Tangerine Nights

  • Yanis habite au numéro 12 du boulevard du front de mer à Oran. Le lendemain de l'anniversaire qui célèbre ses 7 ans, il quitte l'Algérie pour suivre son père dans un exil économique vers la France. Yanis trouve rapidement sa place dans sa nouvelle vie, mais quelque chose d'invisible le relie à sa terre d'enfance... Une mystérieuse odeur de couscous le hante !

  • Inspiré librement de la vie d'une Algérienne. Mariée à seize ans, Yasmina doit accepter la domination de Mohand. Lorsqu'il la trahit, saura-t-elle enfin faire entendre sa voix ? Derrière le portrait de yasmina, se dessine peut-être celui de toutes les femmes... Préface de Nils Andersson.

  • Sur la côte marocaine, Malika mène la vie studieuse et enjouée d'une jeune adolescente. Mais vient l'âge où le corps se transforme et bientôt une pluie d'interdits déferle sur les couleurs de son existence.
    Voilà Malika confrontée à cette vie monacale que la tradition veut lui imposer. Jusqu'au jour où un Djinn...
    Lirio Garduño-Buono nous propose ici un conte poétique et fantastique.

  • Gigi, professeur enthousiaste et fantaisiste, file le parfait amour avec sa jeune épouse. Mais, un beau matin, il se découvre un double : un frère jumeau le précède en toute occasion. C'est insupportable, d'autant que ce pervers pourrait bien s'en prendre à sa femme. Face à la défaillance de la police et à l'agressivité de la commissaire, Gigi décide de mener lui-même l'enquête.

  • Quelqu'un a écrit : « Bien cuisiner, c'est faire voyager nos papilles... » Je ne sais quel auteur a dit ça, mais c'est sûr, quelqu'un l'a fait.
    Et c'est exactement ce que nous prouvent ces trois nouvelles. A leur façon, elles illustrent le ballet des saveurs, et l'éveil d'un jeune autiste grâce à un bol de chocolat.

  • Séisme qui vous atteint à bout portant, Sanglot d'étoiles n'a rien d'un recueil anachronique écrit laborieusement à la rentrée des classes. Ce Mec Love ne fait pas du cinéma et ne se regarde pas dans le miroir.
    Météorite lancée au delà de l'imagination, la poésie de Gérard Gonçon, loin de vous épharer, visite l'espace intersidéral des sentiments.

  • Nasredine le Hodja est un personnage du folklore traditionnel du Moyen-Orient du XIIIème siècle, revendiqué depuis l'Afrique du Nord jusqu'à la Chine, en passant par l'Egypte, la Syrie et la Turquie.
    Toujours facétieux, il nous fait sourire, voire rire, par sa naïveté feinte et son sens de l'absurde ; il tourne en dérision l'arrogance, l'orgueil, la vanité et la bêtise des puissants et des riches, aussi bien que des ignorants qui s'ignorent !

  • Tape recorder

    Patrice Cazelles

    Elle parle comme elle a vécu. Elle est intense, plaintive, revendicatrice, facétieuse. Le magnéto est allumé. Lui, en face, ne dit rien, sauf la première question qu'on n'entend pas : « Ça s'est passé comment ? ».
    Tape recorder est le recueil d'une voix, d'une langue comtoise, pays de Montbéliard. Une langue qui se déplie et s'affranchit à mesure qu'elle s'invente. Ce qu'elle dit n'est pas la vraie vie, on n'en sait rien, on en saura que des indices, photos, rumeurs, névralgies du temps.
    Le langage poétique la traverse. La poésie est une «?langue de travers?», comme on dit d'un vent de travers qui chahute incessamment l'esquif de la parole.

  • Sous la houlette de Malika, les dames du Val-Sud m'ont conviée à leur table. Dans la Maison de quartier,nous avons partagé récits de vie, thé à la menthe et confidences, romances poétiques au parfum de philosophie, portées par le regard bienveillant des filles de la montagne verte. Qu'elles en soient toutes ici remerciées, et que notre route en devienne plus douce !
    Une plongée dans l'univers intérieur de femmes immigrées qui ont choisi de vivre à Argenteuil. Un livre plein de malice et de pertinence dans lequel des femmes simples mais déterminées portent un regard sans détour sur leur existence...

