Littérature générale

  • Ce livre est un message d'espoir adressé aux jeunes du XXIe siècle. Les adolescents entendent sans cesse que de lourdes menaces pèsent sur l'avenir : l'effondrement des ressources et de la biodiversité, la montée des nationalismes, le fossé qui ne cesse de croître entre gagnants et perdants de la mondialisation. Le Dalaï-lama partage la conscience de ces crises, mais selon lui, elles ne sont pas une fatalité. Provoquées par l'homme, l'action humaine peut y remédier, à condition de changer radicalement d'état d'esprit. C'est donc à une révolution, la Révolution de la compassion, que le sage appelle. Avec une parole libre et adaptée aux jeunes, il explique dans ce livre la nécessité de passer d'une pensée individualiste et anthropocentrique, à une vision altruiste et universelle. La révolution qu'il appelle de ses voeux ne relève d'aucune croyance, d'aucune idéologie, mais d'une éthique. « La révolution de la compassion est en marche ! » conclut le Dalaï-lama.

  • I - Dossier Canicule : depuis plusieurs années, chaque été, la canicule menace Avec des écrivains, des témoins, des chercheurs Ravages fait le tour du monde des canicules, de la désertification et des incendies qui se multiplient depuis 15 ans avec le réchauffement climatique. Comment elles affectent les corps, le travail, l'humeur, la compréhension, les émeutes, les colères... Comment elles multiplient les guerres... Comment les espèces parasites en profitent... Comment il fera demain à Paris la tempéture de Tanger... Comment elle accélère la prise de conscience du réchauffement fatal, détrône les politiques, influence les artistes...

    II - Un cahier spécial : ravages dans les têtes Les Engrenages : comment la sécheresse multiplie les violences, les migrations, le terrorisme et les guerres. Comment à force de dégrader les écosystèmes, nous avons libéré des virus létaux... - Les Éculés : les intellectuels boomers dans le déni cynique et la défense désespérée du statu quo - Les Chacals : les profiteurs de changement climatique, qui veulent contrôler les ressources, et leurs lobbies - Le « capitalocène » vs l'anthropocéne.

    III - Joie Ravageuse Les Durs à Cuire : Extinction Rebellion, désobéissance civile, Sea Shepherd... - Les écosexuels : ils font l'amour dans et avec la nature - S'adapter au réchauffement : tous en hamac, des palmiers partout, la Riviera anglaise... - L'aérocène : l'avenir, voyager en ballon.

    Contributeurs :
    Ravages comporte déjà 10 numéros, parus entre 2008 et 2013. Le magazine revient en 2020 sous une nouvelle formule toujours orchestrée par Frédéric Joignot. Une vingtaine d'auteurs et de plasticiens venant de pays et d'horizons différents interviennent dans chaque numéro. Contribuent dans ce numéro : Margaret Atwood, Jared Diamond, Jean-Marie Durand, Naomi Klein, Joëlle Zask, Pablo Servigne, Georges Marbeck, Isabelle Sorente, Annie Sprinkle...

  • Cet homme dont il faut dire le fait est le vrai maître du cosmos.
    C'est à lui que sont redevables tout ce qu'on appela jadis les constellations, puis le monde, enfin ce qu'on appelle aujourd'hui, pour le peu de temps qu'il lui reste, la culture. Il est l'alpha et l'oméga, c'est-à-dire l'alphabet des choses, de leur ordre, l'ordonnateur de la vérité. Il est le vrai principe.

    Cet homme, c'est l'homme quelconque.
    On va dire son histoire.
    Qu'il n'y ait pas de méprise sur son compte : derrière son nom indétectable, il est le plus redoutable des êtres qui aient hanté la terre.

  • Après avoir planté son décor millénaire, le livre-monstre revient. Aujourd'hui. Il nous fait faire l'épreuve de nous-mêmes, de nos angoisses, de nos absurdités, bref, de notre sens. Un véritable monde littéraire est né. Terrible, inspiré. Et hilarant.

