Seuil

  • La construction de soi rassemble une série de lettres qui dessinent un usage de la philosophie envisagée comme un mode de vie, une thérapeutique de l'âme. Ici, les philosophes sont interpellés et mis à l'épreuve. Tour à tour, le lecteur côtoie Boèce, Épicure, Schopenhauer, Spinoza ou Etty Hillesum. Ces guides présentent des voies pour se dégager du passé, des regrets ou de la haine de soi. Ils invitent à se libérer du regard d'autrui et ouvrent au risque de l'acceptation.
    Alexandre Jollien propose un dialogue intérieur qui prend la forme d'une correspondance adressée à Dame Philosophie, cette figure allégorique dont Boèce imagina recevoir la visite alors qu'il attendait dans sa prison d'être exécuté. Dans cet itinéraire, l'auteur esquisse le portrait de Dame Frayeur et de la Mort, avec lesquelles il faut bâtir une vie. Ces lettres entendent dépeindre un état d'esprit qui tente de répondre à l'invite de Spinoza : " Bien faire et se tenir en joie ".

  • La jalousie nous met dans des états extraordinaires. Comment aimer quand des rivaux imaginaires (ou réels) s'acharnent à détruire le bonheur de liens amoureux à peine ébauchés ? Comment vivre quand la jalousie fait obstacle à l'amour et entraîne ses victimes dans le vertige de la perte de soi ? La jalousie, notre plus ordinaire et plus commune folie, témoigne de désarrois complexes et secrets.
    Attirantes et inquiétantes, les diverses figures de la jalousie, déclinées ici à travers autant d'incursions dans le cabinet du psychanalyste, démasquent les raisons surprenantes qui conduisent quelqu'un à refuser d'affronter les incertitudes du désir. Marcianne Blévis propose d'audacieuses analyses de ces inévitables jalousies qui jalonnent l'existence et de celles qui se révèlent plus cruellement vénéneuses. Elle tisse ainsi, au gré des subtils détours qui ponctuent les échanges entre le jaloux ou la jalouse et son analyste, une réflexion inédite sur ces relations étrangement familières, infernales et excitantes.

  • Le 11 septembre 2001, le monde découvre avec horreur et stupéfaction que la mondialisation a un aspect tragique, celui des conflits. Même l'hyperpuissance américaine, malgré sa supériorité technologique et militaire, n'est pas à l'abri des tumultes guerriers. Le monde occidental a longtemps cru que sa richesse le préservait des guerres dont les pays pauvres auraient désormais le monopole.
    C'est une illusion qui a volé en éclats avec la destruction des tours du World Trade Center. Quelles seront les guerres de demain ? Terrorisme international ? Guerre chimique ? Guerre bactériologique ? Guerres régionales ? Quels risques devrons-nous être prêts à affronter ?
    Pascal Boniface développe les scénarios des conflits potentiels pour mieux en mesurer l'intensité. Il en clarifie les enjeux pour les mettre à la portée du grand public, plus que jamais concerné par ces questions fondamentales pour son avenir. Les guerres de demain sont les guerres qui nous menacent.

  • Difficulté à aborder les autres, paralysie dans l'action, trac envahissant caractérisent les timides. Un rougissement colore le visage, la voix devient chevrotante, les jambes flageolent : une crise de timidité surgit. Chacun a rencontré, de près ou de loin, ce trouble banal dont la répétition transforme en enfer la vie quotidienne.
    Depuis ses débuts, la psychanalyse s'est peu intéressée aux timides. Comment un timide pourrait-il rivaliser avec l'obsessionnel, l'hystérique, le paranoïaque ?
    Et pourtant, dans le cabinet du psychanalyste, il n'est pas rare qu'un sujet timide exprime son désarroi. À partir de son expérience clinique, et en explorant la littérature et le cinéma, Patrick Avrane ouvre ce dossier et nous éclaire sur les ressorts de la timidité.
    Patrick Avrane est psychanalyste. Il a notamment publié Un enfant chez le psychanalyste (Louis Audibert, 2003, Seuil, " Points Essais ", 2007) et Sherlock Holmes et Cie, détectives freudiens (Louis Audibert, 2005).