  • Fou d'Eluard, le recueil de poésie de Geneviève Buono, vient de paraître aux éditions Tangerine nights. Il s'ouvre sur J'écris mon oncle, un poème dédié à Josette et Maurice Audin. Et puis le tourbillon de la grande histoire avale Paul Eluard et Jacques Prévert , Picasso dans les ruines de Guernica... Mozart est amoureux, Beethoven traverse le parvis de la Défense au pas de charge et , depuis la place d'Aligre, Victor Hugo harangue les foules.

  • Souvent, les Occidentaux ayant appris l'arabe vous parleront du bonheur qu'ils éprouvent à pratiquer cette langue. Cependant, les possibilités scolaires d'apprentissages restent rares et inférieures aux demandes en forte croissance.
    Hadj Dahmane et Ahmed Serghini, tous deux universitaires de grand renom, se sont lancés dans l'aventure avec cette méthode simple, progressive et dynamique pour tout individu non arabophone désirant s'initier à l'arabe.
    Les auteurs ont tout naturellement opté pour la méthode syllabique, partant de l'alphabet vers les groupes de lettres, puis les mots. De l'acquisition de l'alphabet jusqu'aux dialogues, 48 exercices corrigés guideront vos premiers pas.

  • Si le temps n'inquiète pas les héros, il fait planer sur leurs destinées d'étranges nuages. Funestes ou riches de promesses, et parfois si obscurs qu'ils échappent au sens commun.
    Fantaisiste grave et non dénuée d'humour, Geneviève Buono se plait à tisser des situations insolentes. Autant de coups de griffes à l'implacable modernisme qui nous impose une gestion millimétrée de notre temps.

    Sur commande
  • Monsieur Gédéon est de ces maîtres que l'on n'oublie pas. Instituteur en Kabylie pendant la guerre d'Algérie, il a transmis à ses élèves des repères humanistes qui vont orienter leur vie. Ainsi, qu'ils soient médecin, journaliste, ingénieur ou cuisinier, les personnages de ce recueil sont liés. De Djemila à Argenteuil, de l'Algérie des années noires à la banlieue d'aujourd'hui, Mélissa, Zara et Farid partagent les valeurs qu'il leur a transmises.
    Geneviève Buono nous transporte dans une Algérie qu'elle a bien connue : violence et émotions au gré des caprices de l'Histoire.

    Sur commande
  • En 1995, Sébastien Labattut, vigneron à la retraite, invente, dans son garage de Haute-Provence, un procédé permettant de faire la pluie et le beau temps. Formidable découverte, mais aussi redoutable pomme de discorde entre les désirs contradictoires des populations et des groupes d'intérêts, qui va entrainer l'inventeur et les villageois qui l'ont suivi, dans d'incroyables aventures, tour à tour hilarantes et dramatiques, en France et dans le monde, jusqu'au Conseil de sécurité des Nations-Unies.
    Vingt ans plus tard, au mois de Décembre 2015, l'invention oubliée revient en pleine lumière au Sommet mondial Paris Climat 2015.

    Sur commande
  • Loin là-bas, au pays d'Aminata, la pluie oublie de tomber depuis des mois. C'est normal, disent les anciens, puisqu'à présent personne ne connaît plus la danse rituelle. Aminata, elle, n'a rien oublié de ce que lui a transmis sa grand-mère. Aidée par son chien Nazir, saura-t-elle faire revenir la pluie ? Inspiré par le douloureux problème de manque d'eau au Sahel, ce conte est aussi une initiation à l'histoire ancienne de l'Afrique.

  • D'après une histoire vraie.
    Entourée de l'affection de ses parents et de sa tante Ouarda, Safia a grandi à Oran. Après son mariage, elle va s'installer près de Paris et tout se gâte.
    Saura-t-elle déjouer les écueils et prendre sa vie en main ?

  • Théâtre pétri de références historiques et de poésie, la Fontaine d'or est un prétexte pour illustrer sans stress la guerre d'Algérie. Présenté plusieurs fois au festival d'Avignon Off, il s'adresse à tous les publics. Comme la petite Nedjma, l'auteure est née là-bas et a souffert les tourments d'une guerre qui ne disait pas son nom. Avec cette pièce de théâtre, elle tient à porter sur son enfance un regard apaisé et néanmoins lucide.