    Une invitation au Train Bleu, le bar mythique de la gare de Lyon. Un personnage mystérieux, fascinant et diabolique, Peter Gantyr, convoque là Pascal B., écrivain obscur ; il va user de lui pour détruire le monde, car tout le destin des hommes se joue dans les mots, et dans quelques phrases. Mais il y a d'autres forces. Il y a John Stuart Bute, « le Chanceux », avec son chat visionnaire, Sir Winston. Et une musique : la musique de la tourbe - la musique du web. Il y a des hommes géniaux, comme le double Monsieur, extraordinaire invention d'un personnage en deux. Il y a la présence insistante de quelques fantômes : Ian Bute, Churchill, Tolkien... Enfin, il y a la terre, et la terre s'apprête à se réveiller. Tout est suspendu. Encore un pas, et nous sommes perdus - ou sauvés.

    La puissance poétique et l'extraordinaire richesse d'une pensée continuent leur chemin à travers notre quotidien, regardé avec une lucidité au scalpel. Pourquoi ce mythe, lancé à présent au coeur de nos vies, nous en dit-il plus sur nous que les reportages et les récits réalistes ?

  • Les Déplacés est une série de témoignages d'écrivains qui ont été, à un moment de leur vie, des réfugiés.

    Vietnamien, Afghan, Chilien, Iranien, Ukrainien ou Éthiopien d'origine, tous relatent le traumatisme de l'exil, l'inévitable fracture familiale, l'improbable voyage vers l'inconnu, pour fuir la guerre, la persécution, la misère, mais aussi les travaux forcés, l'embrigadement des enfants soldats, l'épuration ethnique.

    Être déplacé, c'est faire l'expérience douloureuse de l'altérité, du rejet, de la perte d'identité. C'est aussi se confronter à la difficulté d'être invisible - ou trop visible - dans un pays qui ne veut pas de vous.

    Ces écrivains socialement intégrés et professionnellement reconnus s'interrogent aujourd'hui : comment leurs parents ont-ils survécu et qu'auraient ils fait à leur place ? N'ont ils pas un devoir de mémoire ? Comment décrire l'indicible ? Des récits poignants de plumes du monde entier, qui ont accepté de revivre une partie de leur histoire personnelle pour faire entendre la parole de ceux qui ne l'ont pas.

    Cet ouvrage est préfacé et édité par le prix Pulitzer Viet Thanh Nguyen, auteur du roman Le Sympathisant, Prix Pulitzer 2016, Prix du meilleur livre étranger 2017. Viet Thanh Nguyen est né au Vietnam en 1971. Après la chute de Saigon en 1975, il fuit aux États-Unis avec sa famille. Il est l'auteur de trois livres.

    Il rassemble ici 19 figures remarquables de la scène littéraire actuelle : Kim Thùy, Joseph Azam, David Bezmozgis, Fatima Bhutto, Thi Bui, Ariel Dorfman, Lev Golinkin, Reyna Grande, Meron Hadero, Aleksandar Hemon, Joseph Kertes, Porochista, Khakpour, Marina Lewycka, Maaza Mengiste, Dina Nayeri, Vu Tran, Novuyo Rosa Tshuma, Kao Kalia Yang, Chris Abani.

    Sur commande
  • Paris, 2018. Suite à la mort de son père, Pascal Bacqué se penche sur son enfance et sur l'homme, aujourd'hui disparu, qui lui servit de modèle. Que lui a-t-il transmis de son tempérament, de sa liberté, de son éducation, et surtout, de son rapport à Dieu ? A force d'introspection et de souvenirs, peut-il trouver, dans son histoire personnelle, les raisons de sa conversion ? Pourquoi s'est-il détourné du catholicisme pour consacrer sa vie et sa carrière au judaïsme ?

    De son enfance lumineuse à Val de Grâce, dans le sud de la France, à son entrée en maternelle puis à l'université, c'est un demi-siècle - l'auteur à aujourd'hui cinquante ans -, qui se déroule sous nos yeux. Puis vient le temps du détachement, voir de la rupture : une profession que désapprouve le père, une conversion à une autre religion, un mariage et une famille à soi que l'on crée. Un récit intime et sincère, portée par une écriture parfaitement transparente, comme l'eau d'une source vive.

