Le Grand Jardin

  • Houriya : liberté Nouv.

    Kilian reçoit en cadeau une entrée pour le zoo. Devant l'enclos des lions, son regard plonge dans celui d'un lionceau. Aussitôt, un lien fort se tisse entre eux, donnant naissance à une amitié muette. Le jeune félin se glisse dans les rêves du garçon, qui revient encore et encore au zoo pour montrer à son ami les images d'une encyclopédie prêtée par sa maîtresse. Des lions, des photographies d'Afrique, de grands espaces... « Regarde, c'est chez toi ! » Le lionceau ne connaît pas ces paysages, mais il rêve de les parcourir...
    Cette relation intrigue les adultes ; une mobilisation se crée, jusqu'au jour où, partagé entre joie et tristesse, Kilian promet à son ami qu'il pourra bientôt courir à perdre haleine.
    Dans cette histoire, Kilian, en ouvrant simplement les yeux des adultes grâce à son amitié avec le lionceau, accomplit ce que chacun voudrait faire pour les animaux enfermés dans de trop petits espaces : leur offrir un peu plus d'horizon.

  • Le renard emprivoisé, c'est l'histoire d'une petite renarde sauvée par un amoureux de la nature qui la reccueille, la soigne puis l'apprivoise avec beaucoup d'amour. Mais Gaïa est à l'affût des bruits de la nature si proche et rêve de retourner dans la forêt. Elle apprécie cet humain avec lequel elle se familiarise, mais elle ne comprend pas pourquoi après l'avoir sauvée, il l'empêche de retourner à la nature qui l'appelle. Un jour enfin elle parvient à s'échapper, retrouve son instinct d'animal sauvage et ré- apprivoise sa liberté. Bien plus tard, Virgile la retrouve dans la forêt, entourée de trois renardeaux inquiets. Virgile la prend en photo. C'est la plus belle photo de sa vie, la photo de la liberté. Virgile et Gaïa se sont enfin compris.
    Une éternelle amitié les unit pour toujours.
    Un texte fin qui explore les nuances et les contrastes de l'apprivoisement, de la privation de liberté et des liens qui peuvent se nouer entre l'homme et l'animal sauvage.

  • Dans la vie, il y a ce qui est Gilbert, et le reste. La maîtresse d'école, elle s'appelle Gilbert ; le tonton qui est clown, lui aussi s'appelle Gilbert. Ce qui est sûr, c'est que ceux qui sont grincheux ne s'appellent pas Gilbert. La magnifique voiture qui vient de passer ? C'est sûr, c'est une Gilbert ! Et ce super menu au restaurant, un vrai menu Gilbert ! Au fil des planches gaies, dynamiques et colorées, ce jeune garçon nous offre un nouveau regard : la classification ludique des plaisirs et des tracas de la vie. Au delà de l'inventaire, ce livre nous offre une nouvelle et simple manière de regarder le monde, de s'émerveiller à nouveau, de se réappropier le beau et la joie en connivence avec les autres lecteurs.

  • La girafe

    Cauchy

    Un matin, en ouvrant le placard sous l'escalier, papa a découvert une girafe. Ce n'est pas la place d'une girafe, s'est dit papa. Je vais la mettre dehors. Quand il a voulu la sortir du placard, la girafe a refusé de bouger. Papa a d'abord murmuré des phrases gentilles, puis il s'est énervé, lui a lancé des mots de guerre. A la recherche d'une solution, il a mis la maison sens dessus dessous mais rien n'y a fait, la girafe n'a pas bougé.
    Elle s'est même endormie. Alors, papa a imaginé un plan d'enfer. Il a fait une flambée dans la cheminée. Muni d'une bûche en guise de torche, il est parti effrayer la girafe. Dans le salon, papa s'est pris les pieds dans son pantalon... et il a mis le feu à la maison ! Heureusement, l'escalier était en béton. La girafe n'a rien. Maintenant, elle est dans le jardin. Papa ne sait plus quoi faire. Il veut bien enfin passer la main.
    Ce matin, c'est moi qui m'occupe de la girafe. Doucement, je m'approche d'elle, et je la caresse. Elle me regarde de ses grands yeux étonnés. Au fond, le plus simple, c'était de l'accepter.

  • Deux ours, deux univers, une bouteille à la mer. Et s'ils décidaient de se rencontrer ?

  • Une histoire d'immigration et d'amitié vraiement magnifique de par son écriture, sa simplicité, sa douceur, sa finesse, et sa retenue.

