Arts et spectacles

  • Éric Libiot aime Clint Eastwood depuis toujours. Son cinéma, ses grognements, son regard, ses coups de gueule. Mais il l'agace également à cause de ses prises de position, de sa passion pour le .44 Magnum, de son respect pour le drapeau étoilé.
    Comment Clint peut-il jouer Dirty Harry et réaliser Sur la route de Madison ? Comment peut-il interpréter les machos et célébrer Charlie Parker dans Bird ? C'est ce mystère qu'Éric Libiot, grand cinéphile, tente de percer.
    Il raconte « son » Clint Eastwood et, parce que le 7e art touche à l'intimité de chacun, en vient à se raconter lui-même. Balade vagabonde et érudite, autoportrait en creux et leçon de cinéma : Clint et moi renouvelle le genre de la déclaration d'amour.

  • L'aventure des Maeght est une saga qui traverse le XXe siècle, ses deux Guerres, ses révolutions politiques, intellectuelles et artistiques, de Moscou à Berlin, de Paris à New York. Aimé et Marguerite Maeght, le fils d'un cheminot du Nord tué lors des premiers combats de l'été 1914 et la fille d'une lignée d'épiciers cannois sont devenus les amis et les marchands des plus grands artistes : Bonnard, Matisse, Braque, Miro, Giacometti, Léger, Chagall, Calder...
    Partis de presque rien, ils ont construit la plus importante galerie d'art moderne au monde puis la première Fondation en France, à Saint-Paul-de-Vence. Cette histoire unique, Adrien Maeght, leur fils, l'a vécue au plus près, dès sa plus jeune enfance. Editeur, imprimeur d'art, il a partagé l'existence, les joies, les espoirs et les affres de ces artistes. Cette histoire, il la raconte pour la première fois.
    Son récit dévoile l'intimité des peintres : la rencontre improbable en 1940 avec Pierre Bonnard et l'affaire du faux testament ; les séances de pose chez Henri Matisse filmées sous la surveillance de la belle Lydia ; la folle exposition des surréalistes et l'affaire de l'eau bénite de Saint-Augustin ; les séances de travail dans l'atelier de Georges Braque à Paris, ses courses de vitesse jusqu'à Varengeville, ses balades dans la campagne normande à la recherche de l'inspiration, ses relations orageuses avec Picasso ; les coulisses de la création de la Fondation de Saint-Paul-de-Vence avec Miro, Chagall, Giacometti et Sert ; l'influence des femmes russes, Nina Kandinsky, Nadia Léger, Vava Chagall...
    Amour, jalousies, amitiés, rivalités artistiques, argent, conflits de succession... Dans ce livre, rien n'est laissé dans l'ombre.

  • Léonard de Vinci

    Serge Bramly

    • Lattes
    • 24 April 2019

    Serge Bramly a entièrement remis à jour et enrichi sa biographie de Léonard de Vinci  (parue en 1988), best-seller mondial traduit dans 20 pays.
    Ces trente dernières années, notre connaissance de  Vinci a bénéficié de nombreuses découvertes. Des documents ont été exhumés, tel l'incunable annoté par un secrétaire de Machiavel, où il est question du modèle de La Joconde. De nouvelles oeuvres ont été identifiées, comme le Profil d'une jeune fille, achetée aux enchères par un amateur anglais en 2007. Des travaux de restauration ont été entrepris et des études scientifiques ont été conduites en laboratoire à cette occasion. L'étude des textes de Léonard a elle-même progressé, en France comme en Italie, et a contribué à mieux percer à jour la méthode du génie.
    Cette nouvelle édition tient compte de ces découvertes et est enrichie  de nombreuses illustrations in texte.   