  • Une poésie qui tient la vie du bout des doigts. Tout semble partir de rien, un air de plume, un mouvement de chat, les choses s'organisent autour de leurs déséquilibres. Prose, poésie, prose narrative, récit de voyages, chroniques poétiques (les peintres), une faïence composite de textes qui diffractent une lumière mélancolique sur un univers attachant.

  • En résidence d'auteur à l'IMEC (Institut Mémoires de l'Edition Contemporaine installé dans l'Abbaye d'Ardenne près de Caen), Christine Jeanney nous offre avec simplicité et émotion sa vision de ce lieu où des chercheurs du monde entier viennent enrichir leurs travaux.
    Elle nous fait entendre ce silence qui est de mise dans toute bibliothèque, comme miroir à la règle des moines copistes.
    Elle évoque au fil des pages le passé de ce lieu unique, les voix des femmes qu'on y entend encore, les échos du présent.
    Un très beau poème où le « tu » devient « nous », nous ressemble et nous assemble.

    Sur commande
  • On dit qu'au cinéma, l'action prime tout. Il en est de même pour la nouvelle.

    La plume nerveuse de Geneviève Buono se prête merveilleusement à cette contrainte. Qu'elle puise son inspiration dans le cinéma - tiens tiens ! - ou dans la dure réalité de notre époque, le merveilleux réussit à tirer son épingle du jeu, taquinant les personnages aux limites extrêmes.

    Sur commande
  • Valparaiso, Valpo pour les intimes, lieu mythique qui nous a tant fait rêver !


    Coincée entre montagne et océan, c'est une ville-yoyo aux multiples funiculaires, ascenseurs et bus bondés où l'on se demande si le prochain virage ne sera pas le dernier... Une fois dissipée la pacifique brume matinale, Valpo se révèle multicolore, débordante de créativité et d'animation.


    Mais, c'est avant tout un port. Si la pêche résiste encore, les immenses nefs de métal s'étalent maintenant le long des quais et les grues-vautours plongent dans leurs entrailles pour construire des gratte-ciels de containers. Au-dessus d'elles planent des escadrilles de pélicans...


    Dans cette agglomération populaire où il a vécu deux ans, Romain Biard a côtoyé les petites gens, les petits métiers, les petites vies, mais aussi les grands coeurs, avant de jeter l'encre sur le papier.

    Entre spleen et blues, avec humour et tendresse, il nous livre ses impressions, façon soleil couchant

  • Jeux d'enfants, Coups de hache pour une pirogue, le Péché de la langouste, du Coq à l'âne dans ma tabatière... Les films de Gilde s'enchaînent à une cadence folle, entraînés dans leur sarabande par Tia le danseur.
    Mais pourquoi ce fils d'un modeste paysan de Madagascar a-t-il, un beau jour, décidé de passer à la réalisation cinématographique ?
    Au départ, rien ne le prédisposait à s'écarter du chemin de ses ancêtres... Sauf que, dès sa naissance ou presque, le voici à l'affût de la belle image. Ainsi, de la fleur de népenthès à son premier appareil photo, il n'y aura qu'un pas. Viendront ensuite l'enseignement, les films récompensés par trois zébus d'or, et puis ces quelques pages...
    Gilde nous livre ici le scénario de sa vie, le plus long film du monde.

  • Les épisodes d'une vie se succèdent ici à une cadence incroyable, de France en Tunisie, et enfin en Algérie. Ainsi se façonne, dans les tempêtes de l'histoire, la détermination d'hommes et de femmes au courage exceptionnel. Par son intensité et la puissance de ses images, ce texte nous invite aux premières loges d'un XXième siècle incroyablement tourmenté. Mais le talent de l'auteur ne s'arrête pas là. Sous les chênes verts de Tigzirt ou de Kroumirie, au creux de cette orangeraie de la Mitidja, autant de séquences impressionnistes, alors que souffle encore le sirocco sur les roses d'Alphonsine...

  • Sur la côte marocaine, Malika mène la vie studieuse et enjouée d'une jeune adolescente. Mais vient l'âge où le corps se transforme et bientôt une pluie d'interdits déferle sur les couleurs de son existence.
    Voilà Malika confrontée à cette vie monacale que la tradition veut lui imposer. Jusqu'au jour où un Djinn...
    Lirio Garduño-Buono nous propose ici un conte poétique et fantastique.

empty