    Suzanne est une vieille dame. Tous les jeudis, elle va au parc s'asseoir sur un banc et offre des graines aux oiseaux. Tous les jeudis, sauf quand il pleut. Mais un jour, elle trouve un jeune homme mal habillé allongé sur son banc. De là naîtra une magnifique - parce que juste, tout en douceur et en retenue - amitié entre Suzanne et Nadim. Avec ses mots maladroits, il explique qu'il a quitté son pays. Il a fui la guerre. Il a vu tant de choses laides qu'il voudrait oublier. Il dort ici, dans le parc, parce qu'il n'a nulle part où aller, parce qu'il aime les hortensias et la pelouse bien verte. Et puis il croit qu'il aura une bonne vie ici. Un jour, suzanne lui offre une petite bague, et puis elle disparaît. Cela arrive quand on est une vielle dame...
    Un concentré d'émotions loin de toute leçon. Un album très émouvant doux et lumineux.

  • Avant même de sortir de son oeuf, Nestor avait peur. Il avait peur dans l'oeuf, peur quand l'oeuf s'est brisé, peur quand ses parents lui ont souri... Si bien qu'ils n'ont pas trop insisté pour le faire sortir du nid.
    Mais avec le temps, Nestor, ses peurs et ses pleurs ont pris de plus en plus de place. Une nuit, le vent s'est mis à souffler très fort. Si fort que la branche sur laquelle était installé le nid craqua. Et là, au lieu de se déplier, les ailes de Nestor restèrent jour Sophie Lescaut J Le figées et Nestor tomba droit sur le sol.
    Alors, toutes les pires craintes qu'il avait, les pires scénarios qu'il imaginait... se réalisèrent (plus drôles et terrifiants les uns que les autres). Le lendemain, devant une bande d'oisillons moqueurs, c'est ensuite la honte qui habita Nestor... Faisant place, enfin, au courage, car après avoir traversé tant d'épreuves, apprendre à voler ne sera finalement pas si compliqué !

  • Un texte court, se présentant comme un poème avec toujours comme même point de départ « L'arbre m'a dit ». Un texte magnifique et intense qui parle de la vie à tous - petits et grands - de ce qu'est grandir, faisant écho à de nombreuses émotions et à différents événements de la vie. Bien que bref, il pourra susciter de longs échanges ! Un album magnifiquement illustré par Thanh Portal, avec un style à la fois naïf et très délicat parfaitement adapté à des publics d'âges différents.

  • Deux chasseurs, Philibert Paupiette et Norbert Gratmoilnez, sont en embuscade au bord de l'étang. Ils attendent les canards sauvages ! et rêvent déjà d'un somptueux repas... Mais une nuée de jeunes moustiques vient les perturber. Nos deux compères les aspergent immédiatement d'insecticide et les font fuir. Alors, «les moustiques, en rangs serrés, quittent l'étang sans se faire prier»...
    Plus de moustiques pour nourrir les libellules affamées ?...

  • Un jour, Gabin a eu un ours. Avec lui, il fait des jeux : il joue à cache-cache - mais Nestor est très facile à trouver -, il fait du tobogan - mais il reste coincé -, il le déguise en indien...
    Et le soir venu, on découvre Nestor serré dans les bras de Gabin endormi... Car Nestor est en fait son doudou... !

    Une tendresse infinie dans le texte comme dans les images et un thème universel : la complicité de l'enfant et de son doudou.

    Une vraie belle histoire pour les tout petits avec de très belles illustrations !

  • «Au commencement, entre toi et moi, il y avait un cordon. Et puis tu es né et ce cordon il a fallu le couper. À la place est apparu un lien que nous avons tissé, ensemble, fil après fil. Des liens, tu en tisseras tout au long de ta vie.» Ainsi commence ce très beau texte illustré avec grâce et talent qui nous emporte sur le chemin des relations humaines : les différents liens qui se tissent et se détissent depuis la naissance, avec les autres et avec le monde, au gré des rencontres et des tempêtes ; ceux qui réchauffent le coeur ou ceux qui sont fragiles, ceux que l'on offre et enfin ceux qui, que l'on soit à l'autre bout du monde ou pas, ne cèderont jamais car faits du plus solide des sentiments : l'amour qui relie un parent et son enfant.
    Un album accessible, fort et universel.