  • L'espace du rêve

    David Lynch

    • Lattes
    • 19 September 2018

    Dans ces mémoires uniques et hybrides, qui sont aussi particulières que l'homme lui-même, Lynch se confie pour la première fois sur sa vie, toujours en quête d'une vision singulière, et sur les nombreux chagrins d'amour et épreuves qu'il a affrontés pour mener à bien ses projets peu orthodoxes, parfois avec succès, parfois sans. Les réflexions lyriques, intensément intimes et sans aucun filtre de Lynch sont précédées de sections biographiques, écrites par sa proche collaboratrice Kristine McKenna et basées sur plus de cent interviews inédites avec des membres de sa famille, des acteurs, des agents, des musiciens et des collègues dans plusieurs domaines, qui ont chacun leur propre version de ce qu'il s'est passé.
      Room to dream est un livre-monument qui offre un exceptionnel et accessible voyage dans la vie et l'esprit de l'un des artistes vivants les plus timides, énigmatiques et authentiques.

    Traduit de l'anglais par Carole Delporte et Johan Frederik Hel Guedj  

  • Un homme, une femme. Deux artistes. Un couple uni par la poursuite du même idéal, lié par la communauté du travail, engagé dans la grande aventure de l'art abstrait. Dès leur prime jeunesse Robert et Sonia comptent parmi les protagonistes les plus hardis de cet art. Longtemps jugées scandaleuses, la peinture et la sculture abstraites conservent toute leur actualité stimulante en notre fin de siècle. Les recherches des Delaunay ont été au coeur de cette conquête de l'esprit. Amis des autres pionniers de l'abstraction : Kandinsky, Klee et Jean Arp, ils furent liées aussi à des poètes comme Apollinaire, Cendrars, Tzara et Soupault. Veuve depuis 1941, Sonia s'éteignit en 1979, non sans avoir joué un rôle décisif dans la révolution des arts appliqués. Nourri de documents inédits et de souvenirs personnels, ce livre constitue une contribution majeure à la connaissance de la vie artistique et intellectuelle de notre temps.

  • « Certains d'entre vous disent que la joie est plus grande que la tristesse, et d'autres disent que c'est plutôt la tristesse qui est plus grande. Mais je vous dis qu'elles sont inséparables. Elles marchent ensemble et quand l'une est assise à votre table, n'oubliez pas que l'autre sommeille dans votre lit. » K. Gibran Le calligraphe Lassaâd Métoui a rencontré l'oeuvre de Khalil Gibran dès sa plus tendre enfance. Après un premier opus consacré aux plus belles paroles d'amour du poète, il a cette fois voulu mettre en mouvement sa vision du bonheur. Voici donc les plus belles pensées de Gibran sur la difficile conquête du bonheur illustrées par l'un des calligraphes les plus talentueux actuellement.

  • Les lettres de John Lennon

    Hunter Davies

    • Lattes
    • 10 October 2012

    Pendant des années, Hunter Davies, avec le soutien de Yoko, est parti à la recherche des lettres de John Lennon chez les collectionneurs passionnés, dans les salles de vente, parmi les proches des Beatles, sa famille. Il en a rassemblé plusieurs centaines pour en conserver 250 qui retracent avec intimité et réalisme les étapes de la vie de l'une des plus fascinantes stars du XXe siècle.

    De ses premières lettres presque enfantines à Cyntia, son first love, au dernier autographe signé à quelques heures de sa mort, en passant par ses lettres à son père, son message de quasi rupture à Paul, sa période gourouisée puis celle Yokoisée, c'est la personnalité extrêmement complexe et créative - qui joue autant avec les mots, les idées, les dessins - qui apparaît sous nos yeux à travers ces 250 lettres. La plupart sont inédites et accompagnées d'un texte précis et passionnant d'un des plus grands connaisseurs des Beatles, à la fois leur proche, leur biographe et l'ami de Yoko.
    Un livre hors du commun.

