son quotidien. En chemin, elle récolte différents objets, à l'aide d'un filet à papillon : nuage, trompette ou diamant. De ceux-ci, elle fabrique quelque-chose de bien plus précieux encore. A son retour, elle est prête à redevenir elle-même. Ce récit qui nous entraîne aux tréfonds de l'inconscient et du rêve, sans qu'un seul mot ne soit nécessaire, nous parle de chagrin et d'impuissance, de fantaisie, de résilience et de réconciliation.
    Parfois, il faut partir loin pour revenir chez-soi plus fort.

  • Dans cet album, la Mort est un personnage bienveillant et attentionné. Son travail est d'aller chercher tous ceux qui vont mourir - vieux ou jeunes, insectes ou éléphants. Son rôle est indispensable parce que sans elle il n'y aurait pas assez de place pour que de nouvelles vies puissent voir le jour. La Mort accomplit sa tâche avec le plus de soin et de douceur possible. Elle fait partie de la vie, de l'amour et de nous tous.

  • Trois amies jouent dans une plaine de jeux. Elles vont très haut sur les balançoires. "Nous sont trop gentilles ! " se disent-elles, elles qui jouent avec tous les autres enfants. Enfin, tous sauf Carl. Il est toujours dans leurs pieds. Alors, quand elles s'achètent des tas de bonbons, pas question qu'il en ait un seul ! Il est vraiment stupide. En plus, il s'est installé dans la grande cabane, alors que c'est la leur ! Mais bon, comme elles sont trop gentilles, elles acceptent de jouer aux pirates avec lui.
    Il sera leur prisonnier ! Un album coloré au graphisme expressif et dynamique qui met en scène l'animosité qui existe parfois entre enfants, sans prendre parti. Il montre avec beaucoup de finesse les relations entre ces petits anges autour du bac à sable.

  • Tu t'appelleras lapin

    Marine Schneider

    Dans un village près d'une forêt vit Belette, une fillette de sept ans. Elle vit seule, c'est comme ça. Un jour, elle découvre un gigantesque lapin allongé au milieu du village. Il ne bouge pas. D'où vient-il ? Que fait-il là ? Personne ne le sait. Intriguée, Belette rassemble ses amis, moins téméraires qu'elle. Leurs parents les ramènent vite à la maison. Les adultes cherchent à se débarrasser de ce lapin gênant.
    Mais il est trop grand, trop lourd. Alors ils abandonnent le combat. La vie du village reprend son cours, et le lapin reste là. Les enfants en ont fait leur terrain de jeu. Belette, elle, en a fait son ami, malgré son silence. Jusqu'à ce que le lapin s'en aille une nuit, sans bruit, comme il était venu. Seule reste la trace de son corps sur le sol. Une fable qui parle la peur de l'inconnu et des différentes manières d'appréhender un événement étrange.

  • Le jardin de Monet

    Kaatje Vermeire

    A l'occasion d'une grande exposition au Musée d'Art de La Haye, Kaatje Vermeire s'est immergée dans la vie et l'oeuvre de Claude Monet pour réaliser un album d'hommage subtil et magistral. De son enfance jusqu'à la fin de sa vie, son existence est celle d'un homme ébloui par les couleurs et les lumières. Chez lui, pratique artistique et événements vécus sont inextricablement liés. Guidé par son regard de peintre, Monet a créé lui-même son jardin.
    Celui-ci fleurissait du printemps à l'automne, et ses eaux reflétaient sa beauté. Représenté dans des centaines de peintures, il devint le miroir de l'âme du peintre. Un documentaire narratif d'une grande poésie, qui plonge au coeur de l'oeuvre d'un artiste universellement admiré.

  • Dans cet album, la Vie est un personnage bienveillant et attentionné. Elle est dans tout ce qui nous entoure. Au fil des pages, elle raconte sa tâche : mettre le monde en place et en mouvement, planter les graines, les arroser, placer sa main sur le ventre des futures mères. Ce qu'elle préfère, c'est donner aux gens force et espoir.
    Ce livre célèbre la vie et la terre sur laquelle nous vivons. Il invite à être en harmonie avec la nature, les animaux et les humains. Les magnifiques illustrations de Marine Schneider rendent toutes les nuances de la vie, et embarquent le lecteur dans un voyage intense et coloré.
    Je suis la Vie fait partie d'un triptyque avec Je suis la Mort et Je suis le Clown. Ensemble, ils répondent à des questions fondamentales d'une manière aussi belle que poétique. De vrais livres « de fonds », sincères et empreints d'une grande douceur.

  • Dans une ville en hiver, Sébastien se prépare à passer la nuit dehors. Il se fait un abri de carton. Une fois endormi, une forme sort de son corps : c'est l'ours Bastien. Cet ours, c'est le rêve de Sébastien, sa chaleur partie faire un tour. En vadrouille, à la recherche de nourriture, l'ours rencontre d'autres marginaux : une dame et ses chiens, un violoniste... Bastien rêve aux temps anciens où les forêts régnaient à la place des villes.
    Il rejoint Sébastien, le sans-abri, et le recouvre de son corps chaud. Un album subtil et juste, qui traite d'une façon inattendue des laissés pour compte. A la lisière du réalisme magique, loin de tout propos moralisateur, l'ouvrage fait la part belle à ses personnages, ainsi qu'à l'onirisme.