  • Une grande famille d'ornithorynques aux personnalités touchantes se met en route pour aller à la plage. Une fois arrivée, la petite troupe se voit refuser l'entrée pour cause d'interdiction des animaux à becs. Repli vers une autre plage où l'accès leur est refusé pour des raisons tout aussi absurdes. Mais ils ne se découragent pas... Un album pétillant entre B.D. et récit, plein d'humour et d'émotion !

  • Cette histoire courte et graphique permet d'aborder de nombreux sujets forts et contemporains avec simplicité, pudeur et délicatesse.
    Le parcours d'une fourmi qui déroule ses journées de travail puis se rend à une grande fête.
    Une catastrophe va avoir lieu.
    L'aide des fourmis rouges, qui pourtant faisaient si peur, va être salutaire aux fourmis noires et va leur permettre de dépasser leurs croyances et de surmonter cette épreuve ensemble.
    Sont également évoqués les thèmes de l'altérité - au travers des différents pronoms personnels qui se découvrent au fil de l'histoire : Je, Tu, Il...
    - la beauté et la magie de ce que peut accomplir ensemble une communauté, l'entraide, la solidarité, et enfin la confiance.

  • Notre petit héros a toujours rêvé d'avoir un animal de compagnie, même tout petit ! Mais non, niet pas question, rien à faire ! Ses parents trouvent qu'il y a déjà assez de bazar avec ses affaires. Alors lui vient une idée : direction l'ordiateur... et en quelques clics, ils se commande de nouveaux parents, tout comme il le souhaite.
    Il emmène ses parents actuels à la gare - qui ne pleurent même pas - et réceptionne ses nouveaux parents : un crocodile et une gorille, avec qui c'est le paradis ! Enfin, au bout d'un moment ils deviennent ingérables, et il est temps d'appeler au secours ses anciens parents...
    Le ton est dynamique, léger et les thématiques - rangement, animaux de compagnie - bien universelles pour rire et comprendre un peu les points de vue des parents !

  • Un feel-good-book à hauteur d'enfant qui nous emporte sur un thème qui nous concerne tous : le bonheur.
    Un superbe texte à la fois simple, profond et apaisant.

    M. Felix est heureux. Il a parcouru le monde et a de vrais amis. Il a choisi de s'installer dans une petite maison au bord d'une rivière, près d'un chemin où passent des inconnus. Sa porte est toujours ouverte.
    Pour son anniversaire, ses amis lui offrent un gros gâteau et une toute petite enveloppe. Dedans, il y a quelque chose qui peut changer sa vie lui disent ses amis : un billet de loterie ! M. Felix n'en dort plus, il imagine ce qu'il pourrait acheter, ce qu'il pourrait faire, ce qu'il pourrait devenir... M. Felix finit par s'endormir. Le lendemain, il se réveille. Il part se promener et, « s'il a de la chance, il trouvera peut-être des champignons. Monsieur Felix est heureux ».
    Une très belle histoire, un cheminement qui interroge sur le bonheur et nous montre un chemin possible : ne réside-t-il pas dans l'être plutôt que dans l'avoir ?

  • C'est l'anniversaire d'Allistair. Pour lui trouver un super cadeau, son papa l'emmène à super Land Paradis, le temps des O.V.N.I., Objets Vedette Novateurs Incontournables. Pour Allistair, ces objets sont plutôt Vachement Nuls et Inutiles car lui, ce dont il rêve, c'est de tout autre chose qu'il va finir par obtenir : jouer en toute simplicité avec son ami dans le cratère et redécouvrir tous les anciens jouets de son grand-père, du temps où ils vivaient encore sur terre. Des objets antiques... non électroniques !
    Un album très gai qui entraîne à réfléchir à la consommation, à la technologie avec un duo papa très consommateur et son jeune garçon qui rêve de choses plus simples et bien plus créatives.

  • Un jeune poussin rêve de devenir une vedette. Alors qu'il est semblable en tous points à ses congénères, il décide de se différencier et y parvient si bien qu'un directeur de cirque en recherche de profit le remarque et en fait sa vedette. Le jeune poussin découvre le succès et la solitude de la vie de vedette.
    Aidé par ses fans, il s'échappe et retrouve une vie plus anonyme mais très pétillante.
    Cet album est très ancré dans la société contemporaine grâce aux multiples clins d'oeil de l'illustratrice (en plus d'une histoire dans l'histoire) : le cirque ressemble à un programme de téléréalité où les spectateurs sont des moutons... Une petite satire sociale glissée dans le décor qui permet de multiples réflexions en plus de celles que suscite l'histoire.