  • Une cinquantaine de scandales artistiques des XIXe et XXe siècles : la bataille d'Hernani, le tohu-bohu qui accueillit la représentation d'«Ubu roi»de Jarry ou Le sacre du printemps de Stravinski, la violence des détracteurs des«Paravents»de J. Genet, les toiles lacérées de Dali lors de la projection de L'âge d'or, l'emprisonnement d'Erik Satie, etc.

    Une collection étourdissante de fiascos ! Au concert comme à l'opéra, au théâtre comme au cinéma, des scandales et encore des scandales.
    Des banquettes prêtes à voler sur la scène, des loges vociférantes et tendant les poings, des insultes à en rougir, des coups de feu qui vous feront sursauter, des gifles sonores, des spectateurs déchaînés, des mélomanes qui aboient, des imbéciles effroyables, des têtes couronnées, des lieux superbes, des cabales sordides, des hurlements de rage, des révolutionnaires, de l'extravagance, du génie, des mots d'esprit, du sang, Le Sacre du printemps, La Brebis égarée, Les Paravents, Pelléas et Mélisande, Richard Wagner, Arthur Cravan, Arnold Schönberg, Jean Cocteau, Luis Bunuel, Satie, Debord, Goethe, Welles, Hugo, Dada.
    Et un aveu historique de l'auteur.

  • Gauthier jurgensen est un amoureux du cinéma, sous toutes ses formes, des grands succès populaires aux films plus confidentiels. sa passion a pu tourner à l'obsession : certains films, il les a revus 10, 20 fois ou plus jamais, de peur de gâcher leur souvenir. sans ces films, qui serait-il devenu ? ils lui ont permis de se découvrir, de découvrir le monde, de regarder la vie à travers les yeux de ses acteurs et réalisateurs fétiches comme dustin hoffman, jim jarmuch, george lucas, les frères coen... qu'aurait-il compris à sa vie sans certaines scènes de matrix ou de la haine, du lauréat ou de la règle du jeu, de la guerre des étoiles ou de ghost dog ? gauthier jurgensen aurait pu céder à la tentation de sélectionner les quarante meilleurs films de tous les temps. il a préféré choisir ceux qui avaient du sens pour lui : « ce sont mes films à moi (...) ils m'ont tout appris, m'ont guidé. certains me relient à mes parents, d'autres à mes soeurs, d'autres à mes chers amis, d'autres aux études que j'ai choisies. je n'ai pas de frères. les films comblent ce manque. mon père, ma mère, mes films et mes soeurs ». grâce à ce lien fort, intime avec le cinéma, j'ai grandi dans des salles obscures révèle un jeune homme sensible, plein de pudeur et de poésie, aux prises avec les choix prochains d'une vie d'adulte, les amours contrariées, la douleur de grandir, mais aussi la joie des transmissions familiales, lorsque la complicité s'installe autour de certains films, entre père et fils, entre mère et fils... une évocation intimiste des films et le portrait d'un jeune homme des années 1990-2000 qui trouve sa voie grâce au cinéma.

  • Descente aux enchères « Les salles de vente bruissent de rumeurs, de nouvelles fabuleuses, de soupçons d'infamie et d'annonces de malédiction. » A Drouot, se découvrent un Velázquez ou un La Tour inconnus, à Versailles, un Poussin disparu. Dans cet univers magique, s'échangent des meubles xviiie aux provenances mirifiques, un Van Gogh dénoncé comme faux, des bronzes maquillés, du vieux bordeaux trafiqué, un livre rare volé ou une tapisserie pillée.
    Vincent Noce entraîne le lecteur dans les coulisses du marché de l'art, dont il dépeint les hommes et décrypte les rituels. Il explique comment participer aux ventes, tout en mettant en garde contre les embûches cachées. Anecdotes à l'appui, il détaille les ficelles et les combines des habitués. Il raconte certaines affaires qui ont défrayé la chronique et livre de nouvelles révélations sur un milieu qui a sa propre loi.

    Vincent Noce est journaliste à Libération, spécialiste du marché de l'art et du patrimoine. Ses enquêtes sont à l'origine des plus gros scandales qui ont éclaboussé Drouot, de l'affaire Loudmer à celle de la succession Giacometti.