  • « À l'heure de la punch line, du stand-up, du slam et de la recherche obsessionnelle par les journalistes, les communicants ou sur Twitter, du bon mot ou de la formule qui frappe les esprits, face à l'intérêt croissant que suscite la littérature courte et la micro-fiction, l'aphorisme est très actuel ! Plus proche des nouvelles habitudes de la société, et idéal dans sa forme pour lutter contre les petits entre-deux de la vie quotidienne, le « très très court » est aujourd'hui plébiscité, notamment par les jeunes générations. Frank : « J'ai souhaité réconcilier l'art de la formule avec la culture décomplexée, technophile, engagée, et « très très » contemporaine dans laquelle j'évolue en tant qu'entrepreneur du Web social. » Le choix d'associer aux « punch lines » une ligne du temps, mi-historique (de mai 1981 à aujourd'hui), mi-fictive (d'aujourd'hui à mai 2041) permet d'ancrer la grande histoire (les événements clés du passé et du futur) dans une histoire plus considérable encore (l'universalité propre à l'aphorisme). Pris de court est donc fondé sur une double lecture : une séquence de faits résumant les changements de société observés sur 60 ans, séquence parfaitement subjective mais dans laquelle chacun se reconnaîtra, et, à chaque date clé, contemporaine ou prospective, réelle ou imaginaire, quelques mots d'esprits qui leur font la courte échelle ».
    Frank Escoubès, auteur des textes, a pris le parti de les « augmenter » par une mise en image très riche, parfois poétique, parfois iconoclaste, en sollicitant quatre illustrateurs, dont Jean-François Martin, connu notamment pour ses illustrations de presse (The New Yorker, Le Monde, etc.). L'expérience de lecture est aujourd'hui devenue, avec le Web, la téléphonie mobile, les réseaux sociaux, la BD ou les graphic novels, une véritable expérience graphique. Au final : près de 900 aphorismes, 200 dates et 80 illustrations, pour une tentative de digestion du monde. « Ni plus ni moins qu'une grande goulée de vie. 1200, c'est aussi le nombre de tweets dans le monde en un centième de seconde... On est vite pris de court. » Un jour, pour la première fois, quelqu'un giflera un robot.
    On passera un cap.

    On ne tombe pas amoureux. La chute vient plus tard.

    Épitaphe de l'homme moderne : « J'espère avoir été un bon client ».

    Je suis athée mais au masculin, je tiens à le préciser.

    Echonomie : crise suivie d'une crise.

    Les gens se soucient de la génération suivante, pas des générations futures.
    Nuance.

    Desproges disait des Espagnols qu'ils sont un peuple fier et ombrageux, avec un tout petit cul pour éviter les coups de cornes. On ne dit pas ça des enfants.

  • S'il n'y avait pas eu « l'objet de plus », tout aurait été plus simple : il ne se serait jamais rien passé. Mais depuis qu'il est apparu, les hommes n'ont pas eu de repos.

    Churchill, Mai 1945. Son dîner avec Tolkien et Lord Bute, le grand compositeur. Le monde est au bord d'une nouvelle mue. Comme toujours, c'est dans la tourbe que les hommes sont redéfinis. Cette tourbe, c'est eux.

    Décembre 999 : l'Empereur Otton et le pape Sylvestre rendent visite à Harr, père d'Elias et d'Hermann. Pourquoi cette visite du pouvoir à l'Intelligence ? C'est un secret honteux. L'Histoire en procèdera.

    Entre les deux récits parallèles, ce livre est notre saga épique. Celle de la quête, par Mulligan et Bute, par Churchill et Tolkien, du sens et du vivant menacé.

    Un étrange et véridique bilan de notre monde occidental, au moment de sa suspension angoissée au dessus du néant : avant la peur de l'avenir, affronter celle du passé.

    Sur commande
  • La java Nouv.

    La java

    Goldi Merville

    awaiting publication
empty