  • Jeanne a perdu son doudou. Décidée à le retrouver, elle entraîne son papa au parc, près des barbes à papa, sur la place du village et même au cinéma. Alors que le doudou reste introuvable, le papa de Jeanne ne se départit pas de son humour et poursuit les recherches. Une histoire sur la complicité entre parent et enfant.

  • Au sommet de la canopée, Ganaël le petit singe cherche une réponse « Mais qu'est-ce qui est le plus important dans la vie ? » Cette fois, il n'a pas le temps de divaguer davantage car ayant manqué une branche, il amorce une longue chute qui lui fait rencontrer différents animaux qui chacun, lui donnent leur version de ce qui est le plus important pour eux. Et juste avant de rejoindre le sol de cette forêt profonde, Ganaël est rattrapé par les mains salvatrices de ses amis : à ce moment-là, c'est bien l'amitié qui est la chose la plus importante pour lui !
    Un petit parcours philosophique et ludique qui montre qu'il n'y a pas une seule chose plus importante que les autres dans la vie mais une multitude de choses et de personnes qui lui donnent du sens.

  • Le vent souffle et le chapeau de Célie s'envole. La pie voudrait en faire son nid mais il est trop lourd ! Il tombe alors sur le museau d'un chat, qui en sautant le fait tomber sur une grenouille... Célie applaudit ! Et quand le chapeau ne bouge plus : " Encore ! Crie-t- elle en le lançant bien haut ".

    Une petite histoire intemporelle et vraiment à hauteur d'enfant avec son rythme, sa magie et sa poésie, un histoire qui ne demande qu'à être lue et relue comme les jeux que les enfants adorent recommencer sans fin.

    Une vraie belle histoire pour les tout petits avec de très belles illustrations !

  • Que deviennent les choses que l'on n'utilise plus ? En suivant le destin de confettis lancés dans les airs, cet album permet - en plus du dénombrement - de découvrir que les choses ne disparaissent pas mais peuvent aussi avoir une autre vie.
    Une pluie de 1 000 confettis est lancée dans le ciel lors d'un mariage. Une ribambelle d'enfants les ramasse avant de les lancer à son tour lors d'une parade déguisée. 500 confettis volent à nouveau dans la ville avant de se poser. Des oiseaux de passage en mettent dans leur bec, et les emportent dans leur nid. 20 confettis s'échappent du nid avec les oisillons envolés. Ils tombent sur le dos d'un écureuil, qui saute de branche en branche pour s'en débarrasser. 9 confettis forment un petit tas coloré que 8 fourmis intriguées décident d'emporter. 7 confettis comme çi, 6 confettis comme ça...
    Et les gros disques de papier sont enfin transformés en de minuscules confettis qui colorent l'anniversaire d'une jeune fourmi !

  • La nuit polaire a envahi la banquise.
    Aputika, le petit Inuit, attend avec impatience Noël.
    Quelle surprise le Père Noël lui a-t-il réservée ? Mais quand arrive le grand soir, Aputika ne trouve que de vieux objets cabossés. Et s'il s'agissait d'une surprise en pièces détachées ?
    Plein d'entrain, Aputika commence à assembler ses trouvailles. Entre les mains du jeune garçon, les vieux objets trouvés sur la banquise se transforment en véritables trésors.
    Cet album illustre à merveille une phrase de Thomas Edison : "Pour créer, il suffit d'avoir une grande imagination et une pile de vieilleries."

  • Deux amis sont amoureux : le loup d'une chevrette, le renard d'une poulette. Sauf qu'à cause de la mauvaise réputation de mangeur de poule et croqueur de chevrette qu'on leur a bâti au fil des contes et des années, la situation devient compliquée et ils ne sont pas du tout certains de pouvoir parvenir à convoler en justes noces !
    Cet album passe en revue différents contes qui ont construit la mauvaise réputation de ces animaux. Sauf que tous les loups et renards ne sont pas des chasseurs invétérés ! Les thèmes de la réputation et des préjugés - qui pèsent sur les animaux comme sur les hommes - sont ici traités avec beaucoup d'humour. Ce qui permet de comprendre qu'il est important de ne pas généraliser, et que tailler une réputation à quelqu'un peut avoir de lourdes conséquences. La fable rejoint donc ici des sujets très contemporains !

empty