    En fin d'ouvrage, Vincent Noce donne des conseils, sous la forme d'un glossaire, pour chiner avec bonheur.

  • Le Calligraphe Lassaad Metoui a rencontré l'oeuvre de Khalil Gibran dès sa plus tendre enfance. Il a voulu avec ce petit livre réunir les plus belles paroles d'amour du poète et les mettre en mouvement.
    Parce que l'amour prend la couleur des saisons, le Printemps de l'amour succède à l'automne.
    Voici donc des variations sur le discours amoureux par l'un des calligraphes les plus talentueux actuellement.

  • La transparence et le reflet

    Serge Bramly

    • Lattes
    • 16 September 2015

    Miroirs, vitres, lunettes, ampoules, lentille de microscope ou de caméra, l'actuelle omniprésence du verre fait oublier ce que notre civilisation doit à ce matériau.
    Si le Moyen-Orient n'avait pas appris à le souffler, si Rome n'en avait pas orné ses cités, si le Moyen Âge ne l'avait pas sublimé dans ses églises sous l'aspect de la mosaïque et du vitrail, s'il ne s'était pas introduit dans la peinture comme objet spéculatif et critique, si l'Europe n'en avait pas développé l'usage dans tous les domaines des sciences et des techniques, à quoi ressemblerait le monde d'aujourd'hui ?
    La Transparence et le reflet raconte nos rapports au verre par le biais de l'histoire de l'art. Comparant la peinture européenne à celle des autres cultures, Serge Bramly en détaille les spécificités et invite ainsi à une relecture du « modèle occidental » sous un éclairage inédit.

  • Le piano absolu

    Lang-L+Ritz-D

    • Lattes
    • 18 June 2008

    A vingt-six ans, lang lang est aujourd'hui considéré comme un des plus extraordinaires virtuoses. ses tournées enthousiasment le public et la critique du monde entier. c'est lui qui accompagnera l'ouverture des jeux olympiques de pékin en août.
    Sa vie hors du commun offre une image de la chine contemporaine ainsi que de la trajectoire faite de luttes et de triomphes d'un jeune virtuose.
    Lang lang est enfant unique. sa mère, danseuse, actrice, musicienne ne pourra jamais exercer ses talents à cause de ses ascendances bourgeoises ; son père, musicien, est obligé de travailler dans la police. a trois ans, lorsque lang lang manifeste des dons exceptionnels, son père le prend en main de façon quasi obsessionnelle et tyrannique. plus de sept heures d'exercices par jour afin qu'il devienne le n°1 parmi les 36 millions de chinois qui pratiquent le piano.
    A cinq ans, il gagne son premier prix.
    A neuf ans, fils et père montent à pékin, s'installent dans une mansarde. la cadence de travail devient infernale. lang lang atteint le point de rupture, souhaite briser ses poignets, disparaître à jamais...
    A quinze ans, il remporte son premier prix international et depuis, son rayonnement ne cesse de croître. il est aussi le pianiste n°1 de la deutsche gramophone.certains mélomanes le trouvent exagérément flamboyant, d'autres, la grande majorité, sont stupéfaits et éblouis par son talent. une chose est sûre : lang lang possède un talent prodigieux et l'histoire de sa jeunesse est profondément émouvante.
    Avec david ritz et traduit de l'anglais par judith coppel et annick perrot-cornu