  • La campagne présidentielle à contrechamp
    Comment l'habile François Hollande a-t-il gagné ? Quelle est la vraie signification de sa victoire au-delà du rejet qui a frappé le président sortant ? À quelles préoccupations et à quelles attentes a-t-il répondu ? Et que fera de son succès le nouveau président de la République dans une France rongée par la crise ?
    La vaste enquête d'Éric Dupin s'appuie sur des témoignages nombreux et variés : ceux des électeurs (Français des catégories populaires comme des milieux favorisés), mais aussi des acteurs de cette compétition (militants, élus, responsables politiques et, bien sûr, candidats). Ce récit de campagne nous conduit aussi bien chez les militants socialistes du Nord que chez les adhérents du Front national dans l'Oise. On y croise des chefs d'entreprise déçus par Nicolas Sarkozy, des jeunes tentés par Marine Le Pen, des écologistes séduits par Jean-Luc Mélenchon ou encore des libéraux ralliés à François Bayrou.
    Journaliste politique depuis trente ans, l'auteur a également rencontré un grand nombre de personnalités qui lui ont parlé très librement. Son récit est pimenté à la fois de confidences, d'anecdotes et d'analyses originales.
    Le livre décortique avec une attention particulière la campagne du candidat socialiste. Car la manière d'arriver au pouvoir en dit long sur la façon dont il sera exercé. Les ambiguïtés de François Hollande pèseront sur sa conduite à l'Élysée dans un contexte où les Français sont sceptiques sur les bienfaits de l'alternance. En redonnant le pouvoir à la gauche alors que la crise économique et sociale ne cesse d'empirer, les électeurs ne lui ont-ils pas offert un cadeau empoisonné ?
    Retrouvez le blog de l'auteur

  • À la manière de la Grèce antique, l'Amérique ne cesse de se raconter sa propre histoire. Au cinéma, à la télévision, dans les romans populaires ou les magazines, elle écrit chaque jour sa légende et relit avec passion ses gloires et ses épreuves, ses croyances et ses doutes. Pourtant, sa mémoire est souvent cruelle. L'Amérique se rappelle ainsi, devant les Appalaches meurtries par l'exploitation industrielle, ce que fut autrefois son culte de la nature sauvage et innocente. Dans le souvenir tenace de la Guerre de Sécession et les brûlures du Vietnam, elle éprouve son unité et ses idéaux. Confrontée aux espoirs déçus des Africains-Américains et aux plaintes enragées du " pauvre blanc ", elle mesure la fragilité de ses promesses d'égalité. Mais ces mythologies d'hier et d'aujourd'hui, véritable culture populaire, sont aussi une source de jouvence à laquelle viennent puiser ceux qui réinventent l'Amérique, des Hispaniques aux Indiens-Américains, des cuisinières médiatiques aux néo-féministes, de John McCain à Barack Obama.
    Sylvie Laurent est américaniste. Elle enseigne à Sciences-po Paris.

  • L'Europe est-elle le résultat ou le moyen d'une opposition à la puissance américaine ? Est-elle le cheval de Troie des Etats-Unis sur le Vieux Continent ?
    Florence Autret a mené l'enquête au cœur du pouvoir européen, dévoilant les luttes d'influence, les manœuvres souterraines et les stratégies politiques qui mettent aux prises les deux rives de l'Atlantique : affaire Microsoft, système de radionavigation par satellites Galileo, règlementation chimique REACH, etc.
    Bousculant les idées reçues, Florence Autret montre comment la consolidation du pouvoir européen est le fruit d'une valse dialectique entre les deux premières puissances politiques et économiques de la planète, prises dans un mouvement continuel de concurrence et de convergence. L'Amérique est la puissance contre laquelle, aux deux sens du terme, l'Union se fait : tantôt sous son impulsion, tantôt en opposition à ses tentations hégémoniques.
    Et si les tensions et les rivalités entre l'Amérique et l'Europe favorisaient ainsi, paradoxalement, la difficile intégration européenne ?
    Florence Autret est journaliste, correspondante à Bruxelles des publications financières de l'AGEFI et du quotidien Le Télégramme. Elle enseigne également à Sciences-Po Paris. Elle a publié en 2003 Les Manipulateurs, le pouvoir des lobbys.

  • Les riches défendent leur pré-carré grâce à un réseau dense d'associations, de comités, de conseils, de cercles. Des rivages bretons aux châteaux de l'Oise, des beaux quartiers parisiens aux parcs et jardins de Normandie, les élites fortunées se mobilisent pour leurs espaces.
    Les auteurs ont mené l'enquête auprès de militants peu ordinaires. Ils ont assisté aux dîners et aux cocktails où, à Neuilly et dans le 16e arrondissement, la haute société se retrouve et se concerte pour préserver la qualité de ses lieux de vie et veiller sur un entre-soi qui lui est vital. La grande bourgeoisie se protège des autres, quitte à former des ghettos. Les ghettos du Gotha.
    Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, anciens directeurs de recherche au CNRS, ont publié Dans les beaux quartiers (1989), ouvrage sociologique qui est devenu une véritable référence.

empty