  • Plus de place !

    Loïc Gaume

    Il fait un froid de canard. Par chance, un bonnet est tombé dans la neige. De quoi se mettre à l'abri ! Une souris s'y faufile, suivie d'une grenouille, une chouette, un lapin, un renard, un sanglier et un ours. "Plus de place ! " s'exclament les animaux au fur et à mesure que le bonnet se remplit. L'arrivée d'une minuscule fourmi fait exploser le bonnet et déclenche la colère des animaux. Mais est-elle la seule coupable ? Avec ce petit album très graphique, Loïc Gaume joue sur les notions de taille, d'accumulation, de disparition, mais aussi et avec les expressions animalières.
    Il invite les enfants à s'amuser avec le langage, les formes et les couleurs.

  • Zuri a perdu son chapeau. Dans la jungle ! Où est-il ? Parmi les noix de coco ? Sous le bananier ? Derrière le tigre ? Ce ravissant petit album adressé aux enfants de 18 mois à trois ans se déroule comme une joyeuse farandole. Il mêle l'univers familier de la maison à celui, plus mystérieux et exotique, de la jungle. Les éléments du quotidien, coussins, banquette ou baignoire, se transforment grâce à l'imagination de Zuri et deviennent noix de coco, tigre et mare à crocodiles.
    Et ce fameux chapeau ? Il n'était pas très loin : Zuri le portait sur sa tête depuis le début !

  • Tilly sait ce que c'est d'être Tilly, mais elle se demande comment c'est d'être quelqu'un d'autre. Chez sa copine P'tite Puce, on peut enlever tous les coussins du canapé et manger des chips par terre. Mais chez Simon, on entend le tic-tac de l'horloge et sa maman dit que la vie ça n'est pas toujours drôle. Son ami Boris, lui, n'a jamais de collation dans son sac ni son maillot quand ils vont à la piscine.
    Chez Freddie, il y a toujours plein de monde, ça n'est jamais tranquille. Qu'est-ce que ça fait d'être le monsieur qui est assis dans la rue ? Pourquoi on ne lui donne pas d'argent ? Tilly s'interroge. Et tout ce qu'elle croyait normal semble remis en cause quand elle observe comment vivent les autres. A hauteur d'enfant, ce livre pose des questions sur nos modes de vie, la solidarité, la différence.
    Un album drôle et social, qui aborde des sujets importants avec beaucoup de finesse et de sensibilité.

  • D'une grande ville à un petit village en bord de mer. Quitter sa ville, sa maison et tous ses copains, voilà qui n'enchante pas Lola. Surtout pour aller habiter dans un village perdu en bord de mer, où rien ne lui plait. À l'école, personne ne lui parle : c'est comme si elle n'existait pas. Au village, il n'y a rien d'intéressant à faire. Pour tromper son ennui, Lola observe la mer à travers ses jumelles : elle guette les mouvements du port et les changements du paysage. La mer chahute, chuchote, alors à son tour Lola lui raconte ses secrets. Intriguée par les mystères du large, Lola demande à sa mère de l'embarquer pour sa tournée : celle-ci est factrice et livre le courrier en bateau aux habitants des îles voisines. Ce jour-là, Lola découvre un monde inconnu et surprenant : elle rencontre un marin, des pêcheuses de coquillages, le gardien du phare et un constructeur de bateau. Tous lui offriront un objet (une boussole, un petit bateau...) et Lola, riche de ces trésors, s'émerveille de ce que la mer peut offrir. Le lendemain, ce seront ses camarades qui s'en étonneront, suggérant un lien naissant entre Lola et les autres enfants. Un livre sur le déracinement, la solitude, la peur de l'inconnu qui prend place dans un décor magnifique inspiré des mers nordiques.

  • De l'Egypte ancienne à nos jours, des familles fuient la guerre, la famine ou la terreur. A travers le temps, de pays en pays, l'histoire se répète. Celle de l'humanité. Un album simple et puissant qui raconte le sort des réfugiés à une époque où, plus que jamais, nous avons besoin d'entraide et de fraternité.

  • Pour son anniversaire, Matteo a reçu deux cadeaux : un ballon de foot et un cochon. Le cochon s'appelle Vasco. C'est le plus beau jour de leur vie, à tous les deux. Matteo et Vasco mangent ensemble, gruinent ensemble, regardent la télé ensemble. Mais, malheureusement, Vasco n'y connait rien au football. Ni en attaque, ni en défense. "Ce n'est pas grave" , lui dit Matteo. Mais où trouvera-t-il un adversaire ? Vasco accompagne Matteo dans sa quête, avant de se découvrir un talent étonnant.
    Les illustrations d'Alain Verster apportent une atmosphère unique à cette adorable histoire d'amitié et de tir au but.

  • Miette

    Nina Nordal Ronne

    Les ciseaux fabriquent une petite fille de papier. C'est Mariette, et sa jolie robe blanche. Sur la table à côté d'elle, se trouvent des tas de morceaux, de petits bouts qu'on jette. Rien d'intéressant là-dedans...

empty