  • Pologne, 1989. Lors d`une visite officielle du Président Mitterrand, deux journalistes tombent amoureux et ne se quittent plus : La Française Mémona Hintermann, grand reporter de France 3 et l`Allemand Lutz Krusche, correspondant du magazine Der Spiegel. Deux parcours hors norme, émouvants, surprenants et parfois fous, se croisent et s'unissent. Elle, sortie d`une pauvreté extrême à l'île de la Réunion, fait son chemin vers les hauteurs du journalisme international. Lui, assiste, enfant la chute de l´hitlérisme, sa petite famille bourgeoise fuyant l`Armée Rouge à pied et dans la neige, tombant dans la misère totale. Mémona et Lutz découvrent leur destin commun - la bataille quotidienne de survie, l`espoir et la réussite grâce à la foi en Dieu et à ses propres forces. Mémona remet debout Lutz après la mort tragique de sa fille et raconte les coulisses de ses grands reportages de guerre et révolutions en Asie, en Europe de L´Est, en Afrique, au Proche-Orient : un vrai trésor d`information et d`anecdotes. Lui, documente ses parcours avec humour - sa découverte époustouflée de la France et son ascension d`un minuscule canard de province allemand au grand journalisme international. Ces deux obsédés du reportage décrivent, chacun pour soi et ensemble, les faiblesses des plus puissants du monde qu`ils ont tous rencontrés, et la force tranquille de ceux d´en bas.

  • Voici un ouvrage fabuleux qui nous transporte dans la Chine de l'empereur Kangxi. Le Gengzhitu, Le livre du riz et de la soie, déroule, en quarante-six tableaux, accompagnés de poèmes, les travaux et les jours des paysans et des tisserandes de la fin du XVIIe siècle. L'empereur a lui-même composé les vers de cette grande fresque picturale où s'exprime une rare empathie d'un souverain envers son peuple, alliée à la connaissance précise du labeur des paysans. Quant aux couleurs délicates que l'on doit au peintre Jiao Bingzhen, elles recèlent un charme qui va au-delà du simple exercice pictural. Et nous restituent l'essence même de la Chine millénaire. Ce Gengzhitu est enrichi d'une passionnante introduction de Nathalie Monnet, conservateur en chef au département des Manuscrits à la Bibliothèque nationale de France et de la traduction des calligraphies impériales. Nous avons choisi de présenter la série de planches en fac-similé, en respectant le sens de lecture chinoise. Une manière de faire revivre le manuscrit original de Kangxi disparu depuis des siècles, resurgi voilà quelques dizaines d'années chez un collectionneur parisien avant d'être mystérieusement volé, peu de temps avant la parution de cet album. On l'aura compris, le présent volume est la mémoire vivante d'un chef-d'oeuvre perdu.

  • Une cure d'amour

    Elton John

    • Lattes
    • 7 November 2012

    Elton John est un survivant. Il en prend conscience dans les années 80 alors que la plupart de ses amis artistes meurent les uns après les autres d'une maladie alors mal connue et objet d'autant de préjugés que de répulsion. Pourtant il continue à vivre comme avant : excès de drogue et de sexe... Dans ce livre très émouvant, Elton John se livre pour la première fois. Sa remise en question démarre en 1985 alors qu'il accompagne Ryan White, jeune malade du Sida, tout au long de son agonie. Il est témoin de l'ostracisme dont sont victimes ces malades et décide de se battre contre lui. En 1990, il commence une cure de désintoxication dont il narre les souffrances, en sort six mois plus tard et ne replongera jamais plus dans les excès du passé... Rapidement, il crée sa fondation, l'EJAF Elton John Aid Fondation et parcourt le monde pour soutenir les organismes qui aident les malades. Pour lui, ce fléau n'est pas une épidémie comme les autres : c'est une maladie de la misère et de l'indifférence qui touche les plus démunis et les plus faibles. Et quand on vit dans un pays qui condamne l'homosexualité comme la Thaïlande, l'Ukraine, l'Afrique du sud, l'Inde... où l'homosexualité n'est plus un crime que depuis 2009 , l'absence de compassion, la crainte de la condamnation sociale et familiale font plus de mal encore que le virus lui-même.  Avec son bâton de pèlerin, Elton John va réussir à sensibiliser les gouvernements. Mais son indignation touche aussi les laboratoires qui profitent de la recherche publique pour créer leurs médicaments et l'Église catholique qui est longtemps restée opposée à l'usage des préservatifs. Aujourd'hui, l'EJAF a levé des fonds supérieurs à 275 millions de dollars et est active dans 55 pays mais le combat doit continuer. Le sida frappe 34 millions d'hommes avec un million et demi de morts chaque année et reste la sixième cause de mortalité dans le monde.  Traduit de l'anglais par Jean-Marc Simard

