Le Panseur

  • Il y a ce goût de sel et d'embruns, ce vent qui met la pagaille et donc remet tout en ordre. Il y a la voix de ce vieil homme qui nous raconte son histoire et celle des autres, qui parle de vivre ensemble, mais surtout qui cherche ses mots aux accents de son émotion pour comprendre un monde où le langage se manipule pour changer les idées.
    Traité sous la forme de la transmission orale, l'auteur nous offre une oeuvre qui s'inscrit dans la lignée des grandes dystopies telles 1984 et Matin Brun. Mais là où ces histoires nous condamnent à subir un demain qui s'écroule, L'homme qui n'aimait plus les chats est bien plus qu'une utopie, c'est un possible, un autrement :
    Un aujourd'hui déjà en train de se relever.

  • Le panseur de mots

    Isabelle Aupy

    Orné d'une cicatrice qui le balafre, L'Ouïe est reconnaissable entre tous. Bon soldat, il déambule dans les rues, il veille à ce que les enfants jouent en sécurité, que chacun ait sa place dans la communauté et que le pouvoir de Mohamed soit respecté. Mais la guerre fait rage.
    Subversifs, les Poètes soufflent leurs vers et détruisent dans de terribles explosions toute forme d'autorité. L'Ordre est menacé.
    Les Poètes sont traqués, réduits au silence, jusqu'au jour où L'Ouïe écoute l'un d'entre eux et le sauve au lieu de le tuer.

    Après L'homme qui n'aimait plus les chats, Isabelle Aupy signe un second roman en rupture des genres littéraires pour une expérience unique : vivre un texte plus que le lire, car les mots sont vivants !

  • Minuit sur le monde

    Jules Petrichor

    C'est dans un monde figé sur minuit-pile que le voyage de Lui Beadles commence.
    Né dans une Irlande unie et libre, Lui va explorer la nuit perpétuelle, rejoindre les black-blocs, poser la main sur le dernier baobab d'Afrique, sombrer dans l'obscurité lumineuse de Paris. Partout, le jeune Beadles se cognera aux mêmes murs ; partout, il prendra part à la lutte...
    Sublimé par les illustrations d'edwood, Jules Pétrichor signe un premier roman ponctué d'humour et terriblement lucide, une ode à la lutte et au pouvoir des livres, une main tendue pour ne pas se noyer dans la nuit.

  • Dans une chambre d'enfant, le soir du 24 décembre, un petit garçon découvre une vérité qui le bouleverse : le père Noël n'existe pas. Afin que cette vérité puisse être mûrie et saisie par l'enfant, un ange vient lui raconter une histoire plus vaste que le monde et dont l'origine s'inscrit plus de deux mille ans auparavant.
    Iragaël fut l'un des quatre envoyés sur Terre pour annoncer une naissance. C'est dans la glace du grand Nord qu'il charge Bjørn, un roi Viking élevé dans le parricide et le sang de ses frères, d'être le témoin du miracle de l'enfant à venir. Mais dans la folie de sa rage, Bjørn est rattrapé par les démons qui le hantent. De contres en rencontres, il entame un périple qui le ramènera vers son passé de violence. À lui alors de déterminer si c'est sa vie qui le décide ou s'il peut se choisir.

    Acceuillez l'histoire d'un homme que rien ne prédisposait à devenir le père Noël.

  • Malou dit vrai Nouv.

    Malou dit vrai

    Gwen Guilyn

    Sur la place de marché, On raconte que la ville fut bâtie sur des strates d'histoires, et les rues tracées par des géants.
    On raconte aussi qu'Ivraie est née sur un tas d'ordures lors d'une nuit d'orage ; qu'il fut un temps lointain où Malou la sorcière était Reine.
    On murmure à qui veut le croire que dans la Salle Ouverte aux Quatre Vents, le Vieux Roi a quitté son trône et marche vers sa mort, et qu'un jeune prétendant naîtra de la mer pour faire advenir un nouveau cycle.

    Entre ombre et lumière, comme un jeu de piste à travers les pages, Malou dit Vrai est une immersion dans les "On-dit" et les "non-dits" pour mieux comprendre leurs mensonges et leurs vérités.
    Plongez dans le dédale pour percer les secrets de famille qui empoisonnent Ivraie et l'entravent dans ces histoires qui constituent son héritage.
    Découvrez l'univers fantastique de Gwen Guilyn qui nous livre, ici, son premier roman.

  • Les cahots de l'anthropie Nouv.

    Au soir de sa vie, un vieil homme se tord vers son passé afin de comprendre ses tours et détours. Il tise alors ses mots comme un filet pour mieux retenir son essentiel.
    Il retrouve un petit garçon qui fuit devant la cruauté de ses camarades et l'indifférence des adultes.
    Il croise un jeune homme en colère qui préfère la parole des morts à la vanité des vivants.
    Il découvre un salaud qui utilise les femmes en pansement de chair et souffre de ne plus savoir aimer.
    Et au coeur, on entend battre une histoire qui les unit.

    Dans un jeu de double voix qui oscille entre deux âges, vécu et souvenir, l'auteur du Quatrième Roi Mage nous livre avec une sincérité bouleversante un regard sans compromis sur sa vie, sa médiocrité comme ses espoirs. Une rencontre rare !

    awaiting publication
  • La ville humide Nouv.

    La ville humide

    Claire Dumas

    « Sur mes poumons, je ne sais plus si c'est la caresse des écharpes de brume ou s'il me coule des chapes de bétons. Au coucher du soleil, le brouillard envahit tout, et la bruine, quand ce n'est pas des torrents, ronge chaque jour la pierre à sa base. Elle grignote à petit, comme la maladie grignote maman. Et tout le monde s'étonne, rage, peste. L'homme est un grand saut qui a bâti la ville sur l'eau, en plein pays de brouillard. » Par un texte fulgurant et poétique, Claire Dumas nous invite à entrer dans le brouillard de La Ville Humide.
    L'auteure nous livre le souffle d'une jeune femme « emmurée », incapable d'emprunter la moindre rue, subissant les odeurs de vin et de femme d'un père alcoolique, se confrontant impuissante à une mère rongée par la maladie. Mais c'était sans compter l'arrivée d'un jour neuf, un jour chamboule tout.

    awaiting publication
empty