  • Décors de la vie parisienne de louis xiv à nos jours un historien du mobilier et du décor intérieur, alexandre pradère, et son comparse dessinateur, laurent de commines (sorte de croisement de piranèse et de walt disney), ont imaginé ensemble les métamorphoses d'une demeure parisienne de fantaisie, l'hôtel de thunes. cette chronique joyeuse et scandaleuse, qui va de louis xiv à jeff koons, associe la comédie humaine et l'histoire illustrée des styles et des décors. farce et érudition s'y mêlent allégrement en une quinzaine de tableaux chronologiques, qui sont autant de satires peu voilées des moeurs et goûts du temps. chacun de ces épisodes met en scène les diverses générations de l'opulente famille des bouret de thunes, obscurs agioteurs, marquises pieuses ou nymphomanes, esthètes languissants ou financiers impitoyables. tous veulent briller, s'imposer, s'amuser, mais surtout, rester au goût du jour.

    Apparemment perdus à jamais pour la « radieuse modernité » de notre époque, nos auteurs se montrent en réalité tout aussi sceptiques et ironiques à l'égard des modernités successives du passé avec leur cortège d'outrances et de déclarations fracassantes : style régence, rocaille, néoclassicisme, égyptomanie, néo-gothique, néo-renaissance, historicisme brouillon, symbolisme spleenétique, modernisme art-déco, retour au louis xvi, néo-brutalisme des années 70 et enfin, minimalisme.

  • Replongez dans le Da Vinci Code grâce au scénario d'Akiva Goldsman dans lequel s'entremêlent plus de 200 illustrations ( photos du tournage, du film et du stroryboard).
    Partez à la découverte des coulisses du film (décors, accessoires...) Scénario d'Akiva Goldsman, (scénariste d' Un homme d'exception) et traduit de l'anglais par Dominique Defert

  • Gainsbourg

    Yves Salgues

    • Lattes
    • 6 December 1989

    Une des grandes constances de ma vie aura été de vouloir connaître Gainsbourg. Cette volonté m'est venue dès 1958 alors qu'écoutant Le poinçonneur des Lilas, je m'interrogeais : quel cerveau, quelle âme, quel homme cache cette voix nouvelle ?
    Treize ans plus tard, à la suite d'une overdose d'héroïne - résultat d'une étourderie formidable doublée d'un défi semi-conscient-, je me trouvai paralysé, légume humain sans pensée, ni mémoire, dans une chambre carcérale de clinique de banlieue. Agonie et résurrection : une enfant de dix-sept ans eut l'idée d'offrir L'histoire de Melody Nelson à mes oreilles mortes. Le miracle eut lieu. Grâce au son gainsbourien, à la poésie de Gainsbourg, à la musique de Gainsbourg, ma machine mentale se remit en marche. Les ineffables sonnets de Melody ont précédé dans mon mémorial, Rimbaud, Mallarmé, Baudelaire, Aragon.
    J'ai connu le provocateur en juin 1987. N'ayant rien de commun avec lui, hormis ce siècle et notre génération, je croyais n'avoir rien à partager avec ce non-semblable. C'était compter sans cet empire de la révélation qui rapproche les contraires. "Tout ce qui est atteint est détruit", écrit Montherlant dans une maxime fameuse. J'ai atteint Gainsbourg et -de moi à lui- rien n'a été détruit de mon admiration : ni dans l'artiste de génie ni dans l'homme singulier.
    Yves Salgues

empty